USA:Le Congrès vote la levée de l’interdiction des transgenres dans l’armée par Trump

La Chambre des représentants américaine – à majorité démocrate – a approuvé jeudi 11 juillet un amendement visant à annuler l’interdiction décidée par Donald Trump d’interdire l’accès à l’armée aux militaires transgenres.
L’amendement voté instaure des garanties selon lesquelles toute personne peut servir dans l’armée sans distinction de race, de couleur, d’origine, de religion, d’identité de genre ou d’orientation sexuelle.
Dix élus républicains ont voté avec la totalité des démocrates pour soutenir le projet de loi.
242 députés ont voté en faveur de l’amendement, 187 contre.
L’amendement porte le nom non officiel « Amendement Truman » en référence au décret de 1948 du président Harry Truman qui a mis fin à la ségrégation raciale au sein de l’armée américaine, laissant les forces armées ouvertes et égales pour tous les citoyens américains de sexe masculin, quelle que soit leur couleur.
« Cette interdiction sectaire a semé le chaos parmi les recrues potentielles, les militaires en service actif et d’innombrables familles.L’armée a besoin de personnes transgenres qualifiées, et nous saluons l’action de la Chambre pour faire en sorte que toute personne désireuse et capable de servir soit autorisée à servir. Il appartiendra maintenant à la commission de la conférence et au président de choisir l’égalité des chances ou la discrimination », a commenté Mara Keisling, directrice exécutive du Centre national pour l’égalité des transgenres.
« Au cours des trois dernières années, 14.000 membres transgenres ont servi ouvertement et avec succès. Les chefs des cinq forces ont convenu que cela ne nuirait ni à la force ni à la cohésion de la force », a fait valoir la représentante porteuse de la proposition de modification, Jackie Speier.
L’organisation de défense des droits LGBT Human Rights Campain a remercié les membres de la Chambre qui ont voté en faveur de la non-discrimination.
La loi doit encore être adoptée par le Sénat américain, qui est contrôlé par les républicains. Si les deux chambres ne votent pas dans le même sens, un comité de conciliation devra préparer un projet commun qui pourra ensuite être signé par le président Donald Trump.

Poster un commentaire

Classé dans info

Ouverture d’une mission d’information visant à interdire les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle

La députée Laurence Vanceunebrock-Mialon (LREM) – ouvertement lesbienne – a annoncé mercredi 10 juillet l’ouverture d’une mission d’information visant à interdire les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, par la Commission des lois de l’Assemblée nationale.
En France, la modification forcée de la sexualité ou de l’identité de genre n’est pas interdite. Ces pratiques connues, sous le vocable de « thérapies de conversion », Laurence Vanceunebrock-Mialon, députée La République en marche (LREM) de l’Allier (photo), veut les faire interdire.
C’est le sens d’une proposition de loi qu’elle avait rédigée en avril 2018 et qui prévoyait notamment des peines de prison dans le cas où ces pseudo thérapies aboutiraient au suicide. Mais son texte n’a pas été présenté à l’Assemblée nationale.
Elle reprend aujourd’hui l’initiative en annonçant la création d’une mission d’information parlementaire « sur les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne » par la commission des loi de l’Assemblée nationale.
Cette mission va procéder à des auditions d’associations, de victimes et de témoins. Elle aura pour objectif d’élaborer des recommandations pour mettre un terme à ces pratiques et d’aboutir à une proposition de loi qui puisse être présentée au Parlement.
En mars 2018, le Parlement européen a adopté un texte non contraignant appelant les États de l’Union à interdire les thérapies dites de concersion.
Pourtant, seul Malte a légiféré en ce sens. En Allemagne, le ministre allemand de la Santé a annoncé le mois dernier vouloir présenter d’ici à la fin de l’année un projet de loi.

Poster un commentaire

Classé dans info

Bilal Hassani personne LGBT 2019

Bilal Hassani incarne la jeunesse actuelle, fatiguée des normes d’apparence, de la distinction féminin-masculin, des carcans sociaux. Il se maquille, porte des perruques, des fringues androgynes… Et alors ? « Je n’ai pas une définition précise pour dire comment je m’identifie. Et je pense que c’est ça être “queer”. Ne pas se caler dans des cases », explique-t-il sans se départir de son sourire radieux. Du reste, il n’utilise jamais le terme de « queer », « parce que justement je n’arrive pas spécialement à me caser quelque part ». S’il interroge clairement les normes de genre dans ses chansons, sur les réseaux sociaux et dans les médias, le jeune homme ne prétend pas être porte-étendard d’une cause. Pourtant, la cérémonie des Out d’or 2019 l’a bien sûr élu personnalité LGBTI de l’année. « Je ne sais pas si moi seul, j’ai bouleversé les identités de genre. J’aimerais bien croire que j’ai changé le monde, juste en étant moi-même, s’amuse-t-il. En tout cas, ce que je remarque c’est que des gens, des jeunes et des moins jeunes, trouvent leur liberté en me regardant et en m’écoutant. Et ça, c’est quelque chose d’extrêmement gratifiant et j’en suis très reconnaissant. »
Le grand public a découvert Bilal Hassani en 2015, lors de sa participation à l’émission The Voice Kids, au cours de laquelle il interprète Rise Like a Phoenix de Conchita Wurst, gagnante de l’Eurovision 2014. Mais c’est surtout sur YouTube qu’il se constitue sa « communauté », qui compte aujourd’hui plus d’1 million de fans. Il y distille à la fois des reprises bien senties, parmi lesquelles Djadja d’Aya Nakamura et Made for now de Janet Jackson, des vlogs et des storytimes. En tant qu’influenceur (plus de 600 000 abonnés sur Instagram), il semble ne choisir de collaborer qu’avec des marques qui portent un message et des valeurs qui lui sont chers. À l’instar de la vidéo « Comment faire de sa différence une force », en partenariat avec Disney pour la promotion du dessin animé Dumbo. Ou de la campagne « I speak my truth in #MyCalvins » à l’occasion de la Gay Pride avec la marque de luxe Calvin Klein. Son premier disque, Kingdom, a vu le jour au mois d’avril, dans la foulée de sa participation au tremplin Destination Eurovision, qu’il a remporté. Porté par un emballement aussi bien médiatique que populaire, l’album se classe 24e du top albums fusionné dès la première semaine. Il entre 16e du classement des ventes (physiques et digitales) avec environ 2 600 ventes, en seulement deux jours, selon Pure Charts.
Bilal fascine, les ados en raffolent… mais il subit aussi le cyber-harcèlement… Le chanteur, d’origine marocaine, essuie chaque jour des insultes et des menaces à la fois racistes et homophobes. Il s’engage d’ailleurs publiquement pour lutter contre ce fléau, en rencontrant Marlène Schiappa par exemple, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, mais aussi de la lutte contre les discriminations. Il a également porté plainte contre X pour « injures, provocation à la haine et à la violence et menaces homophobes » fin janvier, soutenu par les associations Stop Homophobie et Urgence Homophobie. « Cela a été très compliqué pour moi pendant un moment, mais j’ai la chance d’avoir un soutien familial, amical et professionnel… Ce n’est pas tous les jours facile, mais on essaye d’avancer avec, parce que si j’abandonne, ce serait laisser gagner la haine. »

Poster un commentaire

Classé dans info

Coupe du monde féminine : Megan Rapinoe, championne, embrasse sa compagne

Après avoir largement survolé la Coupe du monde féminine de football qui s’est jouée en France du 7 juin au 7 juillet 2019 – éliminant les Bleues en quart -, les Américaines se sont imposées face aux Pays-Bas lors de la finale. Devant des milliers de supporters les joueuses ont conclu la compétition en beauté sur un 2-0 au Groupama Stadium de Lyon, en présence du président français Emmanuel Macron. Ce sacre est le quatrième de leur histoire.
Forcément euphorique au coup de sifflet final, alors qu’elle avait été renvoyée sur le banc par sa sélectionneuse Jill Ellis, la capitaine américaine Megan Rapinoea laissé éclater sa joie. La footballeuse de 34 ans originaire de Californie, reconnaissable à ses cheveux lavande, a marqué cette Coupe du monde 2019 puisqu’elle a également reçu le trophée Adidas de la meilleure buteuse.
Ce grand moment, Megan Rapinoe ne l’a pas seulement partagé avec ses coéquipières mais aussi avec ses proches. Sa maman Denise mais également sa compagne Sue Birds, basketteuse professionnelle américaine de 38 ans également très connue aux États-Unis. Elle joue pour les Storm de Seattles mais également dans l’équipe américaine de basket féminin. Megan Rapinoe est allée la rejoindre dans les tribunes du Groupama Stadium pour échanger un baiser. Quelques heures après la victoire des Américaines, Sue Bird a exprimé sa fierté auprès de sa compagne sur Instagram.
Icône LGBTI+, militante féministe et protestataire de la politique de Donald Trump, Megan Rapinoe est soutenue par sa petite amie dans sa volonté de ne pas rencontrer le président américain après son sacre. « Je n’irai pas, je ne vais pas faire des courbettes devant le président qui, clairement, est contre tout ce en quoi je crois », avait fait savoir la capitaine américaine quelques semaines avant de devenir une nouvelle fois championne du monde. « Megan ne devrait jamais manquer de respect envers notre pays, la Maison Blanche ou notre drapeau […] Elle devrait d’abord gagner avant de parler », lui avait alors rétorqué Donald Trump, piqué au vif. Sue Bird s’était alors ouvertement opposée au président à son tour, écrivant une tribune dans The Players’ Tribune baptisée Comme ça le Président déteste ma petite amie. La basketteuse y prenait la défense de sa compagne : « Elle va faire son truc, à sa propre vitesse, à son propre rythme, et elle ne va s’excuser auprès de PERSONNE pour cela. »
Donald Trump a malgré tout tenu à féliciter les Américaines, prenant son temps. « Félicitations à l’équipe américaine féminine de football pour leur victoire en Coupe du monde. Un grand match et excitant. L’Amérique est fière de vous », a-t-il publié sur compte Twitter, deux heures après la fin du match et bien après son prédécesseur Barack Obama.
Source purepeople

Poster un commentaire

Classé dans info

Macron favorable à l’arrêt des rencontres sportives en cas de chants homophobes

Le chef de l’État, qui s’exprimait avant la finale de la Coupe du monde féminine de football, s’est dit favorable à l’arrêt des rencontres en cas de chants racistes ou homophobes.
Le chef de l’État, qui s’exprimait au micro de Franceinfo dimanche, a déclaré : « On ne peut pas s’habituer à l’homophobie et au racisme sous prétexte que l’on serait dans un stade de football ». Il se dit notamment favorable à l’arrêt des rencontres en cas d’incidents.
« Il n’y a aucun sport dont l’ADN, dont les racines, dont l’esprit est le discours de haine », a expliqué le président de la République.
Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur de l’arrêt des rencontres en cas d’incidents homophobes ou racistes, soutenant sa ministre des Sports Roxana Maracineanu, qui avait rappelé mi-avril que les arbitres avaient la « possibilité d’interrompre les matches » en cas d’incidents homophobes dans les stades, au même titre que pour des actes racistes.
« Je salue la responsabilité de la ministre, l’engagement de plusieurs joueurs », a souligné Emmanuel Macron, prenant notamment l’exemple d’Antoine Griezmann.
L’attaquant des champions du monde 2018 s’est exprimé à plusieurs reprises contre l’homophobie. Fin mai, il a fait la une du magazine Têtu, clamant : « Maintenant, ça suffit  ! » à propos de l’homophobie dans le football.

Poster un commentaire

Classé dans info

Des chercheurs éliminent le virus du sida chez des souris infectées

Des chercheurs aux Etats-Unis sont parvenus à éliminer durablement le VIH, le virus responsable du sida, chez certaines souris infectées grâce à une combinaison de techniques, une avancée toutefois très loin d’une possible application chez l’Homme, selon une étude publiée cette dans la revue Nature.
Les auteurs de l’étude (Prasanta K. Dash, Rafal Kaminski et Ramona Bella), qui travaillent à l’Université du Nebraska et à la Temple University de Philadelphie, ont combiné deux technologies de pointe pour tenter d’éradiquer le virus chez des souris de laboratoire.
Leur but était de lutter contre le phénomène de résurgence du VIH, car dans les thérapies actuelles faisant appel aux antirétroviraux, le virus reste contenu dans l’organisme sous forme latente, à divers endroits, et se réactive si le traitement s’interrompt, ce qui nécessite de le prendre à vie.
Les chercheurs ont eu d’abord recours à une forme de traitement antirétroviral à libération lente et à action prolongée, dite LASER ART (long-action slow-effective release antiviral therapy), et, dans un second temps, à la technique dite Crispr d’édition génétique.
Le traitement LASER ART a été administré sur plusieurs semaines de façon ciblée, pour chercher à réduire au minimum la réplication du virus, dans les zones de l’organisme considérées comme des « réservoirs » à VIH, c’est-à-dire des tissus où il reste normalement latent comme la moëlle épinière ou la rate.
Ensuite, pour retirer les dernières traces du VIH, les chercheurs ont fait appel à CRISPR-Cas9, un outil d’édition génétique (parfois surnommé « ciseaux génétiques ») qui permet d’ôter et de remplacer des parties indésirables du génome.
Une combinaison qui a permis d’éliminer le virus chez plus du tiers des souris ayant reçu ce double traitement, d’après les conclusions publiées par les trois chercheurs.
Selon le résumé de l’étude, ces résultats « sont une démonstration de la faisabilité d’une élimination permanente du virus ». Mais la perspective d’une éventuelle application chez des patients humains est encore très éloignée. « C’est un premier pas important, vers un chemin beaucoup plus long pour l’éradication du virus », concluent ainsi les auteurs.

Poster un commentaire

Classé dans Sante

Mort du militant LGBT Laurent McCutcheon

Laurent McCutcheon, un grand défenseur de la cause LGBT, président-fondateur de la Fondation Émergence, est décédé. L’homme de 77 ans était traité pour un cancer depuis quelques années.
« Le grand amour de ma vie, est décédé à Montréal, jeudi 4 juillet, après avoir reçu l’aide médicale à mourir », a publié Pierre Sheridan, son conjoint depuis 47 ans, sur Facebook vendredi matin.
Le militant et organisateur a entre autres dirigé le centre d’aide et de renseignements Gai Écoute (rebaptisé Interligne). Laurent McCutcheon a aussi contribué à l’avancement des droits et de l’égalité juridique et sociale des personnes homosexuelles au Québec, et ce durant près de 40 ans.
Excellent communicateur, il a lutté contre l’homophobie et la transphobie, et transmis son message de tolérance à travers les médias. Il est l’instigateur de la journée de lutte contre l’homophobie et la transphobie.
« D’abord, on a gagné l’égalité juridique. Puis, on a eu l’égalité sociale. Maintenant, il faut viser l’inclusion et la véritable acceptation par la société. Pas seulement la tolérance », confiait-il à La Presse il y a trois semaines à peine, dans le cadre d’un reportage sur le 50e anniversaire des émeutes de Stonewall à New York.

Poster un commentaire

Classé dans info

Japon: l’asile accordé à un réfugié gay

Pour la première fois, le Japon a accordé l’asile à un réfugié LGBT+ parce qu’il était persécuté dans son pays d’origine à cause de son homosexualité.
Selon le site japonais Asahi, le demandeur a été arrêté par la police dans son pays d’origine pour homosexualité et détenu pendant deux ans, puis est venu au Japon pendant sa mise en liberté sous caution.
Cette personne a pu obtenir le statut de réfugié car elle serait arrêtée si elle retournait dans son pays d’origine. Les détails concernant le pays d’origine du réfugié et son sexe n’ont pas été divulgués pour protéger son anonymat.
Toujours selon le site japonais, le Bureau d’immigration a déclaré que l’homosexualité était “une caractéristique étroitement liée à la personnalité ou à l’identité et difficile à changer”.
Les autorités ont ainsi jugé “qu’il y avait un risque d’être persécuté car il est membre d’un groupe social spécifique”.
En mars déjà, la justice a révoqué la déportation d’un homme gay d’origine taïwanaise, puisqu’il était en couple avec un Japonais. On lui a alors accordé une permission spéciale pour rester, apparemment en considération de ses droits en tant que membre d’une minorité sexuelle. Ici, c’est la première fois qu’on donne le droit à l’asile pour cause de persécution contre une personne LGBT+ .

Poster un commentaire

Classé dans info

un maillot spécial Gay Pride

 

Les Keighley Cougars sont un club professionnel de rugby à XIII basé à Keighley dans le West Yorkshire, en Angleterre. Ils jouent dans la League 1
Les Keighley Cougars ont dévoilé un maillot spécial Gay Pride qu’ils porteront lors de la venue des West Wales Raiders en League 1 le 14 juillet prochain.
Les West Wales Raiders sont un club de ligue de rugby professionnel basé à Llanelli, au Pays de Galles

Poster un commentaire

Classé dans info

Lil Nas X explique son coming-out

Lil Nas X est devenu un véritable phénomène grâce à son titre Old Town Road. Dans une interview accordée à la BBC ce vendredi 5 juillet, le jeune rappeur américain est revenu sur le coming-out qu’il a effectué il y a quelques jours.
Le jeune rappeur qui a fêté son 20e anniversaire en avril dernier est en train de surclasser les meilleurs de sa catégorie. Son premier titre Old Town Road est un véritable carton aux Etats-Unis. Grâce à son remix chanté en duo avec Billy Ray Cyrus (qui n’est autre que le père de Miley Cyrus), il a déjà passé 13 semaines en tête du Billboard Hot 100, faisant ainsi jeu égal avec Lose Yourself d’Eminem, Shape of you d’Ed Sheeran ou encore Blurred Lines de Robin Thicke. Encore une semaine et il fera aussi bien que le fameux I will always love you de Whitney Houston.
Ce dimanche 30 juin, il a tweeté pour révéler son homosexualité. « Certains d’entre vous le savent, certains d’entre vous s’en fichent, certains d’entre vous vont arrêter de m’emmerder. Mais avant la fin du mois, je veux que vous écoutiez tous attentivement c7osure, » a-t-il écrit accompagné d’un emoji arc-en-ciel. C7osure n’est autre que son dernier single dans lequel il chante sa volonté d’être « libre », de ne plus « jouer un rôle ».
« J’ai révélé, en gros… que je suis gay, » a finalement confirmé Lil Nas X, ce vendredi 5 juillet, au cours d’une interview accordée à l’émission BBC Breakfast et relayée par PinkNews. « C’est quelque chose (faire son coming-out, ndlr) que je n’avais jamais envisagé de faire. Je pensais emporter ça dans ma tombe. Mais je ne veux pas passer ma vie à ne pas faire ce que j’ai envie de faire, » a ainsi expliqué le rappeur qui estime « ouvrir ainsi les portes à d’autres ». Interrogé sur le contrecoup que son coming-out a pu susciter avec notamment des messages homophobes, Lil Nas X s’est montré très philosophe : « Je ne suis pas en colère, parce que je sais que c’est ce qu’ils attendent. Je vais me contenter de leur répondre en blaguant. »

Poster un commentaire

Classé dans musique, people