Céline Dion et Deadpool, le duo de choc

Céline Dion et Marvel ont dévoilé le clip de la BO de « Deadpool 2 », le blockbuster  qui sort en salle le 16 mai.
Le vidéoclip d’Ashes mettant en vedette Céline et Ryan est un véritable succès, ayant cumulé plus de quatre millions de visionnements en moins de 24 heures.
Mais celui qui se cache sous le masque du Deadpool à talons aiguilles n’est pas Ryan Reynolds. La star hollywoodienne a vendu la mèche sur Instagram : il s’agit de Yanis Marshall
Yanis Marshall est un danseur français de 28 ans dont la spécialité, on vous le donne en mille, est de danser sur des talons aiguilles. Comptant plus d’1,5 million d’abonnés sur Youtube et des milliers de vues, il s’était fait remarquer dans Britain’s Got Talent (L’équivalent de La France a un incroyable talent) en 2014 après avoir travaillé avec Kamel Ouali (Star Academy) puis en tant que chorégraphe de certains clips d’artistes françaises comme Jenifer et Lorie.

Janelle Monae fait son coming out et affirme être pansexuelle

Dans une interview accordée au magazine Rolling Stone, la chanteuse américaine Janelle Monae affirme être pansexuelle. La jeune femme explique qu’elle se sentait au départ bisexuelle, car elle avait des relations à la fois avec des hommes et des femmes. Puis elle a compris que le terme pansexuel définissait mieux son orientation et son choix de vie. «Mais plus tard, j’ai lu sur la pansexualité et je me suis dit Oh, ce sont des choses auxquelles je m’identifie aussi. Je suis ouverte à en savoir plus sur qui je suis», confie-t-elle.
Une personne pansexuelle se caractérise par un désir sexuel ou une attirance sans considération de sexe ou genre.
En 2015, Miley Cyrus avait déjà déclaré s’identifier comme pansexuelle, mettant en avant sa sexualité libérée et affichant son féminisme. Janelle Monae, 32 ans, a été connue grâce à son rôle dans « Moonlight », oscar du meilleur film en 2017, ainsi que dans «Les figures de l’ombre» (2016), l’histoire vraie de femmes scientifiques afro-américaines de la Nasa pendant la conquête spatiale.
La chanteuse sort son premier album en cinq ans, «Dirty Computer», qui avait été produit par Prince, l’icône de la pop, décédé en avril 2016.

Elton John : bientôt un biopic sur le chanteur, avec Taron Egerton

L’acteur de la saga « Kingsman », Taron Egerton, a été choisi pour jouer le rôle de Elton John dans « Rocketman », le biopic consacré au roi de la pop britannique. Produit par la société de production américaine « Paramount Pictures », le film retracera la carrière fulgurante de la légende aux 250.000 de disques vendus dans le monde.
Aux manettes de ce biopic, on retrouve le réalisateur britannique Dexter Fletcher qui co-réalise également un film qui sortira en 2018, axé sur le parcours de Queen et de son leader Freddie Mercury.
Le scénario a été écrit par le dramaturge britannique Lee Hall, également auteur du texte de la comédie britannique des années 2000, « Billy Elliot ».
Selon le magazine en ligne « Deadline Hollywood », le début du tournage est prévu cet été. Une œuvre du septième art produite par « Marv Films » et « Rocket Pictures », la société de production fondée par Elton John en personne en 1996.
Après plus de 4000 concerts dans plus de 80 pays, le chanteur de 71 ans a annoncé qu’il mettrait fin à sa carrière après une ultime tournée géante qui s’achever en 2021.

Kesha: «I Need a Woman to Love»

Kesha dévoile son nouveau clip engagé. «I Need a Woman to Love», une lcontribution de l’artiste sur l’album «Universal Love» qui a pour but de revisiter les chansons d’amours de manière plus moderne.
 Le clip partagé sur Youtube mélange des scènes de témoignages d’un couple homosexuel ainsi que des interviews de l’artiste elle-même. On peut ensuite voir Kesha marier deux femmes et célébrer l’union en bonne et due forme.
 «I Need a Woman to Love»: un clip symbolique
 La vidéo a été tournée dans le mythique hôtel du Bellagio à Las Vegas le 26 mars dernier. Cette date marque l’anniversaire du premier mariage homosexuel aux Etats-Unis, comme l’indique la légende de la vidéo.

Bob Dylan chante pour honorer la communauté LGBTQ

Bob Dylan performs during the Firefly Music Festival in Dover, Delaware, U.S. June 17, 2017. Picture taken June 17, 2017. REUTERS/Mark Makela

https://open.spotify.com/embed/album/1Roqqh9z76dk77g98fiR2E

Le prix Nobel de Littérature Bob Dylan fait un retour sur le devant de la scène en participant à un EP de reprises un peu particulier.
L’album «Universal Love», qui contient six chansons, a été lancé en format numérique jeudi. On y retrouve également les voix de Benjamin Gibbard du groupe alternatif Death Cab for Cutie, de l’auteure-compositrice-interprète Valerie June, ainsi que de Kele Okereke du groupe Bloc Party.
Bob Dylan transforme ainsi «She’s Funny That Way» en «He’s Funny That Way». D’autres artistes avaient déjà changé le pronom de la chanson dans le passé, mais c’était des femmes, notamment Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Liza Minnelli, Etta James et Diana Ross.
Kesha, qui appuie depuis longtemps les droits de la communauté LGBTQ, conclut l’album avec «I Need a Woman to Love Me», reprise de «I Need a Man to Love Me» de Janis Joplin.
Benjamin Gibbard a réenregistré le succès des Beatles «And I Love Her» pour créer «And I Love Him».
«Universal Love», disponible sur des plateformes numériques telles que Spotify et Apple Music, a été produit par MGM Resorts et est distribué par le biais de Legacy Recordings, une division de Sony Music.
«Nous croyons que des projets comme celui-ci nous aideront à arriver à un point où regarder le monde à travers la lentille de gens différents de nous sera naturel et chose commune», a expliqué Phyllis James, de MGM Resorts.
La chanteuse St. Vincent a repris «Then He Kissed Me» de The Crystals, transformée en «Then She Kissed Me» sur l’album. Kele Okereke chante «My Guy» plutôt que «My Girl» des Temptations, tandis que Valerie June reprend le classique des années 1930 «Mad About the Boy» et chante «Mad About the Girl».

Eddy de Pretto se confie sur la virilité imposé par son père

Hier soir dans « Stupéfiant » sur France 2, Léa Salamé recevait Eddy de Pretto pour répondre à la question : c’est quoi la virilité abusive.
Le chanteur français de 24 ans est revenu sur sa masculinité plus jeune. Pour répondre à l’interview « Où sont les hommes ? » de la journaliste, il a évoque les réactions de son entourage sur sa personnalité. Il entendait de la part de son entourage, les réflexions suivantes : « Soit fort », « Ne fais pas d’art, c’est trop fragile »
Eddy de Pretto explique qu’il a parfois eu des difficultés à être naturel, comme jusqu’à se cacher pour pleurer ou jouer à la poupée. Pour lui, le regard de son père pouvait lui faire peur.
« Ne soit pas une chochotte ne pleure pas [ …] J’avais peur du regard de mon père » avoue-t-il à la journaliste. Néanmoins, il indique que grâce à la curiosité de sa mère, à l’inverse de son père, il a pu découvrir le théâtre.

Ryan O’Shaughnessy représentera l’Irlande avec « Together » à l’Eurovision

L’Irlande a dévoilé le choix de son concurrent au Concours Eurovision de la chanson de 2018.
Il s’agit de Ryan O’Shaughnessy, un ancien finaliste de l’émission « Britain’s Got Talent », qui représentera le pays avec la chanson « Together ».
La chanson est une ballade raconte une rupture douloureuse. Les paroles ne mentionnent pas explicitement le genre de l’amant, mais le clip officiel de la chanson montre clairement qu’il s’agit d’un couple gay.
Dans le clip on suit les danseurs Alan McGrath et Kevin O’Dwyer en couple lors d’une promenade dans les rues du quartier de Temple Bar à Dublin.
La vidéo a été réalisée par Christian Tierney et chorégraphié par Ciaran Connolly.

Eddy de Pretto ce soir aux Victoires

Eddy de Pretto sera aux Victoires de la musique, qui se tiennent ce soir à la nouvelle Seine musicale de Boulogne-Billancourt.
Le jeune (25 ans) chanteur de Créteil s’est imposé il y a quelques mois à peine sur la scène française, grâce à son singulier mélange de rap et de chanson à texte
Il concourt, dans la catégorie Révélation Scène, contre le rappeur Gaël Faye, également connu comme romancier (Petit Pays), et Fishbach,
La percée récente d’Eddy de Pretto, qui vient notamment d’être choisi comme l’une des trois voix francophones sur lesquelles Deezer veut mettre le paquet en 2018: « C’est vrai que tout est allé très vite, mais j’adore cette fulgurance. J’ai envie de cette démesure, ça me plaît d’occuper le terrain de manière brutale et frontale », sourit celui que certains comparent, de manière réductrice, à un « Stromae gay ». Une réussite remarquable pour Initial, l’incubateur d’Universal, qu’il a inauguré.
Comme il l’évoque dans quelques-unes de ses chansons, Eddy de Pretto ne cache pas son homosexualité : « Je ne suis pas militant. Je n’ai pas envie d’être un porte-drapeau. J’ai juste envie de raconter ma vie, ma réalité », ajoute-il dans un interview10. Il se définit alors comme un artiste « non-genre ». Dans l’émission Taratata diffusée le 15 décembre 2017, il explique qu’il cherche à interroger la masculinité et l’hyper-virilité qui ont constitué une part de son éducation. Lorsque Nagui lui demande s’il parle d’homosexualité dans ses chansons, il répond que ce n’était aucunement son but.
À ce sujet, le rappeur déclare aux Inrockuptibles : « J’essaie de parler de mon histoire personnelle et de la normaliser le plus possible. Et pas la mettre en avant pour dire que je suis le premier pédé qui lie le rap et la chanson française » (source divers et wikipedia)

Slimane – Solune

Un an et demi après sa victoire dans « The Voice » saison 5 et du succès de son premier album « A bout de rêves », certifié double disque de platine pour plus de 200.000 ventes (avec streaming), l’artiste de 28 ans est de retour avec « Solune », à découvrir le 26 janvier. « Il était une fois des mots, des mélodies mais surtout des histoires… Notre histoire qui continue… Merci vous en êtes les plus beaux personnages » a confié le chanteur en dévoilant la tracklist de l’album, qui contiendra quatre duos dont un avec Boostee.
Deux extraits sont déjà connus du public : la complainte amoureuse « J’en suis là » et titre « Viens on s’aime », construit comme un vibrant hymne à la tolérance. Une façon pour Slimane de prouver qu’il est un artiste de valeurs et de convictions, alors qu’il n’a pas hésité à raconter avoir été victime d’homophobie et de discrimination raciste au cours de ces derniers mois.
Slimane dévoile son nouveau titre : « Solune ». L’occasion pour lui de retracer son parcours jusqu’ici, de son audition à l’aveugle sur « A fleur de toi » de Vitaa à son sacre sur TF1, de balayer d’un revers de la main les polémiques et d’évoquer les bouleversement provoqués par la célébrité dans sa vie. « Peut-être que je n’étais pas fait pour briller, et que le succès aurait pu me briser. Peut-être que c’était trop d’un seul coup » affirme-t-il sur une production dépouillée, sublimée par des violons, en regrettant d’avoir été éloigné des siens car pris dans un tourbillon médiatique. « A tous, je vous promets de faire attention / De ne pas devenir l’outil d’une putain d’ambition »

Avicii – You Be Love feat. Billy Raffoul

Le nouveau clip d’Avicii «You Be Love», en collaboration avec Billy Raffoul, est sorti. De manière simple et romantique, le DJ nous montre que l’amour est plus fort que tout.
On peut y voir deux femmes faites en statues 3D, courir l’une vers l’autres tandis qu’une foule aux visages aigris tente de les en empêcher. Mais coûte que coûte les deux amoureuses se rejoignent au détriment de la horde qui se désintègre lors du baiser final.
Si Avicii met en scène deux femmes éperdument amoureuse l’une de l’autre, c’est que le DJ à l’habitude de soutenir la communauté LGBT depuis de nombreuses années. Dans son clip «Silhouettes» sorti en 2012, le Suédois avait déjà mis un scène un couple d’hommes homosexuels.
En 2015, l’artiste avait également soutenu un couple homosexuel en postant le message «Restez fort #admiration #LGBT» sur Twitter. Mais Avicii collabore également avec des artistes ouvertement engagés pour la même cause, comme Rita Ora avec qui il a sorti le titre «Lonely Together».