Archives de Catégorie: info

Égypte : un présentateur télé condamné à un an de prison pour avoir interviewé un gay

Un présentateur d’une émission télévisée a été condamné à un an de prison ferme par un tribunal égyptien pour avoir interviewé un homosexuel en 2018, a indiqué dimanche une source judiciaire.
Ce présentateur, Mohamed al-Gheiti, qui s’était plusieurs fois dit opposé à l’homosexualité, a été reconnu coupable de promouvoir cette orientation sexuelle ainsi que d’outrage à la religion. Le présentateur a également été condamné à une mise sous surveillance d’un an, et d’une amende de 3.000 livres égyptiennes (130 euros), a indiqué Samir Sabri, l’avocat de la partie plaignante.
Mohamed al-Gheiti peut faire appel du verdict, et dans le cas échéant rester en liberté en attendant son nouveau verdit, à condition de payer une caution de 1.000 livres égyptiennes (50 euros), selon Samir Sabri, sans indiquer si Mohamed al-Gheiti avait pris une décision en ce sens. En août 2018, le présentateur avait invité un homme gay dans son émission télévisée sur la chaîne privée LTC TV et avait débattu avec lui sur le thème de l’homosexualité à l’antenne. Durant l’interview, l’invité, dont le visage était flouté pour rester anonyme, avait confié être un travailleur du sexe et avait parlé de sa relation avec un autre homme.
Après la diffusion de cet entretien, le Conseil suprême de régulation des médias, un organisme d’État, avait suspendu la chaîne durant deux semaines pour « violations professionnelles ». Selon un communiqué du Conseil, LTC TV n’avait pas respecté l’interdiction du conseil concernant « la présence d’homosexuels ou la promotion de leurs slogans » à la télévision. Le conseil avait instauré cette interdiction après qu’un drapeau arc-en-ciel – symbole de la communauté LGBT – avait été brandi lors d’un concert au Caire en 2017.
À l’époque, les autorités avaient lancé une large campagne de répression contre les personnes suspectées d’être homosexuelles, s’attirant les critiques des groupes de défense des droits de l’Homme. Le code pénal égyptien ne prohibe pas explicitement l’homosexualité, mais les tribunaux utilisent les incriminations de « débauche » ou de « prostitution » pour condamner les homosexuels.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

USA: des chrétiens scandalisés par la une d’un magasine montrant un couple gay et leurs enfants

Parents est un magazine mensuel à grand tirage américain. Il dispose d’informations scientifiques sur le développement des enfants afin d’aider les parents à les élever.
Le magasine a publié une photo de sa dernière couverture sur Twitter le 4 janvier, mettant en « une » un couple de même sexe pour la première fois depuis sa création en 1926.
Il montre le coach de remise en forme Shaun T et son mari Scott Blokker avec leurs jumeaux.
Le magazine publie également un lien vers un article sur «l’histoire incroyable de la mère porteuse».
Un groupe de chrétiens fondamentalistes a crier au scandale après la découverte de la couverture du magazine.
One Million Moms, créée par l’American Family Association, a publié un communiqué de presse condamnant « parents » pour avoir encouragé un «style de vie pro-homosexuel».
«Les mères et les pères voient de plus en plus d’exemples similaires d’enfants endoctrinés pour percevoir les couples de même sexe comme normaux, en particulier dans les médias», lit-on dans le communiqué de presse de One Million Moms.
«Parents est la dernière entreprise de presse écrite à avoir abandonné ce qu’elle fait de mieux pour imposer au public américain un style de vie que la communauté médicale identifie comme malsain».
«Plutôt que de se concentrer sur les astuces parentales, la publication amène les Américains à adopter un tel style de vie.»

1 commentaire

Classé dans info

Autriche: un policier homosexuel remporte un combat pour la justice

L’Autriche doit indemniser un ancien policier qui a été licencié en 1976 pour indécence sexuelle avec des mineurs et qui a perdu 25% de sa pension de police, a statué la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE).
Il a commis l’infraction avec deux garçons âgés de 14 et 15 ans. L’âge du consentement était de 18 ans pour les hommes homosexuels à l’époque et a  été condamné à une peine de prison avec sursis de trois mois.
La CJCE n’a pas contesté cette peine, mais a déclaré que la pension perdue lui était due depuis décembre 2003.
C’était à l’époque où l’Autriche avait mis en œuvre une directive anti-discrimination de l’UE. Les juges luxembourgeois ont déclaré qu’il était erroné de maintenir la déduction de la pension de 25% au-delà de cette date.
La police de Vienne méprisait ouvertement les homosexuels en 1976, selon le groupe de défense des droits des LGBT autrichiens RK Lambda.
Le comité de discipline de la police avait évoqué les « tendances déviantes » du policier. Il a été condamné en vertu d’un ancien paragraphe du code pénal autrichien qui a été supprimé en 2002.
Il a maintenant 77 ans et a soutenu que la déduction des retraites maintenue était discriminatoire, en contradiction avec la loi mise à jour de l’Autriche. C’était l’objet de la présente affaire, et non la condamnation pour indécence .
L’affaire du policier avait été jugée par des tribunaux autrichiens pendant des années avant d’être renvoyée en 2009 à la CJCE, la plus haute juridiction de l’Union européenne. Après ce combat juridique de plusieurs décennies, il a finalement eu gain de cause devant la CJCE mardi.
Selon l’ancienne loi, l’âge du consentement était fixé à 18 ans pour les hommes homosexuels, mais à 14 ans pour les lesbiennes et les hétérosexuels.
En 2002, conformément à la politique antidiscrimination de l’UE, l’Autriche a fixé à 14 ans l’âge du consentement pour tous, bien que les travailleurs de l’industrie du sexe doivent être âgés de 18 ans ou plus.
L’Autriche a également modifié le code disciplinaire des fonctionnaires, de sorte que « le sexe dans votre vie privée ne peut aujourd’hui faire l’objet de sanctions disciplinaires », a déclaré M. Graupner.
La peine de prison suspendue de trois mois d’EB en 1976 comprenait une ordonnance de jeûne d’un jour par mois. Il avait servi dans la police pendant 13 ans avant d’être renvoyé.

Poster un commentaire

Classé dans info

Nouveau dérapage de la députée LREM Agnès Thill opposée à la PMA pour toutes

La députée LREM Agnès Thill, opposée à l’extension de la PMA, a estimé jeudi que « l’absence de genre dans le mot parent favorise l’éclosion d’écoles coraniques », des propos condamnés par des élus de son groupe.
L’élue de l’Oise, mise en garde à plusieurs reprise par LREM pour certaines de ses prises de positions publiques, a jugé que le rapport de la mission de l’Assemblée nationale sur la bioéthique franchissait une « ligne rouge » dans certaines de ses recommandations.
Dans une lettre adressée à ses collègues du groupe majoritaire, elle estime notamment qu’accepter dans la future révision de la loi le « parent d’intention » – le parent n’ayant pas de lien biologique avec l’enfant – « permet la multiplication des parents » et que le mot parent « n’a alors plus aucun sens ».
« Il en découle politiquement, que cette absence de genre dans le mot parent favorise l’éclosion d’écoles coraniques et le départ de nos élèves vers celles-ci », écrit l’ancienne directrice d’école.
« Nos amis musulmans, que nous savons opposés à cet éloignement progressif des concepts de père-mère, homme-femme (…) ne vont point dans la rue, ni dans les urnes, pour exprimer leur conception. Mais ils vivent en créant un monde parallèle dans la République, où les choses sont comme ils veulent (…) Il n’y a pas, chez nos amis musulmans, de parent 1 et de parent 2 », ajoute Agnès Thill, qui cite dans sa lettre parmi les experts à s’être prononcés sur l’extension de la PMA, « juristes », « scientifiques », « associations » mais aussi « francs-maçons »…
Plus sur http://reloaded.e-llico.com/

Poster un commentaire

Classé dans info

L’Etat de New York vote deux lois protégeant les LGBT

L’État de New York a approuvé deux projets de loi importants favorables aux droits des personnes LGBT mardi 15 janvier.
Il a adopté des projets de loi interdisant la thérapie de conversion pour les gays et a ajouté l’identité de genre à sa législation anti-discrimination.
Les projets de loi avaient déjà été adoptés par l’Assemblée de New York, mais avaient déjà fait l’objet d’une opposition du Sénat. Désormais, les démocrates contrôlent le Sénat et l’Assemblée de New York.
Le sénateur démocrate Brad Hoylman, qui a parrainé les deux projets de loi, a déclaré que l’interdiction des prétendues « thérapies de guérison » de l’homosexualité empêcherait les professionnels de santé de tenter de faire changer d’orientation sexuelle des patients de moins de 18 ans.
« Une soi-disant thérapie de conversion est une maltraitance envers un enfant – c’est clair et simple », a-t-il déclaré.
Avec cette nouvelle loi, New York rejoint le New Hampshire, la Californie, le Maryland et le Connecticut qui ont également interdits ces thérapies.
L’autre projet de loi concerne la non-discrimination fondée sur le genre.
Il interdit la discrimination fondée sur l’identité ou l’expression de genre et ajoute des protections pour les transgenres à la loi de l’État sur les crimes haineux.
L’organisation New York Transgender Advocacy Group (NYTAG) s’est félicitée de l’adoption de ce texte dont l’origine remonte à 17 ans et qui était également bloqué par le sénat de l’Etat.

Poster un commentaire

Classé dans info

USA : La femme de Mike Pence enseigne dans une école anti-LGBT

Karen Pence, l’épouse du vice-président américain Mike Pence, a rejoint ce 14 janvier en tant qu’enseignante d’arts plastiques une école chrétienne de Springfield en Virginie, dans laquelle les élèves « participant à des activités homosexuelles, ou les cautionnant », ne sont pas acceptés, ont révélé mardi 15 janvier les journalistes du HuffPost américain.
Dans une « convention » conclue en accord avec les parents d’élèves, et disponible en ligne, la « Immanuel Christian School » indique qu’elle se réserve le droit de « refuser ou interrompre l’inscription d’un candidat si (…) ses activités sont en désaccord avec le mode de vie biblique qu’enseigne l’école. Cela inclut (…) une conduite rebelle, clivante, et la participation, le soutien ou le cautionnement de l’immoralité sexuelle, l’activité homosexuelle ou bisexuelle, la promotion de telles pratiques, ou l’incapacité à soutenir les principes moraux de l’école ».
Le formulaire d’inscription pour les professeurs, datant de 2018, impose également aux candidats de s’engager à ne pas avoir d’activité homosexuelle ou violer les « rôles uniques de l’homme et de la femme ».
L’école, qui accueille des élèves de la maternelle à la quatrième, interdit par ailleurs aux employés de se livrer à des « activités hétérosexuelles hors mariage (par exemple le sexe avant le mariage, la cohabitation ou le sexe extraconjugal), des activités sexuelles homosexuelles ou lesbiennes, des actes polygames, à appartenir à l’identité transgenre, et de se livrer à toutes les autres violations de l’unique rôle de l’homme et de la femme, le harcèlement sexuel, l’utilisation ou la consultation de documents ou sites pornographiques ».
Selon le formulaire d’inscription pour les professeurs, l’école croit que « le mariage unit un homme et une femme » et qu’une « épouse a pour devoir de se soumettre à son époux comme l’Église se soumet au Christ ».

Poster un commentaire

Classé dans info

Une pétition contre Google qui propose une application sur les thérapies de conversion

Truth Wins Out, une organisation qui a pour but de lutter contre ce qu’il considère comme « un extrémisme religieux anti-gay », a lancer une pétition sur Change.org au début du mois de janvier pour demander au géant d’internet Google de retirer l’application Living Hope Ministries, accusée de faire la promotion des thérapies de conversion.
L’application, créée par le groupe chrétien américain Living Hope Ministries, compare l’homosexualité à une dépendance et conseille à ses utilisateurs de se tourner vers l’hétérosexualité à travers les prières et les thérapies de conversion .
Les personnes LGBT sont définies comme des « gars sexuellement cassé » et « malades », « sexuellement détruits » et vivant « sous de fausses identités ».
Apple, Amazon et Microsoft ont déjà retiré l’application en décembre face à la polémique
Selon les chiffres de Google, elle a déjà été téléchargée plus de 1.000 fois depuis son lancement en 2014.
signer la pétition https://www.change.org/

Poster un commentaire

Classé dans info

Mousse et Stop Homophobie vont déposer 213 plaintes contre X

Après huit mois de veille sur Internet, deux associations lancent jeudi une action en justice de grande ampleur pour poursuivre enfin ceux qui menacent et insultent les personnes LGBT sous couvert d’anonymat.
Soutenues par le réseau « avocats gay-friendly », les associations Mousse et Stop Homophobie vont déposer 213 plaintes contre X pour injure publique, provocation publique et incitation à la haine et à la violence en raison de l’orientation sexuelle.
Elles ont repéré, avec l’aide de nombreux internautes, des centaines de messages haineux à caractère homophobe sur les réseaux sociaux et plusieurs sites rattachés à l’extrême droite. Leur objectif est double : mettre un terme à l’impunité régnant en ligne, et obtenir de la justice que leurs auteurs soient condamnés.
Considérées comme des délits punis dans le code pénal par de fortes amendes, voire de la prison, les déclarations LGBTphobes sous couvert d’anonymat sont récurrentes sur la toile, et leurs auteurs rarement inquiétés. Comme l’a expliqué Me Etienne Deshoulières, avocat au barreau de Paris et coordinateur de cette action en justice : « Tout est parti du constat qu’aujourd’hui, on nous signale de très nombreux propos homophobes qu’on n’a pas le temps de poursuivre. Il était urgent de sensibiliser les procureurs à ce flot de haine même si on ne souhaite pas engorger les tribunaux ».
Sur les 213 plaintes déposées simultanément dans plusieurs juridictions par les deux associations, près d’une vingtaine concernent des menaces de mort en ligne. Selon SOS Homophobie, le nombre de messages à caractère homophobe postés en ligne serait en pleine recrudescence, en raison d’un manque de contrôle et de modération de Facebook ou Twitter, qui sont pourtant censés supprimer tout contenu délictueux dès qu’elles en ont connaissance. D’après Joël Deumier, président de l’association : « Internet est le premier théâtre d’expression de la haine LGBTphobe, et l’impunité nourrit et légitime l’homophobie ».
En mai dernier, SOS Homophobie relevait que 22 % des témoignages d’actes de haine envers les personnes LGBT+ concernaient des messages postés sur le net, tout en estimant que ces cas ne représentaient qu’une infime partie de ce types de manifestations en ligne. L’association réclame désormais que la plateforme Pharos, mise en place pour permettre aux internautes de signaler les contenus illicites à la police, publie annuellement le nombre de signalements traités concernant des faits similaires, et plaide pour une responsabilité pénale des plateformes numériques lorsque les messages haineux ne sont pas supprimés.
Prévu pour 2019, un projet de loi destiné à renforcer la lutte contre la haine en ligne envisagerait de contraindre plus sévèrement les réseaux sociaux à effacer ce type de contenus.

Poster un commentaire

Classé dans info

Canada : Un conseil scolaire catholique retire un livre avec des personnes LGBT des bibliothèques

Le Conseil scolaire catholique d’Ottawa a retiré discrètement un livre populaire des rayons des bibliothèques de ses écoles primaires après que des parents se soient plaints de son contenu LGBT.
Drama, une bande dessinée de Raina Telgemeier publiée en 2012, raconte l’histoire de deux garçons qui sont attirés l’un par l’autre et qui partagent un baiser sur la scène.
Le roman a été sélectionné par le rédacteur en chef du New York Times et a reçu le prix Stonewall Book Award en 2013 pour son traitement des questions relatives à la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transsexuelle (LGBT).
L’éditeur de livres pour enfants Scholastic Canada estime que Drama convient aux lecteurs âgés de 10 à 14 ans.
Cependant, selon l’American Library Association, c’est aussi l’un des livres les plus contestés dans les bibliothèques scolaires des États-Unis, et il a été interdit dans des districts scolaires entiers du Texas.

Poster un commentaire

Classé dans info

homophobie : David Valence, le maire de Saint-Dié-des-Vosges porte plainte

Dans un communiqué de presse publié ce mardi 14 janvier, le maire de Saint-Dié-des-Vosges, David Valence, a annoncé avoir porté plainte en septembre dernier après avoir été visé par une injure homophobe sur un site d’information 100 % numérique.
« Rien ne justifie qu’on injurie un élu en raison de sa vie privée »
Les injures publiques sont -hélas !- aussi anciennes que la démocratie. Pour autant, une tendance à leur banalisation s’observe depuis plusieurs années. Doutes et angoisses sourdent plus volontiers de notre inconscient national, emportant trop souvent le respect et la dignité.
C’est dans ce contexte que j’ai décidé de rendre publique ma plainte pour « injure publique à caractère homophobe ». Je l’ai déposée contre X, le 22 septembre 2018 au Commissariat de Saint-Dié-des-Vosges, non sans avoir longuement réfléchi.
Un commentaire ordurier sur la page « Facebook » d’un titre de presse électronique méritait-il que je réagisse autrement que par le mépris ? Je me le suis demandé, tout comme je me suis ensuite interrogé sur la nécessité ou pas de rendre publique cette plainte.
Pourquoi donc sortir du silence ? Parce qu’il est temps de dire « stop » sur cette pente du « toujours plus violent », en mots et en actes, où d’aucuns voudraient engager le débat public. Qu’on conteste telle ou telle décision, quoi de plus sain en République ? Mais rien ne justifie qu’on injurie un élu en raison de sa vie privée.
J’espère que l’identité de ce courageux anonyme pourra être levée grâce à l’enquête des services de police et à la coopération des entreprises de réseaux sociaux.
Il est temps en effet de rappeler que la liberté numérique de blâmer s’arrête là où commence la liberté des individus de conduire leur vie comme ils l’entendent, y compris quand ils ont l’honneur de servir leurs concitoyens en qualité d’élus.

Poster un commentaire

Classé dans info