Le Premier ministre luxembourgeois a publié un message pour son 3eme anniversaire de mariage

Le Premier ministre luxembourgeois qui fête son troisième anniversaire de mariage et, pour l’occasion, il a décidé de lancer un message qui parle de lui-même.
« Dans plus de 70 pays, je ne pourrais pas pas célébrer mon troisième anniversaire de mariage aujourd’hui. Je serais en prison ou pire… » a tweeté Xavier Bettel.
L’homme politique y a ajouté un hastag « EqualRights » et fait manifestement référence à la légalisation du mariage gay dans certains pays mais pas dans d’autres.

Inde : Quatre hommes accusés du meurtre d’un homosexuel séropositif acquittés

Quatre hommes accusés d’avoir conspiré pour assassiner un homme en raison de sa séropositivité ont vu leurs accusations de meurtre abandonnées.
La victime connue a été retrouvée assassinée dans sa maison de Thangasseri dans le sud de l’Inde en 2012. Sa gorge avait été tranché et ses biens volés.
Quatre hommes ont été accusés de ce meurtre, y compris l’ancien amant d’Anil, Hyder Farook, âgé de 26 ans.
Le tribunal a entendu les hommes qui ont prétendument conspiré pour tuer le jeune homme après avoir dit à Farook qu’il vivait avec le VIH.
Les procureurs prévoient de faire appel de la décision du tribunal de Kollam de rejeter les accusations de meurtre.
« Le tribunal comptait sur des preuves circonstancielles et un test d’ADN pour étayer les accusations car il n’y avait pas de témoins dans cette affaire », a déclaré le procureur à Deccan Chronicle.
Farook a cependant été condamné à deux ans de prison pour avoir volé plusieurs objets dans l’appartement de sa victime. Il a été reconnu coupable d’avoir volé la caméra, l’ordinateur portable, le téléphone portable et d’autres objets de valeur d’Anil.
Etre homosexuelen Inde est un crime, mais la Cour suprême de l’Inde est appelée à se prononcer sur la légalité de la loi en Juillet

Israel Folau publie une vidéo anti-gay et avertit: « Jésus revient bientôt »

Le joueur de rugby australien Israel Folau a posté une vidéo sur son compte tweeter, ce qui prouve qu’il ne regrette pas ses commentaires du mois dernier sur les homosexuels.
Au début du mois d’avril, le joueur de rugby Israel Folau, a été très critiqué après avoir déclaré que les homosexuels étaient destinés «à brulé en enfer» sur son compte Instagram personnel.
Quand un utilisateur Instagram a demandé quel était le plan de Dieu pour les homosexuels, l’arrière a répondu: «L’ENFER… A moins qu’ils ne se repentent de leurs pêchés et qu’ils se tournent vers Dieu.»
Malgré des critiques généralisées, il a refusé de reculer, affirmant qu’il suivait simplement ses convictions chrétiennes sincères. Il a même continué à se comparer à des prophètes qui avaient été persécutés dans le passé pour leurs croyances.
La Rugby Australia et la NSW Rugby ont rapidement pris leurs distances par rapport aux commentaires. Comme ce fut le cas de Qantas, la principale compagnie aérienne australienne, qui sponsorise les Wallabies .
Cependant, Folau n’a fait face à aucune mesure disciplinaire pour les commentaires. En fait, Ralene Castle, la directrice générale de la Fédération australienne de rugby à XV, a déclaré aux médias après avoir rencontré Folau: «Nous sommes fiers du fait qu’il est un croyant fort et qu’il est prêt à défendre ses convictions».
Hier, Folau a posté une vidéo de 11 minutes sur son Twitter avec le message suivant.
«Avec beaucoup d’amour, je voulais partager cette vidéo dans l’espoir que les gens la regardent et y réfléchissent. Jésus revient bientôt et il veut que nous nous tournions vers lui par la repentance et le baptême au nom de Jésus-Christ (Actes 2:38), ne durcissez pas votre cœur, s’il vous plaît».
La vidéo comporte un sermon par le prédicateur évangélique David Wilkerson, dans lequel il implore les gens à « se tourner vers Dieu ».
Il dit que nous vivons à une époque de ‘perversions sexuelles au-delà de toute description’, en montrant des images de manifestants chrétiens chahutés lors d’une marche de fierté.

Kenya : un film présenté à Cannées interdit pour « promotion du lesbianisme »

Le film Rafiki a été interdit en raison « de son thème homosexuel et de son but évident de promouvoir le lesbianisme au Kenya, ce qui est illégal et heurte la culture et les valeurs morales du peuple kenyan », justifie dans un communiqué la commission kenyane de censure.
Le patron de la commission, Ezekiel Mutua, qui se présente comme « un fervent croisé de la morale » a déjà interdit d’autres films, publicités et même dessins animés, souvent au prétexte qu’ils promeuvent l’homosexualité.
Rafiki,  ami en kiswahili, langue nationale au Kenya, adapté d’un roman de l’Ougandaise Monica Arac Nyeko, raconte l’histoire d’un coup de foudre entre deux jeunes femmes appartenant à des camps politiques opposés.
« Je suis vraiment désolée d’annoncer que notre film Rafiki a été interdit au Kenya », a déclaré la cinéaste kenyane, Wanuri Kahiu.
Nous pensons que les adultes kenyans sont assez matures et clairvoyants […] mais leurs droits ont été niés.
Rafiki est programmé dans la sélection Un certain regard au festival de Cannes en mai 2018.
Toujours sous le coup des lois datant du colonialisme britannique, l’homosexualité reste illégale au Kenya.
Dans un entretien télévisé la semaine dernière, le président Uhuru Kenyatta avait déclaré que l’homosexualité allait à l’encontre de la culture et de la société kenyanes, estimant que les droits des gays « n’ont pas grande importance pour le peuple et la république du Kenya ».

Thaïlande: le gouvernement présente une loi sur le partenariat civil pour les couples de même sexe

La Thaïlande prépare une loi ouvrant le droit au partenariat civil pour les couples homosexuels, ce qui pourrait, à terme, aller vers la légalisation du mariage homosexuel.
Selon The Nation, le texte devrait être présenté le 4 mai par le ministère de la Justice et pourrait être adopté d’ici la fin du mandat du gouvernement actuel, en février 2019 .
Depuis 2015, la loi relative à l’égalité des sexes protège tous les individus des discriminations en Thaïlande, mais les couples de même sexe n’ont toujours pas les mêmes droits que les hétérosexuels.
Si cette loi est adoptée, la Thailande deviendrait le deuxième pays en Asie à donner des droits conjugaux aux LGBT, après Taïwan, où la restriction du mariage aux hétérosexuels a été jugées inconstitutionnelle l’an dernier.

Turquie : Pour Amnesty, les défenseurs des droits LGBT sont poussés vers la clandestinité

Amnesty International accuse dans un rapport publié jeudi les autorités turques d’avoir imposé un « climat de peur glaçant » après le putsch manqué de 2016, en s’en prenant notamment aux défenseurs des droits de l’homme. Et en particulier aux militants LGBTI.
L’état d’urgence a été instauré en juillet 2016, quelques jours après une tentative de putsch menée par des militaires factieux, et a été sans cesse renouvelé depuis. Dans ce cadre, des purges sans précédent ont été menées, au cours desquelles plus de 50.000 personnes ont été arrêtées, et plus de 140.000 limogées ou suspendues.
Outre les putschistes présumés, ces purges ont été étendues aux milieux prokurdes et d’opposition, visant des juges, des enseignants ou des journalistes. « Les autorités turques ont entrepris, de manière délibérée et méthodique, de démanteler la société civile, d’enfermer les défenseurs des droits humains, de fermer des organisations et de créer un climat de peur étouffant », selon Gauri van Gulik, directrice du programme Europe d’Amnesty International, citée dans un communiqué.
D’après Amnesty, plus de 1.300 associations et 180 médias ont également été fermés. « La répression soutenue et croissante entrave le travail essentiel des défenseurs des droits humains en Turquie et plonge une grande partie de la société dans un état de peur constante », affirme Amnesty dans son communiqué.
Pour Amnesty, le travail des défenseurs des droits de l’homme a « été piétiné » par les mesures prises sous l’état d’urgence.
Le rapport se penche notamment sur la situation des organisations de défense des droits de la communauté LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexes), dont les défenseurs sont « poussés vers la clandestinité » selon Amnesty.
Plusieurs rassemblements LGBTI ont été interdits ces derniers mois en Turquie, le gouvernorat d’Ankara ayant même annoncé en novembre l’interdiction « jusqu’à nouvel ordre » de tous les événements culturels organisés par la communauté LGBTI.
source : http://reloaded.e-llico.com/

Australie : aucune sanction à l’encontre d’Israel Folau après ses propos homophobes

Israel Folau, un joueur de l’équipe nationale australienne de rugby, les Wallabies, a été très critiqué après avoir déclaré que les homosexuels étaient destinés «à brulé en enfer» sur son compte Instagram personnel.
Quand un utilisateur Instagram a demandé quel était le plan de Dieu pour les homosexuels, l’arrière a répondu: «L’ENFER… A moins qu’ils ne se repentent de leurs pêchés et qu’ils se tournent vers Dieu.»
Le joueur, qui s’était auparavant prononcé contre les droits du mariage pour les couples homosexuels, a refusé à plusieurs reprises de s’excuser pour ces propos, insistant sur le fait qu’il avait le droit d’exprimer ses croyances religieuses et suggérant qu’il était « persécuté » .
La Rugby Australia a confirmé qu’aucune action ne sera prise contre le joueur.
Dans une courte déclaration, la fédération  a déclaré: « Rugby Australia ne sanctionnera pas Israël Folau pour son commentaire posté sur une plate-forme de médias sociaux le 4 avril. »
Faisant référence à un long article écrit par Folau, Raelene Castle, Directrice Générale de Rugby Australia, a déclaré: «Israël a clairement exprimé ses croyances religieuses et pourquoi sa foi est importante pour lui et a fourni un contexte derrière son commentaire sur les médias sociaux.
Dans ses propres mots, Israël a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de contrarier les gens intentionnellement ou de porter préjudice au jeu. Nous acceptons la position d’Israël.
Rugby Australia profitera de cette expérience pour rappeler à tous les employés leur obligation d’utiliser les médias sociaux de manière respectueuse.»
Le joueur de rugby, qui a joué 62 fois pour l’Australie, nie détester les homosexuels
«Depuis que mes messages sur les médias sociaux ont été publiés, on m’a suggéré que je suis homophobe et fanatique et que j’ai un problème avec les homosexuels. Cela ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité.»

Chine : Des contenus gays censurés par Weibo

Weibo, la plate-forme chinoise de blogs, a annoncé qu’elle allait supprimer des contenus sur l’homosexualité.
Weibo a entamé une «campagne de nettoyage» des contenus «illégaux», visant notamment «les mangas et vidéos avec des implications pornographiques, promouvant la violence, ou (liés à) l’homosexualité», qu’il s’agisse «d’amours entre hommes ou d’histoires gay fictionnelles», selon un communiqué vendredi.
Il s’agit du dernier signe en date d’une vague de répression lancée par le Parti communiste au pouvoir afin d’expurger l’internet de tout contenu déviant des «valeurs centrales du socialisme», tout en étouffant les critiques des normes sociales et politiques établies.
Cette campagne, qui durera trois mois, s’attaquera également aux «jeux vidéo violents, de type ‘Grand Theft Auto’», a précisé Weibo sur le compte officiel de ses «administrateurs». La populaire plate-forme, qui revendique 400 millions d’utilisateurs mensuels actifs, a affirmé qu’elle appliquait la nouvelle loi chinoise sur la cybersécurité.
Weibo a indiqué vendredi avoir déjà, dans le cadre de l’opération, supprimé quelque 56240 éléments.
L’annonce suscitait samedi sur la plate-forme un flot de réactions stupéfaites, outrées ou furieuses d’internautes chinois. Les protestataires se sont choisi pour cri de ralliement le mot-dièse «#Je suis gay» (#WoshiTongxinglian).
Celui-ci avait été utilisé à la mi-journée par quelque 170000 usagers de Weibo.ombre des messages protestataires étaient censurés.
Les autorités chinoises encadrent étroitement le web local pour en expurger tout contenu jugé sensible, comme les critiques politiques ou la pornographie. Elles imposent aux sites internet d’avoir leurs propres censeurs.

Bob Dylan chante pour honorer la communauté LGBTQ

Bob Dylan performs during the Firefly Music Festival in Dover, Delaware, U.S. June 17, 2017. Picture taken June 17, 2017. REUTERS/Mark Makela

https://open.spotify.com/embed/album/1Roqqh9z76dk77g98fiR2E

Le prix Nobel de Littérature Bob Dylan fait un retour sur le devant de la scène en participant à un EP de reprises un peu particulier.
L’album «Universal Love», qui contient six chansons, a été lancé en format numérique jeudi. On y retrouve également les voix de Benjamin Gibbard du groupe alternatif Death Cab for Cutie, de l’auteure-compositrice-interprète Valerie June, ainsi que de Kele Okereke du groupe Bloc Party.
Bob Dylan transforme ainsi «She’s Funny That Way» en «He’s Funny That Way». D’autres artistes avaient déjà changé le pronom de la chanson dans le passé, mais c’était des femmes, notamment Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Liza Minnelli, Etta James et Diana Ross.
Kesha, qui appuie depuis longtemps les droits de la communauté LGBTQ, conclut l’album avec «I Need a Woman to Love Me», reprise de «I Need a Man to Love Me» de Janis Joplin.
Benjamin Gibbard a réenregistré le succès des Beatles «And I Love Her» pour créer «And I Love Him».
«Universal Love», disponible sur des plateformes numériques telles que Spotify et Apple Music, a été produit par MGM Resorts et est distribué par le biais de Legacy Recordings, une division de Sony Music.
«Nous croyons que des projets comme celui-ci nous aideront à arriver à un point où regarder le monde à travers la lentille de gens différents de nous sera naturel et chose commune», a expliqué Phyllis James, de MGM Resorts.
La chanteuse St. Vincent a repris «Then He Kissed Me» de The Crystals, transformée en «Then She Kissed Me» sur l’album. Kele Okereke chante «My Guy» plutôt que «My Girl» des Temptations, tandis que Valerie June reprend le classique des années 1930 «Mad About the Boy» et chante «Mad About the Girl».

USA : la WWE s’engagent contre l’homophobie

LA WWE par l’intermédiaire d’une de ses stars les plus populaires, Finn Balor , le célèbre catcheur irlandais, s’engage pour la cause LGBTQ.
Dans le cadre d’une action menée avec l’association américaine GLAAD qui milite pour le droit homosexuel et son acceptation, la WWE a sorti un t-shirt aux couleurs du drapeau multicolore, avec un message puissant : « Balor Club « For Everyone » – Balor Club « Pour Tous » – .
Ce t-shirt vendu sur le WWEShop.com, verra 20% du prix de son achat reversé à l’association.
L’acceptation et la visibilité de la cause homosexuelle dans la principale compagnie de catch dans le monde sont souvent critiqués pour une trop peu et juste représentation de la communauté.
Il y a quelques jours, le lutteur Kenny Omega se plaignait des messages à caractère homophobe « généralement des fans de la WWE ».
Il semble important de noter que l’homosexualité dans le catch est un sujet extrêmement tabou. Il est donc important de saluer les hommes et les femmes qui se sont ouvertement affichés pour faire avancer les moeurs dans notre société.