Archives de Tag: LGBT

USA: L’Église méthodiste maintient le refus du mariage et de l’ordination des homosexuels

Au terme d’un vif débat, l’Église méthodiste unie a voté mardi 26 février en faveur du maintien de la position traditionnelle de cette institution, qui refuse le mariage homosexuel et l’ordination de pasteurs homosexuels.
La question suscite la controverse depuis de nombreuses années. L’Église méthodiste unie (EMU) doit-elle célébrer des mariages entre personnes de même sexe et accepter de consacrer des pasteurs se disant homosexuels ?
Réunis en session extraordinaire du 23 au 26 février à Saint-Louis, aux États-Unis, les délégués de l’EMU ont dit non. Après de très vifs échanges, ils ont ainsi adopté à 438 voix contre 834 le « plan traditionnel ». Ce plan maintient la doctrine en vigueur et refuse toute évolution en matière d’accueil des personnes LGBT au sein de cette Église.
Plusieurs responsables craignent que les Eglises « progressistes » de l’union quittent la dénomination après cette décision.
Aux États-Unis, une grande partie des méthodistes souhaitaient voir l’Eglise accueillir les cérémonies LGBT et ouvrir le clergé à des personnes ouvertement gays, comme l’ont fait les Eglises épiscopale et presbytérienne du pays. Au moins deux tiers des délégués américains étaient favorables au « Plan pour une seule Eglise », plus inclusif.
« Mais la présence mondiale croissante parmi les 12 millions de membres a eu plus d’influence. Les méthodistes extérieurs aux Etats-Unis, favorables à des positions plus traditionnelles sur la sexualité, représentaient 41% des 864 délégués de la conférence générale. 30% venaient d’Afrique », rapporte encore Christianity Today.
Avec 7 millions de membres aux Etats-Unis, et 12 millions de fidèles dans le monde, l’Eglise méthodiste unie est la deuxième plus grande dénomination protestante du pays après la Convention baptiste du Sud.

Poster un commentaire

Classé dans religion

Montpellier :Six mois de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité pour Djamel Boumaaz

Le conseiller municipal et de la métropole, ex-FN, Djamel Boumaaz a été lourdement condamné ce mercredi par le tribunal correctionnel de Montpellier : il a écopé de six mois de prison avec sursis et de cinq ans d’inégibilité pour avoir démâté  le drapeau arc-en-ciel LGBT devant la mairie et l’avoir partiellement enterré en mai 2016.
C’était le 17 mai 2016 : pour la première fois, la Ville de Montpellier participait à la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT). Pour marquer son engagement en faveur de la tolérance et de la diversité, la municipalité de Philippe Saurel avait affiché les couleurs de l’arc-en-ciel, symbole de la communauté et des revendications LGBT, en hissant un rainbow flag sur le fronton de l’hôtel de ville, à côté des autres drapeaux officiels.
Un geste symbolique et très applaudi ce jour-là. Sauf que quelques heures plus tard, la fête était gâchée : Djamel Boumaaz, est filmé en train d’arracher le dit-drapeau de son mât puis à l’enterrer « symboliquement » dans la terre, « à sa place ».
Djamel Boumaaz, qui adore qu’on lui fasse de la publicité gratuite avait raconté avoir voulu « alerter l’opinion publique sur le lobby gay et lesbien (LGBT) qui envahit nos institutions. » -sic-. Dans la foulée de son acte qui avait ému et scandalisé en France, il avait participé à un « meeting de la droite nationale » organisé à Palavas-Les-Flots par les Comités Jeanne -en référence à Jeanne d’Arc-, en présence de leur leader de l’époque, Jean-Marie Le Pen.
Philippe Saurel avait désavoué l’élu esseulé au lendemain de l’épisode du drapeau LGBT. La Ville avait porté plainte auprès du procureur de la République, Christophe Barret, ainsi que la LGBT et d’autres associations. Elle ont abouti à ce procès, près de trois plus tard.
Conducteur des transports à la TaM 3M, Djamel Boumaaz a annoncé qu’il va interjeté appel de ce jugement.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info

Un influenceur menace Bilal Hassani sur son compte Instagram

Après avoir déclaré sur son compte Instagram qu’il voulait « frapper » et « tuer » le chanteur Bilal Hassani, l’influenceur Hatoumnight a vu son contrat rompu par la société qui le représentait auprès des annonceurs.
Lundi dernier, il s’en est pris violemment au chanteur queer en annonçant à ses suiveurs qu’il allait le « frapper », « cogner », « enculer » et même « tuer » Bilal Hassani .
« Je suis pas homophobe, hein. Mais lui là, lui j’ai envie de le niquer. J’ai envie de le tuer. Même si une association anti-homophobe elle m’attaque, j’en ai rien à foutre. Il est où ? Donnez moi une adresse où je peux le voir, je vais l’enculer, je vais le niquer et je vais le frapper », a t’il écrit .
Ces propos ont été remarqués par Alexis Aveniere, un salarié homosexuel de la société WeEvents qui s’occupe aussi de l’image de Hatoumnight.
Ce dernier est intervenu auprès de ses supérieurs pour les alerter sur les dérapages de l’influenceur et leur demander de s’en séparer. Ce qu’a décidé immédiatement l’entreprise de communication.
L’apprenant, Hatoumnight l’a violemment menacé, lui et un de ses collègues.
« Il m’a menacé de me gifler, puis de me défoncer la gueule devant mes collègues. Je suis parti du bureau en larmes, mon collègue est resté. Hatoum l’a menacé, lui a rappelé qu’il se prenait ‘des bites dans le cul toute la journée, qu’il n’était qu’un sale PD’ puis il lui a craché à la gueule avant d’être séparés » », raconte Alexis Aveniere.
Sur son compte Instagram, Hatoumnight publie régulièrement des courtes vidéos humoristiques de lui. En juin dernier, il se filmait notamment au côté de François Hollande le remerciant et lançant à l’ancien président de la République : « Moi, Macron, je ne l’aime pas trop ».

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info

L’Angola dépénalise l’homosexualité

L’Angola a décriminalisé l’homosexualité en retirant de son code pénal une clause sur les « vices contre nature » interprétée « comme une interdiction de tout comportement homosexuel ».
Cet article, supprimé le 23 janvier, était interprété comme une interdiction des relations sexuelles entre personnes de même sexe. Elle avait été instaurée par les Portugais lors de l’ère coloniale.
La communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) d’Angola affirme régulièrement faire l’objet de discriminations pour accéder à la santé et l’éducation.
« En renonçant à ce vestige archaïque (…) de l’époque coloniale, l’Angola rejette les discriminations » basées sur les orientations sexuelles, s’est réjoui  l’organisation Human Rights Watch (HRW), appelant « les 69 autres pays dans le monde qui criminalisent encore les relations homosexuelles à suivre l’exemple » de Luanda.
L’Angola est dirigé depuis 2017 par Joao Lourenço, qui a succédé à José Eduardo dos Santos après trente-huit ans d’un règne autoritaire.
Les deux hommes sont issus du même Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA). Mais M. Lourenço fait souffler un vent nouveau sur son pays. Il a congédié de nombreux barons de l’ancien régime. Son gouvernement a également légalisé en juin, pour la première fois, une association qui défend la cause LGBT.

Poster un commentaire

Classé dans info

Tunisie : 24 députés Européens, appartenant à l’Intergroupe LGBTI au Parlement européen,adressent une lettre ouverte aux autorités

24 députés Européens, appartenant à l’Intergroupe LGBTI au Parlement européen, viennent d’adresser une lettre ouverte aux autorités tunisiennes, l’exhortant de mettre fin “aux arrestations et à la torture des gays” en Tunisie.
Les députés dénoncent la pratique du test anal et de la théorie de conversion en Tunisie.
Dans ce cadre, ils soulignent que la pénalisation de l’homosexualité a été condamnée par plusieurs institutions internationales tel que le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.
Ils rappellent que les tests anaux et la thérapie de conversion, ont été eux aussi, dénoncés à maintes reprises par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme ou encore le Comité contre la torture.
Les députés Européens rappellent que la pratique des tests anaux a été particulièrement signalée dans Examen Périodique Universel de 2017 concernant la Tunisie.
Suivant de près la situation des homosexuels en Tunisie, les députés déplorent les arrestations de citoyens à cause de leur orientation sexuelle.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

USA: un groupe évangélique s’oppose au projet de loi anti-lynchage pour les LGBT

Une association évangélique réclame un amendement au projet de loi anti-lynchage approuvé à l’unanimité par le Sénat américain le mois dernier, exigeant que les protections accordées aux personnes LGBT soient retirées de la proposition avant le vote de la Chambre.
La loi, si elle estvotée, criminalisera l’acte de lynchage au niveau fédéral.
Selon la législation, les politiciens américains ont tenté de lutter contre le lynchage près de 200 fois, mais ont échoué à chaque fois en dépit du soutien de la présidence. Au moins 4 742 personnes – dont la majorité étaient noires – auraient été lynchées aux États-Unis entre 1882 et 1968, indique le projet de loi.
Cette fois, l’acte semble prêt pour le succès. Il a été présenté par les trois membres noirs du Sénat, le sénateur Cory Booker (New Jersey), la sénatrice Kamala Harris (Californie ) Et le sénateur Tim Scott (Caroline du Sud ).
L’adoption du projet de loi constituerait une victoire importante pour les groupes minoritaires aux États-Unis. La législation s’appliquera aux lynchages motivés par la «religion réelle ou supposée de la victime, son origine nationale, son sexe, son orientation sexuelle, son identité de genre ou son handicap».
Le Liberty Counsel, une organisation à but non lucratif qui fait la promotion des litiges liés aux valeurs chrétiennes évangéliques, a un problème particulier en ce qui concerne la protection des Américains LGBT par la loi.
Dans une interview accordée au journal conservateur OneNewsNow mardi, le président de Liberty Counsel, Mat Staver, a averti qu’offrir une protection à la communauté LGBT contre le lynchage permettrait à ses membres d’obtenir davantage de droits à l’avenir.
Staver a expliqué que l’avocat de son association fait maintenant pression sur les membres du Congrès dans le but de faire supprimer les références «d’orientation sexuelle» et «identité de genre» du projet de loi avant qu’il ne devienne loi.
Stephen Peters, porte-parole du groupe de défense des droits civils des LGBT, Human Rights Campaign, a déclaré à Newsweek : «Liberty Counsel s’attaque depuis longtemps aux personnes LGBTQ et à leurs familles en s’employant à ancrer la discrimination dans la loi et à saper les avancées en matière d’équité et d’égalité. Leur tentative de soustraire les personnes LGBTQ d’un projet de loi anti-lynchage montre leur animosité à l’égard des personnes LGBTQ. »
Le Liberty Counsel a été qualifié de «groupe haineux» anti-LGBT par le Southern Poverty Law Center. En novembre, elle a fait pression sur les législateurs pour qu’ils suppriment les discriminations anti-«orientation sexuelle» et «identité de genre» d’un accord commercial avec le Canada et le Mexique.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, religion

Darren Criss ne veut plus jouer de personnages gays

L’acteur américain Darren Criss a confié ne plus avoir envie d’incarner des personnages gays à la télévision.
Dans une interview accordée au site américain Bustle, le chouchou d’Hollywood a déclaré qu’il n’incarnerait plus à l’écran de personnages homosexuels. En fervent supporter de la communauté LGBT, l’acteur de 31 ans a expliqué sa décision par le fait qu’à ses yeux, les rôles de personnages homosexuels devraient davantage être confiés à des acteurs eux-mêmes homosexuels. « Il y a des rôles queer qui sont juste extraordinaires. Mais je veux m’assurer que je ne serai pas un autre mec hétérosexuel qui prendra le rôle d’un acteur gay« , a-t-il déclaré au micro de Bustle.
Depuis quelques années, de nombreux activistes dénoncent en effet le fait qu’Hollywood choisit régulièrement des comédiens hétérosexuels pour jouer des rôles homosexuels. Or, il est très rare, à l’inverse, que des acteurs gays soient embauchés pour incarner des personnages hétérosexuels. Ces mauvaises habitudes vont à l’encontre d’une meilleure représentation de la communauté LGBT à l’écran, une représentation pour laquelle Darren Criss se bat depuis toujours.
Récemment récompensé d’un Emmy Award pour son rôle dans The Assassination of Gianni Versace: American Crime Story, Darren Criss fera bientôt son retour sur grand écran. Fin 2019, il donnera la réplique Woody Harrelson, Luke Evans et Mandy Moore dans Midway, un drame historique signé Roland Emmerich.

Poster un commentaire

Classé dans people

Italie : un médecin condamnée pour des propos homophobes

Le tribunal de Turin a condamné Silvana De Mari  accusée de diffamation à l’encontre des homosexuels et du mouvement LGBT, pour avoir prétendu que « l’homosexualité est contre nature ». Elle devra payer une amende de 1 500 € et une amende provisoire de 2 500 euros à la Torino Pride Coordination et au réseau Lenford.
Silvana De Mari est une femme médecin et écrivain italienne, auteur de romans d’heroic fantasy dont Le Dernier Elfe (L’ultimo elfo) paru en 2004 et Le Dernier Orc (L’ultimo orco) publié l’année suivante.
Avant la lecture de la phrase, le Dr De Mari est revenue sur certaines accusations:  » Quand je dis que les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes courent un plus grand risque de contracter des maladies et des cancers, cela est documenté: si ces données n’étaient pas présentes, ce serait un processus sacro-saint « .
Le Dr De Mari explique que « les maladies sexuellement transmissibles augmentent en période de gay pride ». Enfin, elle a tenté de réfuter une affirmation: « On a prétendu que l’homosexualité n’était pas une maladie pour l’OMS. L’OMS n’est pas une association médicale, mais une association politique. Bien entendu, l’homosexualité n’est pas une maladie: la gale est une maladie « .
« La liberté de critiquer existe: mon devoir en tant que médecin est de lancer l’alerte sanitaire », a commenté De Mari. Selon son avoca « elle n’a été condamnée que pour une peine adressée au mouvement LGBT, mais pour le reste, c’est une sentence équilibrée car elle l’acquitte pour les ces critiques concernant le  comportement homosexuel ».
Les motivations du tribunal de Turin seront disponibles dans les 30 jours. De Mari a déjà annoncé quelle ferait appel.
De Mari est ouvertement homophobe et elle a souvent exprimé des postions critiques vers l’homosexualité.
Sur son blog, elle soutient que l’homophobie (un crime dans la plupart des États civilisé) est un droit humain . Comme médecin elle croit dans l’existence de  » maladies atroces qui viennent à ceux qui souffrent de la pénétration anale.
Alors en tant que psychothérapeute, en contraste avec APA (American Psychiatric Association), elle soutient que l’homosexualité n’existe pas. Il n’y a qu’une sexualité et les perdants biologiquement qui le rejettent. Elle a déclarée aussi que « L’APA,  gouverne le monde en utilisant un manuel de diagnostic statistique sans laquelle vous ne pouvez pas faire un diagnostic ou une expertise officielle.
Pour ces affirmations, l’Ordre des médecins italien a ouvert une procédure disciplinaire. Le Président de cet ordre a défini ces affirmations « hors du périmètre des connaissances scientifiques »

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

Mexique : un couple mexicain gay voit son mariage américain enfin reconnu

Daniel Berezowsky et Jaime Chávez Alor se sont rencontrés au lycée dans leur pays d’origine, le Mexique, il y a plus de dix ans, mais les deux hommes n’étaient n’étaient encore que des amis.
Ils ont seulement commencé à se fréquenter après s’être retrouvés sur Facebook en 2012.
La semaine dernière, Berezowsky, spécialiste en communication de l’organisation de défense des droits humains Shift, et Chávez Alor, avocat du Centre Vance pour la justice internationale, sont devenus le premier couple homosexuel à avoir un mariage célébré à l’extérieur du Mexique et reconnu par la loi mexicaine.
Le consul général du Mexique a célébré le mariage dans sa résidence de Manhattan devant environ 25 membres de la famille et amis du couple.
Peu de temps après leur mariage, le consulat du Mexique a publié un communiqué leur souhaitant tout le bonheur possible  et soulignait la pertinence de cet événement, qui « ouvre la voie aux couples mexicains du même sexe qui souhaitent se marier légalement à en mariage dans une ambassade ou un consulat de notre pays.  »
Le mariage est considéré comme une victoire majeure pour les Mexicains vivant à l’étranger qui souhaitent épouser une personne du même sexe et faire reconnaître leurs inions par leur pays d’origine.
Berezowsky, 32 ans, et Chávez Alor, 31 ans, qui vivent maintenant à New York, ont déclaré que la route qui les séparait de leur grand jour n’était pas facile. Les deux hommes, tous deux citoyens mexicains, ont passé plus de six mois à tenter d’obtenir une licence de mariage auprès du consulat général du Mexique à New York, mais cela à d’abord été refusés. Bien que les couples de même sexe puissent se marier légalement à Mexico et dans plusieurs des 31 États du pays, les mariages de même sexe ne sont pas légaux au regard du code fédéral mexicain.

Poster un commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel

Pays Bas : quand une émission sportive stigmatise les LGBT

Au Pays-Bas des voix de plus en plus nombreuses se font entendre contre le harcèlement systématique de la communauté LGBT par les commentateurs de football d’une émission de la chaîne de télévision RTL .
Le dernier épisode en date concerne la remarque de l’un d’eux ayant qualifié de « petits homos hystériques » deux adolescents gays amateurs de football à l’origine d’une pétition auprès de la Fédération de football néerlandaise demandant de faire cesser les discriminations dans ce sport. « Il suffit d’un peu de cran pour sortir du placard », a-t-on entendu durant la dernière diffusion de l’émission « Voetbal Inside ».
Voici quelques semaines, ces journalistes avaient été particulièrement irrévérencieux envers un confrère belge transgenre en se présentant devant les caméras avec des perruques aux cheveux longs. « Appelez-moi Renata, et non plus René », avait raillé l’un d’eux.
Ces débordements devant les caméras ont fini par soulever un vent de protestations. La ministre en charge de l’émancipation, Ingrid van Engelshoven, est montée au créneau pour demander aux commentateurs de s’expliquer avec elle au cours d’un débat public. Pour leur part, les réseaux sociaux ont lancé une campagne hashtag pour faire réfléchir plus « loin que le bout de leur nez » ce trio de commentateurs sportifs. Nombre d’internautes LGBT y font part de leurs expériences malheureuses face à leur orientation sexuelle, notamment dans les milieux sportifs.
Les sponsors de l’émission, Heineken et Gillette connus pour leur politique d’intégration et d’inclusion, avaient déjà par le passé demandé des explications à la chaîne RTL qui diffuse l’émission. Mais elle s’est toujours défendue, estimant que les frontières de la discrimination n’avaient jusqu’à présent jamais été franchies. De son côté, la Fédération de football s’est, elle, prononcée en faveur d’une prochaine campagne de lutte contre l’homophobie dans les stades.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal