Archives de Catégorie: mariage homosexuel

les couples de même sexe vivent principalement dans les grandes villes

L’Insee révèle ce jeudi une étude démographique sur les personnes vivant en couple avec un conjoint de même sexe.
Six ans après le mariage pour tous, l’Insee constate que les couples homosexuels sont de plus en plus nombreux en France. En 2011, seuls 0,6% des couples cohabitants étaient de même sexe. En 2018, ce taux est désormais de 0,9%. Selon l’Insee, cette évolution ne traduit cependant pas forcément un plus grand nombre de couples homosexuels:
« Cette augmentation reflète sans doute pour l’essentiel une évolution des modes de vie, liée à la reconnaissance sociale et juridique croissante des couples de même sexe. Les personnes en couple de même sexe hésitent vraisemblablement moins qu’en 2011 à déclarer vivre en couple. »
Les unions entre hommes sont toujours plus nombreuses (56% des couples de même sexe). Cependant, le nombre de couples de femmes augmente plus rapidement, indique l’Insee, laissant envisager un retour à l’équilibre dans quelques années.
La répartition de ces couples est loin d’être uniforme sur le territoire. Plus les villes sont grandes, plus on y trouve des couples cohabitants de même sexe.
Dans les villes de plus de 200.000 habitants par exemple, il y a proportionnellement trois fois plus de couples du même sexe que dans les communes de moins de 5000 habitants.
Selon l’étude de l’Insee, « cette concentration dans les territoires les plus peuplés s’accompagne d’une prise de distance par rapport au lieu de naissance »:
« 7 couple de même sexe sur 10 résident en dehors de leur département de naissance, contre 6 sur 10 pour les personnes en couple de sexe différent. Cet éloignement pourrait faciliter la mise en œuvre d’un mode de vie caractérisé par une orientation sexuelle minoritaire », note l’étude.
Toutes les grandes villes n’ont cependant pas la même proportion de couples du même sexe: Paris concentre ainsi à elle seule 15% des couples d’hommes en France, bien plus que n’importe quelle ville française.
En outre-mer, comme le rappelle cet article de La Première, « la haine anti-LGBT est plus virulente que dans l’Hexagone ». Trois députés avaient d’ailleurs alerté sur la gravité de la situation en juin 2018, dénonçant de « multiples actes de violence en direction des personnes homosexuelles », « des violences homophobes intrafamiliales répandues » et « culturellement admises ».

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, info, mariage homosexuel

Le président de la Conférence des évêques appelle les citoyens à manifester contre la PMA pour toutes

Le président de la Conférence des évêques de France Eric de Moulins-Beaufort a estimé ce lundi que les citoyens, catholiques ou non, « inquiets » du projet de loi bioéthique, avaient « le devoir » de manifester le 6 octobre, journée de mobilisation contre ce texte.
« Personnellement, je ne vois pas comment nous pourrions empêcher des citoyens, catholiques ou non, inquiets de ce projet de loi, de manifester s’ils pensent que c’est un moyen utile pour se faire entendre », a-t-il déclaré à la presse, à l’issue d’une conférence sur le projet de loi organisée par la CEF au Collège des Bernardins à Paris.
« J’aurais tendance même à dire qu’ils ont le devoir de le faire », a-t-il ajouté. « J’approuve le fait que des citoyens français manifestent qu’ils sont inquiets de ce que le projet de loi prévoit », a-t-il encore dit, en précisant toutefois que « nous l’Eglise n’organisons pas la manifestation ». « Ce n’est pas notre manière d’agir », a ajouté l’archevêque de Reims qui ne sera pas à la manifestation le 6 octobre.
Une vingtaine d’associations dont La Manif pour Tous ont appelé à défiler contre le projet de loi qui prévoit notamment l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules. Adopté en commission, ce texte sera examiné dans l’hémicycle par les députés à partir du 24 septembre.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, mariage homosexuel, religion

Monténégro : rejet d’une loi sur l’union civile pour les homosexuels

Les militants pour les droits des personnes LGBT protestent après le rejet par le Parlement monténégrin d’une loi autorisant l’union civile des couples homosexuels.
Seuls 38 des 81 députés de l’Assemblée nationale (46%) ont voté en faveur de ce projet de loi.
Le texte avait été proposé par le gouvernement mais n’était pas soutenu par les représentants des minorités ethniques membres de la coalition au pouvoir. Les élus de l’opposition ont boycotté le vote.
Le projet de loi devait accorder des droits aux couples homosexuels contractant une union civile similaires à ceux des couples hétérosexuels mariés, à l’exception de l’adoption des enfants. Le gouvernement comptait sur cette exclusion pour obtenir un soutien plus large de la loi par une société civile monténégrine qui reste conservatrice sur le sujet.
Le Défenseur des droits, entité publique chargée de la protection des droits de l’homme, s’est dit « surpris » par le vote du Parlement. Ce vote « retarde l’adoption de la loi » mais aussi « la prise de conscience de la société et de l’Etat sur la nécessité de droits égaux pour les membres de la communauté LGBT », a-t-il déclaré dans un communiqué.
Le gouvernement a annoncé qu’il soumettrait de nouveau au vote le même projet de loi en octobre. « Malgré des progrès importants, nous faisons toujours l’objet de violences et de discriminations », a affirmé Danijel Kalezic.
47% des Monténégrins pensent aujourd’hui que les droits des membres de la communauté LGBT ne sont pas respectés, selon un récent sondage de l’ONG Centre de l’éducation civique. 45% des Monténégrins se declarent contre les démonstrations d’affection des membres de la communauté LGBT dans l’espace public, d’après le même sondage.

Poster un commentaire

Classé dans internationnal, mariage homosexuel

le Parlement de Taïwan légalise le mariage gay

Le Parlement taïwanais a légalisé le mariage entre personnes de même sexe. Il s’agit d’une première en Asie, deux ans après une décision historique en ce sens de la plus haute juridiction de l’île.
Les députés taïwanais ont largement voté une loi permettant aux couples homosexuels de former « des unions permanentes exclusives » ainsi qu’une clause qui leur permet de demander une inscription par l’administration au « registre des mariages ».
Partisans et adversaires du mariage pour tous se sont mobilisés à l’extérieur du Parlement à Taipei dans alors que le débat législatif qui s’annonçait très long et conflictuel. En mai 2017, la Cour constitutionnelle de Taïwan avait rendu un arrêt historique, jugeant anticonstitutionnel le fait de priver les personnes de même sexe du droit de se marier.
La Cour avait alors donné jusqu’au 24 mai 2019 au gouvernement pour modifier la loi, en précisant que le mariage pour tous deviendrait une réalité si rien n’était fait, ce qui serait historique à l’échelle du continent asiatique.

1 commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel

Agnès Cerighelli provoque la colère sur tweeter aprés ses propos homophobes

Le tweet signé Agnès Cerighelli, conseillère municipale à Saint-Germain-en-Laye et adhérente LREM, a provoqué la polémique hier.
On peut y voir le cliché de la dernière publicité pour la marque de préservatifs Manix avec le message:
« En France, dans la rue, dans le métro, à la vue des enfants, à la vue de la jeunesse, des entreprises font, en toute légalité, la promotion de la sodomie et de l’homosexualité #SodomeEtGomorrhe #LGBTQI »
Très vite, les propos de l’élue ont déclenché des réactions sous son tweet.
Face aux nombreux messages reçus, Agnès Cerighelli s’est exprimée sur son compte Twitter:
« Depuis que je dénonce avec témérité le lobby #LGBT, son communautarisme, son prosélytisme au sein des ministères, du Parlement, des écoles… je reçois chaque jour des centaines d’insultes sur #Twitter. Tant pis. La défense de l’éthique exige courage, audace et détermination », lâche-t-elle.
Selon le maire de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), Agnes Cerighelli est un infatigable relais de la Manif pour tous, le mouvement anti-mariage pour tous, dans sa commune.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, homophobie, info, mariage homosexuel

40.000 mariages homosexuels ont été célébrés en quatre ans et demi

Quelque 40.000 couples homosexuels ont célébré leur union en France entre mi-2013, et fin 2017, a annoncé ce mardi l’Insee, qui souligne par ailleurs le nombre historiquement bas de l’ensemble des unions.
En 2017, 7244 mariages ont uni deux personnes de même sexe, précise l’institut public de la statistique. Ce nombre est légèrement supérieur (+1,8%) à celui enregistré en 2016, mais largement inférieur (-31%) au nombre d’unions d’homosexuels et lesbiennes célébrées en 2014, première année de pleine application de la loi Taubira.
En tout, en quatre ans et demi, quelque 40 000 couples de même sexe (21 000 entre hommes, 19 000 entre femmes) se sont dit « oui » devant le maire.
Si le nombre total de mariages a très légèrement augmenté (+0,5%, soit 233 915) de 2016 à 2017, il reste « historiquement faible », relève l’Insee, qui rappelle qu’un plus-bas historique depuis 1946 a été atteint en 2016.
Selon l’institut statistique, cette évolution s’explique « par un changement des comportements, les couples se marient moins souvent qu’avant », mais aussi « par la baisse, depuis une dizaine d’années, du nombre d’habitants de 20 à 59 ans, âges de 94% des mariés ».
Par ailleurs, l’écart d’âge entre conjoints est plus élevé au sein des couples homosexuels qu’hétérosexuels (6,1 ans contre 4,3 ans), relève l’Insee.
Concernant les couples de sexe différent, l’homme est plus âgé que son épouse dans deux tiers des cas, et la femme plus âgée dans un quart des mariages, relève l’Insee.

Poster un commentaire

Classé dans info, mariage homosexuel

Taiwan : en route vers le mariage homosexuels

Taïwan a dévoilé jeudi sur son projet de loi pour ouvrir le mariage aux couples homos, un texte qui leur donnerait des droits limités à l’adoption pour contrer l’hostilité des conservateurs.
Le projet de loi, qui selon le site d’informations taïwanais Up Media, s’intitule «Interprétation et application de la loi no 748 de la Cour», a été créé à la suite d’ une décision de justice de 2017 ordonnant au Parlement de légaliser l’égalité des mariages.
En 2017, la Cour constitutionnelle a en effet rendu un arrêt historique en faveur de l’ouverture du mariage aux couples de personnes du même sexe, jugeant anticonstitutionnel le fait de priver les gays et lesbiennes du droit de se marier.
Si aucune loi n’est adoptée d’ici le 24 mai de cette année, les couples de même sexe à Taiwan deviendront les premiers en Asie à être légalement autorisé à se marier. Le Parlement devrait se prononcer sur le projet de loi en mai, avant la date limite.
La nouvelle loi répondrait aux exigences de la Cour tout en respectant les résultats du référendum de novembre dernier ce qui a fait craindre des mesures discriminatoires par les associations LGBT locales. Autrement dit, le texte ne modifierait pas le code civil, qui définit actuellement le mariage comme l’union d’une femme et d’un homme, mais permettrait à «deux personnes du même sexe de nouer une union permanente de nature intime et exclusive dans le but affirmé de mener une vie commune». Néanmoins, il «donner[ait] la même protection et liberté de mariage» que les hétérosexuels. Les couples homosexuels seront autorisés à adopter l’enfant biologique du partenaire, les deux partenaires seront responsables financièrement de l’autre et bénéficieront de droits à l’héritage.

Poster un commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel

Irlande : Une entreprise condamnée à verser 2 500 euros à un homosexuel pour son refus d’imprimer des invitations à la cérémonie de partenariat civil

Une entreprise de conception et d’impression a été condamnée à verser 2 500 euros à un homosexuel pour son refus d’imprimer des invitations à la cérémonie de partenariat civil de cet homme avec son partenaire de longue date.
Cela fait suite à une décision historique de la Commission des relations de travail (WRC) qui a établi que l’entreprise Beulah Print and Design a fait preuve de discrimination à l’encontre de Jonathon Brennan (33 ans) en raison de son orientation sexuelle lorsque celle ci a refusé d’imprimer les invitations.
Le juge Orla Jones a ordonné à la société  de verser la somme de 2 500 euros à Brennan pour la discrimination visée à l’article 3 de la loi sur l’égalité de statut.
Dans l’affaire, Brennan a contacté Beulah Print and Design en mars 2015 pour l’impression des invitations à la cérémonie du partenariat civil avec son partenaire, John Kierans (39 ans).
Cependant, Brennan a déclaré lors de l’audience au WRC qu’il était « choqué et gêné » lorsque Beulah a refusé de prendre l’affaire, car il avait fait affaire avec Beulah pendant quatre ans avant mars 2015 pour son salon de coiffure et n’avait jamais eu de problème avec eux.
Brennan a déclaré à l’audience que le copropriétaire de Beulah lui avait dit qu’il ne pouvait pas imprimer les invitations, car lui et son partenaire commercial étaient des chrétiens croyant en la Bible, ne croyaient pas en l’homosexualité et ne soutenaient pas le mariage homosexuel.
Brennan a déclaré que Beulah lui avait dit qu’ils refuseraient de la même toute demande pour imprimer des photos d’une femme nue en raison de leurs croyances religieuses.
Brennan a dit à Beulah qu’ils avaient été heureux de prendre son argent pour d’autres commandes, mais pas lorsqu’il s’agissait d’invitations pour son partenariat civil.
Brennan a déposé sa plainte pour discrimination le 29 avril 2015 et lors de l’audience devant la WRC, le copropriétaire de Beulah a expliqué qu’il avait déjà refusé d’imprimer d’autres formes d’imprimerie lorsqu’il s’était opposé à son contenu en raison de ses convictions religieuses.
Le copropriétaire de Beulah a déclaré que le 4 mars 2015, il pensait que Brennan comprenait et acceptait ce qu’il avait dit et qu’il était ensuite allé lui serrer la main, mais Brennan ne lui avait pas rendu la pareille.
Beulah a déclaré à la WRC que le refus de ce service n’était pas dû à l’orientation sexuelle de Brennan, qui lui avait déjà fourni des services d’impression pour son entreprise de coiffure et ne s’opposait pas à lui fournir un service d’impression, mais s’opposait à fournir un service d’impression en ce qui concerne de quelque chose qui était contraire à leurs croyances.
Beulah a déclaré qu’il s’agissait de l’objet de la demande et non de la personne qui avait demandé le service.
union Beulah a déclaré que par le passé, elle refusait d’imprimer des affiches pour un événement de strip-teaseur dans un pub et refusait également d’imprimer des éléments pornographiques, ces demandes étant contraires à leurs convictions religieuses.
Beulah a déclaré qu’ils auraient refusé la même demande si celle-ci avait été faite par une personne d’orientation sexuelle différente et que l’entreprise compte de nombreux clients homosexuels
Dans ses conclusions, Jones a déclaré que Beulah avait confirmé à l’audience que son service d’invitation au mariage était accessible aux couples hétérosexuels. Il était donc clair que Brennan aurait pu utiliser ce service s’il avait été un homme hétérosexuel.
Le Juge Jones a constaté que Beulah avait refusé un service à Brennan qui était librement disponible pour les couples hétérosexuels.
Elle a dit qu’il était clair que quelles que soient les raisons pour lesquelles Beulah avait refusé de fournir à Brennan le service d’invitation de mariage, Brennan aurait pu accéder à ce service sans le fait qu’il soit un homme gay.
Elle a conclu: «Je suis donc convaincue qu’en refusant de fournir le service au plaignant, l’intimé a fait preuve de discrimination à son égard en raison de son orientation sexuelle. »
Dans une déclaration sur les résultats de la WRC, Beulah déclare qu’ils ont rejeté les conclusions de la WRC : «Nous avons simplement agi conformément à la lumière de notre propre conscience en tant que disciples du Christ».
La société a déclaré ne pas avoir refusé le service de Brennan «en raison de son identité ou de la manière dont il a choisi de vivre. En effet, nous étions heureux de le servir par le passé et continuerions volontiers à le servir à l’avenir».
«Nous sommes absolument clairs, et avons maintenu dès le départ, que nous ne discriminions pas notre client en refusant de concevoir et d’imprimer une invitation à un mariage de même sexe.»
«Au fil des ans, nous avons refusé de nombreux emplois uniquement parce qu’ils étaient clairement opposés à notre foi chrétienne.» a ajouté le représentant de la société.
«Nous ne sommes pas contre les personnes qui choisissent de pratiquer l’homosexualité, mais en tant que chrétiens convaincus de la Bible, nous ne pouvons pas, en toute conscience, imprimer des invitations pour des unions de même sexe.
«Si l’État dicte ce qu’une personne peut croire ou ne pas croire et exige la conformité en matière de choix moraux personnels, nous empruntons le chemin de l’intolérance vers le totalitarisme». ont ils conclu

Poster un commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel, religion

Japon: La ville de Chiba reconnaît légalement les couples de même sexe

La ville japonaise de Chiba a officiellement reconnu les couples de même sexe.
Chiba, qui abrite un million de personnes, a délivré des certificats à quatre couples de même sexe mardi 29 janvier, selon le journal japonais The Mainichi.
Les documents permettront aux couples d’accéder à de nombreux droits réservés jusqu’alors aux personnes mariées, tels que demander un logement social en tant que couple et rendre visite à un proche à l’hôpital.
Plus d’une douzaine de villes et de municipalités se sont mobilisées pour légaliser les unions homosexuelles au Japon, où le mariage homosexuel n’est toujours pas légal.
Pour pouvoir prétendre à un certificat, les couples doivent avoir au moins 20 ans, ne pas être mariés et habiter à Chiba ou projeter de s’installer dans la ville, à l’est de Tokyo.
Chiba est la dernière grande ville du pays à reconnaître les couples homosexuels, après que Fukuoka ait institué la reconnaissance légale l’année dernière . Fukuoka, avec une population de 1,5 million d’habitants, était la deuxième plus grande ville du Japon à reconnaître les couples de même sexe, après que Sapporo reconnaisse légalement les couples de même sexe en 2017. Sapporo reconnaît également les relations qui impliquent au moins une personne non binaire.
Au moins onze couples de même sexe vont intenter un procès au gouvernement japonais le mois prochain dans le but de légaliser le mariage de même sexe. La poursuite conjointe sera déposée devant quatre tribunaux de district à Nagoya, Osaka, Sapporo et Tokyo. Elle affirmera que l’incapacité des couples japonais du même sexe à se marier dans le pays viole leur droit constitutionnel à l’égalité et à la liberté du mariage. Les avocats des plaignants ont déclaré que cette action en justice était la première au Japon à demander la reconnaissance des mariages de même sexe.

Poster un commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel

Hong Kong : deux hommes contestent l’absence de loi sur le mariage gay

Deux hommes habitant Hong Kong ont contesté juridiquement la décision de la ville de ne pas autoriser les mariages entre personnes du même sexe.
Lors d’une audience qui s’est tenue jeudi 3 janvier, il a été révélé qu’un étudiant de 21 ans et un militant de 31 ans avaient présenté deux contestations juridiques distinctes, faisant valoir que la Haute Court n’avait pas le droit d’interdire aux couples de même sexe de se marier.
Ils ont tous deux fait valoir que le fait de ne pas être autorisés à se marier violait leur droit à l’égalité en vertu de la Charte des droits et de la mini-constitution de la ville .
L’avocat Hectar Pun Hei SC, qui représente les deux requérants, a déclaré que l’ordonnance sur le mariage et l’ordonnance sur les affaires matrimoniales étaient «incompatibles» avec les lois sur les droits de l’homme, car elles ne reconnaissaient que le mariage entre un homme et une femme.
L’avocat affirme que le tribunal devrait réinterpréter la définition du mariage en tant qu ‘«union volontaire pour la vie de deux personnes».
Bien que d’autres contestations judiciaires relatives aux visas de conjoint et à l’absence de partenariats civils aient été soumises à la Haute Cour, il s’agissait de la première fois ou la question centrale était de savoir si les couples de même sexe devaient être autorisés à se marier.
À l’heure actuelle, les mariages entre personnes de même sexe sont toujours illégaux et la ville ne reconnaît pas les mariages entre personnes de même sexe.

Poster un commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel