Le magazine gay Têtu va faire son retour

Le magazine gay fondé en 1995 et liquidé en février va être relancé par un collectif d’entrepreneurs. Une plateforme numérique soutiendra l’impression du magazine papier qui paraitra chaque trimestre.
«Quelques investisseurs du monde des médias et de la tech, passionnément amoureux du titre et emmenés par Albin Serviant, ont décidé de sauver ce média emblématique de la presse et de la communauté LGBTQI+ en lui offrant une stabilité financière et des perspectives de développement. » peut on lire sur le site.
Lancé en 1995 et liquidé en février dernier, la marque Têtu est relancée par un collectif d’entrepreneurs qui a levé 700.000 euros pour une renaissance qu’ils espèrent « pérenne ».
« Mon gros sujet est de stabiliser Têtu dans la durée pour redonner confiance aux journalistes qui vont travailler avec nous », explique à le patron de la SAS Têtu Ventures, Albin Serviant.
Parmi les investisseurs, figurent Marc-Olivier Fogiel, journaliste et producteur, Marc Hernandez, fondateur de Villa Mederic, société de production audiovisuelle, ou encore Cyril Chapuy de L’Oréal Luxe.
Pour relancer Têtu.com dans sa version actuelle, quatre journalistes se sont déjà attelés à la tâche. La deuxième échéance sera « la livraison d’un site entièrement rénové à la rentrée de septembre », précise le directeur de la rédaction. La plateforme numérique sera la locomotive financière du magazine papier qui sera relancé à la fin de l’année en format trimestriel et tiré à 40 000 exemplaires. Quand la liquidation de Têtu a été prononcée en février, l’entreprise avait accumulé plus de 230.000 euros de dettes pour un peu plus de 50.000 euros d’actif.
Lancé en 1995 par des militants anti-sida, avec le soutien du mécène Pierre Bergé (décédé l’an dernier), ce magazine était autrefois une référence de la communauté homosexuelle française, mais chroniquement déficitaire.

Le pape François a une victime d’abus sexuel devenue homosexuelle: « Dieu t’a fait ainsi »

La conférence épiscopale chilienne a annoncé aujourd’hui que les 34 évêques venus à Rome rencontrer le pape avaient remis leur démission, dans le contexte d’un rapport concernant un scandale de pédophilie au Chili.
« Nous, tous les évêques présents à Rome, avons remis nos postes entre les mains du Saint-Père afin qu’il décide librement pour chacun d’entre nous », indique une déclaration lue devant la presse.
Lors de sa visite au Chili en janvier dernier, le pape avait exprimé sa «douleur» devant des hautes personnalités civiles et le clergé local. François avait ensuite personnellement rencontré un groupe de victimes d’abus sexuels commis par des prêtres.
Les propos rapportés du pape François à un Chilien victime d’abus sexuels provoque aussi quelques remous
Juan Carlos Cruz, ( photo) une des victimes du père Karadima, aujourd’hui homosexuel, raconte au quotidien britannique The Guardian, que lors de sa rencontre privée avec le pape François, ce dernier lui aurait dit :
« Juan Carlos, le fait que tu sois gay n’est pas important. Dieu t’a fait ainsi et Il t’aime ainsi et cela ne m’intéresse pas. Le pape t’aime comme tu es. Tu dois être heureux comme tu es. »
Le Vatican n’a toujours pas confirmé ou démenti ces paroles
«C’est énorme. Je ne peux pas me rappeler que le pape ait jamais dit que les gays étaient nés comme ça», s’enthousiasme le père James Martin, prêtre jésuite américain qui milite pour la création de ponts entre l’Eglise et la communauté LGBTQ, dans les colonnes du «L.A. Times».
Juan Carlos Cruz a subi des abus sexuels alors qu’il était adolescent, dans les années 1980. Il n’a eu de cesse de dénoncer la protection accordée à l’auteur des faits par son supérieur, le désormais évêque Mgr Barros. En janvier dernier, la mise en cause du prélat avait alors été qualifiée de «calomnie» par le pape François lui-même.

Le biopic de Queen accusé de cacher l’homosexualité de Freddie Mercury

La première bande-annonce de « Bohemian Rhapsody », long-métrage inspiré de la vie de Freddie Mercury, a été dévoilée le 15 mai 2018. Si elle montre le côté showman du leader de Queen, elle fait l’impasse sur son homosexualité et sur sa fin de vie difficile.
Fin 2017, le réalisateur Bryan Singer a été remplacé par Dexter Fletcher.
Mais dans une série de tweets, Bryan Fuller, le créateur de la série « Hannibal »,  a accusé la 20th Century Fox de cacher l’homosexualité de Freddie Mercury pour des raisons marketing. « Est-ce que quelqu’un d’autre est agacé par le fait que le trailer de ‘Bohemian Rhapsody’ montre la superstar gay/bi Freddie Mercury flirter et virevolter avec une femme sans indiquer qu’il aimait les hommes ? », a-t-il écrit.
Visiblement remonté, il a aussi critiqué le fait que le synopsis stipule que le chanteur souffrait « d’une maladie menaçant sa vie » : « Oui, c’était une maladie possiblement mortelle, mais plus spécifiquement c’était le SIDA. Qu’il a contracté en couchant avec des hommes. Faites mieux que ça. »
Si ces deux aspects de la vie du rockeur ne sont effectivement pas mentionnés dans la bande-annonce, il faudra attendre de nouvelles images ou la sortie du biopic le 31 octobre prochain en France, pour savoir s’ils ne sont pas évoqués du tout dans le film.

Biélorussie : l’ambassade britannique hisse un drapeau gay et provoque la polémique

L’ambassade britannique basée à Minsk a célébré la journée mondiale contre l’homophobie en hissant le drapeau arc en ciel LBGT le 17 mai.
Pour le gouvernement de l’ancienne république soviétique les « valeurs traditionnelles »  du pays ont été remises en cause.
Le ministère de l’Intérieur biélorusse a dit dimanche «regretter» cette initiative de l’ambassade britannique menée le 17 mai, affirmant que Londres cherchait à «créer un problème là où il n’existe pas» et lui reprochant de mettre au défi les «valeurs traditionnelles» de cette ex-république soviétique située aux portes de l’Union européenne.
«Quoi qu’on en dise, les relations homosexuelles sont une supercherie. […] La communauté LGBT et tout ce combat pour ‘leurs droits’ ainsi que la journée de cette communauté, tout est faux», a poursuivi le ministère dans un long communiqué, affirmant que les relations hétérosexuelles sont «le seul moyen naturel de procréer».
La Biélorussie est dirigée depuis 1994  par le président Alexandre Loukachenko, qui s’est notamment illustré en 2012 en assurant qu’il valait «mieux être dictateur que pédé».
Une porte-parole de l’ambassade britannique à Minsk a de son côté indiqué que l’affichage d’un drapeau LGBT le 17 mai était une pratique habituelle pour la journée de l’homophobie.
L’homosexualité a été décriminalisée en Biélorussie à la chute de l’Union soviétique, mais comme en Russie voisine, elle reste un tabou.

Danemark: Le compagnon du ministre de la Justice agressé pour son homosexualité

 (Foto: Linda Kastrup/Ritzau Scanpix)

Le compagnon du ministre danois de la Justice a été violemment agressé par un homme, de nationalité slovène et qui a tenu des propos homophobes selon les médias, a annoncé la police de Copenhague jeudi.
Josue Medina Vazquez, originaire de République dominicaine et fiancé à Søren Pape Poulsen l’été dernier, a reçu un coup de poing au visage.
L’incident s’est produit dans un bar de la capitale jeudi vers 03H30 (01H30 GMT), ont rapporté les médias locaux.
L’agresseur, âgé de 34 ans, a lancé « Je n’aime pas les homos », avant d’agresser sa victime, toujours selon la presse danoise.
Il est poursuivi pour « délit à caractère haineux et violence » et a été écroué, a précisé la police sur son compte Twitter.
« Nous allons maintenant essayer de digérer l’incident aussi bien que possible », a réagi le ministre, également dirigeant du Parti populaire conservateur (droite), sur sa page Facebook.

Mounir Mahjoubi fait officiellement son coming out

Le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, a fait officiellement son coming out.
A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie, le secrétaire d’Etat a publié un message sur Twitter, et a répondu; dans la foulée à une longue interview sur franceinfo.
Son homosexualité était déjà connue. Il avait déjà publié une photo avec son compagnon après s’être pacsé il y a trois ans, mais Mounir Mahjoubi n’avait pas évoqué explicitement son homosexualité.
Le député En marche ! du 19e arrondissement de Paris explique: « Ce qui était important, c’était de parler du sujet : hier, c’était la journée de lutte contre l’homophobie. Il fallait rappeler les conséquences de l’homophobie dans le quotidien, notamment des plus jeunes. Et elle a aussi eu des conséquences pour moi. Nous sommes en 2018, je vis ma vie, même publique, de manière tranquille. Mais si, ce jour-là, je pouvais passer le message en le renforçant par mon expérience personnelle, je pense qu’il fallait le faire. (…) Je le vis assez sereinement, je n’en ai jamais fait un sujet, mais si cela peut aider à lutter contre l’homophobie, je le fais ».
SOS Homophobie a ainsi salué une « déclaration courageuse et forte » de la part de Mounir Mahjoubi.
« La lutte contre les LGBTphobies appelle la mobilisation de toutes et de tous, notamment de figures publiques visibles. Le coming out du secrétaire d’Etat est un acte fort et important. Il contribue à la visibilité des personnes LGBT dans la société et constitue un exemple positif pour tous les jeunes homo, bi et trans de ce pays », peut-on lire sur le compte Twitter de l’association.
Toutefois, le ministre n’entend pas spécialement inciter les personnes publiques LGBT à faire leur coming out. « Chacun doit faire cette démarche lorsqu’il est prêt à la faire. Chacun a son histoire, sa culture, sa famille… Nous n’avons pas à imposer à la transparence à qui que ce soit », estime-t-il.

Jean-Michel Blanquer contre l’homophobie à l’école

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le ministre de l’éducation Mr Blanquer a envoyé un long courrier aux personnels de l’Education nationale :
La liberté, c’est d’être soi-même en confiance. L’égalité, c’est le rejet de toutes les formes de discrimination. La fraternité, c’est le respect de l’autre. C’est en enseignant ces valeurs que l’Ecole fait reculer l’obscurantisme, l’intolérance et la haine.
Cette journée est l’occasion de rappeler que l’Éducation nationale a pour mission d’offrir un cadre protecteur et propice à la réussite de tous les élèves. Elle a également celle de faire partager à chacun le respect d’autrui comme l’égale dignité des êtres humains, et pour cela de prévenir toute forme de discrimination ou de violence, notamment celles fondées sur l’orientation sexuelle ou l’identité sexuelle.
Le ministère souhaite, à cette occasion, donner une forte impulsion à la lutte contre la haine anti-LGBT, afin notamment que soient apportés toute l’aide et le soutien nécessaires aux élèves et aux personnels qui sont victimes de paroles et d’actes homophobes et transphobes.
Dans cette perspective, je vous demande de mobiliser vos équipes pédagogiques et éducatives. Les enseignements, en particulier l’enseignement moral et civique, permettent une sensibilisation effective des élèves à ce sujet. Vous pouvez également solliciter le concours des associations agréées pour intervenir dans le cadre des actions éducatives, au sein de vos classes.
Un ensemble de ressources est disponible sur les pages Eduscol « Prévenir l’homophobie » et « Agir à l’école contre l’homophobie », notamment la campagne nationale de prévention intitulée « L’homophobie n’a pas sa place à l’École ».Je vous rappelle l’existence d’un service d’écoute et d’aide à distance […].
Au cours de la prochaine année scolaire, cette politique de lutte contre la haine anti-LGBT sera renforcée. Dans le cadre du Plan national de formation, un séminaire dédié à la prévention du sexisme et de la haine anti-LGBT est d’ores et déjà prévu. Au cours du premier trimestre de l’année scolaire, une nouvelle campagne nationale d’information contre la haine anti-LGBT sera diffusée dans les collèges et lycées. »

USA: Disney lance une collection LGBT

La saison des fiertés est officiellement lancée et Disney veut marquer l’évènement en lançant sa toute première collection Pride.
La collection Rainbow Mickey a été lancé dans les Disney Shop lundi avec des vêtements colorés, des chapeaux et des accessoires pour aider les fans à montrer leur soutien à l’égalité LGBT +.
La collection permettra également de recueillir des fonds pour les œuvres caritatives: Du 14 mai au 30 juin, Disney fera un don de 10% sur l’achat en ligne de tout article de la collection à GLSEN , une organisation qui vise à rendre les écoles plus sécuritaires et plus inclusives pour les enfants LGBT +.
Bien sûr, Disney a encore beaucoup de travail à faire pour représenter les personnages LGBT + à l’écran, mais la collection Pride est certainement un pas dans la bonne direction.

Hépatite B : les hommes homosexuels encore trop peu nombreux à être vaccinés

Une étude publiée par Santé publique France et conduite en 2015 révèle que la couverture vaccinale contre l’hépatite B demeure insuffisante chez les hommes homosexuels.
Quand bien même moins d’1% de la population française (0,65% selon les chiffres de l’INPES du 3 janvier 2018) est touchée par une hépatite B, il convient de souligner que cela représente malgré tout un peu moins de 300.000 personnes atteintes par la maladie. Soit un chiffre conséquent.
Mardi s’est tenue la Journée Nationale de lutte contre les Hépatites Virales. À cette occasion, le bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France concerne cette semaine la couverture vaccinale (CV) contre l’hépatite B chez les hommes homosexuels. Et l’étude ainsi publiée de révéler que les membres de cette communauté reste encore trop nombreux à ne pas être protégés.
Journée Nationale de lutte contre les Hépatites Virales : une étude sur l’hépatite B
Cette étude a été conduite de septembre à décembre 2015 auprès de 2.645 hommes fréquentant des “lieux de convivialité gay”, soient des bars, des clubs, des saunas et des backrooms gays, et ce dans cinq grandes villes de France que sont Paris, Lyon, Lille, Nice et Montpellier. L’âge moyen de ces sujets était de 41 ans et l’on estimait à 14% le pourcentage de participants vivant avec le virus du sida.
Après avoir invité ces volontaires à remplir un questionnaire et à se soumettre à un prélèvement sanguin, les chercheurs ont découvert que 18 de ces hommes portaient le virus de l’hépatite B (VHB). Là aussi, la proportion tombe sous le pourcent.
Il est également apparu que seuls 63% des participants étaient vaccinés. Une couverture vaccinale ainsi jugée “insuffisante”. Les signataires de cette enquête appellent par conséquent à œuvrer pour sensiblement augmenter le taux d’hommes homosexuels protégés :
“Ces résultats incitent […] à augmenter la CV contre l’hépatite B des HSH  non immunisés vis-à-vis du VHB, notamment ceux infectés par le VIH  et/ou ayant des partenaires multiples, et à poursuivre les messages et actions préventifs auprès de cette population.”

​Liban: gay pride annulée à cause des pressions des autorités

La deuxième édition de la gay pride au Liban a été annulée à cause des pressions des autorités, ont annoncé les organisateurs de cette initiative inédite dans le monde arabe.
Dans un pays où la société reste globalement conservatrice, la première édition s’était tenue en 2017 dans une relative discrétion, avec des conférences et des débats pro-LGBT mais pas de « marche des fiertés ».
L’édition 2018 de la Beirut Pride devait suivre un schéma similaire, mais la semaine a été annulée après l’intervention des autorités, selon un communiqué publié tard mardi soir.
Des responsables du département de la censure, rattaché aux services de la Sûreté générale, ont fait annuler lundi une lecture publique, avant que le coordinateur de l’initiative ne soit convoqué pour être interrogé, selon le texte.
Il a passé une nuit en détention, avant d’être interrogé par des enquêteurs lui ayant signifié qu’il devait « signer un engagement garantissant l’annulation des activités pour (qu’il) puisse être remis en liberté », poursuit le communiqué.
Refuser de signer cet engagement faisait planer la menace de poursuites judiciaires pour « incitation à la débauche et atteintes aux mœurs publiques », souligne-t-il.
La semaine s’était ouverte samedi soir avec un concert du groupe Alsarah & The Nubatones, mené par la chanteuse soudanaise Alsarah installée à Brooklyn, New York.
Au programme de l’évènement figuraient notamment des soirées de lecture de poésies LGBT, mais aussi des ateliers de sensibilisation juridique..
En 2017, la semaine s’était tenue relativement sans problèmes, mais un colloque prônant la diversité sexuelle avait été annulé après des menaces de manifestations d’une association islamiste