Philippines :Des chrétiens surprennent les marcheurs de la gay pride avec des pancartes s’excusant pour les points de vue anti-LGBTQ

Lors de la gay Pride de Marikina aux Philippines, des chrétiens tenaient des pancartes pour s’excuser de la façon dont la religion avait blessé la communauté LGBTQ.
Ce groupe de manifestants provient d’une église évangélique et pentecôtiste, l’Eglise de la liberté dans les ministères du Christ. Ils manifestent avec des pancartes similaires depuis quatre ans.
Sur leurs pancartes on pouvait lire « Je suis désolé que les chrétiens vous aient rejeté », « J’étais un homophobe obsédé par la bible. Désolé! », « Dieu vous aime, nous aussi », « Jesus ne repoussait personne et nous non plus »
Sur la plus grande pancarte était inscrit « Nous venons nous excusons de la manière dont les chrétiens ont fait du mal à la communauté LGBT. Je suis désolé: de m’être abrité derrière la religion alors qu’en fait j’avais juste peur, je vous ai méprisé au lieu d’honorer votre humanité ; de ne pas vous avoir écouté ; de vous avoir jugé ; je vous ai regardé comme un rapport sexuel au lieu d’un enfant de Dieu ; j’ai rejeté et blessé votre famille au nom des « valeurs familiales ».
Le pasteur de l’église, Val Paminiani, a déclaré à Buzzfeed: «Nous nous excusons pour la manière dont les chrétiens ont blessé la communauté LGBT, en particulier en utilisant la Bible pour les condamner et les juger.»
«Je croyais que Dieu condamnait les homosexuels, mais quand j’ai étudié les Ecritures, j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup à apprendre, y compris la vérité que Dieu n’est contre personne. Dieu ne fait pas de discrimination à partir de l’orientation sexuelle. » at’il ajouté
Les photos publiées sur Twitter sont rapidement devenues virales…

Philippines: la Cour suprême examine la légalisation du mariage gay

La Cour suprême des Philippines a commencé à examiner les arguments en faveur du mariage gay.
La plus haute juridiction a été saisie par deux couples homosexuels qui se sont vu refuser le droit de se marier. Ils lui demandent d’abolir une loi de 1987 qui stipule que les mariages doivent être entre un homme et une femme.
L’audience s’est ouverte mardi et l’affaire devrait traîner en longueur.
Mais d’après les spécialistes, la décision de la cour revêtira une grande importance.
Avec le Vatican, les Philippines, où 80% des 100 millions d’habitants sont catholiques, sont le seul endroit au monde où le divorce est illégal. L’avortement est également interdit, en grande partie à cause de l’influence de l’Eglise.
Les plaignants ont cependant trouvé un allié en la personne du président Rodrigo Duterte, qui a exprimé son soutien pour le mariage gay.
Le président Duterte s’est heurté de front à l’Eglise qui critique sa guerre meurtrière contre le trafic de drogue.
En mai, les partisans du président à la Chambre des représentants ont approuvé la légalisation du divorce mais il est peu vraisemblable que le texte franchisse la rampe du Sénat.
Les dirigeants de l’Eglise sont vent debout contre la légalisation du divorce, du mariage gay et de l’avortement. L’Eglise a cependant perdu un long combat contre une loi sur la contraception et ses financements publics.

Le petit-fils de l’ancien grand rabbin israélien va épouser son compagnon

Le petit-fils d’un des plus importants rabbins sépharades d’Israël, qui était fortement opposé à l’homosexualité, doit épouser son compagnon lors d’une cérémonie conduite par une femme gay orthodoxe.
Ovadia Cohen, dont le défunt grand-père le rabbin Ovaida Yosef, était le chef spirituel du parti Shas et la plus haute autorité sépharade halakhique d’Israël, a déclaré au quotidien Yedioth Ahronoth jeudi que lui et son partenaire Amichai Landsman allait se marier .
Le couple attend environ 200 personnes à son mariage, principalement de la famille de Landsman et des membres de la communauté gay religieuse. L’article précisait que Cohen s’attend seulement à ce qu’un « petit nombre » de sa famille influente participe à la cérémonie.
Ovadia Cohen a épousé une femme et a eu deux enfants, mais le couple s’est séparé quand il a fait son coming-out.
Il a rencontré Landsman il y a trois ans, qui a grandi dans la communauté sioniste à Haïfa, les deux hommes ont emménagé tout en maintenant un style de vie religieux.
Alors que Cohen a eu un contact « très limité » avec sa famille à la suite de son coming out, Landsman a dit que sa famille religieuse l’a « accepté ».
La cérémonie célébrant l’union du couple sera conduite par Zahorit Sorek, une activiste de premier plan dans la communauté gay religieuse et membre du parti Yesh Atid, parti dont le combat contre ce qu’il considère être de la coercition religieuse le conduit souvent à se confronter avec le Shas.
Yosef, le fondateur spirituel du parti Shas, avait qualifié les homosexuels de « mal absolu ».
Son fils le rabbin Yaakov Yosef a publié une décision qui interdisait aux gens de laisser leur enfant étudier avec des professeurs ou des tuteurs gays.
L’année dernière, un législateur du parti Shas a dû quitter le parti après avoir participé au mariage gay de son neveu.
L’Etat d’Israël ne célèbre pas le mariage civil et toutes les cérémonies de mariage reconnues par l’état doivent être conduites par un officiant religieux. Or, l’état reconnaît dans le même temps les relations entre des personnes de même sexe qui vivent ensemble.

USa: une école catholique rejette les enfants d’un couple lesbien

Le pasteur de la St. Francis Catholic School, en Caroline du Sud, a refusé que deux enfants soient scolarisés l’année prochaine dans cette école car leurs parents sont deux femmes homosexuelles mariées
Le révérend Mike Oenbrink, dans une conversation téléphonique avec l’une des mères, aurait déclaré: « Vos enfants ont été refusés parce que vous êtes homosexuelle. Si nous admettons vos enfants, cela enverra un mauvais message aux autres familles ».
Cette attitude a provoqué l’indignation de la communauté locale de Hilton Head Island, une ile Îlu sud-est de la Caroline du Sud, où est située l’école.
Les deux femmes, qui sont légalement mariées depuis 2009 avaient fait les demandes d’admission pour leurs enfants en mars dernier.
Après avoir reçu un courriel de rejet, l’une des mères a appelé pour s’enquérir plus en détail des raisons du refus. « Mes enfants sont bannis à cause de qui je suis, a-t-elle dit. C’est de la discrimination. Pourquoi punir mes enfants pour mes choix? ».
« Nous réaffirmons la dignité de tous les êtres humains, indépendamment de leurs croyances. En même temps, nos écoles catholiques existent non seulement pour promouvoir l’excellence académique, mais aussi pour construire une communauté de foi et de prière », a déclaré le révérend Mike Oenbrink dans un communiqué. « Basé sur les enseignements bibliques et traditionnels, nous croyons que Dieu veut que le mariage soit une union vouée et aimante entre un homme et une femme », a-t-il ajouté.
Certains parents d’élèves de l’école St. Francis ont exprimé leur désaccord avec la décision de l’institution. « Les propres mots du pape prônent l’inclusivité, a déclaré Chris Feltner, un ami du couple. C’est ce dont la société a le plus besoin ».
Selon le diocèse, de telles décisions relèvent entièrement des pasteurs locaux. « Le diocèse catholique de Charleston n’a actuellement pas de politique diocésaine en place lorsque les couples de même sexe souhaitent inscrire leur enfant dans nos écoles », a déclaré la directrice des relations avec les médias pour le diocèse.

une veillée de prière en réparation pour une GayPride interdite par le diocèse

Le lundi 21 mai 2018, à Bergame, en Italie, devait avoir lieu  dans une église appartenant aux Capucins, une veillée de prière en réparation pour la tenue de la première GayPride de la ville le 19 mai .
Aux grand dam du mouvement Le Peuple de la Famille, le diocèse a demandé d’annuler l’événement.
Le Peuple de la Famille, dans un communiqué explique: « animé par le sens de la responsabilité qu’il nourrit envers le diocèse de Bergame, [Le Peuple de la Famille] a retenu opportun d’annuler l’initiative… »
Un des conseillers municipaux de la ville de Bergame, Giacomo Angeloni, a de son côté vivement condamné cette veillée de réparation en s’appuyant sur le pape François :
« Comme catholique pratiquant, je pense aux périphéries existentielles dont parle quotidiennement le pape François. […] La publication du tract [appelant à la viellé de réparation] ruine, par ailleurs, le climat de dialogue et de respect réciproque instauré entre le diocèse et les organisations promotrices de la GayPride. […] “Accueillir et accompagner les homosexuels et les trans, c’est ce que ferait Jésus aujourd’hui” ainsi parle le pape François. Il serait donc plus opportun de suivre ses indications pastorales.. »

Israel Folau publie une vidéo anti-gay et avertit: « Jésus revient bientôt »

Le joueur de rugby australien Israel Folau a posté une vidéo sur son compte tweeter, ce qui prouve qu’il ne regrette pas ses commentaires du mois dernier sur les homosexuels.
Au début du mois d’avril, le joueur de rugby Israel Folau, a été très critiqué après avoir déclaré que les homosexuels étaient destinés «à brulé en enfer» sur son compte Instagram personnel.
Quand un utilisateur Instagram a demandé quel était le plan de Dieu pour les homosexuels, l’arrière a répondu: «L’ENFER… A moins qu’ils ne se repentent de leurs pêchés et qu’ils se tournent vers Dieu.»
Malgré des critiques généralisées, il a refusé de reculer, affirmant qu’il suivait simplement ses convictions chrétiennes sincères. Il a même continué à se comparer à des prophètes qui avaient été persécutés dans le passé pour leurs croyances.
La Rugby Australia et la NSW Rugby ont rapidement pris leurs distances par rapport aux commentaires. Comme ce fut le cas de Qantas, la principale compagnie aérienne australienne, qui sponsorise les Wallabies .
Cependant, Folau n’a fait face à aucune mesure disciplinaire pour les commentaires. En fait, Ralene Castle, la directrice générale de la Fédération australienne de rugby à XV, a déclaré aux médias après avoir rencontré Folau: «Nous sommes fiers du fait qu’il est un croyant fort et qu’il est prêt à défendre ses convictions».
Hier, Folau a posté une vidéo de 11 minutes sur son Twitter avec le message suivant.
«Avec beaucoup d’amour, je voulais partager cette vidéo dans l’espoir que les gens la regardent et y réfléchissent. Jésus revient bientôt et il veut que nous nous tournions vers lui par la repentance et le baptême au nom de Jésus-Christ (Actes 2:38), ne durcissez pas votre cœur, s’il vous plaît».
La vidéo comporte un sermon par le prédicateur évangélique David Wilkerson, dans lequel il implore les gens à « se tourner vers Dieu ».
Il dit que nous vivons à une époque de ‘perversions sexuelles au-delà de toute description’, en montrant des images de manifestants chrétiens chahutés lors d’une marche de fierté.

Vatican: arrestation d’un prêtre pour pédophilie

Le Vatican a arrêté un prêtre impliqué dans une affaire de pédophilie, Mgr Carlo Alberto Capella, qui était jusqu’à l’an dernier en poste à l’ambassade du Saint-Siège aux Etats-Unis.
Après une longue enquête, le prélat italien a été incarcéré, samedi 7 avril dans l’après-midi.
Le département d’Etat américain alerte le Vatican sur la possible violation des lois sur les images pédopornographiques de la part d’un diplomate de la nonciature à Washington.
Dès le mois de septembre, Mgr Capella est rappelé à Rome et une enquête est ouverte, menée par le promoteur de justice du Vatican, enquête qui se base sur des informations fournies par les autorités américaines.
Mgr Capella est un homme d’influence. Avant d’être nommé aux Etats-Unis, il travaillait à la secrétairerie d’Etat du Saint-Siège. Un mandat d’arrêt avait également été émis à son encontre l’an dernier au Canada. Il était en effet accusé d’avoir effectué à la fin 2016 des téléchargements de pornographie infantile depuis une église de la ville de Windsor en Ontario.
Selon une source anonyme du département d’Etat, « les Etats-Unis ont adressé une demande officielle à la nonciature pour que l’immunité diplomatique de cette personne soit levée, mais la nonciature a refusé de le faire ».
Le Saint-Siège a préféré gérer le cas en interne. Après six mois d’enquête, Mgr Capella a donc été arrêté et dort à présent dans une cellule de la gendarmerie vaticane. La prochaine étape sera son procès. Le prélat encourt une peine de douze années de prison.

Morbihan: Les homosexuels chrétiens inquiets de la venue d’un prédicateur

L’association arradonnaise Debout Resplendis organise une formation au camping Mané-Guernehué de Baden (56) du 5 au 8 avril, avec Henri Lemay, prédicateur laïc du renouveau catholique canadien, et propose une session de « guérison de la sexualité humaine, délivrance de l’occultisme, les cinq clés de la délivrance ».
Le Centre contre les manipulations mentales, partenaire de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, ainsi que le mouvement homosexuel chrétien David et Jonathan ont interpellé les évêques de Bretagne et notamment Monseigneur Centène, évêque de Vannes et ont fait part de leur inquiétude .
Dans leur courrier, les responsables du mouvement LGBT chrétien souhaitent : « mettre en garde sur les discours de « guérison » de l’homosexualité, y compris lorsqu’il est question de « guérison spirituelle » ou « de thérapie spirituelle ».
« Non seulement, l’homosexualité n’est pas une maladie, ni une quelconque déviance sexuelle mais ce discours est culpabilisant pour les personnes homosexuelles, voire pour leurs parents, puisqu’il y est présupposé une blessure ».
« Nous pouvons témoigner que ce n’est pas l’homosexualité qui est destructrice mais l’homophobie qui pousse à la détestation de soi. Nous pouvons témoigner également du temps qu’il faut aux personnes homosexuelles pour se reconstruire lorsqu’elles ont été meurtries par de tels discours et par la confiance qu’elles avaient mise dans ce qu’elles croyaient être des chrétiens de référence (…) », soulignent les responsables du Mouvement homosexuel chrétien breton.
« Après études des enseignements donnés par Henri Lemay, les évêques suisses romands lui ont demandé de s’abstenir de tout enseignement et prédication en Suisse Romande jusqu’à nouvel ordre. Nous sommes très inquiets du développement de ces formations psycho-spirituelles », souligne le CCMM, qui demande à l’évêque vannetais de se positionner clairement sur cette formation.

Grande Bretagne : guerre contre le Genre chez les catholique d’Angleterre

le cardinal Nichols doit faire face à une levée de boucliers, après avoir clairement défendu aux chefs d’établissements scolaires catholiques de faire de quelque manière que ce soit l’apologie de la théorie du Genre.
Dans son édition numérique du 10 mars 2018, le Daily Mail rapporte les propos du cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster et primat catholique d’Angleterre. Ce dernier a déclaré, lors d’une réunion rassemblant les directeurs d’écoles libres catholiques, qu’au sein de leurs établissements, « il était hors de question de proposer la théorie du Genre comme une alternative possible. »
Le prélat a insisté : « les élèves doivent bien prendre conscience qu’ils sont les parties intégrantes d’une société fondée sur des références morales clairement identifiées. » Ces « références » ne sont pas négociables, « elles sont données à la naissance », a-t-il conclu.
La présidente de l’association LGBT « Transgender Peer Associates Ltd » qui milite pour « l’égalité des droits », Heather Ashton, s’est immédiatement élevée contre « des préjugés religieux » qui selon elle, « ne doivent en aucun cas interférer avec le bien de l’enfant transgenre.  »
Au mois d’avril 2018, la Conférence des évêques d’Angleterre, d’Ecosse, et du Pays de Galles doit définir et publier une position commune sur les questions liées à l’idéologie du Genre.
Source : The Daily Mail

Bayonne : Les conférences sur « l’accompagnement » des personnes homosexuelles auront lieu

L’Eglise voulait organiser les 7 et 8 mars des « réunions d’information sur l’accompagnement pastoral et spirituel des personnes à tendance homosexuelle ». Deux rendez-vous critiqués par les associations LGBT.
Dans un communiqué mis en ligne samedi 3 mars, le diocèse de Bayonne annonce avoir décidé de reporter sine die ses « réunions d’information sur l’accompagnement pastoral et spirituel des personnes à tendance homosexuelle ».
Ce jeudi matin, l’évêque a assuré qu’il s’agit seulement d’un « ajournement »
L’’évêque Marc Aillet, interrogé, est revenu sur la polémique.
Il a annoncé ce jeudi que ce rendez-vous était « ajourné » et qu’il serait à nouveau programmé sous peu, « dans d’autres conditions », a-t-il précisé.
« Nous ne voulions pas exposer les familles intéressées par cette rencontre à des affrontements sans intérêt », s’est-il justifié. « Pourquoi l’Eglise a-t-elle été entravée par des méprises et des mal-entendus ? C’est un déni de liberté d’expression. »
Pour l’instant, aucune date n’a été fixée.