Archives de Tag: LGBT

L’organisation des gays républicains apporte son soutien à Trump pour sa réélection

Les gays républicains de Log Cabin n’avaient pas considéré Donald Trump comme digne de soutien en 2016, mais ils ont changé d’avis pour la campagne à venir.
L’annonce du soutien officiel à la réélection du président américain par les gays républicains a ébranlé la communauté homosexuelle.
Le directeur de l’organisation, Robert Kabel, a confirmé ce soutien au président en poste la semaine dernière dans un article paru dans le Washington Post.
Lors des dernières élections de 2016, les républicains homosexuels avaient refusé de soutenir Trump en raison de ses positions hostiles aux personnes LGBT.
Pour justifier leur revirement, les Log Cabins affirment que Trump a répondu à de nombreuses demandes de la communauté LGBT. À titre d’exemple, ils ont mentionné que Trump travaillait au niveau international pour mettre fin à la criminalisation de l’homosexualité alors que la plupart des militants LGBT avaient critiqué le fait que cette initiative était en grande partie symbolique et Trump avait toujours clairement indiqué que les avantages économiques découlant des relations bilatérales étaient plus importants pour lui que les droits humains.
Plus improbable encore, Log Cabin soutient que les réductions d’impôts ont aidé « les familles LGBTQ à se nourrir » ou que les « négociations agressives sur les accords commerciaux » ont assuré les emplois de personnes LGBT.
Dans l’article du Washington Post, les Log Cabins minimisent les critiques adressées au président par les militants LGBT. Parmi les exemples de politiques anti-LGBT figurent pourtant la réintroduction de l’interdiction des transgenres dans l’armée américaine, des restrictions en matière de santé ou la justification rampante de la discrimination des personnes LGBT au nom de la « liberté religieuse », sans parler de la nomination de juges archi-conservateurs à la Cour suprême.
Même au sein des républicains de Log Cabin, ce soutien a suscité des critiques et des réactions. Par exemple, Robert Turner, l’ancien directeur régional de l’organisation à Washington, D.C., a déclaré qu’il quittait le groupe. « J’ai coupé mes relations avec les républicains de Log Cabin », écrit-il sur Facebook.
Donald Trump est considéré comme le président le plus hostile aux LGBT depuis Ronald Reagan. L’ex-acteur est accusé de n’avoir rien fait contre la crise du sida, car celle-ci concernait principalement des hommes homosexuels.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, politique

Saint-Étienne: fête des fiertés LGBT le 1er juin

La communauté LGBT de Saint-Étienne organise le 1er juin une « Rainbow party », une fête des fiertés LGTB
C’est la première fois qu’un tel événement se tient à Saint-Étienne.
Il n’y aura pas de parade dans la ville mais une journée festive autour des fiertés LGBT (lesbienne, gay, bi ou trans). Ce sera le 1er juin avec une « Rainbow party ». Traduisez « fête arc-en-ciel », le symbole de la communauté LGBT. Le rendez-vous est fixé en plein centre-ville de Saint-Étienne, rue Louis-Braille.
Au programme : défilé de mode et show transformiste notamment, et la présence des associations LGBT stéphanoises.
Plus de visibilité mais aussi et surtout plus de dialogue, alors que selon le dernier rapport annule de SOS Homophobie, l’année 2018 a été celle du record d’agressions physiques à caractère homophobe en France. 231 faits ont été signalés selon l’association, soit une hausse de 66% par rapport à 2017. « 2018 a été une année noire pour les personnes LGBT », écrivent les coprésidents de SOS Homophobie Véronique Godet et Joël Deumier, en préambule de leur rapport.

Poster un commentaire

Classé dans info

le Parlement de Taïwan légalise le mariage gay

Le Parlement taïwanais a légalisé le mariage entre personnes de même sexe. Il s’agit d’une première en Asie, deux ans après une décision historique en ce sens de la plus haute juridiction de l’île.
Les députés taïwanais ont largement voté une loi permettant aux couples homosexuels de former « des unions permanentes exclusives » ainsi qu’une clause qui leur permet de demander une inscription par l’administration au « registre des mariages ».
Partisans et adversaires du mariage pour tous se sont mobilisés à l’extérieur du Parlement à Taipei dans alors que le débat législatif qui s’annonçait très long et conflictuel. En mai 2017, la Cour constitutionnelle de Taïwan avait rendu un arrêt historique, jugeant anticonstitutionnel le fait de priver les personnes de même sexe du droit de se marier.
La Cour avait alors donné jusqu’au 24 mai 2019 au gouvernement pour modifier la loi, en précisant que le mariage pour tous deviendrait une réalité si rien n’était fait, ce qui serait historique à l’échelle du continent asiatique.

1 commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel

Vatican: Des militants LGBT reçus par le secrétaire du Vatican

Des militants LGBT ont été reçus pendant plus d’une heure par le secrétaire du Vatican, le cardinal Pietro Parolin. Ils sont venus demander à l’Eglise catholique de prendre position pour condamner la criminalisation de l’homosexualité, encore en vigueur dans de nombreux pays.
Pendant la rencontre, une étude sur la criminalisation de l’homosexualité dans les pays des Caraïbes a été remise au secrétaire d’Etat du Saint-Siège, qui a manifesté son intérêt.
« Je pense qu’il serait très important qu’une position officielle, une déclaration du Vatican ou du pape lui-même soit faite, où l’Eglise dise clairement qu’elle condamne la criminalisation, quel que soit le sexe ou le genre des personnes. C’est ça qui est important », explique l’auteur du rapport, l’avocat argentin Leonardo Raznovich.
Selon celui-ci, le pape François aurait fait jouer de son influence pour que l’Eglise au Belize retire son appel après que la Cour suprême a jugé inconstitutionnel une loi pénalisant l’homosexualité.
Le cardinal Parolin a tenu à rappeler l’opposition de l’Eglise à toute violence contre les personnes et promis de faire remonter cette rencontre au pape François. Pour les militants LGBT, un dialogue s’est désormais ouvert. Sur 70 pays pénalisant encore l’homosexualité dans le monde, six prévoient toujours la peine de mort.

Poster un commentaire

Classé dans religion

USA: L’Église méthodiste maintient le refus du mariage et de l’ordination des homosexuels

Au terme d’un vif débat, l’Église méthodiste unie a voté mardi 26 février en faveur du maintien de la position traditionnelle de cette institution, qui refuse le mariage homosexuel et l’ordination de pasteurs homosexuels.
La question suscite la controverse depuis de nombreuses années. L’Église méthodiste unie (EMU) doit-elle célébrer des mariages entre personnes de même sexe et accepter de consacrer des pasteurs se disant homosexuels ?
Réunis en session extraordinaire du 23 au 26 février à Saint-Louis, aux États-Unis, les délégués de l’EMU ont dit non. Après de très vifs échanges, ils ont ainsi adopté à 438 voix contre 834 le « plan traditionnel ». Ce plan maintient la doctrine en vigueur et refuse toute évolution en matière d’accueil des personnes LGBT au sein de cette Église.
Plusieurs responsables craignent que les Eglises « progressistes » de l’union quittent la dénomination après cette décision.
Aux États-Unis, une grande partie des méthodistes souhaitaient voir l’Eglise accueillir les cérémonies LGBT et ouvrir le clergé à des personnes ouvertement gays, comme l’ont fait les Eglises épiscopale et presbytérienne du pays. Au moins deux tiers des délégués américains étaient favorables au « Plan pour une seule Eglise », plus inclusif.
« Mais la présence mondiale croissante parmi les 12 millions de membres a eu plus d’influence. Les méthodistes extérieurs aux Etats-Unis, favorables à des positions plus traditionnelles sur la sexualité, représentaient 41% des 864 délégués de la conférence générale. 30% venaient d’Afrique », rapporte encore Christianity Today.
Avec 7 millions de membres aux Etats-Unis, et 12 millions de fidèles dans le monde, l’Eglise méthodiste unie est la deuxième plus grande dénomination protestante du pays après la Convention baptiste du Sud.

Poster un commentaire

Classé dans religion

Montpellier :Six mois de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité pour Djamel Boumaaz

Le conseiller municipal et de la métropole, ex-FN, Djamel Boumaaz a été lourdement condamné ce mercredi par le tribunal correctionnel de Montpellier : il a écopé de six mois de prison avec sursis et de cinq ans d’inégibilité pour avoir démâté  le drapeau arc-en-ciel LGBT devant la mairie et l’avoir partiellement enterré en mai 2016.
C’était le 17 mai 2016 : pour la première fois, la Ville de Montpellier participait à la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie (IDAHOT). Pour marquer son engagement en faveur de la tolérance et de la diversité, la municipalité de Philippe Saurel avait affiché les couleurs de l’arc-en-ciel, symbole de la communauté et des revendications LGBT, en hissant un rainbow flag sur le fronton de l’hôtel de ville, à côté des autres drapeaux officiels.
Un geste symbolique et très applaudi ce jour-là. Sauf que quelques heures plus tard, la fête était gâchée : Djamel Boumaaz, est filmé en train d’arracher le dit-drapeau de son mât puis à l’enterrer « symboliquement » dans la terre, « à sa place ».
Djamel Boumaaz, qui adore qu’on lui fasse de la publicité gratuite avait raconté avoir voulu « alerter l’opinion publique sur le lobby gay et lesbien (LGBT) qui envahit nos institutions. » -sic-. Dans la foulée de son acte qui avait ému et scandalisé en France, il avait participé à un « meeting de la droite nationale » organisé à Palavas-Les-Flots par les Comités Jeanne -en référence à Jeanne d’Arc-, en présence de leur leader de l’époque, Jean-Marie Le Pen.
Philippe Saurel avait désavoué l’élu esseulé au lendemain de l’épisode du drapeau LGBT. La Ville avait porté plainte auprès du procureur de la République, Christophe Barret, ainsi que la LGBT et d’autres associations. Elle ont abouti à ce procès, près de trois plus tard.
Conducteur des transports à la TaM 3M, Djamel Boumaaz a annoncé qu’il va interjeté appel de ce jugement.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info

Un influenceur menace Bilal Hassani sur son compte Instagram

Après avoir déclaré sur son compte Instagram qu’il voulait « frapper » et « tuer » le chanteur Bilal Hassani, l’influenceur Hatoumnight a vu son contrat rompu par la société qui le représentait auprès des annonceurs.
Lundi dernier, il s’en est pris violemment au chanteur queer en annonçant à ses suiveurs qu’il allait le « frapper », « cogner », « enculer » et même « tuer » Bilal Hassani .
« Je suis pas homophobe, hein. Mais lui là, lui j’ai envie de le niquer. J’ai envie de le tuer. Même si une association anti-homophobe elle m’attaque, j’en ai rien à foutre. Il est où ? Donnez moi une adresse où je peux le voir, je vais l’enculer, je vais le niquer et je vais le frapper », a t’il écrit .
Ces propos ont été remarqués par Alexis Aveniere, un salarié homosexuel de la société WeEvents qui s’occupe aussi de l’image de Hatoumnight.
Ce dernier est intervenu auprès de ses supérieurs pour les alerter sur les dérapages de l’influenceur et leur demander de s’en séparer. Ce qu’a décidé immédiatement l’entreprise de communication.
L’apprenant, Hatoumnight l’a violemment menacé, lui et un de ses collègues.
« Il m’a menacé de me gifler, puis de me défoncer la gueule devant mes collègues. Je suis parti du bureau en larmes, mon collègue est resté. Hatoum l’a menacé, lui a rappelé qu’il se prenait ‘des bites dans le cul toute la journée, qu’il n’était qu’un sale PD’ puis il lui a craché à la gueule avant d’être séparés » », raconte Alexis Aveniere.
Sur son compte Instagram, Hatoumnight publie régulièrement des courtes vidéos humoristiques de lui. En juin dernier, il se filmait notamment au côté de François Hollande le remerciant et lançant à l’ancien président de la République : « Moi, Macron, je ne l’aime pas trop ».

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info

L’Angola dépénalise l’homosexualité

L’Angola a décriminalisé l’homosexualité en retirant de son code pénal une clause sur les « vices contre nature » interprétée « comme une interdiction de tout comportement homosexuel ».
Cet article, supprimé le 23 janvier, était interprété comme une interdiction des relations sexuelles entre personnes de même sexe. Elle avait été instaurée par les Portugais lors de l’ère coloniale.
La communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) d’Angola affirme régulièrement faire l’objet de discriminations pour accéder à la santé et l’éducation.
« En renonçant à ce vestige archaïque (…) de l’époque coloniale, l’Angola rejette les discriminations » basées sur les orientations sexuelles, s’est réjoui  l’organisation Human Rights Watch (HRW), appelant « les 69 autres pays dans le monde qui criminalisent encore les relations homosexuelles à suivre l’exemple » de Luanda.
L’Angola est dirigé depuis 2017 par Joao Lourenço, qui a succédé à José Eduardo dos Santos après trente-huit ans d’un règne autoritaire.
Les deux hommes sont issus du même Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA). Mais M. Lourenço fait souffler un vent nouveau sur son pays. Il a congédié de nombreux barons de l’ancien régime. Son gouvernement a également légalisé en juin, pour la première fois, une association qui défend la cause LGBT.

Poster un commentaire

Classé dans info

Tunisie : 24 députés Européens, appartenant à l’Intergroupe LGBTI au Parlement européen,adressent une lettre ouverte aux autorités

24 députés Européens, appartenant à l’Intergroupe LGBTI au Parlement européen, viennent d’adresser une lettre ouverte aux autorités tunisiennes, l’exhortant de mettre fin “aux arrestations et à la torture des gays” en Tunisie.
Les députés dénoncent la pratique du test anal et de la théorie de conversion en Tunisie.
Dans ce cadre, ils soulignent que la pénalisation de l’homosexualité a été condamnée par plusieurs institutions internationales tel que le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.
Ils rappellent que les tests anaux et la thérapie de conversion, ont été eux aussi, dénoncés à maintes reprises par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme ou encore le Comité contre la torture.
Les députés Européens rappellent que la pratique des tests anaux a été particulièrement signalée dans Examen Périodique Universel de 2017 concernant la Tunisie.
Suivant de près la situation des homosexuels en Tunisie, les députés déplorent les arrestations de citoyens à cause de leur orientation sexuelle.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

USA: un groupe évangélique s’oppose au projet de loi anti-lynchage pour les LGBT

Une association évangélique réclame un amendement au projet de loi anti-lynchage approuvé à l’unanimité par le Sénat américain le mois dernier, exigeant que les protections accordées aux personnes LGBT soient retirées de la proposition avant le vote de la Chambre.
La loi, si elle estvotée, criminalisera l’acte de lynchage au niveau fédéral.
Selon la législation, les politiciens américains ont tenté de lutter contre le lynchage près de 200 fois, mais ont échoué à chaque fois en dépit du soutien de la présidence. Au moins 4 742 personnes – dont la majorité étaient noires – auraient été lynchées aux États-Unis entre 1882 et 1968, indique le projet de loi.
Cette fois, l’acte semble prêt pour le succès. Il a été présenté par les trois membres noirs du Sénat, le sénateur Cory Booker (New Jersey), la sénatrice Kamala Harris (Californie ) Et le sénateur Tim Scott (Caroline du Sud ).
L’adoption du projet de loi constituerait une victoire importante pour les groupes minoritaires aux États-Unis. La législation s’appliquera aux lynchages motivés par la «religion réelle ou supposée de la victime, son origine nationale, son sexe, son orientation sexuelle, son identité de genre ou son handicap».
Le Liberty Counsel, une organisation à but non lucratif qui fait la promotion des litiges liés aux valeurs chrétiennes évangéliques, a un problème particulier en ce qui concerne la protection des Américains LGBT par la loi.
Dans une interview accordée au journal conservateur OneNewsNow mardi, le président de Liberty Counsel, Mat Staver, a averti qu’offrir une protection à la communauté LGBT contre le lynchage permettrait à ses membres d’obtenir davantage de droits à l’avenir.
Staver a expliqué que l’avocat de son association fait maintenant pression sur les membres du Congrès dans le but de faire supprimer les références «d’orientation sexuelle» et «identité de genre» du projet de loi avant qu’il ne devienne loi.
Stephen Peters, porte-parole du groupe de défense des droits civils des LGBT, Human Rights Campaign, a déclaré à Newsweek : «Liberty Counsel s’attaque depuis longtemps aux personnes LGBTQ et à leurs familles en s’employant à ancrer la discrimination dans la loi et à saper les avancées en matière d’équité et d’égalité. Leur tentative de soustraire les personnes LGBTQ d’un projet de loi anti-lynchage montre leur animosité à l’égard des personnes LGBTQ. »
Le Liberty Counsel a été qualifié de «groupe haineux» anti-LGBT par le Southern Poverty Law Center. En novembre, elle a fait pression sur les législateurs pour qu’ils suppriment les discriminations anti-«orientation sexuelle» et «identité de genre» d’un accord commercial avec le Canada et le Mexique.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, religion