GayLib rejoint le Mouvement radical

Le mouvement LGBT de centre droit GayLib rejoint le Mouvement radical, fusion des ex-PRG et radicaux valoisiens, a annoncé lundi ce dernier dans un communiqué.
« La débâcle de la primaire puis de la présidentielle et le récent glissement fait vers la droite à travers le ‘slogan’ de l’UDI faisant tendre à une nouvelle UMP de moindre taille, nous sont difficiles à accepter. Les conditions politiques ne sont plus réunies », écrit GayLib dans un communiqué.
« Fidèle à son engagement en faveur des libertés et des droits des personnes LGBTI, le Mouvement Radical / Social-Libéral est fier d’accueillir GayLib en son sein », écrit de son côté le mouvement politique présidé par Sylvia Pinel et Laurent Hénart.
« En accueillant son premier organisme associé, notre mouvement montre la volonté d’élargissement et d’ouverture de la famille radicale », ajoute le Mouvement radical, annonçant sa présence aux côté de GayLib lors la Marche des Fiertés de Paris le 30 juin.
Ce mouvement groupusculaire, qui a compté dans ses fondateurs l’actuel responsable Front national Sébastien Chenu, a successivement été intégré à l’UMP puis à l’UDI.

Le Premier ministre luxembourgeois a publié un message pour son 3eme anniversaire de mariage

Le Premier ministre luxembourgeois qui fête son troisième anniversaire de mariage et, pour l’occasion, il a décidé de lancer un message qui parle de lui-même.
« Dans plus de 70 pays, je ne pourrais pas pas célébrer mon troisième anniversaire de mariage aujourd’hui. Je serais en prison ou pire… » a tweeté Xavier Bettel.
L’homme politique y a ajouté un hastag « EqualRights » et fait manifestement référence à la légalisation du mariage gay dans certains pays mais pas dans d’autres.

François Hollande regrette de ne pas avoir légalisé la PMA pour les couples de femmes

Dans un livre intitulé Les leçons du pouvoir (Stock), qui vient de paraître, François Hollande revient sur ces cinq années à la présidence de la République.
Il évoque son regret de ne pas avoir fait voter la PMA. Il explique ne pas l’avoir inclus dans son programme — même s’il rappelle s’être prononcé en sa faveur dans un entretien à Têtu, car il « pressentait la dureté de la bataille qui allait s’engager pour le mariage et l’adoption ».
« A l’époque, l’adjonction de la PMA au projet, outre qu’elle requérait l’avis du Comité Consultatif National d’Ethique, obligeait à anticiper la révision des lois bioéthiques. Son ajout à la loi aurait alimenté la propagande des opposants au mariage pour tous, qui auraient utilisé l’argument de l’ »engrenage fatal », qui va de la reconnaissance des droits des homosexuels à la Procréation médicalement assistée et à la gestation pour autrui, laquelle pose des problèmes éthiques autrement plus délicats, avec la « marchandisation des corps », que je refuse. J’ai préféré d’abord gagner la bataille du mariage et de l’adoption pour tous, avant d’aller plus loin» explique t’il .
« Je m’en suis néanmoins voulu d’avoir manqué d’audace », admet il « Les femmes homosexuelles qui veulent enfanter sont encore soumises à un parcours d’obstacles injustifié, doublé d’une injustice sociale puisque seules les plus favorisées peuvent en bénéficier à l’étranger. »
Il conclut: « Il s’agit là de l’amour filial. Comment peut-on encore se mettre en travers de cette évolution? » La réponse à cette dernière question se trouve dans les quatre dernières années de son quinquennat.

USA : Le livre du lapin gay de John Oliver en tête des ventes

Dans le monde de la littérature pour enfants, une guerre des lapins s’est déclarée.
John Oliver, présentateur star de HBO, a décidé de s’attaquer au vice-président Mike Pence à travers l’histoire d’un numéro deux de l’exécutif américain vu par un lapin.
En effet, la famille Pence a publié un livre pour enfants sur Marlon Bundo, écrit par la fille de Pence et illustré par sa femme.
Intitulé Marlon Bundo’s A Day in the Life of the Vice President, le livre pour enfants raconte la vie et le rôle de Mike Pence à travers les yeux du lapin du couple Pence.
Mike Pence et sa femme Karen ont adopté un lapin nommé Marlon Bundo  après leur arrivée à la Number One Observatory Circle, la résidence vice-présidentielle.
Alors Oliver et son équipe créative ont créé leur propre livre pour enfants sur le lapin, le faisant tomber amoureux d’un autre lapin mâle.
Le vice président est connu pour ses propos assumés homophobes.
Dans A Day in the Life of Marlon Bundo, le lapin de Mike Pence se marie avec un congénère du même sexe malgré les menaces d’une punaise traditionaliste ressemblant étrangement beaucoup à Mike Pence.
Même si l’objectif premier est bien de se moquer du vice-président, le livre est réellement un livre pour enfants amusant et éducatif, assure John Oliver. Dimanche, le présentateur star a annoncé que tous les revenus générés par sa vente seraient reversés à des associations pro-LGBTQ, « The Trevor Project » et « AIDS United ».
Depuis sa publication lundi, le livre est en tête des ventes de livre pour enfants sur Amazon, largement devant celui de la fille de Mike Pence, seulement en sixième position.
En plus de la version physique, un livre audio est aussi disponible, avec notamment les voix de Jim Parsons, star de la série The Big Bang Theory ou encore celle de Jesse Tyler Ferguson, vedette de Modern Family.

Une actrice de «Sex and the City» candidate au poste de gouverneur de New York

 Cynthia Nixon qui incarnait l’avocate Miranda Hobbes dans la série et les films « Sex and The City » se verrait bien gouverneure de l’Etat de New York.
« J’aime New York et aujourd’hui, j’annonce ma candidature au poste de gouverneure. Rejoignez-nous », annonce-t-elle dans une vidéo postée lundi sur son compte Twitter. Les primaires démocrates se tiendront le 13 septembre prochain.
L’actrice de 51 ans a annoncé sa candidature par le biais d’une vidéo de campagne de deux minutes postée sur son compte Twitter qui la montre chez elle avec sa femme et ses enfants, dans le métro, ou déposant son jeune fils à l’école.
Dans cette vidéo, elle retrace son parcours – de son enfance dans un deux pièces – à sa scolarité dans une école publique. L’actrice de 51 ans a un objectif en tête : réduire les inégalités. Un engagement qui ne date pas d’aujourd’hui : depuis l’élection de Donald Trump, elle a participé à plusieurs manifestations dénonçant sa politique sur l’immigration ou les droits LGBT.
Si Cynthia Nixon était élue, elle deviendrait ainsi la première femme gouverneure de l’Etat de New York.
Mariée depuis 2012 à une militante pour les droits homosexuels, Cynthia Nixon, mère de trois enfants – dont deux d’un précédent mariage avec un homme – espère bousculer le jeu politique et incarner une candidature plus proche du peuple face au sortant Andrew Cuomo, 60 ans, un vétéran de la politique en poste depuis 2011, candidat à un troisième mandat.

La ministre Jacqueline Gourault embarrassée par l’ouverture de la PMA

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur, a dû botter en touche, lorsqu’un journaliste lui a demandé sa position sur l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de lesbiennes. La raison est simple : elle s’était fermement opposée au mariage pour tous et à la PMA .
Interrogée dimanche sur France 3, la ministre a affiché un cafouillage sur la question de la procréation médicalement assistée
« Excusez-moi, j’ai pas bien compris votre question », a-t-elle d’abord balbutié, ne semblant pas comprendre le sigle PMA dans un premier temps.
Une fois la question explicitée, Jacqueline Gourault s’est alors contentée de déclarer: « C’est une question éthique, personnelle, [à laquelle] j’apporterai ma réponse quand le sujet viendra ».
Relancée par son interviewer, elle a refusé d’en dire davantage. « Je mettrai tout ce que je crois dans la discussion », a-t-elle seulement ajouté.
Sur son blog en 2013, relève Marianne, celle qui était alors sénatrice Modem du Loir-et-Cher affirmait sa nette opposition à la PMA. Son ouverture, écrivait-elle, « entraînerait indéniablement, au nom de l’égalité entre les couples de femmes et les couples d’hommes, la légalisation de la gestation pour autrui (GPA) ». Or, la GPA, selon la ministre, « provoquerait des risques de dérives mercantiles qui s’opposent totalement à la liberté de la femme et à la notion de famille telle que je le conçois ».
Comme le rappelle Le Figaro, Jacqueline Gourault s’était également opposée en 2013 au mariage pour tous, appelant plutôt à faire évoluer le Pacs « vers une nouvelle forme d’union civile ».

Bermudes :premier pays à abolir le mariage homosexuel

Juste six mois après la légalisation du mariage entre personnes de même sexe, les Bermudes ont annoncé qu’elles allaient abolir la loi l’instaurant et la remplacer par une alternative amoindrie, à savoir des partenariats domestiques.
Un projet de loi en ce sens a été approuvé sans amendement l’année dernière. Il a été signé aujourd’hui par le gouverneur des Bermudes, John Rankin.
Le ministre de l’Intérieur indiqué que le gouvernement avait essayé de trouver un compromis entre les partisans du mariage homosexuel et les opposants. Mais les groupes de défense des droits des personnes LGBT et des droits humains protestent contre cette modification.
« Le gouverneur Rankin et le parlement des Bermudes ont honteusement fait des Bermudes le premier territoire national du monde à avoir abrogé l’égalité des mariages », a déclaré Ty Cobb, directeur de la Campagne pour les droits de l’homme.
« Cette décision dépouille les couples homosexuels du droit de se marier et met en péril la réputation internationale et l’économie des Bermudes. Malgré cette action déplorable, la lutte pour l’égalité du mariage aux Bermudes se poursuivra jusqu’au jour où tous les Bermudiens auront le droit d’épouser la personne qu’ils aiment », a-t-il ajouté.
Le mariage entre conjoints de même sexe a été légalisé aux Bermudes en mai dernier, après que le bermudien Winston Godwin et son fiancé canadien Greg DeRoche eurent porté leur cas devant la Cour suprême.
Les mariages homosexuels qui ont déjà eu lieu depuis que le mariage homosexuel est devenu légal seront maintenus.

Un candidat antisémite, raciste et homophobe pourrait entrer au Congrès américain

Arthur Jones est le seul candidat républicain en lice, en Illinois, pour une place de représentant au Congrès, à l’occasion d’une partielle.
Il propose de réinstaurer la ségrégation raciale et nie l’Holocauste.
Arthur Jones se présente à des élections locales dans la région de Chicago et de Milwaukee depuis les années 1970, sans succès jusqu’ici, affirme pour sa part le Chicago Sun-Times.
Arthur Jones, dont le site de campagne comprend une section dédiée au « racket de l’Holocauste », n’a pas d’opposant pour la primaire républicaine locale du 20 mars dans sa circonscription qui comprend une partie de Chicago et de sa banlieue. Sauf rebondissement, il disputera donc à un candidat démocrate le siège parlementaire lors de l’élection de novembre prochain.
Cet ex-employé d’une compagnie d’assurance, âgé de 70 ans, avait soutenu la campagne présidentielle de Donald Trump, croit savoir le site patch.com. Il avait toutefois émis des réserves quant au gendre juif du président républicain, Jared Kushner, ainsi que sur la conversion d’Ivanka Trump au judaïsme.
L’ancien leader de l’American Nazi Party dirige désormais le groupe America First Committee, qui joue sur le slogan de l' »Amérique d’abord » de Donald Trump et dont l’adhésion est ouverte aux personnes blanches qui n’ont pas de sang juif. Pour lui, les Etats-Unis sont engagés dans des « guerres juives » et, d’après son site, l’homme est aussi frontalement anti-gay, puisqu’il considère que les homosexuels cherchent à « déraciner » l’Amérique, « renverser tous les enseignements moraux de la religion chrétienne ».
La rhétorique de l’extrême droite américaine s’est décomplexée depuis l’élection de Donald Trump, qui a notamment multiplié pendant sa première année de mandat les diatribes anti-immigrés. En août dernier, le président milliardaire avait choqué une partie de l’opinion publique lors de sa condamnation tardive d’un rassemblement de suprémacistes blancs en Virginie, qui s’était soldé par la mort d’une militante anti-raciste.

Costa Rica : le candidat évangélique en tête de la présidentielle

Le pasteur évangélique Fabricio Alvarado est arrivé en tête dimanche du premier tour de l’élection présidentielle au Costa Rica, selon des résultats partiels, et poursuivra sa croisade anti-mariage gay jusqu’au second tour, le 1er avril.
Le député évangélique est arrivé en tête du premier tour avec 24,9 % des suffrages, selon des résultats portant sur près de 75 % des bureaux de vote.
Le président sortant, le centriste Luis Guillermo Solis, ne pouvait briguer un second mandat du fait de la loi. Le candidat de son parti, Carlos Alvarado Quesada, est donné en deuxième position avec un score provisoire de 21,4 %.
Aucun de ces deux candidats n’ayant obtenu plus de 40 % des votes, un second tour les opposera le 1er avril prochain.
Au cours de la campagne, Fabricio Alvarado a su imposer son opposition à l’ouverture du mariage aux couples homosexuels comme thème central du débat. Alors qu’il n’était crédité que de 3 % des intentions de vote à son entrée en lice, ce pasteur évangélique et chanteur âgé de 43 ans, a bondi dans les sondages pour sortir finalement en tête du premier tour.
« Nous avons conquis les cœurs des gens », a-t-il dit dans la journée. « Le Costa Rica sait que nous défendrons ses enfants, que nous défendrons la famille. Et rien n’importe plus que la famille. »
Unique député du Parti de la Restauration nationale, Fabricio Alvarado a notamment dénoncé la décision, le 9 janvier, de la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) exhortant les pays d’Amérique latine à reconnaître le mariage gay.
Il a estimé que cette décision, marquant une évolution sociétale majeure dans la région, violait la souveraineté du Costa Rica, pays conservateur et à majorité chrétienne d’environ 4,9 millions d’habitants. « Il faut se dresser devant ceux qui veulent écraser les valeurs de la famille », a-t-il dit lors du dernier débat de la campagne.