Archives de Catégorie: mariage homosexuel

Suisse : Les Eglises protestantes pour le mariage pour tous

La Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) préconise l’ouverture du mariage aux couples de même sexe sur le plan civil. Ce «oui» au mariage pour tous a été décidé mardi à Berne lors de l’Assemblée des délégués de l’organisation des églises réformées.
La majorité des délégués a suivi la recommandation du Conseil (exécutif) de la FEPS par 45 voix pour, 10 contre et 4 abstentions. Sabine Brändlin, membre du Conseil, a souligné qu’il ne s’agissait pas d’une décision d’introduire le mariage religieux pour les homosexuels. Elle a rappelé que cette compétence appartenait aux Eglises cantonales. La Fédération recommande aussi aux Eglises membres de reprendre un éventuel futur élargissement de la notion civile de mariage aux couples de même sexe comme condition pour la célébration d’un mariage religieux.
La Fédération recommande aux Eglises membres d’assumer le nouveau concept possible de droit civil du mariage pour le mariage religieux. Elle propose parallèlement d’ancrer dans les règlements ecclésiastiques une disposition garantissant la liberté de conscience des pasteures et des pasteurs pour ce qui est de célébrer un mariage religieux pour un couple de même sexe.
Les délégués ont en revanche refusé d’inscrire les mariages des couples de même sexe dans le registre des mariages et d’adopter une pratique liturgique qui ne se distingue en rien de celle des couples hétérosexuels. Une majorité a jugé cette recommandation du Conseil superflue. Au vote final, le document sur le «Mariage pour tous» a été adopté par 49 voix contre 11. Les débats ont été animés.
La Commission juridique du Conseil national s’est prononcée fin août en faveur du «mariage pour tous», initiative parlementaire des Vert’libéraux. Actuellement, le mariage n’est ouvert qu’aux couples hétérosexuels. Le Conseil national devrait discuter du projet de loi au cours de la session du printemps 2020.

Poster un commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel

Irlande du Nord : Les premiers mariages de personnes de même sexe pour la Saint-Valentin 2020

L’avortement a été libéralisé et le mariage homosexuel légalisé mardi en Irlande du Nord sur décision du Parlement de Westminster à Londres, où sont gérées les affaires courantes de la province britannique en raison de la paralysie de l’exécutif local.
Les premiers mariages de personnes de même sexe devraient « au plus tard » avoir lieu « la semaine de la Saint-Valentin 2020 », a annoncé le secrétaire d’Etat chargé de l’Irlande du Nord
Contrairement au reste du Royaume-Uni, où il est autorisé depuis 1967, l’avortement était jusqu’ici illégal en Irlande du Nord, sauf si la grossesse menaçait la vie de la mère.
Le mariage entre personnes de même sexe, autorisé partout ailleurs dans le pays, y restait également interdit.
Dépourvue d’exécutif depuis janvier 2017 à la suite d’un scandale politico-financier, la province britannique d’Irlande du Nord a ses institutions politiques actuellement à l’arrêt. Profitant de cette paralysie politique locale, les députés de Westminster ont voté des amendements en juillet pour étendre le droit à l’avortement et au mariage entre personnes du même sexe en Irlande du Nord si aucun gouvernement local n’était formé d’ici ce lundi.
Ces changements sont entrés en vigueur à minuit à Belfast (23H00 GMT). Les premiers mariages de personnes de même sexe devraient « au plus tard » avoir lieu « la semaine de la Saint-Valentin 2020 », selon le secrétaire d’Etat chargé de l’Irlande du Nord, Julian Smith. « NOUS Y SOMMES, le jour où nous disons au revoir à des lois sur l’avortement oppressives qui ont contrôlé nos corps et nous ont refusé le droit d’avoir le choix », s’est félicité Grainne Teggart, chargé de campagne pour l’ONG Amnesty en Irlande du Nord, sur Twitter.
Pour s’y opposer, des députés nord-irlandais sont revenus siéger lundi en début d’après-midi afin de débattre de la loi, une action surtout symbolique. Car concrètement, sans le soutien de plusieurs partis, un Premier ministre et un vice-Premier ministre ne peuvent pas être élus, et la loi adoptée à Londres n’a donc pu être bloquée lundi.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, mariage homosexuel

Un médecin lorrain refuse un certificat médical à un couple homosexuel qui veut adopter un enfant

Steven et Nathan Da Fonseca désirent veulent adopter un enfant. Sauf qu’ils se sont vus refuser par un médecin agréé par le département de la Moselle un certificat médical pour la constitution de leur dossier, comme le relate Le Républicain Lorrain.
Ce couple d’hommes qui réside à Metz, en Moselle, en couple depuis plus de 7 ans et marié depuis un an
Contacté par le quotidien régional, le médecin estime être dans son droit et affirme que la demande du couple heurte ses convictions spirituelles. Ce dernier, s’estimant victime de discrimination, a saisi l’association LGBT Couleurs Gaies, basée à Metz. « La réaction de ce médecin nous inquiète, indique à 20 Minutes l’association. C’est bien beau d’acquérir des droits, encore faut-il que les procédures garantissent une réelle égalité pour tous les couples ».
Couleurs Gaies demande au Département de Moselle de faire la lumière sur ces faits. « Ce médecin étant inscrit sur la liste établie par ses soins et d’autres candidat(e) s à une adoption étant susceptibles de devoir le solliciter », précise l’association. Sollicité par 20 Minutes, le conseil départemental indique étudier les suites à donner à cette affaire. Dans l’immédiat, le président du département de la Moselle, Patrick Weiten, en déplacement, n’était pas joignable.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, homophobie, info, mariage homosexuel

USA: Les droits des employés gays et trangenres devant la Cour suprême

La Cour suprême des Etats-Unis étudie mardi une question qui, dans un contexte très politisé, divise profondément la société américaine et les tribunaux: Un employeur a-t-il le droit de licencier un salarié parce qu’il est homosexuel ou transgenre?
Le gouvernement de Donald Trump a en effet apporté son soutien aux employeurs. L’administration républicaine, arrivée au pouvoir avec le soutien de la droite évangélique, plaide pour une lecture étroite de la loi fédérale de 1964 qui interdit, entre autres, les discriminations « sur la base du sexe ».
« Le sexe ici fait référence au fait d’être né homme ou femme, pas à l’orientation sexuelle, ni l’identité de genre », a récemment estimé Noel Francisco, qui défend la position du gouvernement devant la Cour suprême. Pour lui, il revient au Congrès de faire évoluer la loi, pas à la justice.
Pourtant, selon leurs défenseurs, les droits des minorités sexuelles ont surtout avancé ces dernières années grâce aux tribunaux, dont la Cour suprême qui, en 2015, a légalisé le mariage homosexuel aux Etats-Unis.
« Cette fois, les enjeux sont plus importants parce que nous parlons de la possibilité de gagner sa vie », estime Ria Tabacco Mar de la puissante association de défense des droits civiques ACLU.
Seuls 22 Etats interdisent de discriminer les minorités sexuelles dans la sphère professionnelle. Ailleurs, il revient à la Cour suprême de sortir « les LGBT de leur statut de second rang », poursuit l’avocate militante.
Mardi matin, une centaine de personnes étaient rassemblées devant la Cour suprême pour une manifestation de soutien aux plaignants, à laquelle devait participer l’actrice transgenre Laverne Cox.
La haute cour doit d’abord entendre les dossiers de Donald Zarda et de Gerald Lynn Bostock.
Le premier, un moniteur de parachutisme de New York, a été licencié après avoir plaisanté sur son homosexualité pour rassurer une cliente sanglée à lui. Il est décédé depuis, mais ses proches poursuivent son combat judiciaire.
Le second, un travailleur social de Georgie, a été remercié peu après avoir rejoint une équipe sportive gay.
Le premier licenciement a été annulé en justice, le second validé, et cette différence d’interprétation justifie l’intervention de la Cour suprême.
Puis les neuf magistrats doivent se pencher, pour la première fois en débat public, sur le dossier d’une personne transgenre.
Née de sexe masculin, Aimee Stephens a travaillé pendant six ans dans un funérarium de Detroit (nord) avant d’annoncer à son employeur vouloir vivre son identité de femme. Deux semaines plus tard, son patron lui annonçait que « ça ne pourrait pas marcher ».
Celui-ci, Thomas Rost, affirme défendre ses valeurs chrétiennes et la nécessité de ne pas perturber ses clients dans leur deuil.
Les employeurs ont d’ailleurs reçu de nombreux appuis, notamment des milieux religieux qui soutiennent des « croyants ordinaires dont les opinions sur le mariage et la sexualité ne sont pas en phase avec la culture actuelle ».
Les salariés peuvent eux compter sur le soutien de nombreuses associations, d’élus démocrates ainsi qu’environ 200 grandes entreprises dont Apple, General Motors et Walt Disney.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, mariage homosexuel, politique

La manif pour tous annonce ses manifestions anti-PMA pour toutes

Un message publié par La manif pour tous au lendemain de sa manifestion anti-PMA pour toutes annonce plusieurs dates pour de prochaines mobilisations.
La Manif Pour Tous
« Nous vous invitons à réserver sur votre agenda les dimanches suivants: 1er décembre, 19 janvier, 8 mars, 17 mai et 14 juin », détaille un tweet.
Or ces dates choisies par les organisateurs correspondent à des rendez-vous bien connus des organisations LGBT ou féministes.
Le 1er décembre est la Journée mondiale contre le sida, le 8 Mars la Journée international des droits des femmes et le 17 Mai la Journée mondile contre l’homophobie.
Il ne peut s’agir d’un quelconque hasard comme l’ont relevé plusieurs élus, comme le député Matthieu Orphelin, ou différentes organisations LGBT qui dénoncent une forme de provocation.
« Ignorance, provocation ou mépris? », s’interroge Florence Thune, directrice générale du Sidaction. « Toujours plus haut toujours plus loin dans la honte absolue! », estime Act Up Sud-Ouest. Urgence Homophobie s’insurge contre « un choix délibérément crasse et indigne ».

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, homophobie, info, mariage homosexuel, politique

les couples de même sexe vivent principalement dans les grandes villes

L’Insee révèle ce jeudi une étude démographique sur les personnes vivant en couple avec un conjoint de même sexe.
Six ans après le mariage pour tous, l’Insee constate que les couples homosexuels sont de plus en plus nombreux en France. En 2011, seuls 0,6% des couples cohabitants étaient de même sexe. En 2018, ce taux est désormais de 0,9%. Selon l’Insee, cette évolution ne traduit cependant pas forcément un plus grand nombre de couples homosexuels:
« Cette augmentation reflète sans doute pour l’essentiel une évolution des modes de vie, liée à la reconnaissance sociale et juridique croissante des couples de même sexe. Les personnes en couple de même sexe hésitent vraisemblablement moins qu’en 2011 à déclarer vivre en couple. »
Les unions entre hommes sont toujours plus nombreuses (56% des couples de même sexe). Cependant, le nombre de couples de femmes augmente plus rapidement, indique l’Insee, laissant envisager un retour à l’équilibre dans quelques années.
La répartition de ces couples est loin d’être uniforme sur le territoire. Plus les villes sont grandes, plus on y trouve des couples cohabitants de même sexe.
Dans les villes de plus de 200.000 habitants par exemple, il y a proportionnellement trois fois plus de couples du même sexe que dans les communes de moins de 5000 habitants.
Selon l’étude de l’Insee, « cette concentration dans les territoires les plus peuplés s’accompagne d’une prise de distance par rapport au lieu de naissance »:
« 7 couple de même sexe sur 10 résident en dehors de leur département de naissance, contre 6 sur 10 pour les personnes en couple de sexe différent. Cet éloignement pourrait faciliter la mise en œuvre d’un mode de vie caractérisé par une orientation sexuelle minoritaire », note l’étude.
Toutes les grandes villes n’ont cependant pas la même proportion de couples du même sexe: Paris concentre ainsi à elle seule 15% des couples d’hommes en France, bien plus que n’importe quelle ville française.
En outre-mer, comme le rappelle cet article de La Première, « la haine anti-LGBT est plus virulente que dans l’Hexagone ». Trois députés avaient d’ailleurs alerté sur la gravité de la situation en juin 2018, dénonçant de « multiples actes de violence en direction des personnes homosexuelles », « des violences homophobes intrafamiliales répandues » et « culturellement admises ».

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, info, mariage homosexuel

Le président de la Conférence des évêques appelle les citoyens à manifester contre la PMA pour toutes

Le président de la Conférence des évêques de France Eric de Moulins-Beaufort a estimé ce lundi que les citoyens, catholiques ou non, « inquiets » du projet de loi bioéthique, avaient « le devoir » de manifester le 6 octobre, journée de mobilisation contre ce texte.
« Personnellement, je ne vois pas comment nous pourrions empêcher des citoyens, catholiques ou non, inquiets de ce projet de loi, de manifester s’ils pensent que c’est un moyen utile pour se faire entendre », a-t-il déclaré à la presse, à l’issue d’une conférence sur le projet de loi organisée par la CEF au Collège des Bernardins à Paris.
« J’aurais tendance même à dire qu’ils ont le devoir de le faire », a-t-il ajouté. « J’approuve le fait que des citoyens français manifestent qu’ils sont inquiets de ce que le projet de loi prévoit », a-t-il encore dit, en précisant toutefois que « nous l’Eglise n’organisons pas la manifestation ». « Ce n’est pas notre manière d’agir », a ajouté l’archevêque de Reims qui ne sera pas à la manifestation le 6 octobre.
Une vingtaine d’associations dont La Manif pour Tous ont appelé à défiler contre le projet de loi qui prévoit notamment l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules. Adopté en commission, ce texte sera examiné dans l’hémicycle par les députés à partir du 24 septembre.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, mariage homosexuel, religion

Monténégro : rejet d’une loi sur l’union civile pour les homosexuels

Les militants pour les droits des personnes LGBT protestent après le rejet par le Parlement monténégrin d’une loi autorisant l’union civile des couples homosexuels.
Seuls 38 des 81 députés de l’Assemblée nationale (46%) ont voté en faveur de ce projet de loi.
Le texte avait été proposé par le gouvernement mais n’était pas soutenu par les représentants des minorités ethniques membres de la coalition au pouvoir. Les élus de l’opposition ont boycotté le vote.
Le projet de loi devait accorder des droits aux couples homosexuels contractant une union civile similaires à ceux des couples hétérosexuels mariés, à l’exception de l’adoption des enfants. Le gouvernement comptait sur cette exclusion pour obtenir un soutien plus large de la loi par une société civile monténégrine qui reste conservatrice sur le sujet.
Le Défenseur des droits, entité publique chargée de la protection des droits de l’homme, s’est dit « surpris » par le vote du Parlement. Ce vote « retarde l’adoption de la loi » mais aussi « la prise de conscience de la société et de l’Etat sur la nécessité de droits égaux pour les membres de la communauté LGBT », a-t-il déclaré dans un communiqué.
Le gouvernement a annoncé qu’il soumettrait de nouveau au vote le même projet de loi en octobre. « Malgré des progrès importants, nous faisons toujours l’objet de violences et de discriminations », a affirmé Danijel Kalezic.
47% des Monténégrins pensent aujourd’hui que les droits des membres de la communauté LGBT ne sont pas respectés, selon un récent sondage de l’ONG Centre de l’éducation civique. 45% des Monténégrins se declarent contre les démonstrations d’affection des membres de la communauté LGBT dans l’espace public, d’après le même sondage.

Poster un commentaire

Classé dans internationnal, mariage homosexuel

le Parlement de Taïwan légalise le mariage gay

Le Parlement taïwanais a légalisé le mariage entre personnes de même sexe. Il s’agit d’une première en Asie, deux ans après une décision historique en ce sens de la plus haute juridiction de l’île.
Les députés taïwanais ont largement voté une loi permettant aux couples homosexuels de former « des unions permanentes exclusives » ainsi qu’une clause qui leur permet de demander une inscription par l’administration au « registre des mariages ».
Partisans et adversaires du mariage pour tous se sont mobilisés à l’extérieur du Parlement à Taipei dans alors que le débat législatif qui s’annonçait très long et conflictuel. En mai 2017, la Cour constitutionnelle de Taïwan avait rendu un arrêt historique, jugeant anticonstitutionnel le fait de priver les personnes de même sexe du droit de se marier.
La Cour avait alors donné jusqu’au 24 mai 2019 au gouvernement pour modifier la loi, en précisant que le mariage pour tous deviendrait une réalité si rien n’était fait, ce qui serait historique à l’échelle du continent asiatique.

1 commentaire

Classé dans info, internationnal, mariage homosexuel

Agnès Cerighelli provoque la colère sur tweeter aprés ses propos homophobes

Le tweet signé Agnès Cerighelli, conseillère municipale à Saint-Germain-en-Laye et adhérente LREM, a provoqué la polémique hier.
On peut y voir le cliché de la dernière publicité pour la marque de préservatifs Manix avec le message:
« En France, dans la rue, dans le métro, à la vue des enfants, à la vue de la jeunesse, des entreprises font, en toute légalité, la promotion de la sodomie et de l’homosexualité #SodomeEtGomorrhe #LGBTQI »
Très vite, les propos de l’élue ont déclenché des réactions sous son tweet.
Face aux nombreux messages reçus, Agnès Cerighelli s’est exprimée sur son compte Twitter:
« Depuis que je dénonce avec témérité le lobby #LGBT, son communautarisme, son prosélytisme au sein des ministères, du Parlement, des écoles… je reçois chaque jour des centaines d’insultes sur #Twitter. Tant pis. La défense de l’éthique exige courage, audace et détermination », lâche-t-elle.
Selon le maire de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), Agnes Cerighelli est un infatigable relais de la Manif pour tous, le mouvement anti-mariage pour tous, dans sa commune.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, homophobie, info, mariage homosexuel