USA: Les synagogues de New York cessera d’annoncer les mariages LGBT après des plaintes

L’Institut hébraïque de Riverdale dans le Bronx n’annoncera plus les mariages de ses membres LGBT dans ses bulletins d’information conformément à une plainte de l’Union orthodoxe (OU), la plus grande association de synagogues orthodoxes aux États-Unis.
La politique a été établie ce mois-ci en réponse à des plaintes d’autres synagogues membres de l’OU, qui adoptent une position plus dure quant au mariage homosexuel.
« La position sans équivoque de l’OU est que le soutien ou la célébration d’une conduite interdite par la loi juive est fondamentalement inapproprié », peut-on lire dans la déclaration de l’OU, selon le Five Towns Jewish Times. « En conséquence, l’approbation institutionnelle ou l’encouragement (implicite ou explicite) de toute conduite contraire à la halakha ( loi  juive orthodoxe NDR) est une activité qu’aucune synagogue orthodoxe ne devrait autoriser. »
L’Institut hébraïque de Riverdale, qui a longtemps servi de guide pour repousser les limites de la loi juive traditionnelle afin d’inclure les femmes et les juifs LGBT, a été favorable aux couples de même sexe. Il compte parmi ses membres des couples de même sexe et a accueilli l’an dernier une forum sur les Juifs LGBT en orthodoxie intitulé « Construire un avenir juif à l’extérieur du placard ».
Son fondateur, Avi Weiss, a été l’un des signataires d’une déclaration de principes historique de 2010 signée par les dirigeants orthodoxes affirmant la nécessité de « traiter les êtres humains avec des attractions et des orientations de même sexe avec dignité et respect ».
Les responsables de la synagogue ne célèbrent pas les mariages homosexuels, mais la synagogue a commencé à inclure les mariages homosexuels dans ses annonces plus tôt cette année. Suite à la déclaration de l’OU, cependant, le rabbin de l’Institut hébraïque, Steven Exler, a confirmé au JTA que les annonces s’arrêteraient.
Mordechai Levovitz, directeur exécutif de Jeunesse juive homosexuelle, qui se concentre sur les adolescents orthodoxes LGBT, a déclaré que la politique de l’OU ne ferait que causer d’autres dommages à ce groupe. Il a ajouté que 70 % des enfants qui viennent au centre d’accueil hebdomadaire de son groupe à Midtown Manhattan confient être suicidaires.

Autriche : une cathédrale ouverte à des militants LGBT à l’occasion de la journée mondiale du sida

Le cardinal Christoph Schönborn a ouvert sa cathédrale Saint-Etienne à des militants LGBT connus, le 1er décembre dernier, à l’occasion de la journée mondiale du sida.
La célébration liturgique œcuménique s’est ouverte par l’accueil du militant homosexuel Gerry Keszler à la porte de la cathédrale par le cardinal autrichien lui-même qui a ensuite, depuis l’autel, prononcer un discours de bienvenue à l’activiste et à tous ceux qui avec lui organisent le Life Ball de Vienne.
Le Life Ball, plus grand événement caritatif mondial pour les victimes du sida et les séropositifs se tient tous les ans à Vienne « sous le signe de la solidarité et de la tolérance ».
Au moment de la « prière universelle » au cours de cette liturgie, en pleine cathédrale, c’est Conchita Wurst, qui a dénoncé la persécution de ceux qui « vivent leur identité différente ».
Le cardinal Christoph Schönborn a déclaré: « Dieu ne veut pas juger les gens, mais les sauver. Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Ne pas juger, ne pas exclure, ne pas donner de leçons. Si la société fait cela elle peut changer en profondeur », a-t-il dit. »
Pour l’archevêque de Vienne, l’Eglise doit accompagner les personnes dont la vie n’est pas conforme à l’enseignement de l’Eglise et reconnaître ce qu’elles vivent de bon, avant de porter un jugement.
Ainsi en 2015, lors de l’assemblée générale du Synode consacrée à la famille, le cardinal Christoph Schönborn, avait accordé une interview au jésuite Antonio Spadaro, rédacteur en chef de La Civiltà Cattolica.
Au cours de cette interview, il était revenu sur le cas d’un de ses amis homosexuel qui, après plusieurs relations temporaires, vivait une relation stable : « C’est une amélioration », dit-il. « Ils partagent leurs joies, leurs peines, et s’aident mutuellement. Nous devons reconnaître que cette personne a fait un pas important pour son propre bien et pour celui des autres, même si l’Eglise ne peut certainement pas considérer sa situation comme régulière. Le jugement que l’Eglise porte sur l’acte homosexuel est nécessaire, mais celle-ci doit regarder dans la salle à manger avant la chambre à coucher ! Elle doit accompagner les personnes. » »

USA: le pasteur homophobe veut la mort de tous les gays avant Noel

Steven Anderson de la Faithful Word Baptist Church dans l’Etat américain d’Arizona, est de retour, appelant cette fois à l’exécution de tous les gays avant Noël de cette année.
Un appel un meurtre coutumier chez lui : en 2014 il avait déclaré qu’il serait possible d’avoir un « monde sans SIDA pour Noël» suivant simplement l’Ancien Testament « Vous cherchez à Lévitique 20:13, et vous découvrirez la vérité de la guérison pour le sida: «Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, tous deux ont commis une abomination; certainement ils vont mourir. Leur sang est sur ​​eux » expliquait il.
« Et cela, mon ami, c’est le remède contre le sida. Il était là, dans la Bible tout le temps. Ils dépensent des milliards de dollars pour la recherche et les tests. Mais on peut s’en débarrasser juste comme ça. Parce que si les homosexuels étaient exécutés comme Dieu le demande, il n’y aurait pas toutes ces dépenses sur le sida »
En 2009 il s’en était pris au président américain Obama , qui incarnait tout ce que Steven Anderson détestait: le «socialisme» et une certaine tolérance face aux homosexuels, que le pasteur de la Faithful Baptist Church abhorre autant que les juifs «assassins de Jésus», et surtout face à l’avortement, crime suprême contre l’humanité selon lui.
Dans un sermon, Steven Anderson avait notamment déclaré que Barack Obama méritait de mourir. «Je vais prier pour qu’il meure et aille en enfer», avait-il déclaré.
Steven Anderson avait aussi exprimé son souhait de voir Caitlyn Jenner morte, cet « horrible transsexuel, ambassadeur des homosexuels ».
Le pasteur avait déclaré que l’ex athlète n’était qu’un « évangéliste de la sodomie et de la saleté dans le monde. « Je vais demander à Dieu qu’elle meure et qu’aille en enfer ».
« Je le déteste. Non, je ne porte aucun amour à ce Bruce ‘freak’. Je souhaite qu’il meure aujourd’hui même. Je souhaite qu’il aille en enfer. C’est dégoutant! C’est sale! C’est blâmable! Je souhaite que son cœur explose dès maintenant! ».avait il déclaré

Grèce: un évêque jugé pour un prêche homophobe

Un évêque grec orthodoxe, connu pour ses dérapages racistes et homophobes, a été renvoyé devant un tribunal après la plainte de neuf homosexuels, une première en Grèce.
Dans une adresse à ses fidèles en 2015, Athanassios Lenis, ou Mgr Amvrosios dans ses fonctions, avait qualifié les homosexuels de « lie de la société ». « Crachez leur dessus! Huez les! Noircissez les de coups », avait-il prôné, réagissant au vote d’une loi étendant aux homosexuels le pacte d’union civile, jusque là explicitement réservé aux hétérosexuels.
« Nous avions déjà entendu des torrents d’horreur à l’époque, mais cet appel à la violence allait trop loin, surtout venant d’une figure d’autorité », a expliqué à l’AFP l’un des neuf plaignants, le militant homosexuel Lio Kalovirnas.
Le dignitaire de 79 ans, en charge de l’évêché de Kalavryta, dans le Péloponnèse, devra répondre d' »incitation publique à la violence et abus de ses fonctions ecclésiastiques », a précisé à l’AFP l’avocate des plaignants, Kleio Papapantoleon. La date du procès a été fixée au 15 mars.

l’Église anglicane d’Angleterre défend le droit des enfants “d’explorer les possibles de leur identité”

Dans un Guide contre le harcèlement homophobe à l’école, l’Église anglicane d’Angleterre défend le droit des enfants “d’explorer les possibles de leur identité”.
Dans le Guide d’orientation soumis lundi 13 novembre aux 4 700 établissements scolaires sous sa tutelle, l’Église anglicane d’Angleterre emploie des mots forts pour empêcher que « les élèves soient harcelé·e·s en raison de leur orientation sexuelle ou leur identité de genre, réelle ou supposée. »
Les comportements des filles et des garçons « ne doivent en aucun cas poser problème parce qu’ils ne se conforment pas aux stéréotypes de genre » est il écrit.
Ce Guide est une mise à jour d’une édition de 2014 qui s’en prenait à l’homophobie, et actualisée pour prendre également en considération la biphobie et la transphobie, autres vecteurs de harcèlement.
Le document souligne qu’à l’école, les jeunes enfants « doivent se sentir libres d’explorer les possibles de leur identité sans subir de jugement ou de dérision. Par exemple, un enfant doit pouvoir choisir de porter un tutu, une couronne de princesse ou des talons et/ou un casque de pompier, une ceinture à outil ou une cape de super-héros sans que cela fasse l’objet de questions ou de commentaires ».
« Près de la moitié des élèves LGBT sont harcelés. Nous saluons ce signal clair » de l’Église d’Angleterre, a réagi l’association Stonewall, association britannique de défense des personnes LGBT (lesbiennes, gay, bi et trans).
En acceptant la notion d’« identité de genre », l’Église d’Angleterre s’éloigne de l’église catholique qui se bat contre la prétendue « théorie du genre ».
https://www.churchofengland.org/media/4043522/ce-vagc-report-dl-v5-web.pdf

«Péché originel» : Accusations d’agressions sexuelles au Vatican

Dans «Péché originel» -dévoilé jeudi en Italie et paru mercredi en France- le journaliste italien Gianluigi Nuzzi mène à nouveau une enquête sur les arcanes du Vatican, documents confidentiels à l’appui.
Le journaliste, qui a été acquitté par la justice du Vatican en 2016 dans le procès dit «Vatileaks 2» après d’abondantes «fuites» de documents qu’il avait publiés, s’est fait une spécialité du passé sulfureux de la banque du Vatican et des résistances internes aux réformes impulsées par Benoît XVI et François.
Il dénonce également la loi du silence dans l’Eglise, en évoquant les tentatives infructueuses d’un jeune lanceur d’alerte pour dénoncer des abus sexuels dont aurait été victime son ancien camarade de chambre mineur, pensionnaire au coeur du Vatican.
Selon lui, un séminariste majeur aurait abusé sexuellement d’au moins un lycéen de 17 ou 18 ans en 2011-2012, sous les yeux d’un témoin.
Ce témoin polonais, Kamil Tadeusz Jarzembowksi, réside alors dans une institution installée dans la cité du Vatican et qui héberge des enfants et adolescents du monde entier envisageant de devenir prêtres.
Les pensionnaires fréquentent une école privée dans le centre de Rome et participent comme «enfants de chœur» aux messes célébrées dans la basilique Saint-Pierre. Kamil y a vécu de 13 à 18 ans, jusqu’en 2014, mais il dit avoir été renvoyé avant la fin de sa scolarité après avoir tiré la sonnette d’alarme auprès d’autorités ecclésiales et vaticanes.
Selon lui, un ancien élève autorisé à rester dans le palais venait très souvent dans sa chambre, le soir venu, pour avoir des relations sexuelles avec son camarade de chambre, alors âgé de 17 ou 18 ans, qui «se sentait obligé de céder à ses exigences».
Le jeune homme exerçait «une forme de pouvoir et d’intimidation» sur les plus jeunes, en imposant «brimades ou actes sexuels» à un certain nombre de pensionnaires, affirme encore Kamil dans le livre de M. Nuzzi.

L’Église a t’elle le droit de refuser de célébrer des obsèques 

Un évêque du diocèse américain de Madison (Wisconsin), Mgr Robert Marlino, a créé la controverse localement, en émettant des réserves sur la célébration d’obsèques religieuses pour les personnes vivant en couple avec un partenaire de même sexe. 
 Un courrier daté du samedi 21 octobre, signé du vicaire général et adressé à tous les prêtres du diocèse, invite ces derniers à prendre en considération, notamment, le fait de savoir si « le défunt ou son partenaire étaient des promoteurs du mode de vie gay ».
 À la fin du mois de juin, Mgr Thomas Paprocki, évêque de Springfield (Illinois) avait déja déclaré que les sacrements ainsi que les obsèques seraient refusés dans son diocèse aux personnes mariées à un partenaire de même sexe. 
Alors l’église peut elle refusée de célébrer des obsèques ? la réponse est sur le site La croix.com
 Du point de vue de l’Église catholique, tous les baptisés ont le droit à des obsèques religieuses, ainsi que les catéchumènes, et les petits enfants morts avant de pouvoir être baptisés rappelle le journal  laCroix.
 Le code de droit canonique (can. 1184-1) établit en revanche une liste des personnes qui « doivent être privées des funérailles ecclésiastiques ». On y trouve « les apostats, hérétiques et schismatiques notoires », les personnes ayant choisi l’incinération « pour des raisons contraires à la foi chrétienne », et enfin « les autres pécheurs manifestes, auxquels les funérailles ecclésiastiques ne peuvent être accordées sans scandale public des fidèles ».
 C’est ce dernier point qui semble pouvoir être interprété de différentes manières, et sur lequel des évêques peuvent être en désaccord. Mais le droit de l’Église (can. 1184-2) précise également qu’en cas de doute sur un cas, c’est à l’évêque du lieu que revient la décision finale.

Australie : nombreuses manifestations en faveur du mariage homosexuel

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi dans des villes d’Australie pour réclamer la légalisation du mariage homosexuel.
Des rassemblements en faveur du mariage entre personnes de même sexe ont eu lieu à Brisbane, dans le nord de l’Australie, et à Alice Springs, dans le centre et à Sydney où 5.000 à 10.000 personnes étaient présentes
Dans le même temps, des rassemblements à l’initiative de la Coalition for Marriage, à la pointe du mouvement contre le mariage homosexuel, se sont tenus en différents points d’Australie.
Tous ces rassemblements ont eu lieu une semaine avant que les derniers votes puissent être transmis par la poste sur la question du mariage gay, dans le cadre d’une consultation nationale controversée.
Les votes ont pu être envoyés par la poste à partir du 12 septembre, et le Bureau australien de la statistique a recommandé que l’opération prenne fin le 27 octobre.
Selon le dernier pointage du bureau de la statistique, rendu public le 17 octobre, près de 11 millions de votes postaux ont été renvoyés, soit 68% des bulletins distribués.
Le résultat devrait être connu le 15 novembre.

Grece : l’Église orthodoxe de Grèce s’oppose à la loi sur le changement de sexe

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce s’est réuni le 7 octobre sous la présidence de l’archevêque d’Athènes Jérôme et a examiné, entre autres, la loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par le Parlement grecque .
L’Église de Grèce a exprimé ses positions à ce sujet :
« Le sexe est un héritage sacré donné à l’homme et contribue à la base de la complémentarité psychosomatique dans le mystère de la vie et de l’amour. En ce sens, il n’est pas sujet à changement, mais il est un don divin à l’homme, que celui-ci doit valoriser pour sa sanctification.» (…)
« Le projet de loi proposé suscite des émotions dans la société, attaque l’institution sacrée de la famille, contredit les bonnes mœurs et le sens commun, et avant tout détruit la personne. Au lieu de diminuer la confusion et les désordres mentaux, elle les accentuera et donnera naissance à un dangereux phénomène social, particulièrement lorsqu’il créera également une situation explosive dans les écoles.»
«Le Synode fait un appel final au monde politique dans son intégralité pour élever sa responsabilité et sa mission au-dessus des idéaux politiques, des préjugés et de la référence à des droits incontrôlés, et pour retirer le projet de loi, tout en montrant un intérêt similaire pour résoudre les problèmes les plus sérieux qui frappent notre société, notre nation et le peuple. Or, on ne fait que renforcer les tensions, les divisions et l’absurdité, au lieu de contribuer à l’édification spirituelle de nos citoyens.»
De son côté, le métropolite d’Étolie Cosmas a déclaré dans une lettre ouverte aux députés du Parlement hellénique :
« Vous promouvez une loi qui nie le Dieu-Trinité et Créateur et profère des blasphèmes à Son égard. Cette nouvelle loi est non naturelle, elle empiète sur l’identité psychosomatique de la personne, favorise la dépravation, et son but est de contrecarrer la personne dans sa voie sur la sanctification et déification. Les os de nos saints et de nos héros (pour la libération de la Grèce) tremblent ! Le grand libérateur de la Grèce et égal-aux-apôtres saint Cosmas d’Etolie et nos autres saints pleurent… ».

Chrétiens et homosexuels : le difficile coming out

Si la plupart des Eglises chrétiennes accueillent les homosexuels avec bienveillance, certaines condamnent toujours le principe de l’homosexualité. Alors peut-on vivre ouvertement son homosexualité dans l’Eglise ? A quoi s’expose-t-on lorsqu’on avoue son orientation sexuelle ? Un débat animé par Aline Bachofner.

Extrait de « Faut pas croire » , une émission de la Radio Télévision Suisse, samedi 30 septembre 2017.