Archives de Tag: bresil

Brésil : le candidat d’extrême droite affirme que le «Guide du zizi sexuel» de Zep fait partie d’un kit scolaire homosexuel

Invité mardi pour une grande interview sur une chaîne de télé brésilienne, Jair Bolsonaro , l’un des favoris à la présidentielle, est arrivé avec «Le guide du zizi sexuel» de Zep sous le bras.
Le candidat d’extrême-droite , qui pourrait être présent au deuxième tour, crédité de plus de 20% des voix, a toutefois attendu plus d’un quart d’heure avant de brandir le livre. Il l’a fait au moment où on lui parlait de son homophobie. Qu’il ne cache pas puisque il a par le passé déclaré qu’il «préférerait voir son fils tué dans un accident plutôt qu’homosexuel».
Lors de l’émission, il a affirmé que ce livre, qui est l’éducation sexuelle expliquée par Titeuf, faisait partie du «kit gay» distribué dans les écoles, sous entendu que l’éducation publique encourageait l’homosexualité.
Zep, à qui l’on a appris la nouvelle mercredi, n’est pas surpris. «Je n’ai pas vu cette dernière interview, mais je connais Bolsonaro. Il y a deux ans, au festival d’Angoulême, j’avais rencontré des Brésiliens qui m’ont expliqué que ce politicien d’extrême-droite s’en prenait au Guide. Je suis allé voir les vidéos de la chaîne Youtube de Bolsonaro. En effet, il critiquait déjà le livre et passait son doigt dans la page trouée.»
Visblement, le politicien a une dent contre l’ouvrage écrit en 2001 par Zep et Hélène Brüller. «En même temps, il est contre beaucoup de choses, fait remarquer le dessinateur genevois. Je ne suis jamais allé au Brésil, mais s’il devient président, je ne pense pas qu’on m’invitera pour des dédicaces». Zep ignore d’ailleurs si Titeuf est célèbre au pays du football. «Je ne connais pas les chiffres de vente par pays. En revanche, je sais que le Guide a une version brésilienne, différente de la version portugaise. Mais j’ignore s’il fait partie du matériel scolaire. Je n’ai pas connaissance d’un pays où il serait un manuel officiel. En revanche, je sais que certains profs s’en servent et qu’il figure dans des bibliothèques scolaires.»

Poster un commentaire

Classé dans info

Bresil : La vidéo virale du lynchage d’une ado trans dans le nord-est du Brésil relance le débat sur l’invisibilité des crimes de haine

La vidéo est insoutenable: une jeune personne en t-shirt rouge et bermuda blanc hurle, terrorisée. Elle est poursuivie par au moins cinq garçons. Elle s’écroule, sous des jets de pierres et des coups de bâtons et de hache. Elle est encore frappée à terre avec une brutalité inouïe. Les ados s’acharnent encore sur son corps inanimé, qui gît au milieu des détritus.
Après avoir été censurée sur les réseaux sociaux, cette séquence de 47 secondes est devenue virale sur les messageries, sous le titre «Assassinat d’un gay au Brésil». De fait, on entend un des assaillants traiter la victime de «viadinho», une insulte homophobe. D’après des sources syndicales citées par Esquerda Diario, celle-ci était une travesti en cours de transition.
La police a finalement communiqué cette semaine sur ce crime. Le nom de la victime était Wesley Tiago de Sousa Carvalho, 17 ans. Le lynchage a été perpétré le 30 décembre 2017 dans le quartier touristique de Praia do Futuro, à Fortaleza (nord-est). Toutefois, les enquêteurs ont écarté la thèse du crime de haine, ajoutant n’avoir aucune information sur l’orientation sexuelle et sur l’identité de genre de Wesley. Il s’agirait d’un «règlement de comptes entre gangs».
Cette conclusion rapide laisse la communauté LGBT locale sceptique. «Face à une réalité où ces assassinats se suivent, on se retrouve dans la plupart des cas sans la moindre enquête. Et si enquête il y a, elle vise à nier l’existence de LGBT-phobie», écrit le site anticapitaliste Esquerda Diario. Les crimes visant les gays, lesbiennes, bi et trans seraient ainsi classés de manière routinière comme suicides, crimes passionnels ou alors mis sur le compte de la guerre des gangs.
A Fortaleza, le drame du 30 décembre rappelle le massacre d’une femme trans de 42 ans, Dandara, également filmé, qui avait horrifié l’opinion au début de l’année 2017. Sur 115 travestis assassinées cette année-là jusqu’en septembre, seul ce cas avait été traité par la justice. Dix de ses assaillants présumés ont été inculpés. Un projet de loi qui porte le nom de Dandara a été soumis au Congrès, il prévoit de considérer la haine LGBT-phobe comme circonstance aggravante.
Le Brésil détient le triste record des meurtres de personnes LGBT: 331 en 2016, soit un toutes les 25 heures. Socialement très exposées, les transsexuelles et travestis sont surreprésentées dans ces statistiques. Leur espérance de vie est d’à peine 35 ans, selon des chiffres présentés à l’ONU. Pour la militante Virgínia Guitzel, «l’Etat est complice de la violence, parce qu’il ne prend pas la défense des LGBT, nie leur existence, exclut et marginalise».
source : 360.ch

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info

Bresil : la 22 eme édition de la gay pride de Rio de Janeiro

Ils étaient des milliers de personnes à s’être réunies dimanche sur la plage de Copacabana pour la Gay pride de Rio de Janeiro.
Pour la première fois en 22 éditions, l’événement n’était pas été organisé à l’aide de subventions municipales. Il a failli être annulé, mais une campagne de financement sur internet et des sponsors privés ont contribué à le maintenir à flot tant bien que mal.
Le manque de moyens a obligé les organisateurs à réduire de moitié le nombre de chars du défilé, passé à six, contre douze l’an passé, quand 600.000 personnes s’étaient pressées à Copacabana.
À la tête de la mairie depuis le début de l’année, M. Crivella, célèbre pour ses prises de position ultra-conservatrices, avait déjà essuyé de fortes critiques en annonçant son intention de réduire de moitié les subventions octroyées aux écoles de samba du Carnaval.
La mairie a affirmé avoir fournir un « soutien logistique » et avoir contribué à l’obtention des sponsors privés pour la Gay Pride, par le biais d’une loi permettant à des entreprises privées de déduire de leurs impôts le financement de projets culturels.
Le Brésil est l’un des pays les plus touchés par la violence homophobe, avec 340 meurtres en 2016, un toutes les 25 heures selon les chiffre du Grupo Gay da Bahia.
Ces derniers mois, de vives polémiques ont eu lieu au Brésil autour de l’annulation de manifestations culturelles sous pression de groupes ultra-conservateurs liés à des Eglises évangéliques.
D’autres controverses sont liées à une décision de justice donnant la possibilité de traitements psychologiques de « réorientation sexuelle », surnommés les « cures gay ».

Poster un commentaire

Classé dans info

Bresil : une chanson pour combattre l’homophobie

Le dimanche 19 novembre 2017 aura lieu la grande gay pride de Rio de Janeiro . La semaine des festivités débutera ce 13 novembre.
De nombreux chanteurs se sont réunies pour faire une chanson contre les violences anti-LGBT au Brésil .
En effet, ce pays détient le triste record des meurtres sur des personnes LGBT dans le monde: 343 victimes de crimes homophobes en 2016.
La chanson intitulée “Igual” sera l’hymne de la Rio Pride cette année et tous les fonds récoltés seront reversés à l’ONG Grupo Acro-Iris pour aider la communauté LGBT brésilienne.
La chanson est disponible sur Spotify, iTunes, Deezer, Apple Music, Google Play…

Poster un commentaire

Classé dans info

Brésil: La justice autorise les psychologues à proposer des thérapies de réorientation sexuelle

Une décision du juge Waldemar Claudio de Carvalho autorise l’application de thérapies dites de » conversion » aux personnes homosexuelles au Brésil, à condition qu’elles soient effectuées en privé mais n’autorise pas leur publicité.
Carvalho donne raison à un groupe de psychologues conservateurs qui, revendiquant le principe de la liberté scientifique, défendent les thérapies de conversion, expressément interdites par le Conseil fédéral de psychologie du Brésil (CFP ) en 1999.
Le juge fédéral Waldemar de Carvalho a considéré qu’il n’était pas possible de les empêcher de proposer des « thérapies de réorientation sexuelle » aux homosexuels qui le désirent.
La décision du juge va à l’encontre des avis du conseil national de psychologie et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a retiré l’homosexualité de la liste des maladies en 1990.
Le conseil fédéral de lpsychologie va aussi faire appel de cette décision considérant qu’elle viole les Droits de l’homme. »La décision rendue le 15 septembre ouvre la possibilité dangereuse d’utiliser des traitements de renversement sexuel; l’action a été conduite par un groupe de psychologues qui a défendu cette pratique, ce qui représente une violation des droits de l’homme et n’a aucune base scientifique « , affirme le Conseil .
Il fait aussi valoir que la plupart du temps, ce sont les parents qui imposent ces thérapies à leurs enfants homosexuels, et non les patients eux-mêmes qui les recherchent.
Les professionnels ne sont pas les seuls à contester la décision judiciaire, les défenseurs des droits LGBT se mobilisent pour la contester. Des manifestations sont prévues dans les grandes villes du pays sont organisées samedi 23 septembre.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, Sante

Bresil : la vidéo d’un père transgenre et de son fils

La fête des pères est célébrée au Brésil le dimanche 13 août
A cette occasion, le groupe militant pour les droits des personnes issues de la communauté LGBT « Grupo Gay de Bahia » a publié une vidéo d’un père et de son fils, et de l’amour inconditionnel qui les unit.
Dans cette vidéo, qui illustre l’histoire vraie de Cezar Sant’Anna, on peut entendre le fils de Cezar évoquer toutes les raisons pour lesquelles il aime son père .
Avant d’être père, Cezar était une mère du nom de Beatriz; elle a donné naissance à son enfant, avant de devenir un homme.
« Tu sais papa, je pense que tu es le papa le plus spécial du monde, tu es le plus fort, le plus drôle et le plus gentil de tous. Quand je serai grand, je voudrais être comme toi ».
« Mais tu sais papa, ce que j’aime le plus à propos de toi? », demande ce fils à son père. « C’est de savoir… que je suis venu de ton ventre », a-t-il répondu, en touchant une photo de son père, qui attendait son petit garçon.
« Cezar a accepté de participer à ce film pour inspirer les autres à se battre pour un monde sans préjugés. Cette année Cezar célèbre sa première fête des pères », peut-on lire sur cette vidéo. « L’amour n’a pas de genre ».

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité

Brésil : un jeune gay de 18 ans assassiné

Un adolescent a été tué lundi 27 avril au Brésil : Jonas Correia dos Santos a été assassiné et a été abandonné près du village de Chá do Pai Gonçalo dans l’État brésilien d’Alagoas, dans le nord-est brésilien.
Il avait seulement 18 ans
Le jeune homme est la troisième victime « ouvertement gay » battue à mort depuis le début de l’année dans cet Etat, rapporte la presse locale, qui souligne qu’aucun suspect n’a été identifié et qui ne précise pas si ce nouveau meurtre est considéré comme un crime de haine.
En 2000, le « Groupe Gay de Bahia » (GGB) avait recensé 130 meurtres en 2010 le chiffre avait doublé . En 2015 ils ont enregistré 318 assissinats homophobes
En 2016, 343 décès d’homosexuels et personnes transgenres, dont 12 alliés hétérosexuels sont morts en raison de leur proximité avec la communauté LGBT, Les 22 premiers jours de 2017 ont vu 23 personnes LGBTI assassinées.
Quelques jours plus tôt, Tatiana Lozano Pereira, 32 ans, était inculpée pour l’homicide de son fils, Itaberli, 17 ans, qu’elle a poignardé avant d’incendier la dépouille, parce que « son orientation sexuelle. »
« Violée, battue, décapitée ou carbonisée », une personne LGBT aura ainsi été assassinée toutes les 25 heures au Brésil. Et les statistiques semblent sous-estimées, aucune autre donnée officielle n’étant disponible, même auprès de la police, qui ne les reconnait pas. Seulement 10% de ces tueries aboutiront en outre à une procédure judiciaire.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal