USA : le fils gay de celui qui a battu l’homophobe Roy Moore

Le républicain ultra-homophobe Roy Moore a été battu aux sénatoriales dans l’Alabama contre toute attente. Sa défaite est aussi un revers pour Donald Trump qui s’était engagé dans cette bataille électorale et qui voit sa majorité se réduire.
Son adversaire, le candidat démocrate Doug Jones a recueilli 49,9% des voix contre 48,4 à Roy Moore. Il est le premier sénateur démocrate de cet Etat depuis 1992.
Carson Jones « ne pouvait pas être plus fier » de son père, Doug Jones, qui a battu le républicain anti-LGBT Roy Moore lors d’une élection mardi pour un siège au Sénat américain en Alabama.
« Je suis évidemment ravi de la victoire de mon père », a déclaré Carson. « Nous avons été submergés par le soutien de tant de personnes qui ont rendu cela possible.L’Alabama a fait une très grande déclaration: l’unité l’emporte, je ne pourrais pas être plus fier de lui ou de mon pays d’origine! »
Carson Jones a confirmé à The Advocate qu’il était gay, après que plusieurs blogs gay aient publié des articles compilant des messages Instagram du « fils gay chaud » du démocrate .
Carson se définit comme un «gentleman du Sud addict au sushi » sur son profil Instagram ou il a, entre autre, publié des images de la victoire de son père.
La déclaration de Carson fait suite à une critique de Trudy Ring , journaliste de The Advocate , dont les recherches sur les antécédents de Doug Jones concernant les droits LGBT ont déterminé que «l’élection de mardi n’était pas seulement la défaite d’un ennemi, mais une victoire pour un allié». Le politicien s’est prononcé contre l’interdiction des personnes transgenres dans l’armée par le président Trump, et serait un partisan du mariage homosexuel.
Doug Jones « est habile et a mis en sourdine ses positions libérales sur des questions telles que l’ avortement et les droits des homosexuels – une nécessité dans l’ un des Etats conservateurs du Sud, » le Los Angeles Times note .
Sur les droits civils, le site de campagne de Jones a noté qu’en tant qu’avocat américain, il a plaidé contre les membres du Ku Klux Klan responsables de l’attentat de Birmingham en 1963 qui a tué quatre jeunes filles afro-américaines et Eric Rudolph. Il s’est également battu pour l’égalité pour tous.
« Je crois que nous sommes tous égaux aux yeux du Seigneur et de la loi », lit-on sur le site. « Bien que nous ayons fait des progrès en matière de droits civiques en tant que nation, nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers en continuant de menacer l’égalité et la justice. Le massacre de l’église de Charleston à motivation raciale et Charlottesville sont des rappels frappants de cette menace continue t’il. Je crois que les États-Unis d’Amérique sont une terre de lois, de justice, de liberté, d’égalité et d’opportunités. « 

Le président des Jeunes avec Wauquiez déclare que les enfants nés de la procréation médicale assistée « ne devraient même pas exister ».

Le lundi 11 décembre lors d’un entretien avec un journaliste de Libération, le président des « Jeunes avec Wauquiez », Aurane Reihanian, 24 ans, a déclaré que les enfants nés de la procréation médicale assistée « ne devraient même pas exister ».
Il aurait confondu, expliquait-il le lendemain, la PMA, procréation médicalement assistée, et la GPA, gestation pour autrui.
SOS Homophobie n’a pas laisser passé et a confié l’affaire à l’association Mousse et lui a demander de porter plainte. L’association, sur son site, explique :
« Ces propos sont empreints d’une particulière violence à l’encontre des couples homoparentaux. Ces propos dénient toute aptitude aux couples homosexuels de pouvoir élever des enfants. Ils désapprouvent tout projet d’homoparentalité dans le cadre de PMA et GPA. Ils condamnent fermement les couples homosexuels ayant déjà des enfants issus de la PMA et de la GPA. »
« Pour Me Etienne Deshoulières, avocat de l’association Mousse : « Ces propos tendent donc à susciter un sentiment d’hostilité ou de rejet à l’égard des homosexuels. Ils ne sont pas tolérables venant d’une personne exerçant des fonctions politiques. C’est pourquoi Mousse porte plainte aujourd’hui à l’encontre de Aurane Reihanian. » »
Aurane Reihanian se défend dans deux tweets…
«Ma position est tronquée par @libe : je suis contre la PMA pour les couples de mêmes sexes car elle entraînera de facto la GPA [1/2]»
«Cela dit, on a aussi fait remarquer qu’un débat politique n’est pas possible si les idées ne peuvent être exprimées sans qu’une association porte plainte au pénal. Le tribunal tranchera».

Tanzanie : une femme arrêtée pour avoir embrassé une autre femme

Une femme a été placée en garde à vue à Geita , une ville du nord-ouest de la Tanzanie, après avoir été identifiée comme étant l’une des deux femmes qui semblent s’embrasser dans une vidéo enregistrée lors d’une fête, et qui a été partagée à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux.
L’homosexualité n’est pas seulement illégale en Tanzanie, où les relations entre personnes du même sexe sont considérées «contre l’ordre de la nature», mais le gouvernement développe depuis quelques temps une persécution systématique des homosexuels.
Le chef de la police de Geita, Mponjoli Mwabulambo , confirme que la femme est en détention et que ses fonctionnaires tentent d’identifier et de localiser l’autre femme, et qui a été «condamnée par de nombreuses personnes qui l’ont décrite comme immorale»
Elles risquent toutes les deux la prison .
Depuis son entrée en fonction il y a deux ans, le président de la Tanzanie, John Magufuli , à développé une persécution infatigable contre les homosexuels . Après avoir menacé d’arrêter et d’expulser les activistes qui aident les homosexuels , avertissant de leur intention d’annuler les organisations qui luttent pour les droits homosexuels, ils ont suspendu fin novembre l’activité de CHESA , une ONG locale qui offre des conseils juridiques et de santé.
Dans ce pays d’un peu plus de 50 millions de personnes, on estime que 1,4 million de personnes vivent avec le VIH
Au cours de l’année dernière, environ 33 000 personnes liées à la maladie sont mortes, ce qui n’a pas empêché le gouvernement de suspendre non seulement les programmes de prévention du VIH, mais aussi les traitements qui le combattent parmi ceux qui sont déjà porteurs . En septembre de cette même année, les autorités ont arrêté 20 personnes pour le seul crime d’avoir assisté à un atelier organisé à Zanzibar sur la prévention du VIH par une ONG. Des arrestations qui se sont répétées en octobre dans un hôtel de l’ancienne capitale de Dar es Salaam, affirmant que c’était une réunion qui favorisait les relations homosexuelles.

 

Emmanuel Macron: la bataille contre le sida n’est pas encore gagnée

Le Centre hospitalier Delafontaine de Saint-Denis a reçu ce vendredi 1er décembre Emmanuel et Brigitte Macron. Venu insister sur la sensibilisation et la prise de conscience autour de la maladie, le couple présidentiel en a profité pour rencontrer le personnel soignant et visiter les lieux. « Nous n’avons pas gagné la bataille contre le sida, a déclaré Emmanuel Macron selon les propos rapportés par le Huffington Post. Il faut donc se protéger, se faire dépister, se traiter et accepter, dans la société, ceux qui ont le VIH ».
Le président de la République a également voulu jouer le jeu, se prêtant lui-même à l’épreuve du dépistage. On peut ainsi le voir, sur un cliché posté sur son compte Twitter, retenir une légère grimace de douleur à cause de la piqûre. « Prévenir, dépister, continuer à soigner », légende Emmanuel Macron en bas de sa photo. Sur place, il précise sa pensée. « J’insiste : toutes celles et ceux qui ont un doute, un comportement sexuel à risques, un doute sur leur partenaire, doivent se faire dépister. C’est essentiel. »

Le PS francilien reproche à Valérie Pécresse de subventionner une association « anti-IVG et homophobe »

Ce mercredi 22 novembre, la commission permanente du conseil régional d’Île-de-France a fait adopter une subvention de 5.000 euros à l’Association famille catholique 92 dans le cadre de la politique de « soutien aux familles ».
Une subvention adoptée sans les voix des alliés centristes UDI et MoDem. Dans un communiqué, le groupe socialiste et républicain accuse la présidente Valérie Pécresse d’être allée chercher les voix du Front national pour « subventionner les associations anti-IVG et homophobes ».
Les subventions ont été attribué à La Maison de Marthe et Marie, une structure qui aide les femmes enceintes en difficulté en leur proposant un hébergement en « colocation solidaire » à Paris, et à la fédération des Associations familiales catholiques des Hauts de Seine (AFC92).
L’AFC92 est « connue pour ses prises de position controversées et un activisme ouvertement en contradiction avec des principes républicains comme le droit à l’IVG ou la lutte contre l’homophobie », a déploré le groupe Alternative écologiste et socialiste dans un communiqué,
Le PS francilien s’insurge que la région subventionne une association qui, « sur son site internet, mentionne clairement l’opposition à la loi Taubira sur le mariage pour tous ou encore à la loi Coutelle concernant le délit d’entrave à l’IVG » et qui « considère que l’Éducation nationale est ‘illégitime à dispenser des cours de vie affective et sexuelle' ».
Le conseiller régional socialiste Yannick Trigance annonce que son groupe va saisir Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, pour « vérifier ce qu’il se passe » au sein de l’association AFC92. Le PS francilien va également solliciter le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer sur les cas d’ »Espérance Banlieues ».

La députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon fait son coming-out

Après un encart dans le Point présentant son engagement contre les discriminations, la députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon a précisé mardi sa démarche au site Hornet où elle annonce s’investir dans débats à venir sur la révision de la loi bioéthique en 2018, notamment pour faire avancer le dossier de la PMA.
Elue dans l’Allier, cette ex-policière est en effet maman avec son ex-compagne de deux adolescentes conçues par PMA en Belgique. Or, les deux femmes se sont séparées avant l’ouverture du mariage à tous les couples en 2013, sans pouvoir adopter sa plus jeune fille.
Les deux femmes ne peuvent bénéficier des droits parentaux sur leurs enfants. » Si je pars en vacances avec mes filles et qu’il arrive quelque chose à la plus jeune, il faudra appeler la « mère du ventre » pour prendre d’éventuelles décisions médicales. Et il y a plein d’exemples comme ça. », pointe du doigt la députée.
Que pense-t-elle du débat à venir ? «Dans la mesure où j’ai l’impression d’être un peu aux manettes, je veux être optimiste. J’ai envie d’être optimiste», explique-t-elle. Et de sa visibilité en tant que parlementaire ouvertement lesbienne ? Qu’elle est «importante pour ce qu’elle a à défendre, en lien avec les associations.» Après Françoise Gaspard entre 1981 et 1988, Laurence Vanceunebrock-Mialon est la deuxième députée ouvertement lesbienne à siéger à l’Assemblée nationale contre 5 députés ouvertement gay pour cette nouvelle législature.

«Péché originel» : Accusations d’agressions sexuelles au Vatican

Dans «Péché originel» -dévoilé jeudi en Italie et paru mercredi en France- le journaliste italien Gianluigi Nuzzi mène à nouveau une enquête sur les arcanes du Vatican, documents confidentiels à l’appui.
Le journaliste, qui a été acquitté par la justice du Vatican en 2016 dans le procès dit «Vatileaks 2» après d’abondantes «fuites» de documents qu’il avait publiés, s’est fait une spécialité du passé sulfureux de la banque du Vatican et des résistances internes aux réformes impulsées par Benoît XVI et François.
Il dénonce également la loi du silence dans l’Eglise, en évoquant les tentatives infructueuses d’un jeune lanceur d’alerte pour dénoncer des abus sexuels dont aurait été victime son ancien camarade de chambre mineur, pensionnaire au coeur du Vatican.
Selon lui, un séminariste majeur aurait abusé sexuellement d’au moins un lycéen de 17 ou 18 ans en 2011-2012, sous les yeux d’un témoin.
Ce témoin polonais, Kamil Tadeusz Jarzembowksi, réside alors dans une institution installée dans la cité du Vatican et qui héberge des enfants et adolescents du monde entier envisageant de devenir prêtres.
Les pensionnaires fréquentent une école privée dans le centre de Rome et participent comme «enfants de chœur» aux messes célébrées dans la basilique Saint-Pierre. Kamil y a vécu de 13 à 18 ans, jusqu’en 2014, mais il dit avoir été renvoyé avant la fin de sa scolarité après avoir tiré la sonnette d’alarme auprès d’autorités ecclésiales et vaticanes.
Selon lui, un ancien élève autorisé à rester dans le palais venait très souvent dans sa chambre, le soir venu, pour avoir des relations sexuelles avec son camarade de chambre, alors âgé de 17 ou 18 ans, qui «se sentait obligé de céder à ses exigences».
Le jeune homme exerçait «une forme de pouvoir et d’intimidation» sur les plus jeunes, en imposant «brimades ou actes sexuels» à un certain nombre de pensionnaires, affirme encore Kamil dans le livre de M. Nuzzi.

Florian Philippot ne veut plus abroger le mariage pour tous

L’ancien numéro deux du FN revoit son avus sur le mariage gay. Après avoir défendu l’abrogation de la loi Taubira au sein du Front National, il s’engage désormais à « respecter le mariage pour tous ».
Florian Philippot, lu même homosexuel, a été outé par le magazine Closer en décembre 2014
Finie la demande d’abrogation de la loi Taubira pour Florian Philippot. L’ex-numéro deux du Front national s’engage désormais à ne pas revenir sur le mariage pour tous dans la charte de son mouvement Les Patriotes qui est rendue publique aujourd’hui.
L’influent ex vice-président du FN, qui avait incité Marine Le Pen à ne pas rejoindre les rangs des manifestations organisées par Manif pour tous lors du débat sur la légalisation du mariage gay, considère que « le gouvernement doit se concentrer sur les grands problèmes de la nation et laisser à la société le soin de définir son modèle de société, par des outils comme le référendum d’initiative populaire ».
Pour cette raison, « Les Patriotes respectent les derniers choix de société comme le mariage pour tous », indique le texte de la charte du mouvement d’extrême droite.
L’adoption de la loi sur le mariage pour tous avait suscité de fortes dissensions internes au Front national.
Alors que Marine Le Pen et Florian Philippot s’étaient tous deux montré embarrassés par le sujet, l’aile traditionnaliste du parti avaient ardemment milité contre cette mesure derrière Marion Maréchal-Le Pen et soutenu la Manif pour tous.
Une fois la loi votée et pour maintenir l’unité de sa formation, Marine Le Pen s’était finalement officiellement engagée à abroger la loi Taubira.
A sa suite, Florian Philippot a alors défendu cette abrogation sans grande conviction jusqu’à son départ, expliquant que le Front national remplacerait le mariage gay par une union civile, sans droit à l’adoption.

Australie : nombreuses manifestations en faveur du mariage homosexuel

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi dans des villes d’Australie pour réclamer la légalisation du mariage homosexuel.
Des rassemblements en faveur du mariage entre personnes de même sexe ont eu lieu à Brisbane, dans le nord de l’Australie, et à Alice Springs, dans le centre et à Sydney où 5.000 à 10.000 personnes étaient présentes
Dans le même temps, des rassemblements à l’initiative de la Coalition for Marriage, à la pointe du mouvement contre le mariage homosexuel, se sont tenus en différents points d’Australie.
Tous ces rassemblements ont eu lieu une semaine avant que les derniers votes puissent être transmis par la poste sur la question du mariage gay, dans le cadre d’une consultation nationale controversée.
Les votes ont pu être envoyés par la poste à partir du 12 septembre, et le Bureau australien de la statistique a recommandé que l’opération prenne fin le 27 octobre.
Selon le dernier pointage du bureau de la statistique, rendu public le 17 octobre, près de 11 millions de votes postaux ont été renvoyés, soit 68% des bulletins distribués.
Le résultat devrait être connu le 15 novembre.

Le Pacs à la mairie à partir du 1er novembre

Le Pacte civil de solidarité (Pacs)  s’enregistraient dans les tribunaux d’instance.
En transférant à l’officier d’état civil de la mairie les missions du tribunal d’instance en la matière, la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle lui donne des airs de mariage .
Jusqu’à présent, les personnes qui souhaitaient conclure un Pacte civil de solidarité (PACS) devaient s’adresser au Tribunal d’Instance le plus proche de leur résidence ou à un notaire. A partir du 1er novembre 2017, l’enregistrement précédemment pris auprès du tribunal d’instance sera transféré à l’officier de l’état civil de la mairie compétente.
Le passage du PACS en mairie (et non plus au Tribunal d’Instance) est une mesure de la loi de modernisation de la justice du XXIème siècle publiée au Journal Officiel du 19 novembre 2016 (article 48).
Les enregistrements de PACS demeurent également toujours possibles auprès des notaires. La démarche reste identique.
Attention : la mairie compétente est désormais celle dans laquelle les deux partenaires attesteront de leur résidence commune.
Depuis la mise en place du Pacs en 1999, 1,7 million de couples se sont pacsés en France.