Dix pour Cent : Nicolas Maury en couple depuis six ans, est « très heureux »

Dans une interview accordée à Marie Claire, Nicolas Maury, qui incarne Hervé André-Jezak dans Dix pour Cent, s’est confié sur sa vie sentimentale.
Le grand public l’a adoré dans Dix pour Cent, série imaginée par Dominique Besnehard dans laquelle il excelle dans la peau de l’assistant gay, Hervé, joyeux luron passionné, excessif, poétique, chaleureux.
Derrière le personnage, Nicolas Maury, un comédien à la voix fluette et reconnaissable qui avait débuté en 1998 chez l’une de ses idoles, Patrice Chéreau, avec Ceux qui m’aiment prendront le train. On l’avait ensuite vu dans Les Amants réguliers, Belle Épine, Let My People Go !, Les Rencontres d’après minuit ou encore plus récemment La Folle Histoire de Max et Léon.
Dans une interview à Marie Claire, celui qui s’apprête à donner la réplique à Vanessa Paradis dans Un couteau dans le coeur de Yann Gonzalez se confie sur sa vie et sa carrière, un mot qu’il « n’arrive même pas à dire ». On apprend que Nicolas Maury vient du monde ouvrier, loin du côté chic et dandy qu’on lui confie parfois à l’écran, qu’il a grandi « entouré de femmes magnifiques » (sa mère et ses quatre tantes) qui lui ont ouvert les yeux sur sa véritable nature. On apprend également que Nicolas Maury est « très amoureux ». « Longtemps, j’ai cru que je n’étais pas fait pour l’amour », avoue l’acteur de 36 ans qui se dit pessimiste dans la vie intime. Et d’ajouter : « Ça va faire six ans que je suis avec lui, je suis super heureux. »
Un amour qui donne des ailes, puisque depuis qu’il est en couple, Nicolas Maury ne cesse de gravir les échelons et de monter en puissance. Il mettra bientôt en scène son deuxième long métrage, sur le thème de la jalousie. « En aimant, c’est arrivé en moi », dit-il à propos de ce sentiment qu’il qualifie de « vrai tabou ». De tabou, lui n’en a pas, à l’image des scènes de ménage que la jalousie le pousse parfois à faire. « Du Lars von Trier mélangé à Chéreau, mouliné à des films des années 80 échevelés. Je pourrais avoir des oscars si on me filmait dans mes crises », avoue-t-il malicieusement.
Interview à retrouver en intégralité dans Marie Claire, N° 779 du 3 juin 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :