Cuba: l’Eglise qualifie le mariage gay de colonialisme idéologique

L’archevêque de Santiago de Cuba a estimé que le mariage homosexuel, qui devrait figurer dans la nouvelle constitution cubaine actuellement en débat, relevait du « colonialisme idéologique » imposé par les pays riches.
Estimant que « ces idées » sont étrangères à la culture cubaine, il pointe du doigt la responsabilité de certains lobbys dans les pays riches, sans les désigner précisément, qui font preuve d’un « impérialisme culturel ».
Ces pays, ajoute-t-il, « se prévalent du processus de globalisation croissant et essayent d’influencer (les autres) pour mettre en place une culture uniforme avec leurs propres critères en disqualifiant ceux des autres ». « Ils sont pénétré les organismes internationaux, de telle manière que nombre de ces (lobbys) et gouvernements de pays riches exercent leur influence sur des pays moins développés qui ont besoin d’aide économique », écrit l’archevêque de Santiago de Cuba.
Selon lui, l’aide économique des pays riches est conditionnée à l’acceptation de ces idées. « C’est un nouveau colonialisme idéologique », a-t-il conclu.
Le projet de nouvelle constitution de l’île, actuellement en chantier, ouvre la voie à une légalisation du mariage entre personnes du même sexe, une des principales revendications de la communauté LGBT de l’île.
Avant le référendum national prévu le 24 février 2019, le projet doit être discuté au préalable lors d’un débat populaire, organisé du 13 août au 15 novembre dans les entreprises, les écoles, les universités et les quartiers.
Après la révolution castriste, les homosexuels ont été réprimés à Cuba, voire envoyés en camps de « rééducation ».

François recommande « la psychiatrie » pour les enfants aux penchants homosexuels

Dimanche 26 août, le souverain pontife a évoqué le cas des enfants ayant des orientations homosexuelles, conseillant aux parents d’avoir recours à la psychiatrie.
Après avoir échangé avec huit victimes d’abus sexuels dimanche en Irlande, le pape François a donné une conférence de presse dans l’avion qui le ramenait à Rome. Outre le sujet brûlant de la pédophilie, le souverain pontife a également évoqué l’homosexualité après avoir été interrogé par un journaliste. Lequel lui avait demandé ce qu’il conseillerait à des parents ayant des enfants aux penchants homosexuels.
« Je leur dirais premièrement de prier, ne pas condamner, dialoguer, comprendre, donner une place au fils ou à la fille », a-t-il affirmé, estimant également qu’il fallait tenir compte de l’âge des personnes concernées. « Quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C’est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans », a-t-il souligné. Et d’ajouter, avec fermeté : « Je ne dirai jamais que le silence est un remède. Ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité ».

Le plaidoyer du jésuite James Martin pour l’accueil des LGBT

La 9ème rencontre mondiale des familles organisée par le Vatican à Dublin en Irlande et qui se tient jusqu’à ce dimanche marquera un tournant officiel dans le rapprochement entre l’Église conciliaire et les homosexuels . Invité par le Vatican et l’archidiocèse de Dublin à s’exprimer, le père Martin a prôné, le 23 août dernier, l’accueil total des personnes homosexuelles et transgenres dans les paroisses. Rappel des fondamentaux de l’Évangile, rôle des paroisses auprès des personnes LGBT, attitude vis-à-vis des gens qui se sentent en marge… tels sont les points du discours du père jésuite James Martin Le père James Martin a d’abord énuméré de nombreuses situations dans lesquelles les LGBT s’étaient senties abandonnées, refoulées, rejetées par l’Église. Il parle notamment de cette mère qui se félicitait que son fils revienne sur les bancs de l’Église un dimanche de Pâques, «Mais après que le prêtre ait proclamé l’histoire de la résurrection du Christ, devinez sur quoi il a prêché? Les maux de l’homosexualité. Le fils s’est levé et est sorti de l’église. Et la mère s’est assise dans le banc et a pleuré.». Mais le bienveillant jésuite prend aussi soin de témoigner de scènes d’accueil et de grâce de la part des paroisses. Un étudiant lui aurait confié que la première personne à qui il a fait part de son homosexualité était un prêtre. La réaction de l’homme d’Église a été immédiate et salutaire, «Dieu t’aime, et l’Église t’accepte». Des paroles qui lui auraient sauvé la vie a déclaré le jeune homme. Une inégalité entre les territoires James Martin fustige l’inégalité géographique. Malheureusement, une grande partie de la vie spirituelle des LGBT catholiques et de leurs familles dépendent de l’endroit où ils vivent. Si une personne LGBT habite dans une grande ville avec des pasteurs à l’esprit ouvert, elle a alors de la chance. «Mais si vous vivez dans un lieu moins ouvert ou si votre pasteur est homophobe, que ce soit en silence ou ouvertement, vous n’avez pas de chance. Les catholiques, accueillis ou non accueillis dans leur paroisse, influencent fortement leur vision non seulement de l’Église, mais de leur foi et de Dieu.» «Les personnes LGBT et leurs familles sont des catholiques baptisés» C’est là le coeur de l’argumentation de James Martin. Les catholiques LGBT sont des catholiques comme les autres. Et comme chaque catholique, ils ont beaucoup à apporter aux paroisses. Parce qu’ils ont été tant marginalisés, beaucoup de personnes LGBT éprouvent une compassion naturelle pour ceux qui sont en marge, explique James Martin, «Leur compassion est un cadeau. Ils pardonnent souvent les pasteurs et les prêtres qui les ont traités comme de la terre. Leur pardon est un cadeau. Ils persévèrent en tant que catholiques face à des années de rejet. Leur persévérance est un cadeau.» Dieu aime les personnes LGBT et chacun devrait en faire autant poursuit James Martin, qui incite chacun à aimer les LGBT de la même manière que Jésus aimait les «personnes en marge: avec profusion». Et pour les aimer, il faut les écouter, eux et leur famille et apprendre à les connaître. Enfin, si le terme LGBT est évidemment redondant dans le discours du jésuite de New York, il rappelle qu’il ne faut pas définir les personnes par leur orientation sexuelle et qu’il faut voir au-delà. «Voyez-les dans leur intégralité. Et si vous parlez de chasteté avec les LGBT, faites en autant avec les hétéros».
source : https://www.vaticannews.va/

Tunisie : manifestation contre le projet de loi sur les libertés

A l’appel de la Coordination nationale pour défendre le Coran et la Constitution, des milliers de personnes ont manifesté ce samedi contre un projet de loi visant l’égalité successorale, la dépénalisation de l’homosexualité et d’autres réformes sociétales.
Prêt de 7.000 personnes ont manifesté à Tunis contre les projets du gouvernement visant à renforcer les droits des femmes et des minorités, notamment des homosexuels, samedi dernier, à l’appel de la Coordination nationale pour défendre le Coran et la Constitution, un rassemblement islamiste.
Des participants de tout le pays ont assisté à un rassemblement devant le parlement, dont de nombreux religieux.
Les manifestants ont brandi des pancartes telles que « Non pour changer les paroles divines » et « Les Tunisiens respectent les enseignements de l’Islam ».
D’autres orateurs ont affirmé que les projets gouvernementaux violaient la Constitution et qu’une famille composée d’un homme et d’une femme avec des enfants était le noyau de la société.
Le rassemblement voulait contester le projet de loi du président Béji Caïd Essebsi qui prévoit des réformes du droit des femmes et des homosexuels. Une « Commission sur les libertés individuelles et l’égalité », créée par le président Essebsi, a présenté en juin un rapport préconisant en particulier la dépénalisation des rapports entres hommes qui restent très réprimés en Tunisie, même depuis la révolution.
La Commission conseille l’abolition complète de l’article 230, qui sanctionne les relations homosexuelles d’une peine allant jusqu’à trois ans de prison.
Ce lundi, plusieurs associations ont appelé à des rassemblements à Tunis pour exprimer leur soutien aux réformes envisagées.

Philippines :Des chrétiens surprennent les marcheurs de la gay pride avec des pancartes s’excusant pour les points de vue anti-LGBTQ

Lors de la gay Pride de Marikina aux Philippines, des chrétiens tenaient des pancartes pour s’excuser de la façon dont la religion avait blessé la communauté LGBTQ.
Ce groupe de manifestants provient d’une église évangélique et pentecôtiste, l’Eglise de la liberté dans les ministères du Christ. Ils manifestent avec des pancartes similaires depuis quatre ans.
Sur leurs pancartes on pouvait lire « Je suis désolé que les chrétiens vous aient rejeté », « J’étais un homophobe obsédé par la bible. Désolé! », « Dieu vous aime, nous aussi », « Jesus ne repoussait personne et nous non plus »
Sur la plus grande pancarte était inscrit « Nous venons nous excusons de la manière dont les chrétiens ont fait du mal à la communauté LGBT. Je suis désolé: de m’être abrité derrière la religion alors qu’en fait j’avais juste peur, je vous ai méprisé au lieu d’honorer votre humanité ; de ne pas vous avoir écouté ; de vous avoir jugé ; je vous ai regardé comme un rapport sexuel au lieu d’un enfant de Dieu ; j’ai rejeté et blessé votre famille au nom des « valeurs familiales ».
Le pasteur de l’église, Val Paminiani, a déclaré à Buzzfeed: «Nous nous excusons pour la manière dont les chrétiens ont blessé la communauté LGBT, en particulier en utilisant la Bible pour les condamner et les juger.»
«Je croyais que Dieu condamnait les homosexuels, mais quand j’ai étudié les Ecritures, j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup à apprendre, y compris la vérité que Dieu n’est contre personne. Dieu ne fait pas de discrimination à partir de l’orientation sexuelle. » at’il ajouté
Les photos publiées sur Twitter sont rapidement devenues virales…

Philippines: la Cour suprême examine la légalisation du mariage gay

La Cour suprême des Philippines a commencé à examiner les arguments en faveur du mariage gay.
La plus haute juridiction a été saisie par deux couples homosexuels qui se sont vu refuser le droit de se marier. Ils lui demandent d’abolir une loi de 1987 qui stipule que les mariages doivent être entre un homme et une femme.
L’audience s’est ouverte mardi et l’affaire devrait traîner en longueur.
Mais d’après les spécialistes, la décision de la cour revêtira une grande importance.
Avec le Vatican, les Philippines, où 80% des 100 millions d’habitants sont catholiques, sont le seul endroit au monde où le divorce est illégal. L’avortement est également interdit, en grande partie à cause de l’influence de l’Eglise.
Les plaignants ont cependant trouvé un allié en la personne du président Rodrigo Duterte, qui a exprimé son soutien pour le mariage gay.
Le président Duterte s’est heurté de front à l’Eglise qui critique sa guerre meurtrière contre le trafic de drogue.
En mai, les partisans du président à la Chambre des représentants ont approuvé la légalisation du divorce mais il est peu vraisemblable que le texte franchisse la rampe du Sénat.
Les dirigeants de l’Eglise sont vent debout contre la légalisation du divorce, du mariage gay et de l’avortement. L’Eglise a cependant perdu un long combat contre une loi sur la contraception et ses financements publics.

Le petit-fils de l’ancien grand rabbin israélien va épouser son compagnon

Le petit-fils d’un des plus importants rabbins sépharades d’Israël, qui était fortement opposé à l’homosexualité, doit épouser son compagnon lors d’une cérémonie conduite par une femme gay orthodoxe.
Ovadia Cohen, dont le défunt grand-père le rabbin Ovaida Yosef, était le chef spirituel du parti Shas et la plus haute autorité sépharade halakhique d’Israël, a déclaré au quotidien Yedioth Ahronoth jeudi que lui et son partenaire Amichai Landsman allait se marier .
Le couple attend environ 200 personnes à son mariage, principalement de la famille de Landsman et des membres de la communauté gay religieuse. L’article précisait que Cohen s’attend seulement à ce qu’un « petit nombre » de sa famille influente participe à la cérémonie.
Ovadia Cohen a épousé une femme et a eu deux enfants, mais le couple s’est séparé quand il a fait son coming-out.
Il a rencontré Landsman il y a trois ans, qui a grandi dans la communauté sioniste à Haïfa, les deux hommes ont emménagé tout en maintenant un style de vie religieux.
Alors que Cohen a eu un contact « très limité » avec sa famille à la suite de son coming out, Landsman a dit que sa famille religieuse l’a « accepté ».
La cérémonie célébrant l’union du couple sera conduite par Zahorit Sorek, une activiste de premier plan dans la communauté gay religieuse et membre du parti Yesh Atid, parti dont le combat contre ce qu’il considère être de la coercition religieuse le conduit souvent à se confronter avec le Shas.
Yosef, le fondateur spirituel du parti Shas, avait qualifié les homosexuels de « mal absolu ».
Son fils le rabbin Yaakov Yosef a publié une décision qui interdisait aux gens de laisser leur enfant étudier avec des professeurs ou des tuteurs gays.
L’année dernière, un législateur du parti Shas a dû quitter le parti après avoir participé au mariage gay de son neveu.
L’Etat d’Israël ne célèbre pas le mariage civil et toutes les cérémonies de mariage reconnues par l’état doivent être conduites par un officiant religieux. Or, l’état reconnaît dans le même temps les relations entre des personnes de même sexe qui vivent ensemble.

USa: une école catholique rejette les enfants d’un couple lesbien

Le pasteur de la St. Francis Catholic School, en Caroline du Sud, a refusé que deux enfants soient scolarisés l’année prochaine dans cette école car leurs parents sont deux femmes homosexuelles mariées
Le révérend Mike Oenbrink, dans une conversation téléphonique avec l’une des mères, aurait déclaré: « Vos enfants ont été refusés parce que vous êtes homosexuelle. Si nous admettons vos enfants, cela enverra un mauvais message aux autres familles ».
Cette attitude a provoqué l’indignation de la communauté locale de Hilton Head Island, une ile Îlu sud-est de la Caroline du Sud, où est située l’école.
Les deux femmes, qui sont légalement mariées depuis 2009 avaient fait les demandes d’admission pour leurs enfants en mars dernier.
Après avoir reçu un courriel de rejet, l’une des mères a appelé pour s’enquérir plus en détail des raisons du refus. « Mes enfants sont bannis à cause de qui je suis, a-t-elle dit. C’est de la discrimination. Pourquoi punir mes enfants pour mes choix? ».
« Nous réaffirmons la dignité de tous les êtres humains, indépendamment de leurs croyances. En même temps, nos écoles catholiques existent non seulement pour promouvoir l’excellence académique, mais aussi pour construire une communauté de foi et de prière », a déclaré le révérend Mike Oenbrink dans un communiqué. « Basé sur les enseignements bibliques et traditionnels, nous croyons que Dieu veut que le mariage soit une union vouée et aimante entre un homme et une femme », a-t-il ajouté.
Certains parents d’élèves de l’école St. Francis ont exprimé leur désaccord avec la décision de l’institution. « Les propres mots du pape prônent l’inclusivité, a déclaré Chris Feltner, un ami du couple. C’est ce dont la société a le plus besoin ».
Selon le diocèse, de telles décisions relèvent entièrement des pasteurs locaux. « Le diocèse catholique de Charleston n’a actuellement pas de politique diocésaine en place lorsque les couples de même sexe souhaitent inscrire leur enfant dans nos écoles », a déclaré la directrice des relations avec les médias pour le diocèse.

une veillée de prière en réparation pour une GayPride interdite par le diocèse

Le lundi 21 mai 2018, à Bergame, en Italie, devait avoir lieu  dans une église appartenant aux Capucins, une veillée de prière en réparation pour la tenue de la première GayPride de la ville le 19 mai .
Aux grand dam du mouvement Le Peuple de la Famille, le diocèse a demandé d’annuler l’événement.
Le Peuple de la Famille, dans un communiqué explique: « animé par le sens de la responsabilité qu’il nourrit envers le diocèse de Bergame, [Le Peuple de la Famille] a retenu opportun d’annuler l’initiative… »
Un des conseillers municipaux de la ville de Bergame, Giacomo Angeloni, a de son côté vivement condamné cette veillée de réparation en s’appuyant sur le pape François :
« Comme catholique pratiquant, je pense aux périphéries existentielles dont parle quotidiennement le pape François. […] La publication du tract [appelant à la viellé de réparation] ruine, par ailleurs, le climat de dialogue et de respect réciproque instauré entre le diocèse et les organisations promotrices de la GayPride. […] “Accueillir et accompagner les homosexuels et les trans, c’est ce que ferait Jésus aujourd’hui” ainsi parle le pape François. Il serait donc plus opportun de suivre ses indications pastorales.. »

Israel Folau publie une vidéo anti-gay et avertit: « Jésus revient bientôt »

Le joueur de rugby australien Israel Folau a posté une vidéo sur son compte tweeter, ce qui prouve qu’il ne regrette pas ses commentaires du mois dernier sur les homosexuels.
Au début du mois d’avril, le joueur de rugby Israel Folau, a été très critiqué après avoir déclaré que les homosexuels étaient destinés «à brulé en enfer» sur son compte Instagram personnel.
Quand un utilisateur Instagram a demandé quel était le plan de Dieu pour les homosexuels, l’arrière a répondu: «L’ENFER… A moins qu’ils ne se repentent de leurs pêchés et qu’ils se tournent vers Dieu.»
Malgré des critiques généralisées, il a refusé de reculer, affirmant qu’il suivait simplement ses convictions chrétiennes sincères. Il a même continué à se comparer à des prophètes qui avaient été persécutés dans le passé pour leurs croyances.
La Rugby Australia et la NSW Rugby ont rapidement pris leurs distances par rapport aux commentaires. Comme ce fut le cas de Qantas, la principale compagnie aérienne australienne, qui sponsorise les Wallabies .
Cependant, Folau n’a fait face à aucune mesure disciplinaire pour les commentaires. En fait, Ralene Castle, la directrice générale de la Fédération australienne de rugby à XV, a déclaré aux médias après avoir rencontré Folau: «Nous sommes fiers du fait qu’il est un croyant fort et qu’il est prêt à défendre ses convictions».
Hier, Folau a posté une vidéo de 11 minutes sur son Twitter avec le message suivant.
«Avec beaucoup d’amour, je voulais partager cette vidéo dans l’espoir que les gens la regardent et y réfléchissent. Jésus revient bientôt et il veut que nous nous tournions vers lui par la repentance et le baptême au nom de Jésus-Christ (Actes 2:38), ne durcissez pas votre cœur, s’il vous plaît».
La vidéo comporte un sermon par le prédicateur évangélique David Wilkerson, dans lequel il implore les gens à « se tourner vers Dieu ».
Il dit que nous vivons à une époque de ‘perversions sexuelles au-delà de toute description’, en montrant des images de manifestants chrétiens chahutés lors d’une marche de fierté.