Archives de Catégorie: mariage homosexuel

Australie : l’église catholique licenciera tous ceux qui épouseraient des partenaires de même sexe

Les églises catholiques australiennes menacent de licencier des personnes qui épouseraient des partenaires de même sexe, si le mariage homosexuel est légalisé
Cet avertissement s’adresse aux infirmières et aux enseignants et aux autres employés de
L’archevêque de Melbourne Denis Hart a mis en garde les 180 000 employés de l’église et a rappelé les enseignements de l’église :Le mariage est l’union d’un homme et une femme.
«Je serais très insistant pour que nos écoles, nos paroisses existent pour enseigner une vision catholique du mariage. Tous les mots ou actions qui s’opposent à cela seraient très sérieusement considérés.» a t’il déclaré
«Nos enseignants, nos employés de la paroisse doivent absolument défendre la foi catholique et ce que nous croyons du mariage.» a t’il insisté
Les dirigeants de l’Église catholique australienne appuient également les commentaires de l’archevêque Hart.
L’archevêque Timothy Costelloe a déclaré: «En acceptant un rôle dans une école catholique, le personnel reconnaîtra leur responsabilité de se conduire de manière à ne pas saper l’éthique fondamentale de l’école».
Cela inclut l’adhésion à la position de l’église sur le mariage traditionnel. Il croit également que l’Église catholique devrait être en mesure de faire respecter cette situation sur ses employés.
Le bilan de Denis Hart sur les droits de l’homme
Sur les affaires de pédophilie dans l’église, l’archevêque de Melbourne Denis Hart, estime que la confession est une partie fondamentale de la liberté religieuse.
Interrogé pour savoir si des prêtres doivent aller en prison plutôt que de rompre le sceau de la confession, il a répondu: « J’ai dit que je le ferais ».
« Je pense qu’il s’agit d’une communication sacro-sainte émanant d’un ordre supérieur que les prêtres doivent respecter par nature. Jamais ils ne feraient quelque chose qui blesse des enfants, mais ils sont tenus par le secret de la confession », a-t-il dit.
L’archevêque Hart est soutenu par d’autres dirigeants de l’Eglise catholique australienne.

Irlande du Nord : selon la justice, le mariage homosexuel n’est pas un droit

Sollicité par un homme résidant en Irlande du Nord, qui avait contracté un mariage homosexuel à Londres en 2014, et qui estimait que la non-reconnaissance de son union en Irlande du Nord était une discrimination, le président de la Haute-Cour de Belfast, Sir Declan Morgan, a jugé le 17 août que le mariage des personnes de même sexe est une question politique, et ne relevant pas de la Convention européenne des droits de l’homme.
Se basant sur la décision Chapin et Charpentier c. France de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), rendue en juin 2016, Sir Declan Morgan a conclu que les droits du plaignant « n’avaient pas été violés ». En effet, « la Cour de Strasbourg a statué que le mariage de même sexe n’est pas un droit relevant de la Convention », explique-t-il dans sa décision. « Les gouvernements et les Parlements sont libres de le légaliser, mais ils ne sont pas obligés de le faire », précise le juge de Belfast.
Le 9 juin 2016, la CEDH, chargée de veiller au respect de la Convention européenne des droits de l’homme, avait rappelé que ce texte ne comportait pas de droit au mariage homosexuel, tant au titre du droit au respect de la vie privée et familiale (art.8) qu’à celui de se marier et de fonder une famille (art. 12). La décision des juges de Strasbourg répondait à l’affaire e des « mariés de Bègles », le couple uni par Noël Mamère en 2004, qui avaient vu leur mariage annulé par la justice française, une annulation confirmée par la CEDH.
Elle rappelait que la question est « régie par les lois nationales des Etats contractants », et que « les Etats demeurent libres de n’ouvrir le mariage qu’aux couples hétérosexuels ».
Sir Declan Morgan a précisé dans sa décision que la Commission des droits de l’homme de la province avait estimé en 2012 que « la restriction du mariage aux couples de sexe opposé ne viole aucun droit international, tant des traités internationales que de la jurisprudence de la CEDH et du Comité des droits de l’homme des Nations-Unies ».
L’Angleterre et le Pays de Galles ont légalisé le mariage homosexuel en 2013, l’Écosse en 2014
En Irlande du Nord seul existe le « partenariat civil », union civile instituée dans tout le Royaume-Uni pour les couples de même sexe, en 2004.

Australie : La Haute cour saisie par le Centre de défense des intérêts du public

La Haute cour d’Australie a été saisie par le Centre de défense des intérêts du public, une association de défense des droits de l’homme, afin de bloquer le projet du gouvernement d’organiser un vote postal sur la question du mariage homosexuel.
Appuyés par l’opposition, les militants associatifs craignent qu’un vote basé sur le volontariat mène à une mobilisation accrue des opposants à la réforme de la Constitution et au désintérêt du reste de la population.
Le premier ministre conservateur Malcom Turnbull, personnellement favorable au mariage homosexuel et qui en a fait une promesse de campagne, avait proposé d’organiser un « plébiscite » (un référendum obligatoire mais aux résultats non contraignants).
Selon le dernier rapport HILDA, une très nette majorité de la population se dit favorable à l’égalité « des droits entre couples homosexuels et hétérosexuels en matière de mariage et de parenté ». Les opposants se retrouvent essentiellement dans les Églises catholiques et anglicanes, ainsi qu’une partie des aborigènes australiens.

Australie : Action en justice contre un vote postal sur le mariage homosexuel

Les défenseurs du mariage homosexuel ont saisi ce jeudi la plus haute cour de justice australienne pour empêcher le projet du gouvernement d’organiser un vote postal sur le sujet.
Le gouvernement conservateur a annoncé mercredi l’organisation prochaine d’un vote postal, dans lequel les électeurs seront appelés à exprimer leur opinion sur la base du volontariat.
Le Premier ministre Malcolm Turnbull, personnellement favorable au mariage gay, voulait organiser un « plébiscite »  mais l’opposition a fait échouer cette proposition au Sénat.
Les Verts, les travaillistes et les indépendants militent pour un vote parlementaire libre, dans lequel les élus ne seraient pas tenus par la ligne du parti, une procédure plus simple, moins coûteuse pour le contribuable et qui ne déboucherait pas selon eux sur des débats clivants.
Environ 122 millions de dollars australiens (81 millions d’euros) doivent être débloqués pour le vote postal en vertu duquel l’ensemble des 15 millions seront invités à se prononcer avant le 7 novembre.
En cas de victoire du « oui », un vote libre sera organisé au Parlement. Si le « non » l’emporte, rien ne se passera.
L’ancien juge de la Haute cour Michael Kirby, fervent partisan du mariage gay, a annoncé au groupe de médias Australian broadcasting corporation qu’il boycotterait le vote postal, qualifié « d’irrégulier et de non scientifique ».

Australie : le Premier ministre veut un vote postal sur le mariage homosexuel

Malcolm Turnbull, le Premier ministre australien a annoncé mardi un vote postal sur le mariage homosexuel en cas de nouveau rejet par le Sénat de son projet d’élection populaire consultative sur le sujet.
Le sénat australien a , en novembre dernier refusé un « plébiscite » sur le mariage gay.
En Australie, un « plébiscite », également appelé « référendum consultatif », peut être organisé auprès des 15 millions d’électeurs, sur des questions d’intérêt national sans conséquence pour la Constitution, afin de connaître l’opinion des électeurs. Le vote n’est pas contraignant.
L’opposition travailliste, les Verts et les indépendants lui préfèrent un vote parlementaire libre, où les parlementaires ne seraient pas tenus par la ligne du parti, afin d’éviter un débat clivant.
En campagne électorale, le gouvernement du Premier ministre Malcolm Turnbull avait promis un « plébiscite » et entend renvoyer rapidement le dossier devant le Sénat. Le projet devrait être rejeté à nouveau, les conservateurs du Parti libéral de Malcolm Turnbull n’ayant pas la majorité à la chambre haute.
Si cela se produit, a déclaré Malcolm Turnbull, le gouvernement organisera un vote postal en vertu duquel tous les électeurs recevront du matériel de vote. Ils devront se prononcer avant le 7 novembre sur la base du volontariat alors que le vote est obligatoire en Australie pour les élections comme pour les plébiscites. Environ 122 millions de dollars australiens (81 millions d’euros) seront débloqués pour cette opération.
Le mariage gay fait débat depuis 10 ans en Australie. En cas de victoire du « oui », le gouvernement présentera à la chambre basse un projet de loi pour légaliser le mariage entre personnes du même sexe. Si le « non » l’emporte, rien ne se passera.
Les couples du même sexe peuvent nouer des contrats d’union civile et faire reconnaître leur relation dans la plupart des Etats australiens, mais ces unions ne sont pas reconnues au niveau fédéral.

Irlande du Nord : le mariage homosexuel pour bientôt ?

Pour le Premier ministre irlandais Leo Varadkar,« l’opposition conservatrice en Irlande du Nord ne pourra plus contenir longtemps les aspirations du peuple à un mariage pour tous».
Le Premier ministre a estimé samedi que la légalisation du mariage homosexuel en Irlande du Nord, où il est toujours interdit contrairement au reste du Royaume-Uni, n’était plus qu’une « question de temps ». « Bien entendu, c’est une décision qui appartient au Parlement nord-irlandais, mais je crois que, comme d’autres pays en Europe de l’Ouest, ils finiront pas prendre cette décision », a-t-il déclaré à Belfast lors d’un petit déjeuner organisé dans le cadre de la « Gay Pride » de la ville.
Les mariages gays sont possibles depuis 2014 au Royaume-Uni, sauf en Irlande du Nord, notamment en raison de l’opposition du parti ultra-conservateur unioniste DUP.
En novembre 2015, quelques jours après l’entrée en vigueur d’une loi sur le mariage homosexuel en Irlande, le parlement régional d’Irlande du Nord avait voté en faveur de ces unions, mais la motion, présentée par le parti républicain Sinn Fein et les nationalistes du SDLP, n’avait pu être appliquée en raison d’un veto du DUP.

Australie : l’opinion publique se dit majoritairement favorable au mariage homosexuel

Dans un récent sondage du Melbourne Institute, organe dépendant de l’Université de Melbourne, l’opinion publique australienne se dit majoritairement favorable au mariage homosexuel, alors que le parlement australien avait rejeté l’idée, en novembre dernier, d’un référendum populaire sur le mariage homosexuel d’un référendum sur le sujet .
Le premier ministre a promis de relancer le projet aux prochaines élections législatives, en 2019
Les unions civiles sont reconnues seulement à l’échelle de certains Etats, et non au niveau fédéral.
Depuis 2006, l’Université de Melbourne envoie un questionnaire annuel traitant des thèmes de la famille, du revenu et du dynamisme du travail.
Les questions ne changent pas, et s’adressent chaque année aux mêmes 17000 Australiens. De cette façon, l’institut peut retracer l’évolution de la population sur ces thématiques.

Haïti: le sénat interdit le mariage homosexuel

Le sénat haïtien a voté une proposition de loi qui interdit le mariage aux couples homosexuel ainsi que toute promotion de l’homosexualité à travers le pays
Le texte voté mardi soir précise que « les auteurs, co-auteurs et complices » d’un mariage homosexuel risquent une peine de trois ans de prison ferme et une amende de 500.000 gourdes (un peu plus de 6.700 euros).  »
Un des articles bannit de l’espace public « toutes manifestations publiques d’appui à l’homosexualité et de prosélytisme en faveur de tels actes ».
Tous les sénateurs sont opposés au mariage homosexuel donc ceci n’a fait que refléter les engagements pris par les sénateurs au moment de leurs campagnes » a expliqué mercredi à Youri Latortue, président du Sénat.
C’est cette formulation, juridiquement ambiguë, qui suscite le plus d’inquiétude auprès des homosexuels haïtiens. « On considère ça comme un attentat contre la communauté LGBT dans ce pays malheureusement » se désole Charlot Jeudy, président de l’association Kouraj, qui défend les droits des personnes homosexuels et trans.
Que cette nouvelle loi ait à préciser que seule la police et la justice peuvent intervenir en cas d’infraction révèle la menace qui pèse sur les gays et lesbiennes en Haïti.
Les deux associations pro-LGBT, qui sont actuellement encore officiellement reconnues par l’État, enregistrent déjà quotidiennement des cas d’insultes, de menaces et de violences.
Validé par le Sénat, le texte doit désormais être débattu par les députés. Si aucune date n’a encore été arrêtée à l’agenda législatif, l’approbation de cette nouvelle loi par la chambre basse ne laisse aucun doute.

Israel : un député homosexuel suspendu d’une commission favorable au boycott de l’adoption gay

Amir Ohana, député et activiste pour les droits des homosexuels, a été temporairement suspendu du Comité des Affaires étrangères et de la Défense après avoir ignoré les votes cruciaux d’un comité de la Knesset, et selon le souhait du chef de la coalition David Bitan, membre du parti Likud.
Le premier législateur ouvertement gay du Likoud a été suspendu, voulait protester ainsi contre l’opposition déclarée du gouvernement un peu plus tôt cette semaine au souhait de couples homosexuels d’adopter des enfants en Israël, en privilégiant les personnes hétérosexuelles.
Ohana avait annoncé il y a une semaine qu’il ne voterait pas avec la coalition gouvernementale, jusqu’à ce que la recommandation s’opposant à l’adoption par les couples homosexuels soit modifiée.
« Je déclare que tant que la décision ne sera pas modifiée fondamentalement, et tant que la question de l’adoption ne sera pas pesée au cas par cas et de manière égalitaire, afin de ne pas discriminer catégoriquement les parents LGBT, je ne voterai pas avec la coalition », a-t-il écrit sur Facebook.
Ohana et son partenaire, Alon Hadad ont un fils et une fille ensemble, nés d’une mère porteuse en 2015.
La politique qui s’oppose à l’adoption par les couples homosexuels a été révélée lors d’une réponse formelle de l’État faite le 16 juillet à une pétition déposée auprès de la Haute Cour de justice par l’Association des Pères Gay et le Mouvement réformiste israélien, contre le ministère des Affaires sociales et le procureur général.
La Haute Cour de justice a donné au gouvernement deux mois pour reconsidérer sa position, après que le ministre des Affaires sociales, Haim Katz, a déclaré que la réponse de l’État était mal formulée. Il a demandé à la Cour de prolonger le réexamen de la question, en affirmant vouloir recueillir plus d’opinions professionnelles.
Environ 100 enfants sont adoptés chaque année en Israël. Plus de la moitié des enfants viennent de l’étranger.
Depuis 2008, les célibataires et les couples dit d’union libre sont légalement en mesure d’adopter dans le pays. 550 couples ont présenté des pétitions pour pouvoir adopter, a rapporté Haaretz. Alors que seulement trois couples de même sexe ont réussi, plus de 1 000 couples hétérosexuels auraient adopté durant la même période.

Allemagne : La loi sur le mariage homosexuel entrera en vigueur à l’automne

Le président de l’Allemagne, Frank-Walter Steinmeier, a signé la loi légalisant le mariage homosexuel, ouvrant la voie à son entrée en vigueur au cours de l’automne.
Les législateurs ont approuvé le projet de loi le 30 juin, lors de la dernière session parlementaire avant l’élection prévue en septembre dans le pays.
Ce dénouement est devenu possible après que la chancelière Angela Merkel eut déclaré qu’elle permettrait aux parlementaires de voter selon leur conscience.
Le bureau de la présidence a déclaré vendredi que le président Steinmeier avait signé la pièce législative jeudi.
La loi entrera en vigueur le 1er octobre au plus tôt.
L’Allemagne permettait aux couples de même sexe d’être liés par des partenariats civils depuis 2001 mais ils ne bénéficiaient pas de droits matrimoniaux complets, étant privés de la possibilité d’adopter conjointement des enfants.