Archives de Tag: Religion

l’Église anglicane d’Angleterre défend le droit des enfants “d’explorer les possibles de leur identité”

Dans un Guide contre le harcèlement homophobe à l’école, l’Église anglicane d’Angleterre défend le droit des enfants “d’explorer les possibles de leur identité”.
Dans le Guide d’orientation soumis lundi 13 novembre aux 4 700 établissements scolaires sous sa tutelle, l’Église anglicane d’Angleterre emploie des mots forts pour empêcher que « les élèves soient harcelé·e·s en raison de leur orientation sexuelle ou leur identité de genre, réelle ou supposée. »
Les comportements des filles et des garçons « ne doivent en aucun cas poser problème parce qu’ils ne se conforment pas aux stéréotypes de genre » est il écrit.
Ce Guide est une mise à jour d’une édition de 2014 qui s’en prenait à l’homophobie, et actualisée pour prendre également en considération la biphobie et la transphobie, autres vecteurs de harcèlement.
Le document souligne qu’à l’école, les jeunes enfants « doivent se sentir libres d’explorer les possibles de leur identité sans subir de jugement ou de dérision. Par exemple, un enfant doit pouvoir choisir de porter un tutu, une couronne de princesse ou des talons et/ou un casque de pompier, une ceinture à outil ou une cape de super-héros sans que cela fasse l’objet de questions ou de commentaires ».
« Près de la moitié des élèves LGBT sont harcelés. Nous saluons ce signal clair » de l’Église d’Angleterre, a réagi l’association Stonewall, association britannique de défense des personnes LGBT (lesbiennes, gay, bi et trans).
En acceptant la notion d’« identité de genre », l’Église d’Angleterre s’éloigne de l’église catholique qui se bat contre la prétendue « théorie du genre ».
https://www.churchofengland.org/media/4043522/ce-vagc-report-dl-v5-web.pdf

Israel : Des manifestants LGBT accrochent un drapeau gay devant le bureau du grand rabbin de Jérusalem

01Des manifestants ont accroché dans la nuit de samedi à dimanche un drapeau arc-en-ciel homosexuel sur les bureaux du grand rabbinat de Jérusalem, pour protester contre des déclarations du grand rabbin séfarade de la capitale Shlomo Amar, à propos de la communauté homosexuelle.
Il avait déclaré la semaine dernière que l’homosexualité était une « abomination » pendant un entretien avec un quotidien israélien. Les mêmes couleurs arc-en-ciel ont été dessinées à la craie, dans le chemin d’accès à l’immeuble.
Amar, qui était précédemment le grand rabbin séfarade du pays, a fait ses déclarations controversées pendant un entretien avec le quotidien Israël HaYom publié vendredi, s’attirant la condamnation et une plainte contre incitation [à la haine].
« J’appelle ça un culte. C’est un culte d’abomination, c’est évident. C’est une abomination, a déclaré Amar. La Torah dit que c’est passible de la peine de mort. C’est la première des offenses graves […]. Ils disent ‘tendance’, ‘perversion’, ça n’a aucun sens. C’est un désir, et une personne peut le surmonter si elle le veut, comme tous les désirs. Cela fait partie des désirs les plus interdits, les plus graves. »
Amar a déclaré avoir refusé d’assister à un service commémoratif en hommage à Shira Banki, une adolescente de 16 ans poignardée à mort par un ultra-orthodoxe pendant la Gay Pride 2015 de Jérusalem, car sa famille avait refusé de lire à voix haute une condamnation de l’homosexualité qu’il avait écrite dans la lettre de condoléances qu’il leur avait adressée. Amar a raconté avoir dit aux parents de Shira que « si vous voulez que son âme aille au paradis, [vous devez] vous repentir de vos habitudes diaboliques. »
Les remarques d’Amar ont affronté la colère des membres de la communauté LGBT et des défenseurs des libertés civiques en Israël.
Oded Fried, militant des droits LGBTQ et ancien directeur de la Taskforce LGBT israélienne, a porté plainte la semaine dernière auprès de la police, déclarant que les remarques d’Amar constituaient de l’incitation au sectarisme.

Pays Bas :un tract appelle toutes religions à s’unir contre l’homosexualité

religionUn dépliant appelant toutes les religions à s’unir pour attaquer les homosexuels est distribué actuellement à Amsterdam.
La police enquête après que la brochure ai été distribuée dans toutes les boites aux lettres dans les quartiers ouest de la capitale des Pays-Bas.
Les tracts ne sont pas revendiqués mais une vingtaine de plaintes ont été déposé auprès des autorités.
»Selon le judaïsme, le christianisme et l’islam, l’homosexualité est interdite, explique la notice , avant de citer Romains 1:26-28 : 26 C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions honteuses; car les femmes parmi eux ont changé l’usage naturel en un autre qui est contre nature. 27 De même aussi, les hommes, laissant l’usage naturel de la femme, ont été embrasés dans leur convoitise les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes la récompense qui était due à leur égarement. 28 Et, comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à un esprit dépravé, en sorte qu’ils commettent des choses indignes.
Des extraits du Lévitique, verset 13 – Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux
Des passages du Coran sur Sodome et Gomorrhe se référant à «immoralité» : Et [souviens-toi de] Loth lorsqu’il dit à son peuple : « Commettez-vous des turpitudes que nul à travers les mondes n’a commises avant vous ? Vous copulez avec des hommes en renonçant aux femmes pour assouvir vos appétits ! Vous êtes un peuple livré à ses excès. » … Nous fîmes pleuvoir sur eux des pierres : considère quelle fut la fin des criminels ! (Coran, 7 : 80-84).
Mais ils affirment également que le nombre d’enfants victimes d’abus sexuels par des parents homosexuels est de 29%.
«La responsabilité morale de ces enfants est l’ensemble des nôtres pour les générations à venir», dit le flyer. «Tous les musulmans, les chrétiens et les juifs doivent s’unir.
Amsterdam est connue pour être une ville libérale, mais il apparaît que la haine homophobe se développe.
Ainsi, samedi soir, deux hommes gays âgés de 52 et 55 ont été attaqués près de la gare centrale. Ils ont d’abord été insultés, et puis on a été frappé au sol et reçus des coups de pied dans le visage. Alors que les passants se sont précipités pour les aider, les auteurs de l’agression se sont enfuis .
Les Pays-Bas a été le premier pays au monde à légaliser le mariage homosexuel, le premier mariage qui a lieu entre deux hommes était à Amsterdam en 2001.

Royaume Uni : Un prédicateur musulman qui préconise la mort des gays donne des conférences

shaykh-hamzaUn prédicateur musulman , Shaykh Hamza Sodagar, qui approuve la décapitation des hommes gays donne actuellement plusieurs conférences à Londres .
Parmi les suggestions qu’ils fait pour se débarrasser des gays, il préconise de brûler les homosexuels jusqu’à la mort, de les jeter d’une falaise, et même de les écraser sous un mur qui tombe.
Lundi, Sodagar a commencé ses prêches à l’école Maida Vale, au nord-ouest de Londres. Ces prêches se poursuivront jusqu’au 12 Octobre.
Selon Le Mirror , l’école est une petite école musulmane mixte indépendante dans laquelle se trouve des étudiants âgés de 6 à 17 ans et gérée par le gouvernement iranien.
Sodagar est né et a grandi à Washington et a passé les 14 dernières années en Iran pour des études sur le droit et les principes islamiques, rapporte le journal Express.
Ses vues violentes envers la communauté gay ont été révélés dans une vidéo qui aurait été enregistrée dans le courant de l’année 2010.
Dans cette vidéo, il prêche à propos des différentes peines de mort qui devraient être utilisées pour punir les homosexuels.
« Pour un homosexuel, il y a cinq peines possibles : Premièrement, et sans doute la plus facile, lui couper la tête. Deuxièmement, le brûler à mort.  Troisièmement – le jeter d’une falaise.  Quatrièmement – abattre un mur sur lui afin qu’ils meurent sous cela.  Cinquièmement – une combinaison de tout ce qui précède ».
Le militant des droits de l’homme Peter Tatchell a exhorté le ministre de l’Intérieur à « révoquer le visa » du prédicateur.



Tatchell précise que « Dans une société libre, Hamza Sodagar a le droit de croire que l’homosexualité est un péché, mais de ne pas prêcher sur les façons de tuer les lesbiennes et les gays, »
« Beaucoup de gens avec des vues beaucoup moins extrêmes, qui n’ont jamais préconisé la violence, ont été interdits d’entrer au Royaume-Uni. L’appel à la mort de personnes LGBT est une ligne rouge ».
Et il ajoute: « Le Home Office a eu tort de lui accorder un visa et devrait maintenant le révoquer. Le religieux doit être expulsé hors du pays ».
Selon une biographie de conférencier, Sodagar se considère comme un « modèle » pour « les jeunes musulmans dans le monde entier ».
L’événement est organisé par un groupe appelé « Ahlulbayt Islamic Mission », qui a également accueilli Sodagar en 2014.
« Ahlulbayt Islamic Mission » est un organisme pro-régime iranien,
Tatchell rappelle à tous que « l’Iran condamne à mort les homosexuels ».
source : gaystarnews.com

Sénégal: un chef religieux s’interroge sur la libération de 11 homosexuels

senegal gayLe président du collectif des jeunes Chefs religieux du Sénégal, Serigne Modou Bousso Dieng est en colère aprés la décision du Procureur de libérer les 11 homosexuels de Kaolack pour insuffisance de charge
 Il affirme qu’ « il y a anguille sous roche et qu’il faut, désormais, éclairer la lanterne des Sénégalais sur le statut de ce genre d’individus. » Le chef religieux voudrait connaitre l’identité de celui qui a intercédé en faveur de ces hommes. « Tout le monde dit que la dernière fois c’était Nicolas Sarkozy qui avait demandé et obtenu leur libération. Aujourd’hui qu’on nous dise qui est intervenu pour que cette affaire finisse une nouvelle fois dans les tiroirs. »
 Serigne Modou Bousso Dieng déplore le fait que 7 associations d’homosexuels soient reconnues au Sénégal. « Si c’est le cas, dit-il, j’interpelle le ministre de l’intérieur. Qu’il nous dise sur quoi il s’est fondé pour légaliser ces associations. Si celles-ci ont été reconnues sous l’ancien régime, qu’il nous dise pourquoi il ne les a pas annulées, conformément à la Constitution du Sénégal qui empêche les structures aux objectifs délictuels et criminels d’exister. »
 Les Sénégalais ont besoin, selon lui, de savoir si ‘homosexualité n’est plus considérée comme un acté délictuel. s’interroge t’il « Les religions l’interdisent et la coutume aussi. Alors, il est temps de revenir à la raison », a conclu le chef religieux.

Espagne:Le futur Cardinal de Malaga qualifie l’homosexualité de déficience

Espagne:Le futur Cardinal de Malaga qualifie l’homosexualité de déficience

 Le futur cardinal espagnol Fernando Sebastian a déclenché une polémique lundi en Espagne, après avoir affirmé que l’homosexualité est « une forme de déficience sexuelle », dans un entretien accordé à un journal de Malaga.Des associations de défense des…

<

p>View Post

Selon Mgr Fernando Sebastián Aguilar, l’homosexualité est une manière déficiente de manifester sa sexualité

View Post

Les évêques anglicans d’Angleterre maintiennent leur opposition au mariage homosexuel

Le 29 mars aura lieu le premier mariage homosexuel en Angleterre et au Pays de Galles. La chambre des évêques anglicans exclut toute célébration religieuse, tant pour les clercs que pour les laïcs.
 Tout en reconnaissant que l’amour mutuel et la fidélité sont présents au sein des couples homosexuels, les évêques de l’Église anglicane d’Angleterre ont confirmé par un communiqué, samedi 15 février, leurs réticences à l’encontre de bénédictions de couples homosexuels.
 Les évêques anglicans insistent sur la nécessité d’un accueil pastoral au sein des communautés paroissiales, sans limitation d’accès aux sacrements, ni pour les couples homosexuels, ni pour les enfants dont ils ont la charge. En revanche, ils excluent toute célébration religieuse de cette union.
 Sur ce point, la chambre des évêques de l’Église anglicane d’Angleterre, l’une des trois composantes du synode général, son instance dirigeante, ajuste les termes du « rapport Pilling », publié par l’Église en novembre 2013. Celui-ci appelait à « accueillir chaleureusement » les laïcs et les prêtres homosexuels en son sein et estimait que le clergé devait travailler à une forme de reconnaissance des couples des personnes de même sexe, sous la forme d’une bénédiction. Il affirmait notamment qu’il « pouvait y avoir des circonstances où un prêtre devait être libre de célébrer une union de même sexe, mais ne devrait pas en avoir l’obligation ».
 L’épiscopat anglican, le 27 janvier 2014, avait pris acte des « divergences » qu’avait pu faire naître les 18 recommandations de ce rapport. Dans son communiqué du 15 février, la chambre des évêques réaffirme la « doctrine chrétienne du mariage en tant qu’union à vie entre un homme et une femme. ». Elle ajoute « qu’il ne serait pas approprié pour une personne dans les ordres de se marier avec une personne du même sexe, étant donné la nécessité pour le clergé de donner l’exemple sur l’enseignement de l’Église. »

Des pasteurs réclament un débat ouvert sur la bénédiction des couples homosexuels

L’Église unie et les Églises d’Alsace viennent de diffuser des documents de réflexion sur la bénédiction des couples de même sexe, à destination des paroisses. 
 Les deux textes sont accompagnés d’une exhortation pastorale. Laurent Schlumberger, président de l’EPUdF, rappelle que « débattre, ce n’est pas convaincre l’autre des certitudes que j’ai en moi une fois pour toutes » et que les signes d’un dialogue fécond est qu’il nous fait évoluer dans nos convictions.
 Dans le même sens, Christian Krieger, vice-président de l’UEPAL souligne que « le débat en Église a vocation à faire accéder à une vérité plus profonde que celle de chacun » et que « l’objet du débat ne réside pas dans le fait que l’opinion de quelques-uns l’emporte, mais qu’émerge une parole qu’ensemble nous pourrons assumer et faire nôtre en Église ».
 Cela dit, l’objectif est un peu différent. L’Église unie amorce un processus synodal qui passe par un débat dans les Églises locales, puis dans les synodes régionaux à l’automne 2014 pour aboutir à une décision du synode national au printemps 2015.
 Les Églises d’Alsace, de leur côté, annoncent qu’elles ne prendront une décision que lorsqu’elles seront arrivées à un « consensus large ». Les Églises locales sont invitées à faire part de leurs réactions qui seront reprises par l’équipe de rapporteurs qui fera un rapport à l’assemblée de l’Union en juin 2014, qui verra alors si le « consensus large » est obtenu.    

  Un texte signés par environ 150 personnes, parmi lesquels une trentaine de pasteurs et de nombreux fidèles, a été publié mardi sur le réseau social Facebook.
 Ils réclament  un « débat ouvert » sur la bénédiction des couples homosexuels qui doit être débattue prochainement au sein de l’Union régionale des Églises luthérienne et réformée (UEPAL). Ils estiment que « tout amour sincère, libre et responsable est l’expression d’une création bénie de Dieu ».
 Dans la tradition protestante, les pasteurs ne célèbrent pas formellement de mariages, considérés comme l’affaire des autorités civiles, mais se contentent de célébrer des bénédictions pour des couples mariés civilement. 
 Dans un message sur Facebook, les pasteurs à l’origine du manifeste parmi lesquels Christophe Kocher, responsable de la paroisse Saint-Guillaume à Strasbourg, ont rappelé qu’ils ne se posent pas en « groupe de pression », mais souhaitent exprimer un « souhait fort d’un débat ouvert », et « respectueux », où « la ‘messe’ n’est pas dite d’avance » et « serein, sans excommunications mutuelles ».
 La mise en ligne de ce texte intervient quelques jours seulement après la publication par l’UEPAL d’un document théologique préparatoire visant à recenser les arguments pour et contre sur cette question, qui sera débattue au sein d’une l’assemblée de l’Union les 28 et 29 juin prochain.
 Les institutions protestantes « historiques » (réformées et les luthériennes) qui réclament un débat sans a priori se distinguent de celles des courants évangéliques, qui partagent avec l’Église catholique le refus de reconnaître les couples homosexuels.

Religion catholique : Le questionnaire sur les familles montre le fossé entre le clergé et les fidèles

La pape avait encouragé en novembre une grande consultation sans tabous – enfants nés hors mariage, contraception, concubinage, divorcés remariés, unions homosexuelles – dans un sondage en 38 questions envoyé aux évêques, leur demandant de consulter les fidèles dans les paroisses. Ces réponses serviront à rédiger le document de travail de la prochaine assemblée extraordinaire d’évêques (synode) prévue à l’automne sur la famille.
 Certaines consultations ont été faites via internet. Les réponses très nombreuses sont synthétisées et parviennent actuellement au Vatican, avant le consistoire des cardinaux des 20 et 21 février.
 Le sondage montre que le fossé entre le clergé et les fidèles se creuse .
Le sondage sur l’Eglise et la famille lancé auprès des catholiques suisses à la demande du pape François a été dévoilé : sur  23.636 réponses, la plupart de catholiques engagés (90%) « attendent que l’Eglise reconnaisse et bénisse les divorcés remariés », et 60% « soutiennent le vœu de reconnaissance et de bénédiction par l’Eglise des couples homosexuels ».Les réponses montrent l’incompréhension des catholiques face au rejet doctrinal des couples remariés et face à l’opposition aux méthodes de contraception artificielles. «Il y a un très grand consensus dans les témoignages d’incompréhension et de refus envers la doctrine officielle», note le communiqué de la CES.      01

 Une majorité, mais pas de consensus, observe la CES: une proportion significative des fidèles rejette catégoriquement cette proposition (plus de 25%).
 «Les résultats de la consultation sont un coup de théâtre», admet Mgr Büchel, président de la Conférence des évêques suisses (CES) dans les colonnes de la «Tribune de Genève». 
 Parallèlement, comme le montrent aussi d’autres enquêtes, les sondés se montrent attachés au mariage religieux et à l’éducation chrétienne. « Le mariage est important pour 80%. Le souhait de donner une dimension religieuse à son propre couple et d’inclure la dimension religieuse dans les décisions essentielles de la vie est claire .Le souhait très fort d’une éducation religieuse des enfants recueille le plus fort taux d’adhésion de toute la consultation (97 %) », affirment les évêques suisses. 

  Les évêques allemands font aussi état de la non-observance des règles par nombre de catholiques engagés. La cohabitation avant-mariage par exemple « est quasi universelle », les jeunes catholiques jugeant même « irresponsable » de s’engager dans le mariage sans avoir éprouvé la solidité de leur lien. Ils jugent que les procédures d’annulation de mariage devant des tribunaux ecclésiastiques peuvent être « malhonnêtes ». « Le divorce et le remariage conduisent fréquemment à une prise de distance, beaucoup ne souhaitant plus être associés à une institution qu’ils considèrent comme sans miséricorde», reconnaissent les évêques allemands.
 Dans une interview au quotidien La Croix, Mgr Pierre-Marie Carré, vice-président de la Conférence épiscopale française, relève que « l’ouverture à la vie » – avec notamment l’opposition de l’Eglise à la contraception – et l’interdiction de la communion pour les divorcés remariés sont très souvent évoquées dans les réponses.