Tchétchénie: des pays commencent à accorder des visas aux homosexuels persécutés

Neuf Tchétchènes ont obtenu des visas à l’étranger après avoir fui leur pays à la suite des persécutions contre les personnes LGBT, rapporte la BBC. Deux d’entre eux ont été dirigés vers la Lituanie, qui a confirmé mercredi au Baltic News Service la délivrance de deux visas à « deux Tchétchènes qui ont subi des persécutions à cause de leur orientation sexuelle ».
Le ministre des Affaires étrangères lituanien Linas Linkevicius a enjoint les autres pays de l’Union Européenne à faire de même. « Il est très important d’agir, car ils souffrent », a-t-il plaidé à la BBC.
Les militants de l’association Russian LGBT Network sont en discussions avec cinq pays pour obtenir des visas aux personnes persécutées, et indiquent qu’une quarantaine de survivants aux camps se cachent encore dans différents endroits de la Russie.
Aux USA les réfugiés gays tchétchènes n’obtiennent pas de visa …
L’organisation LGBT Network, qui a aidé une quarantaine de personnes à fuir la persécution des homosexuels en Tchétchénie, cherche des pays pour les accueillir. Les États-Unis viennent de refuser de leur délivrer des visas, en raison d’un problème de classification.
L’organisation LGBT Network a rapporté que les négociations avec les potentiels pays d’accueil étaient difficiles, et que le ministère américain des Affaires étrangères avait refusé de délivrer des visas aux Tchétchènes. D’après Slate, ce même ministère a pourtant condamné publiquement les persécutions du gouvernement tchétchène
Le porte-parole du ministère a mis en avant un problème de classification des visas. Comme le rapporte BuzzFeed, il n’y aurait pas de visa prévu « spécifiquement pour les aides humanitaires », qui permettrait aux gens de venir directement de leur pays aux États-Unis. Les Tchétchènes ne pourraient donc obtenir un visa en se trouvant encore en Russie fédérale, puisqu’ils ne peuvent être considérés comme des réfugiés qu’en ayant quitté leur pays d’origine. Les diplomates américains leur auraient recommandé de demander des visas une fois partis de Russie, ce que LGBT Network juge trop risqué. Le porte-parole de l’organisation a expliqué que les Tchétchènes avaient avant tout « besoin d’un refuge », et qu’aucune « solution spécifique » n’avait été proposée par les responsables concernés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :