Israël : Le don du sang ouvert aux homosexuels

L’année dernière, le ministère de la Santé a annoncé que les hommes homosexuels pouvaient donner du sang, mais seulement si 12 mois s’étaient écoulés depuis leur dernier rapport sexuel.
Mais une coalition de groupes de défense des droits des homosexuels, comprenant entre autre le groupe de travail israélien sur le SIDA et le groupe de travail Agudah LGBT ont contesté la procédure comme «non pertinente et irréaliste».
Le Dr Eilat Shinar, directeur des services de collecte de sang au  MDA (Magen David Adom, un organisme de services d’urgence en Israël) , a mis au point une procédure spéciale qui testera le sang une fois lors du don et une seconde fois avant la perfusion, a indiqué MDA dans un communiqué. Dans l’intervalle, le sang sera congelé pendant quatre mois dans un congélateur spécial.
Mercredi, le ministère de la Santé a accepté la procédure du double test sur une base d’essai de deux ans, ce qui signifie que les hommes homosexuels et bisexuels n’auront plus besoin d’attendre entre une rencontre sexuelle et un don de sang.
À l’origine, les hommes gays et bisexuels étaient interdits de donner du sang par crainte du sida, bien que ces dernières années, des pays du monde entier aient commencé à modifier leurs procédures à l’égard des donneurs de sang homosexuels.
En France, les hommes homosexuels peuvent de nouveau donner leur sang, mais sous certaines conditions, notamment une abstinence d’un an.
Aux États-Unis, les hommes homosexuels ont été empêchés de donner du sang entre 1985 et 2015, date à laquelle la Food and Drug Administration a accepté de laisser les hommes homosexuels qui avaient été célibataires pendant 12 mois. L’ agence a accepté de poursuivre l’étude de la question après la fusillade de la discothèque Pulse à Orlando, en Floride, en juin 2016, lorsque de nombreux hommes homosexuels se sont vu refusés refusé de donner du sang à des amis blessés dans l’attaque.
Le Royaume-Uni a eu une politique similaire, même si cet été, il a rétrogradé ses exigences d’un an à trois mois de célibat avant de faire un don.

Israel : Des manifestants LGBT accrochent un drapeau gay devant le bureau du grand rabbin de Jérusalem

01Des manifestants ont accroché dans la nuit de samedi à dimanche un drapeau arc-en-ciel homosexuel sur les bureaux du grand rabbinat de Jérusalem, pour protester contre des déclarations du grand rabbin séfarade de la capitale Shlomo Amar, à propos de la communauté homosexuelle.
Il avait déclaré la semaine dernière que l’homosexualité était une « abomination » pendant un entretien avec un quotidien israélien. Les mêmes couleurs arc-en-ciel ont été dessinées à la craie, dans le chemin d’accès à l’immeuble.
Amar, qui était précédemment le grand rabbin séfarade du pays, a fait ses déclarations controversées pendant un entretien avec le quotidien Israël HaYom publié vendredi, s’attirant la condamnation et une plainte contre incitation [à la haine].
« J’appelle ça un culte. C’est un culte d’abomination, c’est évident. C’est une abomination, a déclaré Amar. La Torah dit que c’est passible de la peine de mort. C’est la première des offenses graves […]. Ils disent ‘tendance’, ‘perversion’, ça n’a aucun sens. C’est un désir, et une personne peut le surmonter si elle le veut, comme tous les désirs. Cela fait partie des désirs les plus interdits, les plus graves. »
Amar a déclaré avoir refusé d’assister à un service commémoratif en hommage à Shira Banki, une adolescente de 16 ans poignardée à mort par un ultra-orthodoxe pendant la Gay Pride 2015 de Jérusalem, car sa famille avait refusé de lire à voix haute une condamnation de l’homosexualité qu’il avait écrite dans la lettre de condoléances qu’il leur avait adressée. Amar a raconté avoir dit aux parents de Shira que « si vous voulez que son âme aille au paradis, [vous devez] vous repentir de vos habitudes diaboliques. »
Les remarques d’Amar ont affronté la colère des membres de la communauté LGBT et des défenseurs des libertés civiques en Israël.
Oded Fried, militant des droits LGBTQ et ancien directeur de la Taskforce LGBT israélienne, a porté plainte la semaine dernière auprès de la police, déclarant que les remarques d’Amar constituaient de l’incitation au sectarisme.

Israel : le gouvernement subventionne la communauté LGBT

israelLes 5 M $ sur deux ans qui seront donnés à la communauté LGBT  s’est attirée les critiques.
Le gouvernement donnera 10 millions de shekels (soit environ 2,37 millions d’euros) par an, sur les deux prochaines années, à divers ministères pour subventionner des initiatives qui bénéficieront à la communauté israélienne LGBT, a déclaré Moshe Kahlon, ministre des Finances mercredi, selon Haaretz.
« Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une étape cruciale sur la voie de l’égalité pour la communauté LGBT en Israël », a déclaré Ohad Hizki, directeur de l’Israeli National LGBT Task Force, selon Haaretz.
En avril, les activistes LGBT ont violemment critiqué une initiative du ministère du Tourisme, qui consistait à dépenser 11 millions de shekels (2,6 millions d’euros) pour augmenter le tourisme gay dans le pays, alors que le gouvernement avait alloué 1,5 million de shekels (354 000 d’euros) aux groupes LGBT. Les dirigeants de la communauté LGBT ont appelé le gouvernement à augmenter leurs subventions pour la communauté.
Le programme annoncé mercredi inclut un financement pour les groupes de soutien et les groupes étudiants LGBT, un programme anti-discrimination et une commission dédiée à l’approbation des opérations de chirurgie de réattribution sexuelle, au Centre médical Sheba à Tel Hashomer.
Kahlon a également déclaré que chaque ministère créera un poste destiné à combattre les discriminations à l’encontre de la communauté LGBT.