Archives de Catégorie: politique

Allemagne : Les écologistes font du mariage homosexuel une condition de coalition

Lors d’une conférence pré-élection, les écologistes allemands ont déclarés être ouverts à tout type de coalition sauf avec le parti d’extrême droite Alternative für Deutschland (AfD)
Réunis en congrès ce week-end à Berlin, les Grünen ont fait de l’instauration du droit au mariage des couples homosexuels une condition non négociable.
« A moins que la discrimination contre les lesbiennes et les gays cesse sur ce point, vous ne pourrez pas compter sur notre coopération », a prévenu l’écologiste Volker Beck, à l’origine de la motion adoptée par les 800 délégués du parti.
A trois mois des élections législatives du 24 septembre,les Grünen oscillent entre 6,5 et 8% des intentions de vote et pourraient détenir la clef d’une majorité parlementaire. Le bloc CDU-CSU d’Angela Merkel fait la course en tête avec 39% des intentions de vote, 14 points devant les sociaux-démocrates du SPD, d’après un sondage Emnid diffusé samedi soir.
Suivent le parti de la gauche radicale Die Linke (9%), l’AfD (8%) et les écologistes et les libéraux du FDP, tous deux mesurés à 7%.
L’Allemagne, qui a ouvert en 2001 la possibilité un contracter un pacte civil, n’a pas encore franchi ce pas.
Sur le dossier climat, les Grünen exigent la fermeture immédiate des 20 centrales thermiques à charbon les plus polluantes du pays et, à compter de 2030, l’interdiction de vendre des véhicules neufs à moteur à combustion.

Grande Bretagne : 45 députés ouvertement à la Chambre Des Communes

Jeudi, selon les résultats des élections législatives au Royaume-Uni, les Britanniques ont envoyé 45 députés ouvertement LGBT à la Chambre des communes, soit six parlementaires supplémentaires que lors de dernières élections de 2015.
Parmi ces 45 élus, 19 proviennent des Tories (6% des élus du parti conservateur), 19 du Labour (7%) et 7 du Parti national écossais (20%).
Les 45 députés ne reflètent pas la diversité de la communauté UK LGBTQ : 36 d’entres eux sont des hommes gays ou bisexuels et 9 des femmes lesbiennes ou bisexuelles, et aucun n’est issu de la communauté transgenre.
Ses chiffres sont donnés par Andrew Reynolds, professeur de sciences politiques à l’université de Caroline du Nord Chapel Hill.
L’Initiative de recherche sur les représentations et les droits des LGBT à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill est le premier programme universitaire axé exclusivement sur le lien entre la représentation des personnes lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles et transgenres et les droits juridiques et politiques offerts à ces groupes.
A titre de comparaison, en France, seuls deux députés élus en 2012 sur 577 sont ouvertement homosexuels (Sergio Coronado pour EELV et Franck Riester pour Les Républicains). En attendant les résultats du second tour des législatives du 18 juin prochain.

Investiture maintenue pour le candidat REM en Guadeloupe malgré ses propos homophobes

La République en marche a confirmé vendredi l’investiture pour les élections législatives à Olivier Serva, qui se présente en Guadeloupe, malgré des propos homophobes tenus en 2012 lors du débat sur le mariage gay.
Olivier Serva, candidat dans la 1re circonscription de Guadeloupe, avait  été mis en cause cette semaine pour avoir tenu des propos homophobes en 2012 sur un plateau de télévision, lors d’un débat autour du Mariage pour tous.
Il avait notamment qualifié l’homosexualité « d’abomination ». « Suite aux excuses présentées par Olivier Serva relatives aux propos qu’il avait tenus en 2012 – propos qu’il a regrettés et retirés dans un communiqué en date du 31 mai – son investiture a été maintenue », a indiqué la République en marche.

L’ambiance est électrique ce 24 octobre 2012 sur le plateau de l’émission Buzz Première.  Pour débattre de la loi sur le Mariage pour tous, la prod a pensé à deux francs-tireurs qui n’ont pas la langue dans leurs poches. D’un côté David Auerbach Chiffrin, porte-parole de Total Respect , une association de lutte contre l’homophobie. De l’autre Olivier Serva, Président du mouvement politique local Eko Zabym.
Entre les deux protagonistes, le ton monte rapidement. Dès sa première prise de parole, Oliver Serva, farouchement opposé au mariage homosexuel, s’emporte « Être tolérant, ce n’est pas accepter l’intolérable. Pour le chrétien que je suis, quand je lis la Bible, il est écrit qu’un homme qui couche avec un homme ou une femme avec une femme, c’est une abomination. »
Trois minutes plus tard, il s’exclame : « Bien sûr que c’est un péché [le mariage homosexuel]. La Bible le dit. »
« L’homosexualité est un choix, une préférence sexuelle qui est de l’ordre privé », déclare-t-il. Selon lui « la société guadeloupéenne n’est pas prête » pour le Mariage pour tous :il s’agit d’une loi « en catimini par quelques lobbys qui influencent les députés »

« Ce sont des propos que je regrette profondément et qui ne correspondent plus à mes convictions », avait déclaré Olivier Serva à l’AFP.
La République en marche a pour l’heure retiré l’investiture à deux candidats : Pierre Cabaré (1re de Haute-Garonne), qui n’avait pas déclaré sa peine d’inéligibilité d’un an en 2003; Charles Gélin (5e de Charente Maritime) « suite aux propos violents qu’il a tenus sur les réseaux sociaux sur Israël ».

Irlande : Leo Varadkar, fils gay d’un immigrant indien, est susceptible d’être le prochain Premier Ministre

Agé de 38 ans, Leo Varadkar est pressenti comme le prochain Premier ministre du pays après la démission d’Enda Kenny de la tête du parti de centre droit au pouvoir, le Fine Gael. Il est le grand favori du vote prévu ce vendredi. Varadkar serait le plus jeune Taoiseach (chef du gouvernement)
Il est le fils d’un médecin indien et d’une Irlandaise.
Le père de Leo Varadkar, Ashok, est né à Mumbai. Médecin de métier, il a rencontré la mère de Varadkar, Miriam, une infirmière, travaillant en Angleterre dans les années 1970. Le couple s’est marié en Angleterre, et a déménagé à Dublin en Irlande, où Varadkar est né.
Leo Varadkar est ministre de la Santé depuis juillet 2014 au sein du gouvernement du 31e Dáil, après y avoir détenu le portefeuille des Transports, du Tourisme et des Sports à partir de mars 2011. Dans le gouvernement du 32e Dáil (2016-), il est ministre de la Protection sociale.
Il a révélé publiquement son homosexualité en janvier 2015, devenant le premier ministre en fonction du pays à avoir fait son coming out
C’est en 2015, en plein débat sur l’ouverture du mariage civil à tous les couples, que l’ambitieux élu, médecin de formation, avait décidé d’assumer publiquement son homosexualité. «C’est une part de moi, cela ne me définit pas, cela fait partie de ma personnalité, je suppose», avait-il déclaré à la radio. La déclaration avait été saluée comme une belle preuve de courage. Peu après, les Irlandais – autrefois connus pour leur farouche conservatisme catholique – glissaient dans les urnes un «oui» massif au mariage égalitaire.

Gérald Darmanin revient sur ses prises de position antérieures sur le mariage pour tous

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics depuis mercredi, a répondu aux critiques sur ses prises de position antérieures, CSG et mariage pour tous en tête, dans un entretien accordé à la Voix du Nord.
Il explique dans une interview accordée à La Voix du Nord, publiée ce dimanche 21 mai, rester un homme de droite, fidèle à ses convictions.
Il se présentait comme le défenseur de la baisse d’impôts et ce sera finalement lui qui sera chargé d’instaurer l’augmentation de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) voulue par Emmanuel Macron. « Ce n’est pas trahir mes convictions que de défendre ce projet-là », affirme-t-il au quotidien régional, en précisant que « la CSG est un bon impôt, juste et sans niches » et qu’ « au final, les Français auront un gain de pouvoir d’achat car, en échange d’une hausse de 1,7 point de CSG, il y aura moins de cotisations sociales. »
Pour lui, il n’y a pas de doute : « Ce gouvernement sera celui de la baisse de l’impôt sur les sociétés et de la baisse des charges. »
Autre sujet chaud : le mariage pour tous. A La Voix du Nord, il répond n’avoir jamais adhéré à la Manif pour Tous. « J’ai voté contre ce texte car j’étais partisan de l’union civile. Evidemment, aujourd’hui il ne faut pas remettre en cause le mariage homosexuel. » En tant que maire, il avait également affirmé qu’il refusait de marier deux personnes du même sexe. Une déclaration qu’il juge aujourd’hui « abrupte » et qu’il « regrette si elle a pu blesser ».

Gerard Darmanin rattrapé par ses tweets anti mariage pour tous

L’arrivée au gouvernement de Gérald Darmanin, qui s’est opposé à l’ouverture du mariage agace, surtout qu’il a été nommé le jour de la lutte mondiale contre l’homophobie.
Emmanuel Macron veut que « chacun puisse aimer librement », « Contre la haine, nous lutterons pour que chacun puisse aimer librement. Je serai le garant d’une France ouverte et tolérante ».
Cette déclaration du président sur tweeter à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie aurait pu être bien accueillie s’il n’avait pas invité Gérald Darmanin à rejoindre son gouvernement quelques heures plus tôt, se sont désespérés des internautes.
Après la nomination d’Édouard Philippe à Matignon, Macron a poursuivi mercredi son pari sur la recomposition politique en choisissant des ministres de gauche, du centre et de la droite. Parmi eux, les Républicains Bruno Le Maire, qui se voit confier Bercy, et Gérald Darmanin, qui va au Bugdet. Problème pour les défenseurs de la cause LGBT: ce dernier s’est vigoureusement opposé à l’ouverture du mariage pour tous.
Plusieurs utilisateurs de Twitter ont répondu au président en repartageant des tweets ou déclarations publiques de Darmanin datant de 2012 et 2013, dans lesquelles il s’opposait à l’égalité entre les couples de sexe opposé et de même sexe:
La position de l’homme politique de 34 ans, élu maire de Tourcoing en 2014, n’a pas échappé non plus à la maire de Paris.
Au milieu des nombreux messages partagés dans la journée pour montrer que « Paris est fière de défendre les droits des personnes #LGBTI », Anne Hidalgo a retweeté la déclaration du nouveau ministre qui promettait en 2013 qu’il ne « célébrerait pas personnellement de mariages entre deux hommes et deux femmes » s’il accédait à la mairie.
Une critique claire à laquelle Gérald Darmanin a répondu: « Chère Anne Hidalgo, le mariage pour tous est la loi de la République pour tous: je l’ai déjà dit, il n’est pas question de la remettre en cause ».
En 2014, au micro de Jean-Jacques Bourdin, il réclamait pourtant encore que la loi soit supprimée. Alors porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy, il affirmait: « la loi Taubira sera abrogée, réécrite profondément »

 

//platform.twitter.com/widgets.js

Le directeur des jeunes du FN favorable à une interdiction de la “propagande gay” comme en Russie

Le Lab a repéré sur Sud Radio une intervention de Julien Rochedy, président du Front national de la jeunesse et candidat du Front national à Montélimar.
Julien Rochedy, directeur du Front national de la jeunesse et candidat frontiste pour les élections municipales à Montélimar (Drôme), était l’invité d’un débat sur l’antenne de Sud Radio, mercredi. Il s’est déclaré favorable à une loi interdisant la « propagande homosexuelle », identique à celle qui est actuellement en vigueur en Russie :  « Ce que j’en sais, c’est que la loi interdit la propagande LGBT à l’école. A priori, oui j’aimerais cela. Et dans les rues et sur les murs aussi, pourquoi pas. Vous délirez complètement aussi sur la Russie. Les homosexuels seraient tués en Russie, je ne sais pas quoi, j’ai entendu des trucs… »
Au mois de juin 2013, le président Vladimir Poutine a promulgué une loi interdisant la « propagande pour les relations sexuelles non traditionnelles devant mineur », prévoyant de fortes amendes pour les contrevenants et, pour les étrangers, elle peut les conduire à être emprisonnés pour quinze jours, avant d’être expulsés manu militari. Cette loi a provoqué un tollé général auprès de la communauté internationale.
La gay pride a été interdite à Moscou, pour les 100 ans à venir.

Nomination du nouveau Premier ministre: Les associations féministes inquiètes

Les associations Osez le Féminisme et les effronté-e-s ont exprimé lundi soir leurs inquiétudes après la nomination d’Edouard Philippe à Matignon.
Comme le montrent les analyses des scrutins publics publiés par l’Assemblée nationale, Edouard Philippe a voté contre la proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution. « Ou bien M. Philippe n’a jamais trouvé le bouton ‘pour’ sur la table de vote, ou bien l’égalité femmes-hommes n’est pas une priorité politique pour lui. Curieusement, nous penchons pour la deuxième option », a ironisé Osez le féminisme.
« La PMA pour toutes les femmes, promesse de campagne de M. Macron après l’avoir été de M. Hollande, passera-t-elle malgré l’opposition résolue du nouveau chef du gouvernement? », se demandent les effronté-e-s dans un communiqué.
Les deux associations ont par ailleurs regretté que le nouveau président n’ait pas choisi de nommer une femme Premier ministre, comme il l’avait évoqué pendant la campagne.
Emmanuel Macron a nommé lundi le député-maire Les Républicains du Havre au poste de chef du gouvernement.
Edouard Philippe ne s’est pas opposé au mariage gay. Issu de la droite modérée, il s’est abstenu comme quatre autres députés de son camp, le 23 avril 2013 lors du vote à l’Assemblée nationale.
S’exprimant dans une tribune du Huffpost en date du 10 février 2013, signée avec Nathalie Kosciusko-Morizet, le nouveau Premier ministre expliquait: « Nous ne sommes pas opposés à une loi qui permettrait le mariage et l’adoption simple pour les couples de même sexe, mais nous n’accepterons pas ce qui viendra après cette loi. Nous nous opposerons résolument à la PMA pour les couples homosexuels féminins, et à la GPA qui, au nom de l’égalité, ne manquera pas d’être réclamée par la suite ».
Le nouveau président a exposé ses positions sur la PMA et la GPA. Il s’est dit favorable à l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes tout en subordonnant cette mesure à l’avis du Comité consultatif national d’éthique prévu pour la fin du printemps 2017.

Hervé Mariton juge que Sens commun « abîme » la cause anti-mariage gay

Hervé Mariton, député de la Drôme, qui ne se représentera pas aux prochaines législatives, regrette que la question de l’abrogation de la loi Taubira ai été oublié chez Les Républicains. Hervé
Mariton a par ailleurs critiqué Sens commun qui « caricature » la cause anti-mariage gay, selon lui, et qui a refusé de choisir entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. .
Invité de « .pol », la webémission politique du HuffPost en partenariat avec Linternaute.com, Le JDD et Le Lab Europe1, le député de la Drôme a fustigé la décision de cette formation, présentée comme l’émanation politique de la Manif pour tous au sein des Républicains.
« Moi je crois que nous avons réussi à faire en sorte que ces choix très forts d’affirmation de valeurs soient partagés par beaucoup de gens, sortis d’un ‘corner’ dans lequel certains voulaient les caricaturer », a affirmé Hervé Mariton.
« Des positions du style, ‘entre les deux tours on sait pas trop’, voire certains qui ont lorgné du côté de Marine Le Pen, ça n’aide pas à sortir l’exigence de valeurs du corner réac », a-t-il poursuivi.
Toujours sur la loi Taubira, Hervé Mariton a regretté que la question de son abrogation soit passée à la trappe dans le projet des Républicains pour les législatives. « Manifestement les positions des uns et des autres (sur le mariage pour tous NDLR) ne sont pas les mêmes. Le choix qui a été fait est un choix de compromis entre les Républicains et l’UDI, qui a consisté, ça vaut ce que ça vaut, à ne pas aborder cette question », explique le député de la Drôme. « Là, il y a un compromis qui consiste à ne pas parler des choses, c’est pas très glorieux », a-t-il déploré

Appel à voter Macron des trois grandes autorités juive, protestante et musulmane

Les trois principales autorités religieuses juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech ont appelé jeudi « au vote républicain pour Emmanuel Macron », dans une déclaration « d’une même voix ». »Nous, profondément attachés aux principes républicains de notre devise ‘liberté, égalité, fraternité’, comme aux valeurs universelles d’accueil, d’ouverture à l’autre et de solidarité, invitons les Français à se mobiliser (…) pour faire triompher, par la voie des urnes, la France généreuse, tolérante et ouverte sur le monde », ont écrit les trois responsables, à trois jours du second tour de la présidentielle.
D' »une même voix », rappeler les « fondements humanistes »
« Parce qu’il ne suffit plus aujourd’hui de ‘faire barrage au Front national’, il est indispensable de rappeler, et d’une même voix, les fondements humanistes qui nous animent et pour lesquels nous oeuvrons quotidiennement », ont-ils souligné, en précisant: « Créer du lien, des moments de partage, venir en aide aux personnes les plus démunies ou esseulées, là est le coeur de notre mission, que nous souhaitons pouvoir continuer à mener sereinement dans notre pays ».Pour ces dignitaires religieux, « rien n’est supérieur à la paix et seul le vote républicain pour Emmanuel Macron garantit une France forte de toute son histoire, confiante dans son avenir et dans sa capacité à rayonner dans le monde ». »Bien conscients que nos fonctions nous obligent à la neutralité politique, mais avant tout citoyens responsables, nous appelons donc clairement à voter pour Emmanuel Macron dimanche », ont-ils conclu.