Archives de Catégorie: religion

Israel : Des anciens officiers luttent pour garder l’armée accessible aux femmes et aux gays

Oren Nahmany, le fondateur âgé de 27 ans de Pride in Blue and White

Le groupe, Pride in Blue and White (Fierté en bleu et blanc) a lancé la semaine dernière une campagne de collecte de fonds pour soutenir ses premiers cours préparatoires à l’armée et des programmes de mentorat destinés spécifiquement aux femmes et aux jeunes membres de la communauté LGBT.
L’objectif ultime de la campagne  appelée ‘Israeli Pride Times Two’ (la Fierté israélienne par Deux), est de multiplier par deux le nombre de femmes dans les positions de combat et le nombre de soldats ouvertement LGBT au sein de l’armée israélienne.
L’armée est déjà relativement progressiste sur ces fronts. Les femmes juives sont enrôlées comme leurs homologues masculins mais deux ans au lieu de trois, et elles sont autorisées à assumer un nombre croissant de postes de combat. Environ 7 % des combattantes sont des femmes.
Les soldats gays et les soldates lesbiennes sont autorisés à servir ouvertement depuis 1993, l’année où les Etats Unis ont annoncé leur politique ‘Don’t Ask, Don’t Tell’ (Ne demandez pas, ne répondez pas), même si un grand nombre d’entre eux nourrissaient des craintes devant la perspective d’intégrer le service.
Mais avec l’influence croissante des officiers des soldats religieux, les militaires craignent que ce progrès ne soit compromis.
“Nous sommes tous des officiers. Nous avons tous combattu dans l’armée. Et nous avons le sentiment que notre foyer est attaqué », explique Oren Nahmany, le fondateur âgé de 27 ans de Pride in Blue and White.
“En Israël, tout le monde doit aller à l’armée, et elle doit donc être pluraliste et libérale. Les rabbins tentent de faire partir les femmes, les LGBT et de faire venir leurs propres communautés ».
Actuellement, plusieurs douzaines d’académies préparent les Israéliens à l’armée, et environ la moitié sont religieuses.
Alors que la motivation, parmi les recrues, ne cesse de reculer et est la source d’une inquiétude constante en Israël, de nombreux Israéliens accueillent avec chaleur l’afflux de nouveaux enrôlés religieux. Mais certains – en particulier à la gauche de l’échiquier politique – craignent que les sionistes religieux, qui représentent environ 10 % de la population israélienne, aient pris une influence disproportionnée dans une armée traditionnellement laïque, ainsi que dans d’autres secteurs de la société israélienne.
Pour protéger les droits des femmes et des membres de la communauté LGBT au sein de l’armée, l’organisation Pride in Blue and White a pris la décision d’ouvrir ses propres cours préparatoires sur le modèle des académies sionistes religieuses.
Depuis la diffusion d’un discours prononcé par le rabbin Yigal Levinstein, la vieille de la journée de la femme, devant plusieurs centaines de diplômés d’une académie religieuse, l’association a levé bien au-delà de 1 000 dollars. Alors qu’il ne reste que trois semaines, elle est à environ 40 % de son objectif, qui est de collecter environ 20 000 dollars.
Dans son discours, Levinstein avait indiqué que les femmes soldates ont perdu leurs « valeurs et leurs priorités » juives, et qualifié l’idée de femmes commandants de « folie ». Il a également tourné en ridicule les familles constituées de deux hommes, affirmant qu’il s’agissait « d’un asile de fous ».
Face à l’indignation générale, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a expliqué qu’il réfléchirait à l’inaptitude de Levinstein à un poste « consistant à préparer les jeunes pour le service au sein de l’armée israélienne ». Levinstein a indiqué qu’il ne reviendrait pas sur ses propos, tout en reconnaissant le caractère « inapproprié » de ses remarques.

Taïwan : bouddhistes et chrétiens s’opposent au mariage gay

La Cour constitutionnelle, La plus haute juridiction taïwanaise, a commencé vendredi l’examen des recours qui pourraient faire de l’île le premier territoire asiatique à autoriser le mariage gay.
Taiwan figure déjà parmi les sociétés les plus progressistes de la région concernant les droits des homosexuels. Des dizaines de milliers de personnes participent chaque année à la gay pride.
Un projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe a même été voté en première lecture en décembre. Il doit encore être examiné en deuxième lecture.
Mais certains juristes observent que le processus législatif pourrait être pris de vitesse par la justice et la Cour constitutionnelle, qui rendra sa décision sous deux mois.
Les 14 grands juges de la haute juridiction ont à examiner deux recours contre un article du code civil déposés par l’activiste de la cause homosexuelle Chi Chia-wei et l’exécutif de la municipalité de Taipei, la capitale, qui n’a jamais reçu autant de demandes de validation de mariages entre personnes de même sexe
L’éventuelle légalisation du mariage homosexuel mobilise les énergies politiques, judiciaires, religieuses et civiles
L’île nationaliste, séparée de la Chine depuis 1949, figure déjà parmi les sociétés les plus progressistes de la région concernant les droits des homosexuels. Des dizaines de milliers de personnes participent chaque année à la gay pride.
Au cœur des débats, une disposition du code selon laquelle le mariage ne peut unir qu’un homme et une femme. Les avocats des requérants défendent l’idée que cet article est contraire à plusieurs principes de la constitution garantissant l’égalité entre tous.
Depuis l’arrivée au pouvoir en mai de la présidente Tsai Ing-wen, favorable aux droits des homosexuels, les partisans du mariage gay se sentent le vent en poupe.
Mais l’opposition au mariage gay se renforce également, mettant en lumière les divisions d’une société aux valeurs familiales traditionnelles profondément enracinées. L’Alliance des groupes religieux de Taïwan pour la protection de la famille a été formée en 2013.
Elle regroupe différentes organisations protestantes et bouddhistes ainsi que la conférence épiscopale régionale chinoise, le nom officiel de la conférence des évêques catholiques de Taïwan. I-Kuan Tao, mouvement qui combine taoïsme, bouddhisme chinois et confucianisme, en est également membre.

Pérou : un pasteur demande à ses fidèles de tuer les homosexuels et les athées

Rodolfo Gonzalez, pasteur du Mouvement Missionnaire Mondial, une Eglise Chrétienne Evangélique, a appelé à tuer les athées et les homosexuels dans son sermon il y a 15 jours.
 » Les homosexuels doivent mourir car ils corrompus, les athées aussi, parce qu’ils ne sont pas l’ œuvre de Dieu. Si deux femmes ont des rapports sexuels entre elles, il faut les tuer, Si une femme à une relation avec un animal, il faut la tuer et tuer l’animal (…) au nom de Jésus.  » a t’il dit en s’inspirant des versets du Lévitique 20:13 et du lévitique 20:16 :Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux, et Si une femme s’approche d’une bête, pour se prostituer à elle, tu tueras la femme et la bête; elles seront mises à mort: leur sang retombera sur elles.
La prédication a été rapporté par le journal La República grâce à un enregistrement audio. La justice péruviène a annoncé qu’elle lancera une enquête contre le pasteur cubain pour incitation au meurtre.
Le pasteur pentecôtiste qu’ils n’avaient jamais incité personne à tuer. « Je réaffirme le respect absolu de la vie de chaque être humain. Le christianisme a toujours prêché un message d’amour pour la vie. L’incitation à tuerdes personnes en raison de leur orientation sexuelle, serait tout à fait contraire à l’ esprit de Jésus – Christ , « a répondu le pasteur dans un communiqué.
La veille de la prédication, le pasteur Gonzalez a participé à une marche contre la théorie du genre menée par les églises évangéliques  « Avec mes enfants je ne plaisante pas » . Ces marches ont contraint le Ministère de l’ éducation à ne faire aucune référence au respect des minorités sexuelles.

Etats-Unis: Les protestants libéraux ont célébré un mercredi des Cendres «pailleté»

glitterLe mercredi 1er mars marquait le début du Carême. A cette occasion, dans plusieurs états des Etats-Unis, des protestants libéraux ont ajouté des paillettes aux cendres faisant parti du rituel du premier mercredi de jeûne. Cendres imposées en forme de croix sur le front des croyants participants au Carême.
Le but de ce mercredi des Cendres «pailleté» a été développé par Marian Edmonds-Allen dans un blog. Elle explique notamment que rendre ce jour «coloré» signifiait rappeler l’acceptation de la communauté LGBT au sein des églises participantes. D’après une responsable d’église cité par le site Foxnews, il s’agissait aussi d’affirmer que «le message chrétien est un message d’amour et d’inclusivité».
Aux Etats-Unis, les églises des mouvements universalistes et unitariens acceptent et bénissent les unions homosexuelles depuis les années 1970. Ces mouvements dit «progressistes» acceptent également l’ordination des homosexuels. Marian Edmonds-Allen, fondatrice de l’association Parity, quant à elle fait partie d’un mouvement se réclamant «non-fondamentaliste».

Source de l’article: http://www.evangeliques.info.

USA: un pasteur s’en prend au film »Moonlight » accusé de promouvoir la culture gay

Le pasteur Franklin Graham, fidele soutient de Donald trump  a demandé au chrétiens de ne pas «se laisser influencer par l’amour et le sexe tels qu’ils sont présentés par les films hollywoodiens».
Sur sa page Facebook, Il s’en est pris  à la cérémonie des Oscars et à sa promotion de la culture gay.
Dans son réquisitoire, Franklin Graham écrit :
« Beaucoup de ceux qui n’avaient jamais entendu parler du film ‘Moonlight’, qui a reçu le prix du meilleur film, le connaissent désormais. Des critiques que j’ai lues, ‘Moonlight’ dépeint un jeune afro-américain gay à la fleur de l’âge bourré de stéréotypes ; il est violent et fait du trafic de drogue.
Hollywood est connu pour magnifier le péché. C’est encore un autre exemple du plan des organisations LGBT pour faire que les choix de style de vie que Dieu définit comme péché deviennent de plus en plus culturellement acceptables.
Je préviens les familles et l’Église : ne permettez pas à vos jeunes d’être absorbés dans le plan sombre d’Hollywood. Nous aimons tout le monde mais nous devons être francs concernant les conséquences du péché. »
« Le péché est péché, peu importe s’il obtient un Oscar ou non. » conclut il

Une brochure d’éducation sexuelle pour les lycéens distribuée dans un lycée privé affirme l’homosexualité est un dérangement

livreUne brochure d’éducation sexuelle distribuée  en décembre aux élèves du lycée privé (sous contrat) Sainte-Croix de Neuilly a déclenché la polémique pour son contenu jugé homophobe et ouvertement opposé à l’avortement. Son auteur, un religieux investi dans ces questions, a aussi publié plusieurs tribunes agressives sur le site ouvertement islamophobe Riposte laïque.
Le document de 80 pages intitulé « Pour réussir ta vie sentimentale et sexuelle » contient en effet des passages jugés particulièrement douteux, notamment sur l’homosexualité. Cette dernière y est décrite par l’auteur, le père Jean-Benoît Casterman, comme « résultant d’une évolution psychique marquée par l’influence excessive ou insuffisante du père ou de la mère dans l’enfance; ou suite à des perversions d’adultes qui ont provoqué une attirance pour le même sexe ou une répulsion pour l’autre sexe ». Le texte ajoute que « personne ne choisit une tendance homosexuelle et on n’en est pas spécialement heureux. C’est pourquoi les personnes homosexuelles méritent toute notre considération », tout en avertissant les jeunes: « Ne te définis pas par cette tendance, qui n’est pas irrémédiable et peut-être surmontée (…) N’active pas à cette tendance en passant à l’acte ».
L’avortement, lui, est considéré comme « l’irréparable », d’où le besoin de se confier en cas de grossesse pour éviter « la solitude ou la panique te pousseront à l’irréparable, que tu regretteras toute ta vie ».
Le père Jean-Benoît Casterman, membre de la communauté Saint-Jean créée en Suisse et particulièrement active en Afrique, est un contributeur ponctuel du site ouvertement islamophobe Riposte Laïque. Les titres de certaines de ses tribunes sont assez évocateurs: « Vous les cathos qui accueillez l’islam, vous serez méprisés et écrasés par lui » ou « La Théorie du Genre va plutôt favoriser notre islamisation! ». L’homme d’Eglise semble cependant inactif sur ce site depuis 2014.
Il a également été 18 ans missionnaire au Cameroun, où il s’occupait déjà de questions relatives à l’éducation sexuelle, encourageant les postures favorisant l’abstinence pour lutter contre le Sida. Selon un témoignage d’un ancien élève d’un collège privé où l’homme a officié, à Boulogne-Billancourt, et rapporté par Libération, le religieux était un défenseur de la position de Benoît XVI qui disait que le préservatif « aggrave le problème » du Sida.
Le directeur de l’établissement a jugé « malencontreuse » la circulation de cette brochure parmi les élèves, assurant, le vendredi 25, que « l’équipe pastorale du lycée et moi-même n’avions pas pris le temps nécessaire pour examiner attentivement ce document dont les contenus ne reflètent en rien la réflexion que nous voulons conduire avec nos enfants »

Canada : un théologien raconte son homosexualité dans un livre

41juuheedlAgé de 93 ans, Gregory Baum, prêtre et théologien canadien, vient de révéler dans un livre de mémoires, sorti le 1er janvier denier, qu’il a secrètement, et pendant des décennies, eu des relations homosexuelles.
Baum qui est un expert du concile Vatican II, considéré comme un de ses acteurs majeurs, est crédité de la composition de la première ébauche de Nostra aetate, la déclaration du Concile Vatican II sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes (juifs, musulmans, bouddhistes, hindous et même ceux qui suivent les autres-religions)
D’origine juive, c’est lui qui poussait dans le sens de l’élimination du prosélytisme auprès des juifs, afin qu’on cesse – au nom d’Auschwitz – de les encourager à reconnaître le Christ comme le Messie.
Baum est aujourd’hui un promoteur de la thématique de la justice sociale et de la théologie de la libération.
Il faisait partie des tout premiers opposants à l’interdiction de la contraception formulée dans Humanae vitae, et défendait des positions progressistes sur la sexualité, qu’il a défendu dans diverses revues. Il a entre autres développé une théologie positive de l’homosexualité
Dans son livre « The Oil Has Not Run Dry: The Story of My Theological Pathway  » il raconte qu’il ne parlait pas de son homosexualité en public parce « qu’un tel acte d’honnêteté aurait réduit son influence en tant que théologien critique» .
Dans son nouveau livre, Grégory Baum écrit: «J’étais âgé de 40 ans quand j’ai eu ma première rencontre sexuelle avec un homme. Je l’ai rencontré dans un restaurant à Londres. Ce fut excitant et en même temps décevant, car je savais ce qu’était l’amour et ce que je voulais vraiment était de partager ma vie avec un partenaire. »
Plus tard, il quitte la prêtrise pour épouser une ex-religieuse .Il rencontre un prêtre gay à Montréal en 1986.
Baum écrit dans le chapitre 32. « Mon amour pour Normand n’a jamais changé: sa présence me ravit . à ce jour Bien que Normand soit gay et a apprécié nos étreinte sexuelles quand nous étions plus jeunes (j’avais soixante-trois ans quand je l’ ai rencontré , il en avait quarante-six, il n’aimait ce que je lui ai fait: (Oh pleurer une rivière pour moi!) il me regarde simplement comme un grand ami pour qui il fait de la place dans sa vie. J’accepte pleinement cela»

Le Synode de l’Eglise d’Angleterre rejette un texte excluant le mariage homosexuel

logo_eglise_dangleterreLe Synode général de l’Église d’Angleterre devait se prononcer mercredi 15 février sur un rapport des évêques qui « ne préconise pas d’évolution concernant l’opposition au mariage entre couples de même sexe » mais « propose un changement de ton en profondeur et de nouvelles initiatives pastorales ».
Ce texte, publié il y a un mois, est le fruit du travail de la chambre des évêques, qui constitue, avec la chambre du clergé et la chambre des laïcs un synode composé de plus de 400 membres.
Le Synode général de l’Eglise d’Angleterre a rejeté l’examen d’un rapport excluant le mariage homosexuel.
Le texte, publié le 27 janvier, appelait à maintenir l’enseignement traditionnel, qui veut que le mariage soit une union entre un homme et une femme.
Il réclame aussi l’abstinence pour les ecclésiastiques engagés dans une relation homosexuelle, en recommandant toutefois « un ton nouveau et une culture de bienvenue et de soutien » à la communauté LGBT.
Mais pour la cinquantaine de manifestants réunis devant le synode mercredi, cette concession était bien trop faible. Ces derniers ont dénoncé l' »hypocrisie » du texte, dont ils ont réclamé le rejet.
Le synode (gouvernement de l’Eglise d’Angleterre), composé de plus de 400 membres, leur a finalement donné raison en rejetant l’examen de ce rapport lors d’un vote mercredi soir.
L’Eglise d’Angleterre, qui compte quelque 85 millions de fidèles dans le monde, se déchire depuis des années sur la question de la reconnaissance des unions homosexuelles, entre branches libérales, aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, et conservatrices, majoritaires au Kenya ou au Nigeria.
Depuis 2005, elle autorise les hommes et femmes homosexuels unis dans le cadre d’un partenariat civil à devenir prêtres. Et, en 2013, elle avait levé l’interdiction faite aux prêtres homosexuels unis civilement avec leur partenaire d’être ordonnés évêques.

Malaisie : une video invite les homosexuels à suivre un «entraînement intensif» afin de changer leur orientation sexuelle

malaisieLes autorités musulmanes malaisiennes viennent de publier une vidéo à destination du grand public abordant la question des minorités sexuelles, relève le Malay Mail.
Produite par le Département du développement islamique, la vidéo de trois minutes encourage les fidèles à «faire preuve de patience» vis à vis des LGBT, à qui elle conseille de suivre un «entraînement intensif» afin de changer leur orientation sexuelle.
Outre une invitation à la repentance, la vidéo adresse aux LGBT le conseil de pratiquer l’abstinence en attendant de pouvoir «s’accomplir dans le mariage» avec une personne du sexe opposé.
La vidéo, qui a déjà été visionnée plusieurs milliers de fois, suscite des réactions contrastées. Si certains saluent « une approche plus mesurée de la question LGBT de la part des autorités malaisiennes », d’autres, en revanche condamnent l’idée défendue par les autorités que l’orientation sexuelle pourrait être modifiée de manière thérapeutique.
En Malaisie l’homosexualité et le changement de sexe sont tous deux illégaux et passibles de peines lourdes, tant devant les tribunaux d’Etat que devant les cours islamiques appliquant la charia.
En 2015, l’ONG Human Rights Watch constatait dans un rapport que les discriminations à l’encontre des LGBT étaient «prédominantes» en Malaisie. Elle soulignait également la fréquence des «peines d’emprisonnement, des agressions sexuelles et physiques et des privations d’accès au soin et à l’emploi» à l’encontre des minorités sexuelles.

USA :Des centaines de leaders religieux demandent à Trump de protéger les LGBT

religionDes leaders religieux, chrétiens, catholiques, et musulmans,  à travers tous les Etats-Unis ont signé une lettre exhortant Trump à maintenir les protections fédérales envers les LGBT.
Selon plusieurs sources, Donald Trump s’apprêtait à signer un décret permettant aux agences fédérales et aux entités percevant de l’argent public de refuser leurs services aux personnes LGBT sur la base de leurs convictions religieuses, annulant ainsi les protections mises en place par le président Obama en 2014.. Cette information inquiétait fortement les associations qui y voyaient un droit à discriminer.
« Dans notre pays démocratique, lorsque le service particulier du public est directement financé par le gouvernement fédéral, il doit être aligné avec le principe constitutionnel selon lequel toutes les personnes doivent recevoir un traitement égal en vertu de la loi » précise la lettre signée par plus de 400 pasteurs, imams, rabbins et présidents de séminaire.
« Exiger que ceux qui reçoivent un financement public adhèrent à des pratiques d’embauche non discriminatoires ne respecte pas seulement ce principe, mais c’est aussi la bonne chose à faire.»
« En outre, le décret d’Obama protège nos lois de la confusion et des abus. Si les entrepreneurs et d’autres étaient autorisés à se retirer de certaines lois, en fonction de leurs croyances religieuses, nous assisterons bientôt à un accroissement de confusion juridique et de contestation. »
« Les politiques fédérales qui favorisent la discrimination contre les LGBT portent atteinte aux droits fondamentaux de l’homme et de la dignité, ainsi que la croyance partagée par des millions d’Américains laquelle les LGBT ne devraient pas être traités comme des citoyens de seconde classe », conclut la lettre.
Les leaders religieux ont noté : « nous croyons que le chemin vers l’unité nationale réside dans l’affirmation de l’égalité pleine et le potentiel de chaque personne. Dans l’esprit de l’égalité, l’équité et la justice, nous vous demandons de ne pas ajouter une exemption religieuse discriminatoire à l’ordre exécutif ou à d’autres politiques fédérales »
Certes, les chefs religieux reconnaissent que leurs préoccupations ont été brièvement soulagées lorsque Trump a publié une déclaration affirmant que les protections d’Obama « resteront intactes », mais ils ont été choqués lorsqu’ils ont compris que le président pourrait modifier les protections, sans complètement se débarrasser d’elles.
Parmi les signataires de la lettre, on retrouve de nombreux presbytériens, culte auquel Donald Trump s’identifie.