Têtu créé en 1995, renaît de ses cendres demain en kiosques

En mai 2018, un collectif d’investisseurs mobilisés par Albin Serviant, entrepreneur dans la « French Tech », et Romain Burrel, directeur de la rédaction, a repris le flambeau avec une relance remarquée du site internet, permettant à Têtu de retrouver sa place de leader des médias à destination de la communauté LGBT. Dans un premier temps, 700.000 euros avaient été levés « pour une renaissance pérenne ».
En octobre, Têtu a lancé une campagne sur la plateforme de financement participatif Ulule afin de recruter 1.000 abonnés, test grandeur nature avant une éventuelle relance de la version papier. « On tablait sur 1.000 abonnés. On en a récolté plus de 2.600! Il y a un vrai engouement et une demande d’un média LGBT en kiosques, même si la presse généraliste s’est un peu plus ouverte à ces sujets », explique à l’AFP Romain Burrel.
Avec un tirage de 50.000 exemplaires et une distribution étendue à la Belgique, au Luxembourg, à la Suisse et au Canada, le nouveau Têtu (180 pages, 6,90 euros) espère une diffusion payante autour de 15.000 exemplaires pour démarrer. « On a une approche plus modeste et réaliste. Pour l’immédiateté et la réactivité, le web est imbattable.
Le print trimestriel proposera des enquêtes et des reportages approfondis. Il y aura de nombreuses pages culture. On va laisser une grande place aux témoignages », précise le directeur de la rédaction du magazine et du site internet, dont la régie publicitaire a été confiée à MediaObs.
Dans le premier numéro en kiosques mercredi, Têtu publiera un entretien exclusif avec le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer sur l’homophobie à l’école.
« Têtu est un bien commun de la communauté LGBT et la recrudescence des violences et propos homophobes dans l’espace public, le besoin d’inspirer la communauté sont autant de raisons pour lesquelles il se devait de continuer à exister, paraître et se réinventer », souligne Romain Burrel.
Une offre d’abonnement combinée propose l’accès en intégralité au site internet et à la réception postale du magazine trimestriel. Parmi les investisseurs, figurent Marc-Olivier Fogiel, journaliste et producteur, Marc Hernandez, fondateur de Villa Mederic, société de production audiovisuelle, ou encore Cyril Chapuy de L’Oréal Luxe.

Poster un commentaire

Classé dans info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.