Agression homophobe de Laval

La victime de l’agression du bar gay l’Autoreverse de Laval et l’association LGBT locale Quazar, mettent en cause la clémence du Agression homophobe de Laval  dans infos ericparquet et demandent le renvoi des quatre jeunes catholiques auteurs des faits devant le tribunal correctionnel. La décision du parquet de Laval d’infliger un simple rappel à la loi aux quatre jeunes militants catholiques après l’agression survenue le 25 avril à Laval ne passe pas auprès de la victime (le propriétaire du bar l’Autoreverse) ni auprès de l’association de défense des droits LGBT de la ville Quazar.
L’agression commise par quatre jeunes, se réclamant du Mouvement de la jeunesse catholique de France (MJCS), qui se sont livrés à des actes de provocation sur la devanture du bar gay, y proférant des propos homophobes avant de frapper violemment frappé le patron de l’établissement, se saurait, à leurs yeux se solder par une sanction aussi faible.
Les insultes et menaces prononcées, ainsi bien entendu que le choix de l’établissement visé, ne laissent aucun doute sur le caractère homophobe de l’agression. Et la gravité des coups portés contre le propriétaire du bar – au point que son agresseur s’est cassé le bras en frappant sa victime – atteste de la violence déployée.
C’est pourquoi le patron de l’Autoreverse a déposé plainte auprès de la police pour des faits discriminatoires liés à son orientation sexuelle dont il a été victime, et pour entrave à l’exercice normal de son activité économique.Agression homophobe de Laval dans infos eric
Il a également porté plainte contre le Mouvement de la jeunesse catholique de France.
Pourtant, le parquet de Laval a décidé que les quatre jeunes n’écoperaient que d’un simple rappel à la loi, le 27 mai prochain.
L’association de défense des droits LGBT de la ville, Quazar, estime qu’il s’agit « d’un mépris envers la victime et les homosexuels présents qui ont fait face à la provocation, la violence et aux injures homophobes des ces jeunes ». « Que n’aurait-on pas décidé au parquet s’il s’était agit d’actes racistes ou antisémites? », interroge Stéphane Corbin, le responsable de Quazar.
En prenant cette décision, le procureur de la République de Laval a minimisé les faits et volontairement méconnu l’existence d’au moins trois circonstances aggravantes dont une seule entraîne automatiquement le renvoi des mis en cause devant le tribunal correctionnel.
En effet, l’infraction a été commise en réunion (par quatre jeunes), des propos et injures homophobes ont été proférés en public, il a été fait usage à cette occasion d’éléments matériels (affiches) et la victime a subi un préjudice corporel.
La victime – et en accord avec elle, Quazar – ont donc décidé de saisir le procureur de la République de Laval et le pôle anti-discrimination du parquet pour leur demander que ces jeunes soient renvoyés devant le tribunal correctionnel et répondent de leurs actes.
Quazar demande également au député-maire de Laval, et au préfet de Mayenne, de condamner avec la plus grande fermeté ces actes.
Enfin, Quazar et la victime comptent interpeler l’évêque de Laval
source E-llico.com

Poster un commentaire

Classé dans info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.