Archives de Catégorie: Series

Girls like magic

La série  Girls Like Magic de Julia Eringer , suit le personnage de Maggie (surnommé Magic) d’Eringer alors qu’elle emménage à Los Angeles pour vivre avec son petit ami. Après avoir rencontré son voisin Jamie (qui vient de rompt avec sa petite amie), Magic suit son nouvel ami dans le pays merveilleux des personnes queer.

« Bien que Girls Like Magic  soit une comédie, je voulais aborder toutes les difficultés réelles d’être soi-même, face aux préjugés », a déclaré Eringer. « Je voulais également explorer les lignes floues de la sexualité. Ce n’est pas tout noir et blanc, gay ou hétéro. L’amour et l’attraction ne sont pas faciles à définir. À la fin de la journée, peut-êtreque la seule définition dont nous avons besoin est l’amour ».

Girls Like Magic  est disponible sur iTunes, Fandango Now, Vudu et  Amazon . Pour plus d’informations, visitez le site officiel,  GirlsLikeMagic.com 

« Les Engagés », websérie militante LGBT, récompensée à La Rochelle

La websérie de France Télévisions repart avec le prix de la meilleure websérie du Festival de la Fiction TV de La Rochelle.
Cette compétition, réservée aux webséries françaises, comptait 4 candidats à la victoire. Étaient nommées, outre « Les Engagés » : la websérie de Arte « Loulou » , « Yes I Do » (Studio+), et « Jezabel » , une co-production entre la RTBF, France Télévisions et la société de production Bridges.
« Les Engagés »  suit Thibaut, un des militants les plus actifs du Point G, un centre LGBT de Lyon, très engagé dans la lutte pour les droits des homosexuels. Son quotidien est soudain bouleversé par le retour dans sa vie d’Hicham, une connaissance qu’il n’avait pas revu depuis des années et qui vient chercher auprès de lui la force de faire son coming-out et de trouver sa véritable identité.
A la base, cette websérie était un projet de série au format 30 minutes pour la TV. Mais devant la frilosité des diffuseurs d’aborder ce sujet, son auteur Sullivan Le Postec l’a retravaillé au format websérie. C’est finalement Studio 4, département web de France Télévisions, qui a décidé de la financer et de la diffuser.
Suite à cette récompense, Sullivan Le Postec a déclaré : « Je suis particulièrement fier que Les Engagés fasse partie du panel choisi par ce jury de La Rochelle. Le jury présidé par Sylvie Testud a donné à voir des fictions riches de toutes les diversités de la France, mais aussi de vraies fiction. » Il ajoute : « Les catégories web et des 26′, où se trouvent les projets des « petites » chaînes et des plateformes web, riches de multiples pépites ont montré de manière éclatante où se trouve la vivacité, la dynamique et, tout simplement, l’avenir des séries françaises. »

Lena Waithe : première femme noire à gagner un Emmy pour le meilleur scénario

Aziz Ansari and Lena Waithe (Photo by Alberto E. Rodriguez/Getty Images)

Lauréate d’un Emmy pour le meilleur scénario de la série comique Netflix « Master of None », Lena Waithe est la première femme noire à être nommée et à remporter un prix dans cette catégorie. Elle est aussi la première actrice lesbienne à être récompensée.
Son discours est l’un des plus marquants de la 69e cérémonie des Emmy Awards qui s’est tenue ce dimanche 17 septembre, à Los Angeles.
Devant un public debout pour l’applaudir, elle a rendu hommage dans son discours à « sa famille LGBTQIA ». « Je vous vois tous, chacun de vous. C’est ce qui nous rend différents, ce sont nos supers-pouvoirs. Tous les jours, lorsque vous partez de chez vous, mettez votre cape imaginaire et partez conquérir le monde…. parce que le monde ne serait pas aussi beau si nous n’étions pas dedans. »
L’actrice, productrice et scénariste américaine qui incarne aussi Denise dans « Master of None » a été récompensée pour avoir co-écrit, avec Aziz Ansari, l’épisode « Thanksgiving » de la saison 2.
« Merci de récompenser un petit Indien de la Caroline du Sud et une fille noire et gay du cœur de Chicago », a ajouté Lena Waithe à la fin de son discours, provoquant les rires de l’assemblée.

Bisou gay : Helmer « Pacho » Herrera

Narcos est une série télévisée américaine créée par Chris Brancato, Carlo Bernard et Doug Miro, et réalisée par José Padilha. Les trois saisons sont disponibles en intégralité depuis le 1er septembre 2017 sur Netflix.
Loin d’un simple biopic de Pablo Escobar, Narcos retrace la lutte acharnée des États-Unis et de la Colombie contre le cartel de la drogue de Medellín, l’organisation la plus lucrative et impitoyable de l’histoire criminelle moderne. En multipliant les points de vue — policier, politique, judiciaire et personnel — la série dépeint l’essor du trafic de cocaïne et le bras de fer sanglant engagé avec les narcotrafiquants qui contrôlent le marché avec violence et ingéniosité.
Dans la saison 3, on  retrouve Helmer « Pacho » Herrera . Et on a droit à la première scène sexy de la saison : Pacho fait son entrée dans un club et invite sur la piste de danse un garçon et lui offre un baiser sensuel.
Helmer Herrera Buitrago, dit « Pacho », était surnommé par Pablo Escobar « La Niña » [la fillette], en raison de ses tendances homosexuelles.
« C’est l’un des rares homosexuels a s’être hissé sur la pyramide de la mafia », écrit plus tard un journaliste colombien dans le livre Patroness of Pablo Escobar cité par Earn the necklace. L’homosexualité affichée du personnage est corroborée par de nombreuses autres sources, et reprise avec majesté dès le premier épisode de la 3e saison de Narcos récemment dévoilée par Netflix.

USA : le reboot de Dynasty sera plus ouvert sur la sexualité de ses personnages

La chaîne CW a décidé de relancer Dynasty, le soap américain qui racontait la vie d’une riche et puissante famille de Denver, les Carrington, et diffusé pendant dix ans, de 1981 à 1991, sur ABC.
Durant plusieurs saisons, Dynasty avait mis en avant le conflit entre Blake Carrington et son fils homosexuel Steven. Dans la version de CW, l’homosexualité de Steven sera acceptée par son père. Et il apparaîtra même un second personnage gay, avec le neveu de Cristal (la nouvelle femme de Blake).
Le producteur exécutif de la série, Josh Schwartz, a justifié ces choix lors de la tournée d’été de la Television Critics Association.
Il a notamment tenu à expliquer que « même dans certaines régions les plus conservatrices du Sud de l’Amérique, les mentalités ont beaucoup évolué ».
Pour ce qui est de l’histoire de Dynasty, l’opposition entre Blake et son fils sera tout de même présente. Mais il ne s’agira pas de remettre en cause sa sexualité, plutôt ses choix de carrière.
Enfin, un autre changement notable proviendra du personnage de Jeff Colby. Représenté à l’origine comme un riche blanc, il sera interprété désormais par l’acteur noir Sam Adegoke. Mais là encore, Josh Schwartz préfère se concentrer sur d’autres éléments que la sexualité ou la couleur de peau des personnages.
Ce n’est pas seulement qu’il est afro-américain, mais surtout que l’origine de son argent est nouvelle. Dans l’ancienne version, les Carrington étaient les nouveaux riches. Ici, Jeff est devenu milliardaire grâce à son travail sur les technologies lorsqu’il était sous les ordres de Blake. Ça va provoquer une forme de ressentiment de la part de Blake. Cela nous permet d’avoir un récit narratif plus dynamique.
Dynasty débutera sur CW le 11 octobre 2017, et sera disponible en France dès le lendemain sur Netflix. Le casting sera composé de Grant Show (Blake Carrington), Elizabeth Gillies (Fallon Carrington), James Mackay (Steven Carrington) et surtout Nathalie Kelley (Cristal Flores), qui fit forte impression dans la dernière saison de Vampire Diaries.

USA : premier baiser homosexuel dans les feux de l’amour

« Les feux de l’amour », le célèbre soap américain, s’apprête peut-être a connaitre une révolution avec la première histoire d’amour homosexuelle de la série.
Au cours des dernières semaines aux USA, « Les feux de l’amour » ont mis en scène un rapprochement entre deux femmes. En effet, les personnages de Tessa, incarnée par Cait Fairbanks, et de Mariah, interprétée Camryn Grimes, semblaient attirées l’une vers l’autre depuis quelques temps jusqu’à ce qu’elles ne finissent par s’embrasser. Une intrigue dont les deux actrices ont eu interdiction de parler dans la presse.
Apparemment, selon TV Insider, la chaine qui diffuse le soap outre-Atlantique se montrerait très frileuse au sujet de cette histoire puisque le scénariste en chef de la série vient tout juste d’être remplacé. Pour rappel, « Les feux de l’amour » avait déjà tenté une expérience similaire en 1977 lorsque les personnages de Katherine Chancelière et Joann étaient soupçonnés d’avoir une liaison. Cette intrigue avait ensuite été immédiatement interrompue à cause des vives réactions négatives qu’elle a provoqué chez les téléspectateurs à l’époque.

Grande Bretagne : 2 histoires d’amour dès ce soir sur BBC Two à l’occasion de la Gay Britannia

Man in an Orange Shirt , une nouvelle série anglaise de deux épisodes, sera diffusée à partir de ce lundi 31 juillet à l’occasion de la Gay Britannia sur BBC.
Cette saison de programme marque le 50e anniversaire du Sexual Offences Act, adopté en 1967 et marquant la dépénalisation partielle de l’homosexualité.
Man in a Orange Shirt retrace deux histoires d’amour. Les défis sont bien différents pour les deux couples en question, Michael (Oliver Jackson-Cohen) et Thomas (James McArdle) cherchant le bonheur après la Seconde guerre mondiale, et Adam (Julian Morris) et Steve (David Gyasi) font de même de nos jours.
C’est en plein chaos en 1944 que le capitaine Michael Berryman rencontre l’artiste Thomas March dans le Sud de l’Italie. Bien qua sa jeune fiancée Flora l’attend ((Joanna Vanderham), Michael tombe amoureux de Thomas et vivra un temps à ses côtés.
Quand la guerre se termine, Michael choisit de retourner à Londres pour reprendre la vie qu’il menait avant la guerre et fonder une famille avec Flora. Thomas revient quant à lui à Soho où il choisit de vivre, non sans risques, sa vie en tant qu’homosexuel.

Star Trek : Discovery : un personnage gay dans la série

Le San Diego Comic-Con International, une convention de comics, bat son plein actuellement
Une nouvelle bande-annonce de Star Trek : Discovery, la série télévisée créée par Bryan Fuller et Alex Kurtzman, a été dévoilée. La nouvelle série, la 6e de la franchise,  sera disponible exclusivement sur Netflix à compter du lundi 25 septembre en France.
La série comptera 15 épisodes qui seront diffusés en deux parties : les 8 premiers épisodes seront diffusés entre le lundi 25 septembre et le lundi 6 novembre. Les épisodes suivants seront diffusés en janvier 2018.
Star Trek: Discovery suit les voyages de la Starfleet dans leur mission.De nouveaux personnages seront ajoutés à l’univers de Star Trek, qui chercheront de nouveaux mondes et de nouvelles civilisations, tout en adaptant la franchise à des thèmes contemporains
Comme Star Trek Sans Limites, Discovery accueille un personnage homosexuel en la personne de Lt Stamets (Anthony Rapp). L’acteur a déclenché un séisme en annonçant que non seulement Stamets aurait une relation mais que ce serait avec un autre officier qui sert à bord de l’USS Shenzhou.
Ce personnage sera interprété par Wilson Cruz mais on ne connait pas encore le nom qu’il aura dans la série.

Combats homosexuels : Philippe Faucon tourne la mini-série Fiertés pour ARTE

Le cinéaste Philippe Faucon, réalisateur de « Fatima », César du meilleur film en 2016, tourne actuellement pour Arte, une mini-série sur les combats homosexuels, de l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir en 1981 à l’adoption de la loi Taubira sur le mariage pour tous en 2013.
Trois épisodes de 52 minutes, tournés du 2 mai au 16 juin.
Avec notamment Chiara Mastroianni, Emmanuelle Bercot, Jérémie Elkaïm, Frédéric Pierrot et Stanislas Nordey.
Ecrit par José Caltagirone, Niels Rahou en collaboration avec Philippe Faucon.
« Chaque épisode a pour contexte une période de crispation dans la société française autour de questions relatives à l’homosexualité », explique le cinéaste, âgé de 59 ans, marié à la productrice Yasmina-Nini Faucon.
Le premier épisode commence en 1981, à l’époque de l’élection de François Mitterrand à la présidence. « La gauche arrive au pouvoir et abroge aussitôt les lois qui pénalisent l’homosexualité », raconte Philippe Faucon, à Montreuil, sur les lieux du tournage.
Le deuxième épisode se déroule en 1999, « au moment du vote sur le Pacs », où les adolescents du début sont devenus adultes. Les protagonistes, deux hommes en couple, interprétés par Samuel Theis et Stanislas Nordey, ont un projet d’adoption mais à cette époque, relève Philippe Faucon, « ce n’est pas autorisé et cela passe par des stratégies de dissimulation ».
Le troisième épisode se situe en 2013, à l’heure du « mariage pour tous ». Là, l’enfant adopté, qui a atteint ses 17 ans, « doit assumer le fait d’avoir deux pères », ajoute-t-il.
Les personnages de la série traversent « ces périodes de revendications et de luttes importantes pour les droits fondamentaux à la visibilité, à une vie de couple qui ne passe pas par la dissimulation, le droit au mariage, à l’adoption », souligne le cinéaste.
Faisant un parallèle avec le droit à l’avortement, il s’étonne qu’il y ait, encore aujourd’hui, « des gens qui n’ont rien d’autre à faire de leur vie que de s’opposer aux droits fondamentaux des autres ».
Dans la série, il s’agit d’une histoire d’amour, avant tout, entre deux êtres de même sexe: dans sa façon de filmer l’histoire, le cinéaste précise « tenir compte » qu’il s’agit d’une « fiction, grand public pour la télévision ». « Au cinéma je tournerais autrement », indique-t-il. « Nous avons tourné des choses belles et naturelles, de mon point de vue », confie-t-il, ne voyant pas « en quoi la série pourrait déranger ».
Même si, de son point de vue, « la nudité masculine, c’est bizarrement plus perturbant que la nudité féminine ». « Ayant été a priori fermé » à la série jusqu’ici, Philippe Faucon trouve finalement « l’exercice intéressant », bien que difficile: « je le fais parce que je ressens la nécessité de le faire. »

Les engagés

Le jeune Hicham Alaoui, 22 ans, décide brusquement de s’enfuir de sa chambre d’ado attardé. Désertant sa famille qui ne soupçonne rien, il se rend à Lyon, à la rencontre du seul homosexuel qu’il connaisse : Thibaut Giaccherini. Ce dernier a 28 ans, c’est un activiste qui milite pour les droits LGBT.
La quête d’identité intime, politique et sexuelle d’Hicham trouve en Thibaut un référent. Hicham admire ses combats. Il est fasciné par son univers bouillonnant et engagé. Il envie la force et l’affirmation de soi que Thibaut dégage. Mais, à mesure qu’il apprend à mieux le connaître, Hicham en devine de plus en plus les failles et les contradictions. Cette force est un masque. Pour trouver qui il est, Hicham va devoir tracer sa propre route…