Canada : Vancouver adopte un règlement interdisant la thérapie de conversion

L’interdiction de la thérapie de conversion par la Ville de Vancouver envoie un message clair contre les traitements visant à « guérir » les gens de leur homosexualité, estiment des militants et des experts.
Le soutien unanime des membres du conseil municipal au règlement interdisant les techniques pour tenter de convaincre des personnes de changer d’orientation sexuelle ou d’identité de genre aidera les personnes concernées à rejeter ce type de thérapie, croit le conseiller Tim Stevenson, qui a mené la campagne en faveur de la proposition.
La psychologue Ashleigh Yule révèle que de jeunes adultes lui ont déjà raconté comment ils avaient été poussés à suivre de tels programmes lorsqu’ils étaient adolescents. Mme Yule, qui travaille avec des jeunes issus des communautés LGBT+, affirme que le règlement de Vancouver a une forte portée symbolique, mais offre aussi un regard dépourvu de jugement à ceux et celles qui se questionnent sur leur sexualité.
Selon la psychologue, la thérapie de conversion existe au Canada, mais est très difficile à détecter parce qu’elle se déroule souvent durant des événements privés organisés par des groupes religieux. « Cela existe, c’est certain. Mais c’est difficile à trouver si vous cherchez sur le web ou dans l’annuaire, soutient-elle. Je sais que cela existe d’un point de vue clinique parce que j’ai rencontré des personnes qui avaient survécu à cela. »
M. Stevenson dit s’attendre à ce que le règlement donne de l’espoir à bien des gens traversant une période difficile. Le politicien âgé de 73 ans, ouvertement gai, confie s’être lui-même questionné sur son identité sexuelle jusqu’à l’âge de 30 ans. Savoir qu’il existait une loi lui proposant du soutien durant ce moment difficile lui aurait probablement apporté un peu de réconfort.
Le règlement de Vancouver, qui a été adopté le 5 juin, fait suite à d’autres mesures semblables mises en place en Ontario et au Manitoba en 2015. Cette année, l’Union européenne a également voté pour interdire la thérapie de conversion parce qu’elle est dommageable.
L’Organisation mondiale de la santé, l’American Psychiatric Association, l’American Medical Association et la Société canadienne de psychologie s’opposent aussi à cette pratique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.