Nous, les Grands Vivants

Claudius Pan vient de mettre en ligne son nouveau court-métrage :
«Avec ce court métrage j’ai voulu parler de cette période que je n’ai pas vécue mais qui à tant affecté ma perception de ma sexualité, du monde et de mon rapport à celui-ci.
J’ai souhaité le montrer comme un Ailleurs, quelque chose qu’on ne discerne pas mais qui martèle les esprits. En prenant pour points de repères 1981 et 1995, j’ai tenté de faire émerger deux perceptions pour faire apparaître le coup qu’a été, et continue d’être ; l’apparition du sida.
Encore une fois tout est de l’ordre du « fantasme » personnel lié à une période antérieure à ma vie.
1981 représente pour moi le paroxysme d’une liberté, d’une joie de vivre. L’Homosexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale depuis 1973, en France, et la communauté homosexuelle sort de l’ombre pour mener ses combats à la vue de tous. Une fierté émerge, ainsi qu’un nouvel espoir, sans se douter qu’une guerre, encore plus terrible, approche, Poussant la communauté à se battre, à se défendre, sur tous les fronts, la fortifiant toujours plus fortement.
Avec la cassette décortiquée, au début, j’ai voulu traduire, de façon poétique, la violence des mots qui s’apprêtent à s’inscrire de façon indélébile sur les personnes contaminées, comme les sons sur la bande magnétique. Les mots, mais aussi les regards, car au delà de la contamination, vient aussi la violence inouïe qui accompagne une société qui ostracise des individus.
Je voulais que ce soit le personnage n’ayant pas encore conscience de ce qui est sur le point d’arriver, comme une prophétie qui se déroule avant le reste du court métrage. Il est celui qui surpasse les mots et les stigmates.
1995, tous les doutes ont été levés, le sida n’est désormais plus considéré comme « le cancer des pd », mais les pertes sont immenses. Comment construire sa sexualité à partir de tous ces gros titres racoleurs, de cette haine qui s’est déversée, de cette hécatombe ? Comment cette histoire s’inscrit sur le corps et l’esprit d’un jeune homme homosexuel ? Ce sont ces questions qui m’intéressent.
Faire un poème visuel autour de ce trou noir qui a failli aspirer l’espoir naissant. J’ai voulu parler de la force de cette communauté, de ces combattants lumineux liés aux uns et aux autres, de façon indicible, par ces coups bas, mais également par la joie de vivre qui continue d’inspirer les âmes. En parler sans propos moralisateurs mais avec toute la sensibilité, la fragilité et la naïveté possible .
Car, malheureusement, cette bataille est toujours d’actualité et j’ai ce besoin de me sentir accompagné par ceux qui m’ont précédés, ceux qui sont près de moi mais aussi ceux qui prendront le relais dans cette lutte.»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :