Japon: une loi impose aux personnes transgenres de se faire stériliser avant de pouvoir changer de sexe

Au Japon, une loi, dite loi 111, oblige toute personne souhaitant être reconnue comme transgenre à subir une opération lourde de conséquences. Toutefois, cette loi devrait bientôt évoluer, notamment car de nombreux juges l’estiment obsolète.
Adoptée à l’unanimité le 24 janvier dernier, la loi 111 impose aux personnes transgenres de se faire stériliser avant de pouvoir changer de sexe d’un point de vue légal. Le texte stipule que toute personne souhaitent être reconnue légalement comme transgenre « ne possède pas de glandes reproductrices ou des glandes reproductrices qui ont perdu définitivement leur fonction ».
Cette loi fait écho à une autre loi japonaise adoptée en 2003 sur les personnes transgenres expliquant que ces derniers doivent posséder » un corps dont les parties semblent ressembler aux organes génitaux de ceux du sexe opposé « .
La loi 111 force les transgenres à subir ce type d’opération pour être acceptés aux yeux de la loi. De nombreux militants ont essayé aux cotés de Takakito Usui de faire valoir leurs droits mais la justice japonaise souhaite avant tout empêcher des problèmes futurs.
Ceux-ci sont d’ailleurs sensibles au combat des transgenres et ils ont clairement montré leur intention de régulièrement modifier cette loi en fonction de l’évolution de la société. Mamoru Miura, juge-résident de la Cour Suprême ainsi qu’un second juge se sont également exprimé au sujet de cette loi et plus généralement de la souffrance que ressentent ceux qui ont une identité sexuelle différente.
Conscient de ce phénomène, le Japon réfléchit de plus en plus à la question des transgenres. Le gouvernement a d’ailleurs pris la décision en 2017 d’aider toutes les personnes désireuses de changer de sexe en subventionnant une grande partie leur opération. Les personnes en question ne doivent toutefois pas suivre de traitement hormonal pour prétendre à ce financement.
Au final, une personne transgenre participe au maximum à 30 % des frais médicaux. Néanmoins, malgré ce coup de pouce de l’état, il est encore difficile pour les transgenres d’avoir accès à cette opération car ils doivent impérativement être stériles, célibataires, sans enfant de moins de 20 ans et subir une évaluation psychiatrique avant d’être opérés. Des progrès sont encore à faire mais le pays multiplie les efforts envers la cause LGBT.

Poster un commentaire

Classé dans info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.