Nantes: on repeint les marches des fiertés

Le centre LGBTI Nosig (Lesbien Gay, Bi, Trans, Intersex) de Nantes appelle à venir repeindre les marches de l’escalier de la rue Beaurepaire.
L’escalier de la rue Beaurepaire à Nantes avait été peint aux couleurs de l’arc-en-ciel en juin 2018 à l’occasion de la Marche des Fiertés (Gay Pride), devenant ainsi les Marches de la Fierté.
Dégradées à plusieurs reprises par des mouvements homophobes, ces marches ont toujours été repeintes aux couleurs symboles du mouvement gay et lesbien. Mais elles se dégradent.
L’opération se fait avec le soutien de la Ville de Nantes qui, chaque année, subventionne l’association Nosig.
Mahaut Bertu, élue en charge de la lutte contre l’homophobie et au suivi des associations LGBT, sera d’ailleurs présente vendredi lors de la remise en couleur des marches.
Cette fois-ci, les participants décideront de repeindre entièrement ou de laisser une partie dégradée pour montrer les violences que subissent encore les personnes de sensibilité gay, lesbienne ou transexuelle.
Le centre LGBT Nosig de Nantes appelle à se rassembler dans un premier temps vendredi Place de l’Ecluse, près du Cours des 50 Otages à 14h où se tiendra jusqu’à 18h un village associatif. Nosig y aura son stand mais aussi l’association des parents et futur parents gay et lesbien, l’association Contact et l’Autre Cercle qui lutte contre l’homophobie dans le monde du travail.
A 16h, une marche est prévue en direction des escaliers de la rue Beaurepaire, un peu plus haut sur le Cours. Sur place, il sera proposé de participer à la rénovation des marches aux couleurs arc-en-ciel.

Poster un commentaire

Classé dans info

Saint-Étienne: fête des fiertés LGBT le 1er juin

La communauté LGBT de Saint-Étienne organise le 1er juin une « Rainbow party », une fête des fiertés LGTB
C’est la première fois qu’un tel événement se tient à Saint-Étienne.
Il n’y aura pas de parade dans la ville mais une journée festive autour des fiertés LGBT (lesbienne, gay, bi ou trans). Ce sera le 1er juin avec une « Rainbow party ». Traduisez « fête arc-en-ciel », le symbole de la communauté LGBT. Le rendez-vous est fixé en plein centre-ville de Saint-Étienne, rue Louis-Braille.
Au programme : défilé de mode et show transformiste notamment, et la présence des associations LGBT stéphanoises.
Plus de visibilité mais aussi et surtout plus de dialogue, alors que selon le dernier rapport annule de SOS Homophobie, l’année 2018 a été celle du record d’agressions physiques à caractère homophobe en France. 231 faits ont été signalés selon l’association, soit une hausse de 66% par rapport à 2017. « 2018 a été une année noire pour les personnes LGBT », écrivent les coprésidents de SOS Homophobie Véronique Godet et Joël Deumier, en préambule de leur rapport.

Poster un commentaire

Classé dans info

le Parlement de Taïwan légalise le mariage gay

Le Parlement taïwanais a légalisé le mariage entre personnes de même sexe. Il s’agit d’une première en Asie, deux ans après une décision historique en ce sens de la plus haute juridiction de l’île.
Les députés taïwanais ont largement voté une loi permettant aux couples homosexuels de former « des unions permanentes exclusives » ainsi qu’une clause qui leur permet de demander une inscription par l’administration au « registre des mariages ».
Partisans et adversaires du mariage pour tous se sont mobilisés à l’extérieur du Parlement à Taipei dans alors que le débat législatif qui s’annonçait très long et conflictuel. En mai 2017, la Cour constitutionnelle de Taïwan avait rendu un arrêt historique, jugeant anticonstitutionnel le fait de priver les personnes de même sexe du droit de se marier.
La Cour avait alors donné jusqu’au 24 mai 2019 au gouvernement pour modifier la loi, en précisant que le mariage pour tous deviendrait une réalité si rien n’était fait, ce qui serait historique à l’échelle du continent asiatique.

Poster un commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel

USA: dessin animé pour enfants met en scène un mariage entre deux hommes

Arthur est un célèbre oryctérope à lunettes (mammifère d’Afrique, qui joue un rôle écologique important en contrôlant l’extension des populations de termites), star d’un dessin animé américain pour enfants. Depuis 1997, l’animal ravit les 4-8 ans (sur TF1, France 3 ou encore France 5 dans l’Hexagone) avec ses aventures d’écolier, entre ses parents, ses amis et ses devoirs. Le premier épisode de la saison 22, diffusé lundi sur PBS, révèle sa sensibilité progressiste avec un mariage entre personne
Tout l’épisode est centré sur la petite enquête d’Arthur, Muffy, Francine et Buster, les héros du programme, afin de découvrir qui leur professeur va épouser. Ils apprennent lors de la cérémonie que Monsieur Ratburn (présent depuis la saison 1) épouse un autre homme. « C’est un tout nouveau monde! », s’exclame l’un des protagonistes. Le magazine Out note que le fait qu’il s’agisse d’un mariage entre personnes de même sexe n’est jamais formulé, et que seules la tenue et la moustache du nouveau personnage indiquent qu’il s’agit d’un homme.
D’après Variety, le spinoff d’Arthur Postcards from Buster avait déjà tenté de faire apparaître un couple de lesbiennes en 2005, mais la secrétaire américaine à l’Éducation Margaret Spellings avait fait interdire l’épisode.

 

https://platform.twitter.com/widgets.js

Poster un commentaire

Classé dans info

Apple Watch: de nouveaux cadrans LGBT

Dans la nouvelle version de watchOS, le système d’exploitation de sa montre connectée, Apple intègre des cadrans “Pride”, en référence à la communauté LGBT.
Après l’arrivée de bracelets « Pride », l’Apple Watch rend également son écran arc-en-ciel. La dernière mise à jour de la montre connectée, watchOS 5.2.1, intègre trois nouveaux cadrans consacrés aux droits LGBT, comme le relève le média spécialisé 9to5Mac. Ils viennent compléter le premier cadran dédié à cette cause, disponible depuis fin 2018 – sauf en Russie.
Ce nouveau design été spécialement conçu pour les Apple Watch Series 4, aux coins arrondis. La dernière-née des montres connectées du groupe californien a été dévoilée lors de la keynote de septembre dernier. Pour obtenir cette nouvelle option d’affichage, il suffit de mettre à jour l’Apple Watch, puis de sélectionner le cadran depuis sa montre ou son iPhone.
Sur les trois versions du nouveau cadran, les rayures arc-en-ciel s’animent dès lors que le propriétaire de la montre tapote sur l’écran ou lève son poignet. Cette dernière mise à jour étend par ailleurs la fonction ECG – qui permet de réaliser des électrocardiogrammes – à de nouveaux pays, dont la Croatie, la République tchèque, l’Islande ou encore la Pologne. La France faisait déjà partie des pays profitant de cette option.
Une nouvelle version du bracelet « Pride », lancé l’an passé, est également attendue. Apple n’a pour le moment apporté aucune précision à ce sujet.

Poster un commentaire

Classé dans info

2018, une année noire pour les personnes LGBT

À l’occasion de la journée internationale de lutte contre les LGBTphobies qui aura lieu le 17 mai, SOS homophobie dévoile son 23ème Rapport sur l’homophobie. Publié chaque année depuis 1997 à partir des témoignages recueillis par l’association, ce rapport est la seule publication qui permet de suivre, année après année, l’évolution des LGBTphobies en France.
En 2018, SOS homophobie a recueilli 1 905 témoignages d’actes LGBTphobes (insultes, rejet, agressions, discriminations…), soit une augmentation de 15 % par rapport à 2017. C’est la troisième année consécutive d’augmentation des signalements que notre association enregistre.
Le nombre d’agressions physiques signalées à SOS homophobie est en hausse de 66 %, passant de 139 en 2017 à 231 en 2018. Plus alarmant, au dernier trimestre 2018, une agression physique par jour était rapportée à SOS homophobie.
En 2018, un acte de lesbophobie par jour était signalé à notre association. En effet, SOS homophobie a reçu 365 témoignages d’actes de violences lesbophobes soit une augmentation de 42 % par rapport à 2017. Dans la lignée des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, c’est sans doute révélateur d’une prise de parole des lesbiennes qui disent non à l’invisibilisation, aux actes de violences et de harcèlement lesbophobes jusque là minimisés, niés, banalisés.
Cette année encore, Internet reste le premier lieu d’expression des violences LGBTphobes, représentant 23% des signalements faits auprès de SOS homophobie. Internet est une caisse de résonance de la haine LGBTphobe, exacerbée par l’anonymat. Ces chiffres illustrent le besoin urgent d’une plus grande modération des réseaux sociaux, en particulier Facebook et Twitter.
Pour cette édition 2019 du rapport sur l’homophobie, nous avons voulu mettre en lumière les témoignages qui rendent compte de situations où les victimes sont à la croisée de multiples discriminations avec un chapitre dédié. Origine, âge, précarité, handicap : les personnes associées à plusieurs minorités peuvent subir de multiples peines (une personnes LGBT peut être victime de racisme par exemple ou en situation de précarité ce qui la rend encore plus vulnérable et l’expose à davantage de discriminations).
Ces chiffres sont alarmants et interpellent. Ils reflètent une prise de parole des personnes LGBT victimes de violences et de discriminations qui brisent le silence. Ils témoignent de l’ancrage et de la persistance des LGBTphobies dans la société française.
Les mesures contre les LGBTphobies annoncées par le Gouvernement le 26 novembre dernier ne doivent pas rester lettre morte. Certaines mesures, comme la publication d’une circulaire de la Garde des Sceaux sur les discriminations ou la campagne de communication du ministère de l’Education nationale, ont été mises en place mais nous déplorons la faiblesse de l’action des pouvoirs publics face à la gravité des violences qui frappent les personnes LGBT. Combien de référent·e·s LGBT agissent réellement dans les commissariats de police, dans les gendarmeries, au sein des parquet ? Quand la plainte en ligne sera-t-elle effective ? La formation initiale et continue des enseignant·e·s, magistrat·e·s et du personnel pénitentiaire à la lutte contre les LGBTphobies est-elle effective et pérenne ? En deux ans, le Gouvernement n’a pas mis fin à la discrimination sur la PMA, entretenant ainsi la stigmatisation des personnes LGBT avec une forme d’irresponsabilité.
Dans ce contexte, SOS homophobie appelle les pouvoirs publics à agir urgemment et efficacement contre les violences et pour l’égalité des droits. Face à la haine et aux discriminations, les personnes LGBT, qui doivent pouvoir vivre et aimer librement, comme tout·e citoyen·ne, ne peuvent plus attendre.
source : https://www.sos-homophobie.org

Poster un commentaire

Classé dans info

Le propriétaire chinois de Grindr va revendre l’appli sous pression des Etats-Unis

Dans un communiqué transmis à la Bourse de Shenzhen, le spécialiste des jeux en ligne Kunlun Tech a fait savoir qu’il avait signé un accord avec les autorités américaines concernant la vente de l’application d’ici juin 2020.
Kunlun Tech avait payé 93 millions de dollars en 2016 pour prendre 60% de Grindr, largement utilisé par la communauté gay à travers le monde. L’entreprise était montée à 100% du capital l’an dernier et prévoyait d’introduire l’application à la Bourse de Shenzhen (sud de la Chine) en 2020.
Or, selon des informations du Wall Street Journal publiées en mars, une administration américaine ordonnait à Kunlun Tech de céder Grindr, en raison de craintes de sécurité.
Le Comité pour l’investissement étranger (CFIUS) craignait que des utilisateurs américains utilisant l’application ne soient victimes de chantage si le gouvernement chinois exigeait des données à Kunlun Tech.
L’organe chargé d’examiner les conséquences sécuritaires des acquisitions de groupes étrangers aux Etats-Unis s’inquiétait d’une loi chinoise de 2017 qui impose aux entreprises du pays de coopérer avec les services de renseignements.
Ces craintes ont été amplifiées par la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis pour la domination technologique (intelligence artificielle, 5G, Big data), sur fond de guerre commerciale.
Cet accord daté du 9 mai interdit à Kunlun Tech d’accéder à certaines informations d’utilisateurs de Grindr et de transférer des données sensibles à des personnes ou des entités en Chine. Grindr est également tenue de cesser toute activité dans le pays asiatique.
L’application fondée en 2009 revendique aujourd’hui des « millions d’utilisateurs quotidiens » gays, lesbiens, bisexuels, transsexuels et queer (LGBTQ) à travers le globe.

Poster un commentaire

Classé dans info

La France régresse au classement Rainbow Europe 2019

La nouvelle édition du classement « Rainbow Europe » de l’ILGA dresse un bilan préoccupant de l’évolution des droits des personnes LGBT sur l’ensemble du continent européen. La France, en particulier, y régresse.
Et le bilan de l’année passée en Europe est jugé préoccupant par l’organisation qui parle de « stagnation », voire de « régression ».
La Pologne a retiré l’accès à la PMA aux femmes célibataires, la Bulgarie a supprimé les facilités de changement d’état civil pour les personnes trans, les atteintes aux libertés civiles en Hongrie ou en Turquie se sont multipliées : pour l’ILGA Europe, c’est le signe d’un environnement de moins en moins sûr pour les LGBT.
Certes, la Grèce a fait de petites réformes et l’Autriche ouvert le mariage aux couples homosexuels, mais les Suisses LGBT ne voient toujours rien de concret dans ce domaine.
Tout comme l’année précédente, Malte et la Belgique figurent au sommet du classement européen.
Malte, qui prend la première place pour la troisième année consécutive, est crédité de 90 points sur une échelle de 100. Entre autres choses, le pays a introduit le mariage pour tous et, selon de nombreux militants LGBT, des lois presque parfaites contre les crimes de haine. Et Malte est également le seul État en Europe à interdire les thérapies de conversion.
A l’autre extrémité du classement, on trouve l’Arménie (6%), la Turquie (5%) et Azerbaïdjan (3%).
La France, quant à elle, chute dans ce comparatif pour la première fois depuis plus de 5 ans. Elle passe à 63% contre 73% l’an dernier et se situe en 9ème position perdant 3 places par rapport au classement 2018. La vague d’agressions anti-LGBT et le blocage de l’ouverture de la PMA aux couples de femmes expliquent en partie cette regression.
À la lumière de ce nouveau rapport, ILGA Europe met en garde contre un « retour de bâton ».
« L’an passé, nous avions mis en garde contre le danger de penser que le travail était accompli. Malheureusement cette année, nous voyons des preuves concrètes d’une régression aux niveaux politique et législatif dans un nombre croissant de pays. Il n’y a pas de temps à perdre », déclare la directrice exécutive de l’ILGA Europe, Evelyne Paradis.

Poster un commentaire

Classé dans info

Clermont-Ferrand: Le drapeau arc-en-ciel accroché sur la statue de Vercingétorix

Un drapeau arc-en-ciel a été mis, ce lundi 13 mai, dans les mains de Vercingétorix, sur la place de Jaude, à Clermont-Ferrand.
Symbole du mouvement LGBT, il a été hissé dans le cadre de la semaine de lutte contre l’homophobie.
Le vendredi 17 mai est la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. Une date qui a du sens depuis le 17 mai 1990 : jour où l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, a décidé de ne plus considérer l’homosexualité comme une maladie mentale.
Pour l’occasion, toute la semaine, les associations auvergnates de lutte contre l’homophobie organisent plusieurs événements, avant de se retrouver « le 17 mai de 10h à 19h sur la place de Jaude, afin de faire de cette journée, un moment de sensibilisation et d’information pour tout le monde ».
En Auvergne Rhône Alpes, 107 agressions ont été confirmées soit un cas tous les trois jours en 2018.
L’association SOS homophobie rappelle que ces chiffres ne recensent pas les insultes et menaces sur internet, principal lieu d’expression de la haine à l’encontre des personnes de la communauté LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexe)

Poster un commentaire

Classé dans info

La Belgique classée deuxième en Europe en matière de droits LGBT

La Belgique est plutôt avancée en matière de droits des personnes LGBTI. Même si l’on a assisté à une recrudescence des agressions homophobes en Belgique, le progressisme a été reconnu, avec une deuxième place dans le classement européen des pays les plus avancés au niveau des droits des personnes LGBTI (Lesbiennes, Gay, Bi, Transgenre, Intersexe) selon le classement annuel Rainbow Europe d’ILGA (association internationale des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes).
Cette association classe depuis 2015 les pays européens les plus avancés en matière de droits des personnes LGBTI. Ainsi, elle permet de « simplifier le travail des chercheurs, des décideurs politiques, des médias, des étudiants (…) et des autres ONG intéressées. »
Un score de 0% marquera un pays qui viole les droits humains et encourage les discriminations, alors qu’un état qui se rapproche des 100% présentera une égalité totale et un respect des personnes LGBTI.
En termes de critères, ils sont regroupés en six catégories, qui n’ont pas la même importance dans le pourcentage final: « égalité et non-discrimination; famille; la violence dans les actes et les discours motivée par un biais; reconnaissance juridique du genre; liberté de réunion, d’association et d’expression; et asile. »
La Belgique est bonne élève. Deuxième du classement, entre Malte et le Luxembourg, elle arbore un score de 73,08%. En lisant le rapport, au-delà des données exposées dans les différents graphiques de RainbowHouse Europe, on se rend bel et bien compte que les discriminations envers les personnes LGBTI ne sont pas niées en Belgique. Le rapport souligne à plusieurs reprises les réactions, souvent directes et venant de politiques en place, aux agressions et propos homophobes ou transphobes.

Poster un commentaire

Classé dans info