USA : une juge contredit Donald Trump en autorisant le recrutement de militaires transgenres

Le Pentagone a confirmé que les personnes transgenres pourront rejoindre l’armée américaine à compter du 1er janvier 2018. Une nouvelle défaite pour Donald Trump, avait tenté de bloquer la décision de Barack Obama.
Mais la justice n’est pas d’accord avec le président américain.
Un juge a en effet rejeté le recours de la Maison-Blanche, qui espérait interdire le recrutement des personnes transgenres dans l’armée américaine.
Donald Trump avait déjà annoncé en juillet dernier qu’il souhaitait bloquer le recrutement de ces personnes, décidé par l’administration Obama et qui était prévu pour le 1er juillet 2017. Dans une série de tweets, il s’était justifié en avançant les « coûts médicaux énormes et les perturbations que les transgenres entraînent ». De quoi lancer une nouvelle polémique avec cette attaque contre la communauté LGBT.
Sauf qu’en octobre, un premier juge a fait annuler cette décision de Trump, basée selon lui sur « un désir de réprouver les transgenres en général » et pas vraiment sur « des inquiétudes légitimes concernant leurs compétences militaires ou leur poids sur le budget ». L’administration Trump a tenté d’imposer à nouveau ce décret, mais son recours a été un échec. Du coup, les personnes transgenres pourront s’engager dans l’armée américaine à compter du 1er janvier 2018, soit six mois après la date prévue à la base.
Elles viendront grossir les rangs du contingent actuel: selon le ministère américaine de la Défense, il y aurait entre 2.500 et 7.000 personnes transgenres sur les 1,3 million de militaires américains en activité, alors que l’ONG Human Rights Campaign estime le nombre à 15.000.

Tunisie : Shams lance une radio LGBT

L’association tunisienne Shams (pour la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie) a lancé une webradio dédiée à la communauté LGBT
L’annonce du lancement de la nouvelle radio a eu lieu, le 12 décembre, dans une ambiance festive et en présence de plusieurs militants de la communauté, à l’instar d’Amina Sboui.
La webradio est appelée tout simplement Shams Rad avec pour slogan « Égalité et dignité ». Elle sera opérationnelle à partir du 15 décembre 2017.
Pourquoi le choix d’une radio web? « Notre but est d’être audible partout et pas uniquement en Tunisie, ce qui est faisable avec ce format », a expliqué Bouhdid Belhadi, le directeur exécutif de Shams au HuffPost Tunisie.
Le militant associatif a précisé que l’équipe de la radio est déjà en place avec un directeur des programmes, quatre animateurs ainsi que des chroniqueurs.
Et d’ajouter: « La radio traitera de la vie quotidienne de la communauté LGBT, du volet politique, sociale, psychologique de la question. Il y aura également de la musique, du cinéma, etc ».
Cette initiative est soutenue par l’ambassade des Pays-Bas en Tunisie.

Paris: Une subvention et un lieu provisoire pour le Centre d’archives LGBT

Lundi, lors du vote du budget 2018, les écologistes ont fait voter une subvention qui alloue 10 00 euros ainsi qu’un «lieu provisoire», avant la création d’un centre des archives LGBT.
«En l’absence de volonté politique de la part des autres échelons territoriaux (Région, État), il revient de toute évidence à la Ville de Paris la responsabilité de prendre l’initiative de soutenir les premières étapes de ce projet», avait défendu le groupe vert parisien.
Malgré la déception des associations LGBT réunies dans le collectif Archives LGBTQI, la mairie avait auparavant annoncé la mise à disposition d’un lieu pour 2020.

Ghana : Le président estime que légaliser l’homosexualité sera inévitable

Dans une interview à la chaîne de télévision Al Jazeera, le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a déclaré que son pays devrait finir par décriminaliser l’homosexualité – mais seulement quand un soutien populaire à cette mesure sera développé.
Le président élu en janvier dernier, a été interrogé le mois dernier dans une interview accordée à Al Jazeera sur le fait de savoir s’il envisageait une réforme de la législation de son pays sur les questions LGBT.
Le président Akufo-Addo a comparé la société ghanéenne au Royaume-Uni dans les années 1960, avant la décriminalisation de l’homosexualité.
« Ces problèmes sont sociaux et culturels, a-t-il expliqué. Je ne crois pas qu’au Ghana, jusqu’à présent, une coalition suffisamment forte soit apparue pour modifier l’opinion publique et avoir un nouveau paradigme au Ghana. Je pense que c’est quelque chose qui va arriver. Comme ailleurs dans le monde, les actions des individus et des groupes conduiront à changer les choses ».
Bien que le président ait précisé que cette question n’était pas à l’ordre du jour, certains commentateurs ont laissé entendre au Ghana que le président avait déclaré que le pays était « susceptible de légaliser le mariage homosexuel ».
Il est actuellement illégal d’être gay au Ghana, et les hommes homosexuels encourent jusqu’à trois ans de prison pour des relations sexuelles entre eux.
Les organisations de défense des droits humains affirment que les agressions homophobes physiques et violentes contre les personnes LGBT sont encore courantes, et sont encouragées par les médias et les chefs religieux.
Le Conseil chrétien du Ghana a rappelé son opposition à cette revendication LGBT.

Ouganda : la police interdit le deuxième Festival international du film Queer Kampala

Le deuxième Festival international du film Queer Kampala devait se dérouler du 8 au 10 décembre. Mais la police ougandaise est intervenue pour le fermer avec l’intention d’arrêter les organisateurs, après avoir été informée de l’emplacement de l’événement.
Les organisateurs avaient été forcés de trouver un entrepôt vide, car il n’y avait pas de sites disposés à accueillir l’événement.
L’emplacement de l’événement est normalement gardé secret afin de protéger ses participants. Mais les organisateurs ont été informés juste avant 14 heures samedi que la police était en route et serait sur les lieux dans les 30 minutes suivantes.
La police est arrivée armée de fusils et l’événement a été interrompu. Selon certaines informations, les organisateurs étaient en sécurité et n’ont pas été arrêtés, mais cela n’a pas été formellement établi.
Dans la foulée, la gay pride d’Ouganda, qui devait avoir lieu ce mois-ci, a été annulée brusquement pendant le week-end. Les activistes LGBT locaux ont indiqué qu’ils avaient été avertis qu’ils risquaient d’être arrêtés si l’événement se déroulait.
Dans le journal Guardian, l’un des organisateurs de l’événement, Frank Mugisha, a déclaré qu’il avait reçu des menaces du ministre ougandais de l’éthique et de l’intégrité, Simon Lokodo. Ce dernier a déjà publiquement menacé d’arrêter toute personne qui célèbre les droits LGBT en public.
Le code pénal ougandais prévoit que les relations sexuelles entre hommes sont criminalisées et sont sanctionnées de peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à la prison à vie.

Espagne : la maire de Barcelone​ dévoile sa bisexualité

Ada Colau, la maire de Barcelone​ (Podemos), a profité de son passage ce samedi dans l’émission Sabado Deluxe, sur le chaîne espagnole Telecinco, pour révéler sa bisexualité .
Mère de deux enfants et en couple avec l’économiste Adrià Alemany, Ada Colau, 43 ans, a raconté sa relation avec une étudiante italienne lorsqu’elle était plus jeune. « C’est l’unique fois que je suis tombée amoureuse d’une femme. Ça a été une relation longue et importante, bien acceptée par mes parents », a-t-elle confié sur le plateau de cette émission de confessions.
C’est l’une des premières personnalités politiques espagnoles à faire une telle révélation.  « Nous vivons dans une société moderne où tout le monde doit pouvoir aimer celui qu’il aime. Je l’ai dit parce que c’est sorti de manière naturelle sans avoir à le cacher », a-t-elle déclaré.

 

https://platform.twitter.com/widgets.js

USA :Les deux hommes qui s’exhibaient devant un temple expulsés de Thaïlande

Les deux touristes américains arrêtés la semaine dernière pour avoir posté des photos d’eux devant le Wat Arun, montrant leurs fesses, ont été relaxés par les autorités thaïlandaises, avant d’être expulsés du pays et blacklistés.
Joseph Dasilva, 38 ans, et Travis Dasilva, 36 ans, avaient été arrêtés à l’aéroport de Bangkok quelques jours après avoir posté sur Instagram des photos d’eux exposant leurs fesses dans deux temples bouddhistes dont le fameux temple Wat Arun. Le couple est connu pour publier régulièrement ce genre de photos de voyage sur son compte Instagram intitulé « Travelling Butts » (Fesses Voyageuses) suivi par plus de 14.000 fans.
Au moment de leur arrestation, le porte-parole de la police de l’immigration, le colonel Cherngron Pimpadee, avait dit que « les touristes devraient se montrer respectueux des lieux d’importance culturelle, historique et religieuse car il s’agit tout simplement de bonnes manières ».
L’incident a généré de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux pour les Thaïlandais comme pour les Américains, mais peu de compassion. Si les commentaires soutenaient le retour sain et sauf du couple et l’abandon des charges, leur comportement avait été jugé non inapproprié et condamné unanimement .
Condamnés à une amende de 5.000 bahts pour nudité publique, les autorités hésitaient à les inculper pour partage de documents à caractère pornographique, ce qui aurait constitué une infraction au Computer Crime Act passable de sept ans d’emprisonnement.
Selon le San Diego Gay and Lesbian News, les hommes ont comparu devant le tribunal et le juge a rejeté les chefs d’accusation et les renvoyés vers la police de l’immigration en vue de les faire expulser très prochainement. Ils ne pourront plus entrer sur le territoire thaïlandais. Les autorités thaïlandaises n’ont pas commenté cette libération.

AIDES interpelle la justice Européene sur les génériques du Truvada

Le laboratoire Gilead fait obstacle à l’arrivée des génériques du Truvada, un peu partout en Europe.
C’est notamment le cas en France où le laboratoire américain a fait valoir un certificat complémentaire de protection (CCP) pour prolonger son monopole visant ainsi à interdire la mise sur le marché de génériques du Truvada. En septembre 2017, Gilead a essuyé une défaite en justice devant le tribunal de grande instance de Paris qui n’a pas reconnu la validité de son CCP.
En Grande-Bretagne, la justice locale a saisi la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) sur la validité du CCP de Gilead. La CJUE n’a pas encore statué. AIDES a interpellé la justice européenne. L’association vient surtout de fournir des éléments juridiques dans une contribution adressée (le 8 décembre) à la CJUE avant que cette dernière ne rende son avis.
Depuis juillet 2017, l’ensemble des brevets sur le Truvada a expiré. Il est donc possible d’en faire des versions génériques. Reste que Gilead garde son monopole dans de nombreux pays européens en se prévalant d’un CCP (certificat complémentaire de protection) qui permet d’allonger la période d’exclusivité… et de maintenir son monopole. Or l’accès aux génériques est indispensable pour la mise sous traitement des personnes vivant avec le VIH et le déploiement de la PrEP à moindre coût et donc pour la préservation des finances publiques des systèmes de santé solidaires européens.
Dans de nombreux pays, la stratégie du laboratoire américain a conduit à des procédures judiciaires. En France, Le laboratoire Gilead a attaqué devant la justice en référé l’un des fabricants du générique du Truvada, le laboratoire Mylan. La décision a été défavorable à Gilead. Le Tribunal de grande instance de Paris a considéré que le CCP dont se prévalait Gilead était « vraisemblablement nul » et a condamné Gilead à verser 100 000 euros au génériqueur pour frais de justice. Les génériques sont toujours disponibles.
En France, la boîte est désormais disponible à 180 euros quand Gilead la commercialisait à plus de 400 euros. Il n’en demeure pas mois que dans de nombreux pays européens, ce CCP reste un obstacle pour l’accès aux génériques et freine donc l’accès à un traitement en curatif et le déploiement de la PrEP à un moindre coût, note AIDES dans un communiqué (8 décembre). Pour AIDES : « La prolongation de monopole dont profite Gilead dans de nombreux pays sur le Truvada n’est pas justifiée, les génériques doivent être disponibles partout en Europe ».
Plus sur https://www.seronet.info

Les Bermudes : le mariage homosexuel de nouveau interdit

Six mois seulement après la légalisation du mariage homosexuel, les Bermudes, l’archipel d’Amérique du Nord membre associé de la communauté caribéenne et un territoire britannique d’outre-mer ont décidé de l’abolir.
Le député Wayne Furbert avait présenté un projet de loi visant à interdire à nouveau le mariage entre conjoints de même sexe. La chambre basse a voté une loi en ce sens vendredi dernier.
« Notre position est que les couples de même sexe devraient avoir tous les droits légaux des couples hétérosexuels, sauf pour le mariage », a déclaré le ministre des Affaires intérieures Walton Brown à la Royal Gazette .
Lors d’un référendum sur la question, 69% des personnes ont voté contre l’égalité du mariage, et seulement 31% ont voté en sa faveur, mais seulement 46,89% des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes, ce qui est inférieur aux 50% requis
Un projet de loi visant à instaurer des partenariats domestiques a été approuvé le week-end dernier. Il remplace le mariage entre conjoints de même sexe par des partenariats.
Il a été approuvé par 24 voix pour et 10 contre .
Le Domestic Partnership Act n’annulera toutefois pas les mariages homosexuels qui ont déjà eu lieu depuis que le mariage homosexuel est devenu légal il y a six mois à la suite d’une décision de la Cour suprême.
À la fin novembre, six couples de même sexe s’étaient mariés. Leurs mariages devraient être préservés.
Le Parti progressiste travailliste (PLP) a soutenu que le projet de loi accordait « à la communauté LGBTQ les avantages qu’elle demandait », mais maintenait « la définition traditionnelle du mariage ».
Cependant, la ministre de l’Intérieur, Patricia Gordon-Pamplin, s’est opposée au projet de loi, considérant qu’on ne devrait pas pouvoir accorder des droits et aussitôt les enlever.
Le débat a duré cinq heures avant l’adoption du projet de loi.
Le mariage entre conjoints de même sexe a été légalisé aux Bermudes en mai dernier, après que le bermudien Winston Godwin et son fiancé canadien Greg DeRoche eurent porté leur cas devant la Cour suprême.
La Commission des droits de l’homme et l’Alliance arc-en-ciel des Bermudes ont critiqué le projet de loi, le qualifiant de « suppression des droits » pour les couples homosexuels.
Rod Attride-Stirling, un avocat qui a travaillé sur la légalisation du mariage homosexuel, s’est prononcé contre la Loi sur le partenariat domestique. « Le fait qu’aucun pays au monde n’ait jamais fait cela devrait nous faire réfléchir. Nous aurons l’air idiot et oppressif ».

Le Rwanda désigné pour accueillir la 20è Conférence internationale sur le Sida en 201

Le Rwanda a été désigné pour accueillir la 20è édition de la Conférence internationale sur le Sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (ICASA en Anglais), a annoncé samedi à Abidjan, le Président de l’ICASA, Dr Ihab Ahmed par ailleurs Président de la Société africaine anti-Sida (SAA), à la clôture de la 19è édition de cette conférence présidée par le Vice-Président ivoirien, Daniel Kablan Duncan.
Se félicitant du choix de son pays, la ministre Rwandaise de la santé, Dr Diane Gashumba a promis une ‘’garantie pour le succès dans l’organisation de cette conférence’’. ‘’Nous avons beaucoup appris ici (à Abidjan). Nous vous garantissons un succès dans l’organisation de cette conférence’’, a-t-elle rassuré. Le Rwanda est l’un des rares pays africains qui consacre 17% de son budget à la santé.
Après avoir égrené les efforts enregistrés dans la lutte contre le Vih/Sida le Vice-Président ivoirien Daniel Kablan Duncan a souligné les défis qui restent à relever. Il s’agit selon lui notamment de la promotion de la prévention, la lutte contre la stigmatisation et la prise en charge communautaire des personnes vivant avec le Vih/Sida.
Poursuivant, il a invité les décideurs, la société civile, les chercheurs et le secteur privé à jouer chacun sa partition. ‘’Le rendez-vous d’Abidjan marque un nouveau départ dans la lutte contre le Vih/Sida’’, a conclu M. Duncan.
Auparavant, dans le même élan, la ministre ivoirienne de la santé et de l’hygiène publique, Dr Raymonde Goudou Coffie a noté qu’’’Abidjan vient d’amplifier la lutte contre le Vih/Sida’’.
Plus de 6000 personnes venues des quatre coins du monde ont participé du 4 au 9 décembre à cette 19è conférence autour du thème, ‘’l’Afrique : une approche différente vers la fin du Sida’’.