le traitement préventif contre le sida peine encore à s’imposer comme un outil efficace

02La France a annoncé la semaine dernière que le Truvada allait, début 2016, être mis gratuitement à la disposition de personnes non infectées mais très exposées au risque de contamination par le VIH.
Le Truvada est une combinaison d’antirétroviraux du laboratoire américain Gilead mis sur le marché en 2005 en tant que traitement pour les malades du sida, avant d’être validé scientifiquement comme médicament préventif.
Le traitement préventif, également appelé « prophylaxie pré-exposition » (PrEP), est autorisé aux Etats-Unis depuis 2012 pour les personnes séronégatives dont le partenaire est séropositif et pour les toxicomanes s’injectant des drogues.
Depuis 2014, la prescription de ce traitement quotidien – d’un coût élevé (plus de 1.000 dollars par mois) mais généralement pris en charge par les assurances maladies – a été étendue à tous les groupes à risque élevé d’infection, dont les homosexuels n’utilisant pas de préservatif. Mais trop peu y ont recours et « nombre de médecins ne sont pas informés », déplorent les autorités sanitaires américaines estimant qu’un quart des homosexuels et bisexuels actifs et 20% des toxicomanes utilisant des seringues devraient en bénéficier.
En France, où la boîte de 30 comprimés de Truvada coûte 450 euros, les médecins auront le choix entre un traitement quotidien et un à la demande (deux comprimés avant le rapport à risque, un troisième le lendemain et un quatrième le surlendemain). La première modalité de traitement a été validée par des études américaines et britanniques tandis que la seconde n’a été validée que par une étude française.
Confrontée à deux millions de nouvelles infections par an dans le monde, l’OMS recommande depuis l’an dernier que la PrEP puisse être proposée partout aux homosexuels très exposés. En septembre, elle a étendu cette recommandation à toutes les populations exposées à un risque « substantiel », incluant prostituées et utilisateurs de drogues. Malgré une forte mobilisation en Europe, avec un appel soutenu par plus de 80 associations, de nombreux pays hésitent encore.
Pourtant le traitement préventif contre le sida peine encore à s’imposer comme un outil efficace contre un fléau qui continue à tuer plus d’un million de personnes par an dans le monde.

Poster un commentaire

Classé dans info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.