USA: Chelsea Manning candidate au Sénat américain

L’activiste trans et anciennee analyste du renseignement dans l’armée, Chelsea Manning, a annoncé le week-end passé qu’elle souhaitait se porter candidate pour siéger au Sénat américain.
La jeune femme transgenre, âgée de 30 ans, a annoncé qu’elle participerait cette année en tant que démocrate aux élections primaires pour l’un des deux sièges de sénateur de l’Etat du Maryland.
Manning se présentera contre le démocrate Ben Cardin, qui a déjà été élu pour deux mandats au Sénat.
Les primaires internes au parti auront lieu en juin prochain et les candidats républicains et démocrates s’affronteront début novembre.
Les chances de Chelsea Manning sont jugées plutôt faibles. Actuellement, le siège est occupé par le démocrate Ben Cardin, qui sera candidat pour la troisième fois.
« Chelsea Manning s’est battu pour la liberté et a sacrifié plus que la plupart d’entre nous », a déclaré le chef de sa campagne électorale, Evan Greer.
Sur les réseaux sociaux, Chelsea Manning a publié une première vidéo de campagne dimanche avec le message suivant: « Nous pouvons faire mieux ».

USA : le fils gay de celui qui a battu l’homophobe Roy Moore

Le républicain ultra-homophobe Roy Moore a été battu aux sénatoriales dans l’Alabama contre toute attente. Sa défaite est aussi un revers pour Donald Trump qui s’était engagé dans cette bataille électorale et qui voit sa majorité se réduire.
Son adversaire, le candidat démocrate Doug Jones a recueilli 49,9% des voix contre 48,4 à Roy Moore. Il est le premier sénateur démocrate de cet Etat depuis 1992.
Carson Jones « ne pouvait pas être plus fier » de son père, Doug Jones, qui a battu le républicain anti-LGBT Roy Moore lors d’une élection mardi pour un siège au Sénat américain en Alabama.
« Je suis évidemment ravi de la victoire de mon père », a déclaré Carson. « Nous avons été submergés par le soutien de tant de personnes qui ont rendu cela possible.L’Alabama a fait une très grande déclaration: l’unité l’emporte, je ne pourrais pas être plus fier de lui ou de mon pays d’origine! »
Carson Jones a confirmé à The Advocate qu’il était gay, après que plusieurs blogs gay aient publié des articles compilant des messages Instagram du « fils gay chaud » du démocrate .
Carson se définit comme un «gentleman du Sud addict au sushi » sur son profil Instagram ou il a, entre autre, publié des images de la victoire de son père.
La déclaration de Carson fait suite à une critique de Trudy Ring , journaliste de The Advocate , dont les recherches sur les antécédents de Doug Jones concernant les droits LGBT ont déterminé que «l’élection de mardi n’était pas seulement la défaite d’un ennemi, mais une victoire pour un allié». Le politicien s’est prononcé contre l’interdiction des personnes transgenres dans l’armée par le président Trump, et serait un partisan du mariage homosexuel.
Doug Jones « est habile et a mis en sourdine ses positions libérales sur des questions telles que l’ avortement et les droits des homosexuels – une nécessité dans l’ un des Etats conservateurs du Sud, » le Los Angeles Times note .
Sur les droits civils, le site de campagne de Jones a noté qu’en tant qu’avocat américain, il a plaidé contre les membres du Ku Klux Klan responsables de l’attentat de Birmingham en 1963 qui a tué quatre jeunes filles afro-américaines et Eric Rudolph. Il s’est également battu pour l’égalité pour tous.
« Je crois que nous sommes tous égaux aux yeux du Seigneur et de la loi », lit-on sur le site. « Bien que nous ayons fait des progrès en matière de droits civiques en tant que nation, nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers en continuant de menacer l’égalité et la justice. Le massacre de l’église de Charleston à motivation raciale et Charlottesville sont des rappels frappants de cette menace continue t’il. Je crois que les États-Unis d’Amérique sont une terre de lois, de justice, de liberté, d’égalité et d’opportunités. « 

USA: Les synagogues de New York cessera d’annoncer les mariages LGBT après des plaintes

L’Institut hébraïque de Riverdale dans le Bronx n’annoncera plus les mariages de ses membres LGBT dans ses bulletins d’information conformément à une plainte de l’Union orthodoxe (OU), la plus grande association de synagogues orthodoxes aux États-Unis.
La politique a été établie ce mois-ci en réponse à des plaintes d’autres synagogues membres de l’OU, qui adoptent une position plus dure quant au mariage homosexuel.
« La position sans équivoque de l’OU est que le soutien ou la célébration d’une conduite interdite par la loi juive est fondamentalement inapproprié », peut-on lire dans la déclaration de l’OU, selon le Five Towns Jewish Times. « En conséquence, l’approbation institutionnelle ou l’encouragement (implicite ou explicite) de toute conduite contraire à la halakha ( loi  juive orthodoxe NDR) est une activité qu’aucune synagogue orthodoxe ne devrait autoriser. »
L’Institut hébraïque de Riverdale, qui a longtemps servi de guide pour repousser les limites de la loi juive traditionnelle afin d’inclure les femmes et les juifs LGBT, a été favorable aux couples de même sexe. Il compte parmi ses membres des couples de même sexe et a accueilli l’an dernier une forum sur les Juifs LGBT en orthodoxie intitulé « Construire un avenir juif à l’extérieur du placard ».
Son fondateur, Avi Weiss, a été l’un des signataires d’une déclaration de principes historique de 2010 signée par les dirigeants orthodoxes affirmant la nécessité de « traiter les êtres humains avec des attractions et des orientations de même sexe avec dignité et respect ».
Les responsables de la synagogue ne célèbrent pas les mariages homosexuels, mais la synagogue a commencé à inclure les mariages homosexuels dans ses annonces plus tôt cette année. Suite à la déclaration de l’OU, cependant, le rabbin de l’Institut hébraïque, Steven Exler, a confirmé au JTA que les annonces s’arrêteraient.
Mordechai Levovitz, directeur exécutif de Jeunesse juive homosexuelle, qui se concentre sur les adolescents orthodoxes LGBT, a déclaré que la politique de l’OU ne ferait que causer d’autres dommages à ce groupe. Il a ajouté que 70 % des enfants qui viennent au centre d’accueil hebdomadaire de son groupe à Midtown Manhattan confient être suicidaires.

USA : une juge contredit Donald Trump en autorisant le recrutement de militaires transgenres

Le Pentagone a confirmé que les personnes transgenres pourront rejoindre l’armée américaine à compter du 1er janvier 2018. Une nouvelle défaite pour Donald Trump, avait tenté de bloquer la décision de Barack Obama.
Mais la justice n’est pas d’accord avec le président américain.
Un juge a en effet rejeté le recours de la Maison-Blanche, qui espérait interdire le recrutement des personnes transgenres dans l’armée américaine.
Donald Trump avait déjà annoncé en juillet dernier qu’il souhaitait bloquer le recrutement de ces personnes, décidé par l’administration Obama et qui était prévu pour le 1er juillet 2017. Dans une série de tweets, il s’était justifié en avançant les « coûts médicaux énormes et les perturbations que les transgenres entraînent ». De quoi lancer une nouvelle polémique avec cette attaque contre la communauté LGBT.
Sauf qu’en octobre, un premier juge a fait annuler cette décision de Trump, basée selon lui sur « un désir de réprouver les transgenres en général » et pas vraiment sur « des inquiétudes légitimes concernant leurs compétences militaires ou leur poids sur le budget ». L’administration Trump a tenté d’imposer à nouveau ce décret, mais son recours a été un échec. Du coup, les personnes transgenres pourront s’engager dans l’armée américaine à compter du 1er janvier 2018, soit six mois après la date prévue à la base.
Elles viendront grossir les rangs du contingent actuel: selon le ministère américaine de la Défense, il y aurait entre 2.500 et 7.000 personnes transgenres sur les 1,3 million de militaires américains en activité, alors que l’ONG Human Rights Campaign estime le nombre à 15.000.

USA : Les crimes haineux ont connu une nouvelle hausse en 2016

Les crimes haineux étaient de nouveau en hausse aux États-Unis en 2016, a révélé lundi la police fédérale américaine, en raison d’une augmentation du nombre d’attaques contre les Noirs, les Juifs et les LGBT.
Un rapport publié lundi recense plus de 6100 crimes haineux l’an dernier, soit une hausse d’environ 5 pour cent par rapport à l’année précédente.
En 2015 et 2016, le nombre de crimes haineux a été gonflé par des attaques motivées par la race ou l’origine ethnique.
Plus de la moitié des 4229 crimes motivés par la race visaient des Noirs. Les Juifs ont été la cible de la plus de la moitié des 1538 crimes motivés par la religion.
Ce rapport annuel brosse le portrait le plus complet des crimes haineux aux États-Unis.
Les responsables préviennent toutefois que l’enquête est incomplète, puisqu’elle dépend des chiffres fournis volontairement par les forces policières du pays.

USA : un acteur porno accusé de meurtre

Ali Liam, dont la famille vit en Irak, a été arrêté le 7 novembre à San Francisco. Str8UpGayPorn indique qu’il est poursuivi sous son véritable nom d’Othman Al-Muttalaby pour « first degree murder« , ce qui correspond en France à l’assassinat. Il se trouve actuellement dans l’unité psychiatrique du San Francisco General Hospital en attente d’un transfert.
La star du porno gay de Men.com, Ali Liam, alias Alkoraishie Ali vivait avec la victime, Keith Harris, 48 ​​ans, dont le corps a été retrouvé dans son appartement de Hayes Valley , San Francisco, le 2 novembre.
Le 1er novembre, vers les 14 h, une voisine a entendu de leur appartement une dispute, mais ne pouvait pas comprendre ce qui se disait..
Le responsable de l’Estrella Apartments au 340 Hayes Street, Paul Novales, a déclaré qu’il avait reçu un appel le jeudi à 14 heures, car Harris n’avait pas été vu depuis deux jours.
Novales a frappé à la porte, mais comme personnait ne répondait alors il l’a déverrouillé.
Quand il a ouvert la porte, il y avait des «grosses gouttes» de sang sur le sol et des traces de sang sur le mur, selon le Bay Area Reporter .
La police a confirmé que Harris avait été tué par arme blanche.
La star du porno a 26 ans et est détenue à l’hôpital général de San Francisco et souffrirait d’une blessure inconnue.
Ammar Aliraqi, le frère d’Ali, qui vit à Bagdad, a déclaré que sa famille n’avait pas pas eut de nouvelles de lui depuis trois semaines. Mais quand ils l’ont fait, Ali a dit qu’il voulait se tuer parce sa mère lui manquait.
Il était escort depuis septembre 2016, Ali se présentait ainsi :
«Homme du Moyen-Orient, 24 ans, 1,70 m, 79 kg, musclé, poilu, gay, Arabe.
Salut, je m’appelle Ali, je suis du Moyen-Orient et je viens juste de m’installer aux USA. Je suis là pour vous afin que vous sentiez mieux que jamais. Que notre temps passé ensemble soit le meilleur. J’aime embrasser, jadore le corps à corps, les fellations. Viril et musclé, j’inspire aux autres une façon de vivre en bonne santé. Modèle, danseur, coach, nouveau aux USA, les pieds sur terre, facile à vivre, excellent masseur, ouvert d’esprit, j’aime explorer de nouvelles choses. Je suis tout à la fois doux et sauvage !
Ali Liam»

USA: l’Eglise est bien peu charitable

Mary Kate Curry a démissionné de son poste de professeure de théologie à l’école secondaire Father Lopez Catholic de Daytona Beach, en Floride. Elle a été obligé de le faire après que l’engagement avec sa partenaire de même sexe soit devenu public. Les administrateurs de l’école ont admis qu’ils savaient que Curry était lesbienne, mais que son engagement aurait du rester secret
Cependant, ce qui a motivé Kate à dénoncer publiquement ce qui s’est passé n’est pas la cause qui l’a forcée à quitter son poste d’enseignante.
Elle était prête à se résigner. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase a été l’interdiction d’être le deuxième entraîneur de l’équipe féminine de basket-ball du centre. Apparemment, le ait de s’être engagée avec sa compagne ne signifiait pas seulement qu’elle ne pouvait pas enseigner, mais aussi qu’elle devait aussi renoncer à tous les emplois payés par le diocèse. En fait, elle n’a même pas été autorisée à continuer d’entrainer une équipe même sur la base du volontariat
Kate a donc décidé de rendre public sur les réseaux sociaux catholiques  LGBT son licenciement : « Quand le diocèse se montre discriminatoire envers les travailleurs LGBT de l’ église, quelle est la mission? Est-ce vraiment le Corps de Christ qui parle et qui agit? … Nous manquons à nos étudiants et à notre mission quand nous leur apprenons à cacher des choses, à avoir honte et à se taire. Ils méritent plus », dit Kate.
Ce dernier rejet rejoint ceux qui se sont produits ces dernières années en réponse à la visibilité grandissante des LGBT au sein des institutions de l’Église catholique.
Les cas de discrimination contre les personnes LGBT se sont accentués depuis que la Cour suprême a étendu le droit de l’égalité du mariage sur l’ensemble des Etats Unis
Ce ne sont pas seulement les personnes qui épousent leurs partenaires qui sont rejetés mais également ceux qui soutiennent et militent pour l’égalité des droits, même s’ils ne sont pas homosexuels
Dans certains cas, la justice fini par donner raison au licencié, mais dans d’autres cas,l’absence de législation contre la discrimination des personnes LGBT au niveau des états empêche que la justice se fasse. Récemment, le cas des personnes transgenres qui ont été privées de soins dans les hôpitaux catholiques ont été dénoncé

USA : De grandes entreprises soutiennent les droits des homosexuels dans une nouvelle affaire aux États-Unis

Yelp, Apple, PayPal, Salesforce ont signé un document juridique pour influer devant la Cour suprême pour que la discrimination contre les personnes LGBT soit illégale
L’amicus curiae présenté à la Cour, (dans le langage juridique américain, un amicus curiae est une personnalité ou un organisme, non directement lié aux protagonistes d’une affaire judiciaire, qui propose au tribunal de lui présenter des informations ou des opinions pouvant l’aider à trancher l’affaire, sous la forme d’un mémoire (un amicus brief)) soutient que le fait de permettre aux organisations de discriminer les employés LGBT est préjudiciable au personnel, aux entreprises et à l’économie américaine.
Ils soutiennent l’affaire portée par un couple gay, Charlie Craig et David Mullins,  qui s’est vu refuser par un pâtissier du Colorado de créer un gâteau de mariage. Le document juridique a été signé par ces grandes entreprises qui affirment également que grâce au soutien de la Campagne des droits de l’homme, cela a permis de mettre en évidence toute l’histoire.L’affaire, Masterpiece Cakeshop, Ltd. c. Colorado Civil Rights Commission, se concentre sur la question de savoir si les entreprises peuvent refuser le service en raison du premier amendement.
Avec ces documents, les États-Unis peuvent se prononcer sur des affaires relatives aux droits sociaux et humains.
Le tribunal est tenu de lire ces documents, il peut les prendre comme un simple conseil.
Une source proche du dossier a déclaré qu’ils s’attendaient à ce que davantage de sociétés technologiques s’engagent pour signer ce document qui doit être soumis
PayPal a déclaré qu’il a signé le mémoire parce qu’il reflète la valeur de l’entreprise,
« PayPal s’engage à préserver les droits de l’homme et à promouvoir les principes d’inclusion et d’égalité qui sont au cœur de nos valeurs », a déclaré un porte-parole de PayPal dans un communiqué envoyé par courrier électronique. « Nous cherchons à nous défendre contre des actions qui violent nos valeurs, c’est pourquoi nous signons ce dossier d’amicus curiae avec d’autres entreprises partageant les mêmes idées et cherchant à protéger les protections critiques contre la discrimination. »
En mars, 53 entreprises ont signé un dossier d’amicus soutenant une affaire de la Cour suprême sur la protection des étudiants transgenres. L’industrie s’est ralliée à d’autres causes LGBT et a signé des mémoires sur l’immigration de masse.

USA : Un diocèse conseille de refuser des funérailles religieuses aux homosexuels en couple

Les prêtres du diocèse de Madison dans le Wisconsin aux Etats-Unis pourront refuser des funérailles chrétiennes aux catholiques LGBT assumés, notamment mariés. Le vicaire général, James Bartylla, à l’origine d’un e-mail sur le sujet est au coeur d’une polémique.
Les prêtres catholiques du diocèse de Madison sont clairement invités à refuser des funérailles religieuses aux homosexuels en union civile ou mariés, considérés, de ce fait comme des homosexuels « revendiqués ».
Cette recommandation de James R. Bartylla, le vicaire général du diocèse, qui comprend onze districts du sud de l’État du Wisconsin, a été faite via un e-mail adressé à tous les prêtres du diocèse. Il ne devait pas être rendu public mais a été publié par un blog dimanche dernier provoquant une vive polémique.
Le document précise notamment que le partenaire survivant ne doit pas avoir « un rôle public ni être mis en avant » lors des rites funéraires, ni même être mentionné dans les livrets liturgiques, sur les mémentos ou lors de l’homélie.
Le nom du partenaire, que celui-ci soit mort avant le défunt ou qu’il lui survive, ne doit pas figurer sur les faire-part de décés, précise encore les directives.
Toute union homosexuelle « notoire » constitue au regard des autorités du dicocèse un « scandale » – le terme est utilisé dans le courrier relativement court une demi-douzaine de fois – que l’église se doit de ne pas cautionner afin de ne pas « affaiblir les enseignements de l’Église catholique en ce qui concerne la doctrine sacrée et la loi de la nature ».
Un porte-parole du diocèse a confirmé à plusieurs médias américains que la recommandation avait été envoyée et était soutenue « sans retsriction » par Mgr Robert Morlino (photo), l’évêque du diocèse.
Les militants LGBT catholiques se sont élevés contre ces directives, les qualifiant de « cruelles », voire « antichrétiennes à l’extrême ».
« Cela montre que cet évêque croit que les personnes lesbiennes et gaies qui ont vécu de manière profondément engagée à l’égard de leur époux ou de leur partenaire doivent être humiliés jusque dans la mort », a déclaré Marianne Duddy-Burke, directrice exécutive de DignityUSA, une organisation catholique LGBTI.
Le diocèse de Madison rejoint la position prônée par Mgr Thomas Paprocki à Springfield dans l’Illinois, qui a interdit les funérailles religieuses ainsi que l’accès à l’Eucharistie aux catholiques de trouvant au sein d’un mariage homosexuel, l’été dernier.
source : http://reloaded.e-llico.com/article.htm?un-diocese-conseille-de-refuser-des-funerailles-religieuses-aux-homosexuels-en-couple&articleID=38553

USA :La Cour suprême va auditionner le boulanger qui avait refusé de préparer un gâteau de mariage gay

La Cour suprême va auditionner le boulanger qui avait refusé de préparer un gâteau de mariage gay
La Cour suprême des États-Unis a fixé au 5 décembre prochain la date du jugement de l’affaire du boulanger qui avait refusé de préparer un gâteau de mariage au motif que le couple était homosexuel, ce qui heurtait ses convictions religieuses.
Jack Phillips, de Masterpiece Cakeshop dans le Colorado, avait refusé en 2012 de leur faire un gâteau de mariage gay, en mettant en avant ses croyances religieuses. Le mariage homosexuel n’était alors pas encore légalisé dans l’Etat du Colorado mais la loi interdisait déjà la discrimination pour des raisons d’orientation sexuelle.
Charlie Craig et David Mullins avaient donc porté plainte
Ce dossier très sensible est considéré par les experts comme d’une portée spéciale, car il oppose deux principes particulièrement importants aux yeux des Américains: la liberté confessionnelle et l’interdiction de la discrimination sexuelle.
86 membres républicains du congrès ont signé un mémoire adressé à la Cour suprême des États-Unis dans lequel ils soutiennent le droit du boulanger à discriminer et la Maison Blanche soutient le boulanger .
Dans cette affaire s’opposent la boulangerie, nommée Masterpiece Cakeshop, et le Comité des droits civiques de l’Etat du Colorado.
Accepter de confectionner la pièce montée du mariage « serait déplaire à Dieu », avait affirmé le pâtissier en refusant d’assurer la commande.
« Ce qui est jeu est bien plus qu’un gâteau », a commenté lundi l’ACLU, la grande organisation de défense des libertés, qui s’oppose au boulanger. « Si un commerce se veut
Pour le couple gay commanditaire du gâteau de mariage, David Mullins et Charlie Craig, « cela a toujours été plus qu’un gâteau. Les entreprises ne devraient pas être autorisées à violer la loi et à nous discriminer en raison de qui nous sommes et de qui nous aimons ».
« Alors que nous sommes déçus que les tribunaux continuent à débattre de la simple question de savoir si les personnes LGBT méritent d’être traitées comme tout le monde, nous espérons que notre cas aidera à éviter que ce soit ne puisse être discriminé simplement à cause de qui il est », ont-ils commenté.
Une décision en faveur du boulanger pourrait produire un effet de recul sur les protections des droits LGBT à l’échelle du pays, et les militants de l’égalité craignent que cela ne crée une brèche pour la discrimination homophobe fondée sur la religion.