Lil Peep est mort

Le rappeur Lil Peep, de son vrai nom Gustav Ahr, est mort. Son manager a fait savoir que l’artiste bisexuel âgé de 21 ans avait été admis à l’hôpital pour une surdose de drogues ou de médicaments, hier matin.
Quelques heures avant sa mort, Li Peep avait publié une courte vidéo dans laquelle il avait dit avoir pris plusieurs comprimés de Xanax.
Né en 1996, originaire de Long Island à New York, il était parmi considéré comme l’un des plus grands jeunes talents dans l’industrie de la musique aux États-Unis et était particulièrement populaire chez les adolescents.
Dans ses chansons, il a traité de sujets tels que la dépression, les relations sentimentales ou la consommation de drogue.
La chanson de Lil Peep « Awful Things » a été cliquée plus de onze millions de fois.
Lil Peep était connu aussi en raison de son style particulier néo punk et des ses nombreux tatouages.
Il y a trois mois, il s’était identifié sur Twitter comme bisexuel. Dans un tweets, il avait notamment écrit: « Oui, je suis un bisexuel qui veut un baiser ».

« Para Ruy » : Le clip du groupe mexicain de métal Larva

Christian « Peech » Inchaustegui, le leader ouvertement gay du groupe de métal Larva parle du clip censuré sur Youtube et Facebook :« Nous avons toujours essayé de faire des vidéos qui impressionnent les gens, et il n’y a rien de plus parfait que de faire quelques scènes d’orgies pour cette vidéo ».
Dans une interview accordée à Ulisex, Peech explique sa rencontre avec le métal par sa colère à l’encontre d’une société qui a voulu lui mettre dans la tête qu’il était coupable du seul fait de son homosexualité. Cette musique plus que toute autre reflète sa colère.
Au sujet du milieu métal, il contredit les idées reçues : « Les métaleux sont ouverts. Très rarement je me suis senti jugé ou discriminé. Au début ils peuvent sortir une grossièreté et ensuite ils t’embrassent… lol. La vérité, c’est qu’ils sont à fond dans leur travail et la musique. C’est cela qui leur importe plus. »
Il affirme qu’il se sent plus marginalisé par les gays : « Nous avons demandé des espaces pour nous présenter dans des lieux et des événements LGBT et avons essuyé des refus, non de tous, mais de certains, ce qui est rare chez les métaleux… Du reste, il suffit de voir la sélection artistique présentée lors des marches gays pour constater que tous les ans c’est la même chose. Je ne me plains pas, mais pour des gens qui comme nous voulons voir des choses différentes, cela manque de diversité. »
Sur la genèse de l’album Trágicos Cuentos de Amor (Contes Tragiques de l’Amour), il a voulu plus que précédemment parler de son addiction aux hommes et aux histoires d’amour qui finissent mal.
L’idée de base des paroles de Para Ruy vient plus précisément d’une blessure sentimentale : il avait échangé des tweets sexuels avec un mec qui lui plaisait et qui n’a finalement jamais voulu sortir avec lui. Dans la chanson, bien pire arrive au protagoniste amoureux d’un adepte des réseaux sociaux…

Pierre Lapointe : Sais-tu vraiment qui tu es

Star au Québec, le chanteur sort son nouvel opus et c’est l’un des meilleurs albums de l’année.
Pierre Lapointe est un artiste qui compte au Québec mais encore peu connu en France. Révélé en 2006 par son deuxième album, « La forêt des mal-aimés », il bâtit depuis une quinzaine d’années une oeuvre qui lorgne vers l’avant-garde tout en prenant soin de rester accessible.
Dans le clip de Sais-tu vraiment qui tu es, il embrasse un homme sur la bouche et évoque les « marins de Fassbinder ».
Plus loin dans l’album, il compare son « Prince Charmant » a un modèle de David Hockney tandis que « les Homos hurlent à la une » dans Alphabet. Autant de références plus ou moins explicites à l’homosexualité. « Ecrire une chanson d’amour au masculin, c’est une manière de m’engager », répond Pierre Lapointe quand on lui demande s’il lui semble important de faire entendre sa voix pour les droits des personnes LGBT. « Je me sens une responsabilité, ne serait-ce que parce que c’est ma famille. Je ne veux pas porter un drapeau et parler de ça tout le temps, complète-t-il. Je sais qu’en France, c’est compliqué, mais au Québec, ce n’est pas une question. Dans ma vie, je ne veux pas nommer les choses, mais les vivre. »

Macklemore a chanté «Same Love» devant 80 000 fans dans le stade de Sydney

Les responsables de la NRL ont résisté aux pressions la semaine dernière qui tentaient d’annuler la performance de Macklemore par une pétition qui a rassemblé plus de 18 000 signatures. Le rappeur a annoncé qu’il reverserait les recettes de la chanson à la campagne pour la légalisation du mariage homosexuel.
Originaire de Seattle, Macklemore est la troisième personnalité américaine à s’impliquer dans le débat. «La musique a le pouvoir d’aider les gens à parler de cette question» affirme-t-il. Les résultats de ce vote par courrier seront rendu publics le 15 novembre prochain.
Le pays saura alors s’il deviendra ou non la 25e nation à autoriser le mariage homosexuel.
Le rappeur américain Macklemore a chanté «Same Love» devant 80 000 fans d’un sport traditionnellement associé à quelques valeurs machistes. Le public a allumé des bougies électriques aux couleurs de l’arc en ciel pendant sa performance.

 

Australie : Le rappeur américain Macklemore déterminé à chanter sa chanson sur le mariage gay

Macklemore doit chanter son ode au mariage gay « Same Love », écrit avec Ryan Lewis, dimanche à Sydney lors du match qui mettra aux prises Melbourne Storm et les North Queensland Cowboys.
Initiative qui ne plait pas aux conservateurs alors que les Australiens sont invités à se prononcer par vote postal sur la légalisation du mariage entre personnes du même sexe.
« Je reçois beaucoup de tweets de vieux blancs en colère en Australie », a déclaré le rappeur dans l’émission de radio américaine The Cruz Show. « Je crois qu’il y a une pétition pour m’interdire de jouer ». Cela ne fait que le rendre « plus déterminé », a-t-il poursuivi.
De nombreuses organisations sportives se sont prononcées en faveur du « oui », y compris la Ligue nationale de rugby.
L’ancien Premier ministre conservateur Tony Abbott, fervent défenseur du « non », soutient une pétition qui demande à la Ligue de cesser de militer pour le mariage gay. « Les fans ne doivent pas être soumis à une finale politisée. Le sport c’est le sport », a-t-il lancé sur Twitter.
Cette pétition a été lancée par Tony Wall, ancien joueur de la Ligue, et explique qu’il sera difficile de regarder un match « avec un hymne LGBTIQ  en clou du spectacle ». Pour le moment, elle a recueilli 10.000 signatures.
Le ministre de la Justice George Brandis a apporté son grain de sel et jugé « étrange » que Tony Abbott s’en prenne à Macklemore. « Cette chanson est l’une des quatre qu’il va chanter je crois. C’est l’une de ses chansons les plus populaires et que pense que dire qu’il faut l’interdire est étrange », a-t-il déclaré.

« Mashrou’ Leila » interdit en Egypte

Mashrou’ Leila, le groupe arabophone le plus connu au monde, ne sera pas autorisé à se produire de nouveau en Egypte, a annoncé le syndicat des musiciens égyptien.
Cette décision a été prise après un concert dans une banlieue chic du Caire vendredi dernier lors duquel des personnes ont brandi un drapeau arc-en-ciel LGBT de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre.
Au moins six personnes ont été arrêtées lundi et doivent répondre des chefs d’accusation suivants: « indécence publique, incitation des jeunes à l’immoralité » pour avoir brandi le drapeau. Hamed Sino, leader du groupe libanais et ouvertement gay, est connu pour son engagement en faveur de la communauté LGBT.
En juin, la Jordanie avait également interdit à Mashrou’ Leila de donner leur concert qui était prévu dans la capitale Amman à la suite de protestations de parlementaires conservateurs, mais avait finalement autorisé le groupe à se produire sur scène.

USA : le rappeur Logic contre la tragédie du suicide

Dimanche soir, lors des MTV Music Awards, Logic, le rappeur américain, est monté sur scène pour interpréter son titre « 1-800-273-8255 » ( les paroles ici ) entouré de gens ayant raté leur tentative de suicide.
Tous portaient un T-shirt barré du numéro de téléphone de la ligne de prévention du suicide aux Etats-Unis et ce message: « Tu n’es pas seul ». Comme on pouvait s’y attendre, les appels au centre de prévention du suicide ont explosé durant la nuit.
Plus de 50% d’appels supplémentaires ont été enregistrés après la diffusion du show. John Draper, directeur de la National Suicide Prevention Lifeline, explique: « Logic génère des appels avec une chanson qui parle de se faire aider et de trouver de l’espoir. Elle ne se concentre pas sur la tragédie ou le suicide. En fait, elle lance des discussions sur la prévention du suicide, ce qui est l’opposé du suicide. » Il se réjouit: « Ce message positif donne de l’espoir à ceux qui traversent une crise. Cette chanson change l’angle de la discussion: de l’isolement à l’espoir et à la connexion. »
Le clip de « 1-800-273-8255 » raconte le parcours d’un jeune homme depuis sa naissance jusqu’à l’âge adulte. Il évoque les difficultés de son adolescence, les intimidations et le rejet liés à son homosexualité. On le voit penser au suicide, manipuler l’arme qui pourrait, enfin, mettre fin à ses souffrances. Il décide finalement de composer le numéro de prévention du suicide. On le revoit des années plus tard, à son mariage, puis papa. Il est réconcilié avec ses proches.
Logic a déclaré à la fin de sa prestation: « Merci de m’avoir donné une plate-forme pour parler de quelque chose dont les médias traditionnels ne veulent pas parler. La santé mentale, l’anxiété, le suicide, la dépression, le racisme, la discrimination, le sexisme, la violence domestique, les agressions sexuelles et toutes ces choses dont je parle sur mon album. Je me moque que vous soyez noir, blanc ou une couleur entre les deux, que vous soyez chrétien, musulman, gay ou hétéro. Je vais lutter pour votre égalité parce que je crois que nous sommes tous nés égaux mais que nous ne sommes pas traités de manière égale. Nous devons nous battre, lutter contre l’égalité des hommes, des femmes, des enfants, indépendamment de la race, de la religion, de la couleur, de la croyance et de l’orientation sexuelle. »