Liban : La torture des LGBT évoquée dans un rapport

Une étude de l’ONG Proud Lebanon démontre que lors d’un contrôle ou d’une arrestation, l’homosexualité d’un individu est un facteur aggravant pouvant entraîner des sévices corporels et psychiques.
Ce rapport de vingt-six pages était censé être révélé lors de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, célébrée en mai dernier, à Beyrouth. Faisant l’objet de menaces proférées par des groupes conservateurs, les organisateurs avaient alors été conduits à annuler la présentation publique de l’étude.
«La plupart du temps,  les LGBT ne sont pas arrêtés sur base de leur orientation sexuelle, mais quand ils le sont, ceci est un facteur très aggravant », souligne Bertho Makso, directeur de l’association. L’étude fait effectivement état de détentions dégradantes. « Deux hommes étaient en voiture avec une amie. Lors d’un contrôle à un barrage, les forces de sécurité (les responsables de l’étude indiquent que ces forces étaient liées à un parti politique, sans le nommer) ont vérifié leurs téléphones contenant des photos intimes. En prison, ils ont été battus, insultés, ont été présentés aux autres prisonniers comme des pédés. Au final, l’homosexualité était la charge retenue contre eux », explique Cosette Maalouf, psychologue-clinicienne. Ce rapport fait état d’un entretient réalisé par Human Rights Watch. Shady, un réfugié syrien, raconte son calvaire lors de son passage au poste de police militaire, à Rihaniyé. Le jeune homme a été torturé jusqu’à ce qu’il avoue son homosexualité.
Ces incidents révèlent l’absence de base légale sur laquelle reposent ces procédures abusives. Les interrogations et arrestations d’individus sont basées uniquement au regard de leurs manières et de leur apparence physique, sans aucune preuve tangible de « délit sexuel ».
Le Liban a ratifié la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels. Dans la Déclaration des droits de l’homme et la Constitution libanaise, il est inscrit que « tout homme naît libre et doit jouir des mêmes droits ». Cependant, Beyrouth continue de poursuivre les LGBT en raison de l’article 534 du code pénal, qui établit que « tout acte contre-nature devra être puni d’une peine d’emprisonnement allant jusqu’à un an de détention ». En quête de partenaires internationaux, l’association a tenu à aller jusqu’au bout. « L’étude a été envoyée à Genève, à la Commission internationale contre la torture. Le gouvernement libanais représenté là-bas a nié en bloc toutes les accusations, expliquant que les LGBT n’étaient pas torturés au Liban », s’indigne Bertho Makso.
Pour l’heure, l’ONG souhaite la suspension de la loi criminalisant l’homosexualité et la mise en place d’un mécanisme de rapport de la torture. Enfin, Proud Lebanon s’est également donné pour mission de proposer des solutions pour favoriser le vivre-ensemble, en mettant fin aux phénomènes de rejets, inhérents à la société libanaise.
Proud Lebanon lutte contre les discriminations subies par les homosexuels au Liban et plus largement par les personnes LGBTI (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transsexuels, Intersexes). Ses activités se déclinent en 4 axes :
-conseil juridique (consultation d’avocats, assistance légale, intervention lors d’arrestation arbitraire, accompagnement pour l’obtention du statut de réfugiés auprès du HCR…),
-prévention (sensibilisation et dépistage de maladies sexuellement transmissibles),
-soutien psychologique pour des personnes victimes de torture,
-sensibilisation et renforcement de compétences de la communauté LGBTI.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :