Archives de Catégorie: sportif

Grande Bretagne : l’homophobie ne sera plus tolérée dans les stades

Football-v-HomophobiaPour combattre l’homophobie du sport, et faire entrer l’homosexualité dans les moeurs des stades, le député Damian Collins veut « instaurer une tolérance zéro face au langage et aux attitudes à caractère homophobe, avec des sanctions standardisées dans toutes les disciplines. »
Ce dimanche, le Comité Culture, Médias et Sport de la Chambre des Communes britannique a publié un rapport sur l’homosexualité dans le sport. Le constat est clair : il faut faire plus, beaucoup plus. Pour le moment, explique le rapport, le sport en général n’est pas en phase avec la société en ce qui concerne l’homophobie. Un simple exemple le montre : aucun joueur du football britannique n’a ouvertement affirmé qu’il est gay.
Que ce soient les instances officielles ou même les marques qui sponsorisent les joueurs, il faut faire plus pour aider ces athlètes qui voudraient faire leur coming-out, dit le rapport.
Et il ne faut pas négliger le problème des jeunes : dans le rapport, on peut lire que «les jeunes se sentent parfois obligés de faire un choix entre faire leur coming-out ou continuer à exercer le sport de leur choix. » Comme si les deux n’étaient pas compatibles.
«Selon les preuves que nous avons recueillies dans cette enquête, nous pensons qu’il y a beaucoup d’athlètes homosexuels qui ne le révèlent pas, parce qu’ils ont peur de l’impact que cette décision pourraient avoir sur leur carrière, leur vie et leurs proches» , explique le député Damian Collins, président du Comité qui a publié le rapport.

Grande Bretagne : le Président de la FA voudrait un coming out collectif

Football-v-HomophobiaGreg Clarke, le président la Fédération anglaise de football (FA), vient de déclarer dans le Times, qu’il voudrait que les joueurs désirant révéler leur homosexualité organisent en même temps un coming-out collectif en début de saison.
« Je lance ce message: si plusieurs joueurs professionnels de haut niveau veulent faire leur coming-out, pourquoi ne pas se synchroniser? De cette manière, personne n’est obligé de révéler son homosexualité tout seul », explique le dirigeant.
L’année dernière, Greg Clarke avait  recommander à des joueurs professionnels de pas révéler leur homosexualité en raison des insultes qu’ils pourraient recevoir. Mais, selon lui, un coming-out collectif serait à même de diminuer les réactions homophobes.
« La Premier League, la Ligue et la FA pourraient le faire au début de la saison. Au début de la saison, tout le monde pense que c’est LA saison de son club, les spectateurs sont contents, il fait beau… J’ai demandé à la communauté gay comment nous pourrions apporter notre soutien à ceux qui voudraient rendre public leur sexualité », a-t-il ajouté.
« Je ne veux pas faire partie d’un processus qui dirait: ‘Vous devez sortir du placard.’ Ce ne serait pas juste. Les gens sont prudents », a poursuivi M. Clarke en précisant que l’objet de sa démarche vise avant tout à proposer son aide aux joueurs qui veulent faire leur coming-out mais surtout pas de les inciter à le faire.

Amanda Nunes bat Ronda Rousey et embrasse sa petite amie après sa victoire

amanda-nunes

La championne actuelle de l’UFC (Ultimate Fighting Championship), Amanda Nunes combattait Ronda Rousey, l’ancienne championne, pour le titre des poids coqs
Dans une rencontre qu’on attendait compliquée pour « Rowdy », l’ancienne championne n’a pas su exister. N’arrivant à parer aucun coup de la brésilienne, il n’a suffi que de 48 secondes pour que l’arbitre arrête le combat par TKO. Un combat qui marque certainement la fin de carrière de la première championne de l’histoire de l’UFC…
A la fin de la rencontre, Amanda Nunes a partagé un baiser avec sa petite amie Nina Ansaroff.
Nunes avait déclaré: «Nina est le meilleur partenaire d’entraînement que j’ai eu dans ma vie… Elle est timide … Elle m’aide tous les jours … et je l’aime.  »
Ronda Rousey, qui a été humilié par cette défaite rapide, avait en 2014 refusé de se battre contre l’athlète trans Fallon Fox , déclarant qu’elle ne pensait pas qu’il y ait un « bouton Annuler » sur le sexe.

Canada : Les équipes de Hockeys soutiennent les droits LGBT

ruban-hockey-fierte-gaieUn symbole de soutien aux communautés LGBT créé à Edmonton fait son apparition sur les bâtons de hockey d’équipes internationales, selon le créateur de ce ruban arc-en-ciel, Kristopher Wells.
Créé il y a un an, le ruban de la fierté gay a rapidement gagné le soutien de joueurs de la Ligue nationale de hockey. Un joueur, Ben Scrivens en a adorné son bâton lors de la Classique de hockey sur glace Wayne Gretzky en Australie.
Celui qui est aussi directeur de l’Institut d’études sur les minorités sexuelles à l’Université de l’Alberta dit recevoir des commandes du monde entier, mais il est surtout fier de voir son ruban arc-en-ciel faire son apparition dans les ligues pee-wee.
« C’est une manière d’afficher son soutien sans avoir à dire un mot, explique M. Wells. C’est affirmer aux autres qu’ils peuvent être eux-mêmes et que l’homophobie ne sera pas tolérée sur la glace ou dans les vestiaires. »
Kris Wells ne croyait pas, il y a un an, que son ruban arc-en-ciel aurait autant de succès. Il a lancé l’initiative par le biais d’une campagne de sociofinancement pour acheter 10 000 rouleaux de ruban. Les dons se sont doucement accumulés, mais c’est le soutien de la famille de l’athlète Brendan Burke qui a fait la différence. Le fils du président des opérations des Flames a révélé en 2009 son homosexualité. Il a été tué dans un accident de voiture quelques mois plus tard et sa famille a pris à coeur de soutenir des initiatives d’appui aux droits des homosexuels.
Les profits engendrés par le ruban arc-en-ciel vont à des programmes d’inclusion LGBTQ dans le sport tels que « You can play ». Kristopher Wells espère pouvoir développer ce symbole pour d’autres sports en 2017.

Chant homophobe avant PSG-Nice: « tout le monde s’en fout, c’est l’impunité la plus totale »

Dimanche soir, le compte Twitter du PSG a relayé un chant homophobe parti des tribunes du Parc des Princes quelques minutes avant le match contre Nice- (2-2). Si le club a effacé le tweet, la séquence a scandalisé Julien Pontes, ancien président du Paris Foot Gay. L’association s’est d’ailleurs dissoute face au silence sur le sujet de la lutte contre l’homophobie dans le foot.
« Cet épisode m’inspire un profond dégoût, mais je ne suis pas particulièrement surpris qu’on retrouve encore des chants homophobes dans les stades. Normalement, il y a une commission d’observation des stades, chargée de relever tout ce qui concerne les discriminations, qu’elles soient à caractère raciste ou homophobe. Ce tweet et cette vidéo mettent en évidence qu’au sein du Parc, il y a des chants homophobes: c’est un délit. Donc on attend une réaction du PSG, mais aussi de la LFP.

lire la suite sur rmc:bfmtv.com

Afrique du Sud : la première équipe de rugby gay part en guerre contre l’homophobie dans le sport

josi-catsEn Afrique du Sud, les Jozi Cats, sont une équipe de rugby dont les membres sont ouvertement homosexuels. Cela fait un an que l’équipe existe et ce vendredi 9 décembre, le groupe a lancé une campagne de sensibilisation pour dire non à l’homophobie dans le sport. Dans un pays où le rugby est l’un des sports les plus populaires.
Tapette », « folle », chochotte »: au pays des Springboks, les Jozi Cats, le premier club gay africain de rugby à disputer des compétitions, avait, en juin dernier, lancé une campagne publicitaire provocatrice jouant sur les stéréotypes attachés aux homosexuels.
L’équipe s’apprête à aller jouer dans plusieurs villes du pays pour dénoncer l’homophobie dans le sport et encourager les joueurs à monter leur propre équipe.
«
Un des joueurs explique qu’ils veulent casser les stéréotypes, dans une société encore très conservatrice. « Les gens ont des préjugés comme vous ne pouvez pas être gay et jouer au rugby, vous êtes trop féminin, vous ne savez pas attraper une balle ou vous avez peur de vous faire mal. Regardez autour de vous, nous avons des joueurs assez imposants qui n’auraient aucun mal à vous tacler. C’est le genre de stéréotype qu’on veut casser. »

USA : un joueur de hockey sur glace soutient la cause homosexuelle

nilsson-andersAnders Nilsson, un joueur professionnel de hockey sur glace suédois, gardien des Sabres de Buffalo dans l’Ouest de l’État de New York, poursuit une mission qu’il s’est donnée en affichant le drapeau de la fierté gaie sur son nouveau masque.
Souhaitant ainsi soutenir la communauté LGBT, Nilsson mentionne qu’il a été souvent témoin des difficultés de ses amis homosexuels par le passé et que ce fut l’élément déclencheur derrière sa décision.
«La vie n’a pas été facile pour eux, a expliqué Nilsson dans un entretien avec le quotidien Buffalo News. C’est le temps que le hockey commence à porter attention à ça.»
«Cet été, je me suis dit «pourquoi je ne deviendrais pas le premier gardien a porté le drapeau de la fierté gaie sur mon masque et sensibiliser les gens?» », a poursuivi l’athlète de 26 ans.

Suede : le footballeur Anton Hysen encourage les joueurs à faire leur coming out

anton-hysenD’après Anton Hysen, il revient ainsi aux joueurs d’être forts, mais aussi aux autorités du football de faire preuve de soutien, car « c’est insulter les supporters britanniques que de supposer qu’ils ne sont pas prêt à soutenir un joueur de football gay. Les joueurs qui sont là pour jouer au football soutiendront n’importe quel joueur qui progresse. » Or « si un joueur de Ligue 1 fait son coming-out, ça sera énorme pour l’univers du football, pas seulement en Angleterre mais dans le monde entier ».
Anton Hysén a fait son coming-out en 2011. Depuis, il encourage les autres joueurs à suivre son exemple pour renverser le machisme et l’homophobie qui gangrènent ce sport.
« Si personne n’a fait son coming-out, comment pouvez-vous savoir que l’Angleterre n’est pas prête pour ça ? » demande le joueur de football suédois Anton Hysen aux journalistes du Mirror. Car lui n’a pas hésiter à sortir du placard en 2011, dans les colonnes du magazine de football Offside alors qu’il n’avait que 20 ans .
«Je suis footballeur. Et je suis gay. Quand je joue, je ne pense pas que le fait que j’aime les filles ou les garçons ait la moindre importance. Je ne jouerai peut-être pas en Ligue 1, mais je veux montrer qu’on peut être footballeur et homosexuel. Il y aura toujours des gens qui ne supportent pas les homos, comme il y a des gens qui ne supportent pas les immigrés. Je peux intéresser un club, et puis l’entraîneur change d’avis en découvrant que je suis gay, mais c’est son problème, pas le mien.» déclarait il à l’époque
Anton Hysén jouait alors en 3ème division suédoise et il est le fils de Glenn Hysén, ancien footballeur star du Liverpool FC. Il est devenu le premier joueur de football professionnel en activité à faire état de son homosexualité. Il sera suivi en 2013, par l’américain Robbie Rogers.

Espagne : Christiano Ronaldo victime d’homophobie

MADRID, SPAIN - NOVEMBER 26:  Cristiano Ronaldo of Real Madrid reacts during the La Liga match between Real Madrid CF and Real Sporting de Gijon at Estadio Santiago Bernabeu on November 26, 2016 in Madrid, Spain.  (Photo by Denis Doyle/Getty Images)

 (Photo by Denis Doyle/Getty Images)

Cristiano Ronaldo a été la cible d’injures homophobes lors d’un match contre Barcelone samedi soir
Des supporters du Barça ont entonné  « Cristiano, sors du placard » lors du Clasico, Cette poignée de spectateurs placés derrière un but n’ont d’ailleurs pas été suivis par le reste du stade, des sifflets recouvrant même ce refrain…
Selon le Daily Mail ce dimanche , la Liga espagnole pourrait sanctionner le FCB pour cette attaque homophobe. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Ronaldo essuie des insultes de ce genre de la part de fans barcelonais. Après le Clasico de mars dernier, le collectif StopLGBTfobia, défendant la cause des gays, avait dénoncé des chants adressés à la vedette des Merengues.

Royaume Uni : des jeunes joueurs de foot abusés sexuellement par leur entraîneur

paulstewartL’ex-attaquant international anglais Paul Stewart (52 ans) a accusé l’un de ses anciens entraîneurs de l’avoir agressé sexuellement quand il était enfant.
Stewart, passé notamment par Tottenham, Liverpool et Manchester City, a expliqué avoir été agressé à plusieurs reprises jusqu’à l’âge de 15 ans. « Les cicatrices mentales que cela a laissé m’ont mené à l’alcool et à la drogue », explique le sportif dans le Mirror. « Je veux que les gens se rendent compte à quel point c’est difficile de raconter tout ça. »
L’ancien attaquant rejoint ainsi les anciens joueurs du club de Crewe Alexandra  Andy Woodward (43 ans) et Steve Walters (44 ans), qui avaient fait des révélations similaires dans le Guardian les jours précédents.
Plus d’une dizaine de joueurs
Woodward a raconté dans le journal britannique avoir été agressé pendant plusieurs années par son entraîneur Barry Bennell, condamné depuis à plusieurs reprises en Grande-Bretagne et aux Éats-Unis pour des agressions sexuelles sur de jeunes garçons.
Bennell a déja été condamné à quatre ans de prison pour avoir violé un mineur britannique au cours d’une tournée en Floride en 1994 et à neuf ans de prison pour 23 abus sexuels sur six garçons en Angleterre en 1998. En 2015, il avait été emprisonné pour avoir abusé sexuellement un garçon lors d’un camp d’entraînement à Macclesfield (nord-ouest) en 1990.
Selon Gordon Taylor, le président du PFA, le syndicat des joueurs professionnels en Angleterre et au pays de Galles, le nombre de joueurs ayant contacté son organisation pour révéler des cas d’abus dépasse la dizaine.