Archives de Catégorie: religion

Namibie : Le Conseil ecclésiastique reconnais homosexuels

Le conseil ecclésiastique (Council of Church) de Namibie a appelé à l’acceptation des gays et des lesbiennes tout en continuant à condamner le style de vie homosexuel.
Dans un communiqué publié jeudi, le conseil des églises a déclaré qu’il reconnait la Bible comme autorité ultime et que d’après celle-ci, le mariage concerne exclusivement l’union d’un homme et une femme.
« Le conseil des leaders de l’église appelle tous les Chrétiens et les personnes de bonne volonté à accepter comme enfants de Dieu nos frères et sœurs dans nos communautés qui sont de la même orientation sexuelle et à éviter les condamnations, la haine et l’intolérance et à rejeter toute forme d’infamies et de discrimination », lit-on dans le communiqué.
Cependant, le conseil a ajouté que la « réalité inexplicable de l’attraction entre individus du même sexe » exige la sensibilité et la compréhension de l’église afin que celle ci ne soit pas à l’origine d’un sentiment de rejet.
Le texte précise toutefois que vivre la vie des gays et des lesbiennes constitue un péché et que le conseil condamne tous les modes vie de débauche

Suisse : un groupe de travail d’action pastorale à l’intention des chrétiens LGBT

Le diocèse de Bâle a lancé, le 11 mai 2017, “Arc-en-ciel”, un groupe de travail d’action pastorale à l’intention des chrétiens gay, lesbiennes, bisexuels et trans (LGBT). Le diocèse a édité un dépliant distribué au public. Son but: mieux connaître ce que vivent ces personnes au quotidien.
“Il y a des gens ayant une orientation sexuelle différente”, explique Barbara Kückelmann, en charge de la pastorale du diocèse de Bâle. “Le groupe de travail veut connaître la réalité de vie de ces personnes dans l’église et dans la société et l’aborder sérieusement. Il sont les bienvenus chez nous”, poursuit-elle, affirmant que nous sommes tous des êtres voulus et aimés par Dieu. Le diocèse souhaite améliorer son action pastorale pour ces personnes.
Le diocèse a favorisé la mise en place de ce groupe de travail pour les personnes avec cette orientation sexuelle bien que la doctrine officielle de l’Eglise catholique ne la tolère pas? “Là-dessus, le diocèse ne fait aucun commentaire”, répond Barbara Kückelmann. “Ce groupe de travail n’a pas vocation à réfléchir sur ce qui est permis ou ce qui ne l’est pas. Nous sommes préoccupés par l’offre pastorale destinées à ces personnes. L’homosexualité ainsi que d’autres orientations sexuelles font partie de la condition humaine. Il est important de souligner que nous n’excluons personne.”
Pour Barbara Kückelmann, accompagner les gens est une des activités principales de l’Eglise. “Il y a bien une pastorale pour accompagner les jeunes, les malades à l’hôpital, ou encore les migrants”, ajoute-t-elle.
Comment le groupe de travail pourra-t-il répondre à un couple gay qui demande la bénédiction de son union? “Les bénédictions de couples homosexuels ne sont pas possibles. Mais chacun peut demander la bénédiction de Dieu pour les gens qui vivent dans leur entourage et que nous trouvons sur notre chemin.”
Bruno Fluder, porte-parole de l’ADAMIN, l’association des pasteurs homosexuels, “se réjouit que le diocèse de Bâle prenne en considération ce groupe de personnes et réalise que ces personnes ont été systématiquement discriminées par l’Eglise catholique et le sont encore”, a-t-il déclaré à Kath.ch.
Le groupe de travail “Arc-en-ciel”, formé à l’initiative de Mgr Felix Gmür, évêque de Bâle, a été constitué à l’été 2016. Il faut mettre fin aux préjugés et aux discriminations, souligne l’évêché. (source : cath.ch/sys/bh)

Italie : l’église fêtera la journée contre l’homophobie

Des dizaines de paroisses italiennes ont décidé d’être en première ligne contre l’homophobie .
Elles concoctent différentes initiatives pour la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie qui aura lieu le 17 mai prochain : veilles et rencontres sont au cœur des préparatifs pour combattre les discriminations et changer les mentalités par rapport à l’homosexualité .
A Milan la paroisse de Sainte Marie de la Passion organisera une vielle de prières contemporainement avec l’Église évangélique vaudoise, présente en Italie du Nord. Tandis qu’à Palerme, en Sicile, les pères jésuites et les pères comboniens se sont rangés derrière l’Église évangélique luthérienne.
A Pinerolo, dans la banlieue de Turin, la communauté chrétienne du prêtre militant Lgbt et excommunié en 2003 don Franco Barbero qui  marie les couples gays organisera une manifestation dans la rue pour « saluer le renouveau théologique de l’Église ».
Des initiatives sont prévues également à Florence, à Catane, à Trieste, à Bologne et autres villes italiennes. A Gènes,le Vicaire général Nicolò Anselmi participera à la vielle organisée dans une des paroisses du cardinal-archevêque Angelo Bagnasco, président de la Conférence épiscopale italienne.

Les évêques de France demandent à Emmanuel Macron de ne pas rouvrir le débat sur la PMA

Les évêques de France demandent à Emmanuel Macron de ne pas rouvrir le débat sur la PMA
L’archevêque de Marseille a demandé au président élu de ne pas légaliser la PMA.
« J’espère aussi qu’il ne va pas nous enliser dans des débats de société qui ont aussi contribué à la division du pays mais qu’il n’est pas urgent de remettre en première ligne », a ajouté le premier des évêques, en allusion à la volonté du fondateur d’En marche! d’élargir la procréation médicalement assistée à toutes les femmes.
L’épiscopat avait été très critiqué dans l’entre-deux-tours pour n’avoir pas pris position entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, alors même qu’un vote pour ce dernier était rejeté par une frange conservatrice de l’électorat catholique.
« L’entre-deux-tours ne nous a pas semblé tel qu’il faille intervenir d’une manière plus forte que ce que nous avions fait », plaide Mgr Pontier dans le quotidien catholique. Face au Front national, « les critères (de choix, NDLR) que nous avions proposés sur les migrants, l’Europe, une société apaisée, nous paraissaient suffisants », poursuit-il.
Selon un sondage Ifop, le candidat d’En marche! a obtenu dimanche dernier 62% des suffrages exprimés par l’ensemble des catholiques (idem chez les pratiquants), et même 71% chez les pratiquants réguliers, qui vont à la messe au moins une fois par mois.
(Source :E-llico.com)

Appel à voter Macron des trois grandes autorités juive, protestante et musulmane

Les trois principales autorités religieuses juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech ont appelé jeudi « au vote républicain pour Emmanuel Macron », dans une déclaration « d’une même voix ». »Nous, profondément attachés aux principes républicains de notre devise ‘liberté, égalité, fraternité’, comme aux valeurs universelles d’accueil, d’ouverture à l’autre et de solidarité, invitons les Français à se mobiliser (…) pour faire triompher, par la voie des urnes, la France généreuse, tolérante et ouverte sur le monde », ont écrit les trois responsables, à trois jours du second tour de la présidentielle.
D' »une même voix », rappeler les « fondements humanistes »
« Parce qu’il ne suffit plus aujourd’hui de ‘faire barrage au Front national’, il est indispensable de rappeler, et d’une même voix, les fondements humanistes qui nous animent et pour lesquels nous oeuvrons quotidiennement », ont-ils souligné, en précisant: « Créer du lien, des moments de partage, venir en aide aux personnes les plus démunies ou esseulées, là est le coeur de notre mission, que nous souhaitons pouvoir continuer à mener sereinement dans notre pays ».Pour ces dignitaires religieux, « rien n’est supérieur à la paix et seul le vote républicain pour Emmanuel Macron garantit une France forte de toute son histoire, confiante dans son avenir et dans sa capacité à rayonner dans le monde ». »Bien conscients que nos fonctions nous obligent à la neutralité politique, mais avant tout citoyens responsables, nous appelons donc clairement à voter pour Emmanuel Macron dimanche », ont-ils conclu.

Angleterre : Un révérend retraité défie l’église d’Angleterre et épouse un petit ami de 24 ans

Le vicaire à la retraite, le révérend Philip Clements, 78 ans, n’a pas suivi les enseignements de l’Église d’Angleterre , il vient de se marier avec son partenaire roumain, Florin Marin, 24 ans, le 25 avril dernier
La cérémonie a eut lieu au bureau d’enregistrement de Ramsgate devant deux témoins et des équipes de télévision.
En février 2014, la Chambre des évêques a déclaré que les membres du clergé de l’Église d’Angleterre pouvaient entrer dans des partenariats civils, mais qu’ils devaient rester célibataire et qu’en aucun cas ils ne pouvaient se marier avec une personne de même sexe.
“Est-ce que c’est réel? Est-ce vraiment arrivé? Est-ce un rêve? C’est vraiment une journée spéciale a déclaré Philip Clements après la cérémonie, rapporte Kent Online.
Son nouveau mari lui a simplement déclaré : « c’est une journée normale! »
“Cela ne change absolument rien” a t’il déclaré. “Notre vie sera la même chose qu’avant mais c’est une belle journée, c’est vrai”.
Dans un post sur Facebook, Clements a déclaré: «J’espère que Florin et moi donnons des encouragements aux membres gay du clergé anglican qui veulent entrer dans une union plus étroite avec leur partenaire du même sexe. Cela ne peut que enrichir le ministère.»
«J’espère aussi que l’Église d’Angleterre va être amenée à reconnaître la valeur et la validité de tels services pour le clergé qui peuvent être stressés et frustrés par les restrictions actuelles sur leur vie personnelle», a-t-il écrit.
Philip Clements a déclaré qu’il continuera à fréquenter les services religieux orthodoxes, mais c’est une «honte» que l’Eglise ne veuillent pas accepter la décision du couple.
Peu de temps après que le couple soit devenu public, les jeunes fiancés ont demandé à l’Église d’Angleterre de modifier sa politique sur le mariage homosexuel.
Le couple accuse un écart d’âge de 54 ans, et s’est rencontré sur un site de rencontres, bien le prêtre Phillip Clements avait gardé sa sexualité secrète jusqu’à maintenant.
Le couple s’installera en Roumanie.

 

L’Eglise catholique de France ne se mouille pas

A l’issue du résultat du premier tour des élections présidentielles, la Conférence des évêques de France a appelé à « construire une société plus juste, plus fraternelle dans ses diversités et plus respectueuse de chacun ».
L’Eglise de France « n’appelle elle pas à voter pour l’un ou l’autre candidat », elle souhaite « donner à chacun des éléments pour son discernement propre ».
Dans un communiqué, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques, appelle à « un véritable pacte éducatif ». Il écrit que c’est « en soutenant la famille, tissu nourricier de la société, en respectant les liens de filiation, que l’on fera progresser la cohésion sociale ».
En outre, il indique que l’Eglise de France « replace ce scrutin présidentiel dans un processus démocratique qui ne s’y limite pas mais qui se prolongera dans les législatives et les sénatoriales  ; qui se traduit aussi dans d’autres formes de participation à la démocratie (démocratie participative locale, fonctionnement associatif) ; et qui s’accompagne enfin de l’engagement des citoyens dans la vie sociale ». « Dépositaire du message de l’Evangile qui inspire l’Enseignement Social », l’Eglise de France rappelle donc « certains principes fondateurs comme la recherche du bien commun, la destination universelle des biens, la mise en œuvre de la fraternité, l’attention aux plus fragiles, la dignité de la personne humaine et la subsidiarité ».
Le collectif Antioche qui réunit des prêtres et des religieux, à différents niveaux de la hiérarchie ecclésiastique, ont souhaité prendre leurs distances de la Conférence épiscopale:
«Force est donc de constater que les propos de la CEF se trompent de cible avec une régularité d’horloge depuis 30 ans. Ils ne sauraient donc plus ni mobiliser ni intimider quiconque, en tout cas pas nous. Nous ne regardons plus la télévision depuis longtemps, nous ne lisons plus vos déclarations, Messeigneurs… Nous étions à la Manif pour Tous et à la Marche pour la Vie et vous n’y étiez pas… La situation s’aggrave chaque jour…
Voilà pourquoi, sans « appeler » à voter, ni « canoniser » personne ni aucun programme, sans donner de leçons de morale à quiconque, sans jouer sur la peur, soucieux du bien commun politique dans le « moindre mal », nous disons paisiblement que nous voterons pour Mme Le Pen dans deux semaines.»
Un sondage Harris publié le 25 avril par « La Croix », révèle que 44% des catholiques pratiquants dits réguliers ont donné leur voix à François Fillon. Passé la désillusion de ne pas voir leur favori au second tour, beaucoup peinent encore à savoir quel bulletin glisseront-ils dans l’urne, le 7 mai prochain.

Canada : un pasteur invite les français à voté Le Pen pour contrer le pro LGBT Macron

Joël Spinks, pasteur-fondateur de l’Église de la Victoire du Québec, a invité les Français «à ne pas faire la même erreur que l’Église canadienne lors des élections »
Lors des dernières élections qui se sont déroulées au Canada, Justin Trudeau, un pro-LGBT qui accorde en outre beaucoup d’importance à la communauté musulmane a été élu .
«je vous encourage FORTEMENT : VOTEZ AU NOM DE JÉSUS ! Lors de nos dernières élections, la majorité canadienne a élu un Premier ministre sans tenir compte de ses valeurs. Depuis, le Canada a perdu son statut de pays de proéminence, ayant autrefois le plus haut standard de vie au monde. SVP, soyez plus sages que l’Église au Canada », déclare le pasteur sur sa page Facebook.
Joël Spinks soulève en outre le problème de l’abstention ou du vote blanc qui peut favoriser le candidat qui serait le moins à même de défendre les valeurs chrétiennes, voire être une source de persécution dans une société qui ne veut pas avoir à faire avec Dieu.
« Sous prétexte qu’aucun candidat ‘ne me convient vraiment’, trop de chrétiens restent à la maison et laissent les non-chrétiens choisir nos dirigeants », déplore-t-il ; et d’ajouter : « Je sais que certains chrétiens justifieront leur refus d’aller voter pour mille et une raisons. Mes amis, je le sais très bien que nous devons parfois voter pour le candidat qui est le ‘moins pire’ ! C’est notre réalité, alors n’adoptez pas la mentalité du fataliste ».
Dans son exhortation, il décrit ce qu’il considère comme l’importance du vote du chrétien.
« VOTRE vote est VOTRE semence dans VOTRE nation », déclare-t-il.
« Si la Bible nous exhorte à la prière pour nos leaders (1 Timothée 2:1-4), Dieu s’attend certainement à ce que nous faisions notre part ! En d’autres mots, Dieu n’ira certainement pas voter à notre place ! Jésus a déclaré que ‘vous êtes la lumière du monde’ (Matthieu 5:14) alors, ne vous supprimez pas du processus électoral : BRILLEZ AU NOM DE JÉSUS ! », ajoute-t-il pour expliquer son intervention dans la campagne.

Vatican: Le Premier ministre du Luxembourg reçu avec son mari

Xavier Bettel, le premier ministre du Luxembourg, et son compagnon, Gauthier Destenay, architecte belge, ont tous les deux été reçus très officiellement par le Vatican à l’occasion de la rencontre des 27 dirigeants de l’UE avec le pape François le 24 mars 2017.
Ils ont été accueillis par Mgr Georg Gänswein, préfet de la maison pontificale et secrétaire personnel du pape Benoît XVI.
Xavier Bettel est le premier dirigeant homosexuel européen à être marié avec son compagnon, la loi ouvrant le mariage a été adoptée en 2015 au Luxembourg
Cela a bien entendu fortement déplu aux catholiques extrémistes et ils condamnent ce pape trop laxiste selon eux et « qui franchit un nouveau pas dans sa relativisation à marche forcée de l’homosexualité »:
Rome est dans l’abomination, tant doctrinale que morale.
« Lors donc que vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, installée dans le saint lieu alors que ceux qui seront en Judée s’enfuient dans les montagnes, que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas dans sa maison pour prendre ses affaires, et que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau ! Malheur à celles qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! »(Matthieu 24, 15) »

Israel : Des anciens officiers luttent pour garder l’armée accessible aux femmes et aux gays

Oren Nahmany, le fondateur âgé de 27 ans de Pride in Blue and White

Le groupe, Pride in Blue and White (Fierté en bleu et blanc) a lancé la semaine dernière une campagne de collecte de fonds pour soutenir ses premiers cours préparatoires à l’armée et des programmes de mentorat destinés spécifiquement aux femmes et aux jeunes membres de la communauté LGBT.
L’objectif ultime de la campagne  appelée ‘Israeli Pride Times Two’ (la Fierté israélienne par Deux), est de multiplier par deux le nombre de femmes dans les positions de combat et le nombre de soldats ouvertement LGBT au sein de l’armée israélienne.
L’armée est déjà relativement progressiste sur ces fronts. Les femmes juives sont enrôlées comme leurs homologues masculins mais deux ans au lieu de trois, et elles sont autorisées à assumer un nombre croissant de postes de combat. Environ 7 % des combattantes sont des femmes.
Les soldats gays et les soldates lesbiennes sont autorisés à servir ouvertement depuis 1993, l’année où les Etats Unis ont annoncé leur politique ‘Don’t Ask, Don’t Tell’ (Ne demandez pas, ne répondez pas), même si un grand nombre d’entre eux nourrissaient des craintes devant la perspective d’intégrer le service.
Mais avec l’influence croissante des officiers des soldats religieux, les militaires craignent que ce progrès ne soit compromis.
“Nous sommes tous des officiers. Nous avons tous combattu dans l’armée. Et nous avons le sentiment que notre foyer est attaqué », explique Oren Nahmany, le fondateur âgé de 27 ans de Pride in Blue and White.
“En Israël, tout le monde doit aller à l’armée, et elle doit donc être pluraliste et libérale. Les rabbins tentent de faire partir les femmes, les LGBT et de faire venir leurs propres communautés ».
Actuellement, plusieurs douzaines d’académies préparent les Israéliens à l’armée, et environ la moitié sont religieuses.
Alors que la motivation, parmi les recrues, ne cesse de reculer et est la source d’une inquiétude constante en Israël, de nombreux Israéliens accueillent avec chaleur l’afflux de nouveaux enrôlés religieux. Mais certains – en particulier à la gauche de l’échiquier politique – craignent que les sionistes religieux, qui représentent environ 10 % de la population israélienne, aient pris une influence disproportionnée dans une armée traditionnellement laïque, ainsi que dans d’autres secteurs de la société israélienne.
Pour protéger les droits des femmes et des membres de la communauté LGBT au sein de l’armée, l’organisation Pride in Blue and White a pris la décision d’ouvrir ses propres cours préparatoires sur le modèle des académies sionistes religieuses.
Depuis la diffusion d’un discours prononcé par le rabbin Yigal Levinstein, la vieille de la journée de la femme, devant plusieurs centaines de diplômés d’une académie religieuse, l’association a levé bien au-delà de 1 000 dollars. Alors qu’il ne reste que trois semaines, elle est à environ 40 % de son objectif, qui est de collecter environ 20 000 dollars.
Dans son discours, Levinstein avait indiqué que les femmes soldates ont perdu leurs « valeurs et leurs priorités » juives, et qualifié l’idée de femmes commandants de « folie ». Il a également tourné en ridicule les familles constituées de deux hommes, affirmant qu’il s’agissait « d’un asile de fous ».
Face à l’indignation générale, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a expliqué qu’il réfléchirait à l’inaptitude de Levinstein à un poste « consistant à préparer les jeunes pour le service au sein de l’armée israélienne ». Levinstein a indiqué qu’il ne reviendrait pas sur ses propos, tout en reconnaissant le caractère « inapproprié » de ses remarques.