Grande Bretagne : Pour Craig Bellamy, « le foot anglais est prêt à accepter l’homosexualité »

Craig Bellamy, l’ancien joueur de Premier League était l’invité d’une émission sur Sky Sports et s’est exprimé sur le sujet de l’homosexualité dans le foot, en pleine campagne Stonewall’s Rainbow Laces qui a lieu du 24 novembre au 3 décembre, .
L’ancien attaquant de Liverpool estime qu’il est temps pour le foot anglais de tendre la main aux joueurs gays. « Je pense que les joueurs sont prêts à l’accepter. Étant coach dorénavant, cela ne me poserait aucun problème de savoir qu’un de mes joueurs a fait son coming-out. »
«Mon frère est gay. Il a deux ans de plus que moi et je ne pourrais pas être plus fier de lui. Si un jeune joueur essayait de faire son coming-out, je comprendrais d’autant plus» , a ajouté le joueur.
«Beaucoup de footballeurs ont des frères ou sœurs qui vivent la même situation, ce n’est pas rare.»
Interrogé par l’animateur Geoff Shreeves, Bellamy a déclaré: «Peut-être que c’est ce qui met certains joueurs hors jeu. Ce que je ne voudrais pas, c’est un joueur qui le cache et qui ne pourrait pas être lui-même.»

Grande Bretagne : le foot s’engage contre l’homophobie

Le football anglais s’est déjà engagé pour la cause LGBT
Cette fois ci, il va plus loin à travers une nouvelle action dans le cadre de la campagne Rainbow Laces, du nom des fameux lacets arc-en-ciel qu’ont arboré les joueurs de Premier League ces dernières années.
La ligue anglaise de football (EFL) a en effet annoncé que les poteaux de corner des matchs de la deuxième à la quatrième division nationale seraient équipés de drapeaux de la communauté LGBT du 25 novembre au 3 décembre.
Le patron de l’EFL, Shaun Harbey, s’en est réjoui.
« Nous sommes fiers de soutenir à nouveau la campagne Rainbow Laces de Stonewall pour cette saison. Assurer un environnement accueillant et sécurisé pour les supporters reste notre priorité, mais l’EFL veut également fournir une expérience positive à tous en dehors du terrain. »
Même si la Premier League ne se joint pas aux trois échelons inférieurs dans cette démarche, l’élite du foot anglais a signé un partenariat de trois ans avec Stonewall et déjà opté pour les brassards de capitaine et aux filets couleur arc-en-ciel.

Grande Bretagne : un ancien directeur de club affirme qu’au moins vingt joueurs sont gays

L’ancien directeur du club Leeds United, ouvertement homosexuel, David Haigh, estime qu’il y a au moins 20 footballeurs gays en Angleterre, mais c’est « probablement une sous-estimation grossière ».
L’ancien chef d’Elland Road, qui a travaillé au club entre 2013 et 2014, a révélé qu’il a eu plusieurs joueurs homosexuels qui lui ont parlé de leur sexualité – mais qui avaient peur de faire leur coming out.
Il ajoute que cela ne sert à rien de lancer une chasse aux sorcières qui n’aidera personne. Il les invite néanmoins à faire leur coming out « ensemble » car les supporters accepteraient cette « sortie » collective .
L’ancien directeur pense même qu’il pourrait y avoir un avantage commercial pour les joueurs qui sortent même si actuellement les jeunes stars «font des publicités avec des sponsors et être gay est encore un handicap» .
«Le football a besoin qu’ils s’ouvrent publiquement. Ceux qui le feraient seraient courageux, mais ils auraient beaucoup de soutiens» soutient il .

Extrait du documentaire « Footballeur et homo, l’un n’empêche pas l’autre »

« Footballeur et homo, l’un n’empêche pas l’autre », est le titre que Yoann Lemaire a choisi pour son documentaire, encore en tournage et réalisé par Michel Royer, qui a reçu un César en 2007 pour le film Dans la Peau de Jacques Chirac.
L’objectif est de le sortir d’ici juin 2018 pour la coupe du monde en Russie et pour le financer, une cagnotte a été lancée sur internet, via le site de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank.

Royaume Uni : Le Charlton Athletic montre la voie en devenant le premier club à partager son nom avec une équipe LGBT

En août, Charlton Athletic a annoncé qu’ils seraient le premier club de football professionnel du pays à prêter son nom à une équipe de foot LGBT.
Bexley Invicta a été créé en 2011 et joue dans la London Unity League (troisième division anglaise) mais à partir de cette saison, ils seront connus sous le nom de Charlton Invicta, officiellement affilié au club, prenant le nom de Charlton et jouant à domicile sur leur terrain d’entraînement.
Le clib pro est devenu le premier à partager son nom avec une équipe de foot LGBT: d’autres clubs ne sont pas allé aussi loin  (les Queens Park Rangers ont un partenariat avec les Titans de Londres, par exemple), mais aucun autre n’a prêté son nom.
Une véritable avancée pour le football selon Gary Ginnaw, joueur et entraîneur de l’équipe, interrogé par le Guardian :
« J’ai 34 ans, et je n’ai pas joué au football depuis mes 18  jusqu’à mes 31 ans. Je ne me sentais pas moi même. Je n’ai jamais senti que je pouvais être moi-même et jouer au football. Je sais à quoi ressemblent les équipes de la ligue du dimanche: vous allez au pub, les gens vous demandent si vous avez une petite amie, ou dises: «Regardez-la, elle est en forme. Vous vous sentirez mal à l’aise d’être vous-même. Je ne voulais pas vivre dans le mensonge avec mes coéquipiers, donc j’ai tout simplement évité ce milieu. J’aurais aimé connaître des clubs ouvert à tous le monde il y a 10 ans, parce que j’aurais sauté sur l’occasion. »
Ce mois-ci, ils ont joué leur premier match à domicile, sous les couleurs de Charlton, ils ont battu les Titans de Londres 4-0.
Invicta n’est pas une équipe exclusivement gay: en fait, seulement un tiers de ses joueurs sont homosexuels. Le but est de fournir une équipe où les personnes LGBT se sentent les bienvenues là où elles ne pourraient pas le faire ailleurs. « Nous sommes ici pour tout le monde », dit Ginnaw. « Mais une chose que nous devons comprendre, c’est que si vous n’acceptez pas les personnes LGBT, vous ne serez probablement pas en accord avec le club et son éthique et ce que nous essayons d’atteindre. »
Nick Coveney, joueur de l’équipe, raconte dans les colonnes du Guardian l’importance de regrouper tout ce monde dans le même vestiaire, pour arrêté de lier foot et homophobie
« C’est très intéressant d’être en relation avec un gay passionné par le foot. On se rend compte qu’il existe aussi des préjugés de la part de la communauté gay sur ce monde du ballon rond. La plupart crachent sur le football, parce qu’ils savent que l’homophobie y est importante, et que certains ont vécu une très mauvaise expérience. »
Mais, après avoir vu une publicité pour Invicta dans un supermarché, il a rejoint le club cet été. Peu importe qu’il ait peu d’expérience de jeu ou qu’il ait un peu de travail à faire avant d’entrer dans l’équipe: ce qui importe, c’est qu’il a été accueilli dans un sport qu’il considérait auparavant comme hostile à son identité .
« L’une des choses que j’ai trouvé très intéressant c’est d’être en relation avec un gars qui est vraiment passionné par le football parce que le genre de préjugés sur le football existe également dans la communauté gay. Il y a presque une aversion pour le football, parce que l’homophobie a été une partie problématique de l’expérience des gens. « Des clubs comme Invicta peuvent changer les attitudes des deux côtés.
« L’homophobie est un gros problème » explique Michael Seeraj, responsable de l’égalité et de la diversité du quartier de Charlton, qui s’est lui aussi confié au Guardian Nous voulions fournir une structure professionnelle et des possibilités pour les joueurs LGBT, mais aussi regarder ce que nous pouvions faire dans un cadre plus large pour la lutte contre l’homophobie. »

Royaume Uni : Le club de Queens Park Rangers lance son groupe de supporters LGB

Le club de Queens Park Rangers, actuel 16e de Championship, vient de lancer son premier groupe de supporters LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Trans). Baptisé «  Rainbow Rangers » , en hommage aux couleurs du drapeau de la communauté LGBT
Le groupe fera entendre ses premiers chants lors de la réception d’Aston Villa au Loftus Road, le 18 novembre prochain.
« Nous sommes très fiers du soutien que QPR nous a montré. Nous espérons en retour rendre le club fier en les aidant dans leur travail de promotion de la diversité et de l’inclusion dans les stades » , s’est félicitée la présidente des « Rainbow Rangers » , Emma Miller Mccaffrey, sur le site officiel du club.

Footballeur et Homo : l’un n’empêche pas l’autre

« Footballeur et Homo : l’un n’empêche pas l’autre » : Financez le film pour en finir avec l’homophobie dans le monde du football ! Rendez-vous sur @KissKissBankBank pour soutenir le projet et découvrir les nombreuses stars du ballon rond qui y participent déjà !
« Footballeur et Homo : l’un n’empêche pas l’autre » est un documentaire qui veut faire bouger les lignes dans le monde du football, encore trop coincé sur la question de l’acceptation des différences et de l’homophobie. Avec la Coupe du Monde de juin et juillet 2018 en Russie, -un pays particulièrement homophobe-, et les Gay Games qui se tiennent en août à Paris, la question va revenir à l’ordre du jour. Dans cette actualité, le film veut sensibiliser les milieux amateurs et professionnels, et en particulier les jeunes, face à l’omerta, aux injures et à l’exclusion dont sont encore victimes les homos, à commencer par les joueurs, dans la planète foot ».
Destiné à être diffusé largement sur les réseaux sociaux, le film servira de support à des rencontres et modules pédagogiques. Il pourra connaître, sous une forme développée, une diffusion sur une chaîne de télévision.
Le film aura pour guide Yoann Lemaire, « le seul footballeur gay »  en activité, ou plutôt le seul, parmi les 2 millions de licenciés français, qui ait rendu publique sa différence.

Australie: l’arrière des Wallabies, Israel Folau prend position contre le mariage gay

Alors qu’un référendum postal est mené en Australie, jusqu’au 7 novembre, pour légaliser ou non le mariage gay, l’arrière des Wallabies Israël Folau a exprimé son opinion sur Twitter : « J’aime et je respecte tous les gens pour ce qu’ils sont et pour leurs opinions. Mais personnellement, je ne soutiens pas le mariage gay ».

Ce à quoi a répondu Gareth Thomas, l’ancien arrière du Stade Toulousain, qui avait fait son coming out après sa carrière : « J’aime et je respecte tout les gens pour ce qu’ils sont et pour leurs opinions mais personnellement… (smiley doigt d’honneur) ».
La légende du rugby irlandais, Brian O’Driscool, a retweeté la réponse de Gareth Thomas.

#EqualGame ft Messi, Ronaldo, Hegerberg & Pogba

Les plus grandes stars du football mondiales, de Lionel Messi, à Paul Pogba ou Cristiano Ronaldo, ont uni leurs forces avec des joueurs amateurs de l’Europe entière dans la nouvelle campagne RESPECT – le volet responsabilité sociale de l’UEFA – et dans deux nouvelles vidéos dont la première d’entre elles est diffusé dès aujourd’hui et la deuxième sera en ligne à partir de demain, mardi 12 Septembre, date de début de la première journée de la nouvelle saison de l’UEFA Champions League.
« Il est extrêment important, si ce n’est vital, que l’UEFA rende le football accessible à tous, et à travers et grâce au pouvoir du sport, devienne un leader mondial dans ce combat pour réduire les inégalités sociales » a déclaré le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, qui pense que l’instance suprême du football européen doit montrer l’exemple en matière de social fair-play, ce qui signifie une politique tolérance zéro sur le racisme, le sexisme, l’homophobie et toute forme de discrimination.
Cette campagne verra le jour en télévision et sur le digital et les réseaux sociaux et intégrera des stars mondiales du football mais aussi des joueurs grassroots et des fans, la campagne #EqualGame a pour objectif de générer du bouche-à-oreille positif et une prise de conscience positive de la part des populations locales sur les différentes manières de s’engager dans le monde du football – cela peut être de jouer en marchant avec des personnes âgées ou de favoriser le football féminin ou le football pour des personnes ayant des déficiences physiques.

Paul Pogba : «Un joueur qui ferait son coming-out doit être respecté»

Dans le cadre de sa nouvelle campagne «Equal», l’UEFA veut faire changer les mentalités le sujet tabou de l’homosexualité dans le football.
Le mot d’ordre : promouvoir la diversité et rendre accessible le football à tous.
Quatre joueurs et joueuses – la Norvégienne de l’OL, Ada Hegerberg, Cristiano Ronaldo, Lionel Messi et Paul Pogba– ont accepté d’en devenir les ambassadeurs.
Interrogé à l’occasion du lancement officiel de cette campagne, Paul Pogba a évoqué pour la première fois l’homosexualité dans le football. Répondant à une question sur le possible coming-out de joueurs, il a lancé : «Je n’ai jamais vu cela, mais pourquoi pas? Chaque joueur est un être humain, et ce qu’il ressent fait partie de sa vie privée. Tout cela n’a pas de rapport avec le joueur, nous devons juste le respecter. S’il vous respecte, vous devez le respecter, c’est tout».
En janvier dernier, le patron de la Fédération anglaise de football avait lui aussi évoqué le sujet. Dans le «Times», il avait dit que l’un des meilleurs moyens pour lutter contre l’homophobie dans le football serait que les joueurs homosexuels fassent un coming-out collectif. Jusqu’à présent, Justin Fashanu, qui s’est suicidé en 1998, reste l’unique joueur en Angleterre à avoir révélé son homosexualité durant sa carrière professionnelle. En 2014, c’est la star allemande Thomas Hitzlsperger qui avait révélé son homosexualité. «Être gay est un sujet qui est ignoré dans le football et non pas un sujet sérieux. L’esprit combatif, la passion, la mentalité de vainqueur ne correspondent pas au cliché selon lequel les gays sont des poules mouillées», avait-il expliqué au journal «Die Zeit». Il avait cependant attendu d’être à la retraite avant de faire son coming-out. L’Américain Robbie Rogers est le seul joueur en activité à avoir fait part de son homosexualité.
Paul Pogba n’est pas le premier joueur français à aborder cette question dans les médias. Dans un entretien accordé au magazine «ICON» en juin dernier, Antoine Griezmann avait expliqué : «Je pense que ce n’est pas habituel parce que nous faisons les durs et les forts. Nous avons peur de ce qui pourrait se dire. Je n’ai rien contre, je respecte tout le monde». Il avait ensuite indiqué que le sujet était certainement encore tabou parce qu’en révélant leur homosexualité, les joueurs pourraient être confrontés à un flot d’insultes de la part de «mauvaises personnes». «Je crois que je le ferais (révéler son homosexualité), mais bien sûr, c’est facile de le dire quand tu ne l’es pas», avait-il encore déclaré.