Archives de Catégorie: homophobie

Israël: Hausse de 54 % des incidents homophobes en 2018

Dans un rapport remis dimanche au président d’Israël, l’association pour l’Egalité LGBTQ en Israël, le plus important groupe de défense de droits des gays, a déclaré qu’on a assisté, en 2018, à un bond de 54 % du nombre d’incidents homophobes recensés par rapport à l’année précédente.
L’Association pour l’Egalité LGBTQ en Israël, ou Aguda, a déclaré au président Reuven Rivlin qu’un incident anti-gay avait lieu toutes les dix heures en moyenne en Israël. Sur les réseaux sociaux, un commentaire homophobe est détecté toutes les quatre minutes, a-t-elle ajouté.
Elle a fustigé le gouvernement pour avoir « couvert » des homophobes « en refusant systématiquement de nous accorder nos droits, en autorisant des ministres et des religieux à nous discriminer nous et nos familles, sans faire avancer l’égalité et la sécurité personnelle ».
D’après le rapport, 25 % des plaintes, qui incluent des actes de violence, des discours haineux, de la discrimination ou du harcèlement, concernaient des incidents constatés dans l’espace public. Pour le reste des plaintes enregistrées, 22 % des incidents se produisent sur Internet ou dans les médias, 15% à la maison ou dans le cercle familial et 13% sur le lieu de travail.
La majorité des plaintes concernaient des incidents haineux visant des hommes (45%) ou des membres de la communauté transgenre (38%). En général, les Israéliens transgenres sont la plus grande cible de harcèlement. Même s’ils ne constituent qu’une part infime de la communauté LGBT, ils représentent 24% des publications haineuses repérées par Aguda sur Internet. Les gays et les bisexuels sont visés par 50% de ces publications, 23% ciblent la communauté de manière générale et 3% visent les femmes homosexuelles et bisexuelles.
Environ 8 % des plaintes ont concerné des déclarations publiques faites par des personnalités connues – des personnalités des médias (46%), des rabbins (31%), des membres de conseils municipaux (15%) et des membres de la Knesset (8%).
Le rapport indique également que 7 % des incidents ont eu lieu dans des établissements d’enseignement, particulièrement chez les jeunes adultes – 78 % d’entre eux dans des lycées, 20 % dans des écoles d’enseignement supérieur ou à l’université et 2 % dans les écoles élémentaires.
Les auteurs du rapport ont pris soin de noter que les chiffres ne reflètent pas le nombre d’agressions ou de harcèlements, mais seulement le nombre de fois où des victimes ou autres ont rapporté leur existence.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Brésil: les contenus LGBT vont être supprimés des manuels scolaires

Jair Bolsonaro et son gouvernement ont révélé leur intention d’effacer toutes les mentions concernant l’homosexualité, le féminisme et la violence à l’égard des femmes dans les manuels scolaires.
Le nouveau président brésilien met en oeuvre sa promesse de campagne d’effacer l’héritage du philosophe libéral brésilien Paulo Freire. Il avait alors promis « d’entrer dans le ministère de l’Education avec un lance-flammes pour éliminer Paulo Freire. »
À la veille de son entrée en fonction, le 1er janvier, Bolsonaro avait réaffirmé sa position, déclarant: « L’un des objectifs pour faire sortir le Brésil des pires places du classement mondial de l’éducation est de lutter contre le gaspillage marxiste qui s’est répandu dans les établissements d’enseignement ».
Il avait également déclaré dans une vidéo sur YouTube qu’il éliminerait les questions sur le genre ou les mouvements LGBT de de l’enseignement secondaire au Brésil.
Le ministre de l’Education, Ricardo Velez Rodriguez, a également déclaré ses objectifs anti-LGBT, déclarant lors de son discours d’investiture qu’il voulait mettre fin à la « promotion agressive de l’idéologie du genre ».
Bolsonaro, qui s’est décrit comme « homophobe et très fier de lui », a aussi déclaré à Playboy en 2011 qu’il préférerait voir mourir son fils que de le savoir être gay.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, internationnal, politique

Marlène Schiappa réagit à l’agression homophobe qui a eu lieu à Bordeaux

Ils ont été agressé car homosexuels, victimes  » d’une pluie d’insultes et de coups « .
Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de la lutte contre les discriminations a apporté son soutien aux victimes lors de son déplacement en Dordogne ce lundi matin.
Les faits se sont produits dans la nuit de vendredi à samedi à la sortie d’un bar gay. L’une des victimes de cette agression homophobe a été hospitalisée.
Selon les chiffres de SOS homophobie, en un an, les agressions physiques signalées à l’association ont augmenté de 15% (+30% même, sur les hommes homosexuels).
Les réseaux sociaux également pointés du doigt, car là se déverse beaucoup de violence. Marlène Schiappa observe aussi  » une recrudescence des violences homophobes et de haine de l’autre.  »
C ‘est aussi ce que l’on observe sur les réseaux sociaux avec de plus en plus de propos haineux.
Face à cette montée de la haine et l’augmentation des signalements, la secrétaire d’Etat a présenté un plan en novembre dernier pour lutter contre les violences homophobes. Il est axé sur la sensibilisation et la formation. En milieu scolaire, par exemple, une campagne de sensibilisation spécifique est à l’ordre du jour en direction des élèves du collège et du lycée.
Les victimes de l’agression à Bordeaux ont porté plainte.  » Je souhaite qu’il y ait des condamnations les plus sévères et exemplaires possibles.  » a souligné Marlène Schiappa ce lundi matin à Bergerac.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Bordeaux : Trois personnes ont été agressées ce week-end à la sortie d’un bar gay

Une enquête a été ouverte à Bordeaux après le dépôt d’une plainte contre X à la suite de l’agression de trois personnes devant un bar gay du centre-ville de la préfecture de Gironde, a-t-on appris ce dimanche auprès du parquet.
« Trois individus ont été agressés à la sortie du bar « le Buster » dans ce qui semblerait être une agression homophobe commise par un groupe de 5 personnes » dans la nuit de vendredi à samedi, a précisé le parquet.
« Deux des trois victimes ont déposé plainte et l’une d’elle est actuellement hospitalisée », a ajouté la même source. L’association LGBT bordelaise Le Girofard a publié des photos d’un homme sur un lit d’hôpital avec des blessures multiples au visage (nez, œil, arcade) et dénoncé « une multi-agression à caractère homophobe » qui a eu lieu à la fermeture de l’établissement de nuit bordelais. Selon l’association, « il s’agit bien de trois personnes agressées gratuitement ».
« Deux des trois victimes ont déposé plainte et l’une d’elle est actuellement hospitalisée », a ajouté la même source. L’association LGBT bordelaise Le Girofard a publié des photos d’un homme sur un lit d’hôpital avec des blessures multiples au visage (nez, œil, arcade) et dénoncé « une multi-agression à caractère homophobe » qui a eu lieu à la fermeture de l’établissement de nuit bordelais. Selon l’association, « il s’agit bien de trois personnes agressées gratuitement ».

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Tunisie: Violé, ensuite arrêté pour l’homosexualité

Mounir Baatour, président de l’association Shams: Pour la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie, rapporte:
Arrestation d’un jeune de 22 ans à Sfax qui est allé porter plainte à la police suite au viol et au vol de son téléphone et de son blouson qui l’a subi par deux autres jeunes qu’ils lui avaient tendu un piège sur Facebook.
Malgré qu’il soit victime d’un viol et d’un vol avec violence, le procureur de Sfax a décidé de lui faire subir un test anal pour vérifier s’il était habitué à la sodomie et il l’a placé en détention dans la prison de Sfax depuis 3 semaines.
Il devait être jugé pour homosexualité le 4 février 2019, le procès a été renvoyé au 11 février 2019 pour le prononcé du jugement avec maintient de l accusé en détention.
En 2017, la Tunisie s’est engagée auprès de l’Onu à ne plus recourir au test anal forcé dans les affaires d’homosexualité.
Cet accord a été signé par Mehdi Ben Gharbia, le ministre chargé des Relations avec les instances constitutionnelles et la société civile et des droits de l’Homme, lors de la présentation du 3e rapport périodique de la Tunisie sur les droits de l’Homme, le 21 septembre 2017, à Genève, Suisse, a rapporté Kapitalis.com.
En 2017, Mounir Baatour a dit que l’engagement du ministre sur l’abandon du test anal forcé est « de la poudre aux yeux » .
«Le test anal n’a jamais été forcé, mais en cas de refus du suspect de s’y soumettre, le juge retient la présomption de culpabilité. Qu’avons-nous gagné ? Rien, puisque finalement le harcèlement, la torture et l’arrestation les homosexuels se poursuivront en Tunisie » , dit-il.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Huit mois de prison ferme pour une agression homophobe à Paris

Un jeune homme de 18 ans a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Paris à un an de prison dont quatre mois avec sursis pour une agression homophobe, qui avait eu lieu mi-octobre dans la capitale.
Il a été reconnu coupable de « violences volontaires en réunion, avec armes et en raison de l’orientation sexuelle » ainsi que d' »outrage sexiste en raison de l’orientation sexuelle », une infraction créée en août.
Un soir, mi-octobre, dans le XIVe arrondissement de Paris, un homme de 45 ans a été pris à partie par plusieurs jeunes hommes et jeunes femmes, armés de bouteilles en verre et de bâtons. Le groupe l’a insulté, le traitant de « sale pédé ».
« Oui et alors ? », leur avait répondu le quadragénaire, qui n’a pas pu venir au procès le 18 janvier « à cause du stress permanent » suite à l’agression, selon son avocate.
Le prévenu est accusé de lui avoir lancé « Fais caca, sale pédé, sale pédé », tout en filmant la scène pendant laquelle la victime recevait de violents coups dans les côtes, lui valant trois jours d’incapacité totale de travail.
Mais le jeune majeur qui a été condamné vendredi conteste être l’auteur de ces infractions et a interjeté appel, a indiqué à l’AFP son avocate, Laurence Tartour.
L’audience sur les intérêts civils a été renvoyée en attendant une expertise médicale. Il devra en revanche verser 3.000 euros et 4.000 euros pour préjudice moral à deux hommes qui étaient intervenus lors de l’agression, et qui avaient été, eux aussi, passés à tabac.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Un influenceur menace Bilal Hassani sur son compte Instagram

Après avoir déclaré sur son compte Instagram qu’il voulait « frapper » et « tuer » le chanteur Bilal Hassani, l’influenceur Hatoumnight a vu son contrat rompu par la société qui le représentait auprès des annonceurs.
Lundi dernier, il s’en est pris violemment au chanteur queer en annonçant à ses suiveurs qu’il allait le « frapper », « cogner », « enculer » et même « tuer » Bilal Hassani .
« Je suis pas homophobe, hein. Mais lui là, lui j’ai envie de le niquer. J’ai envie de le tuer. Même si une association anti-homophobe elle m’attaque, j’en ai rien à foutre. Il est où ? Donnez moi une adresse où je peux le voir, je vais l’enculer, je vais le niquer et je vais le frapper », a t’il écrit .
Ces propos ont été remarqués par Alexis Aveniere, un salarié homosexuel de la société WeEvents qui s’occupe aussi de l’image de Hatoumnight.
Ce dernier est intervenu auprès de ses supérieurs pour les alerter sur les dérapages de l’influenceur et leur demander de s’en séparer. Ce qu’a décidé immédiatement l’entreprise de communication.
L’apprenant, Hatoumnight l’a violemment menacé, lui et un de ses collègues.
« Il m’a menacé de me gifler, puis de me défoncer la gueule devant mes collègues. Je suis parti du bureau en larmes, mon collègue est resté. Hatoum l’a menacé, lui a rappelé qu’il se prenait ‘des bites dans le cul toute la journée, qu’il n’était qu’un sale PD’ puis il lui a craché à la gueule avant d’être séparés » », raconte Alexis Aveniere.
Sur son compte Instagram, Hatoumnight publie régulièrement des courtes vidéos humoristiques de lui. En juin dernier, il se filmait notamment au côté de François Hollande le remerciant et lançant à l’ancien président de la République : « Moi, Macron, je ne l’aime pas trop ».

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info

Jussie Smollett hospitalisé en urgence cette nuit après une violente agression et des insultes racistes et homophobes

L’acteur américain Jussie Smollett, star de la série « Empire », a été hospitalisé cette nuit à Chicago après avoir été agressé par deux personnes lui ayant lancé « des insultes racistes et homophobes », ont indiqué les autorités. Agé de 36 ans, Jussie Smollett marchait dans les rues du centre-ville de Chicago aux alentours de 2H00 du matin lorsque deux individus l’ont approché, lui criant des « insultes racistes et homophobes ».
Il a ensuite été frappé par ces deux assaillants qui ont déversé sur lui « une substance chimique inconnue », a précisé la police. « A un moment donné, l’un d’eux a enroulé une corde autour du cou de la victime », poursuit le communiqué.
« Etant donné la gravité des allégations, nous prenons cette enquête très au sérieux et la traitons comme un possible crime motivé par la haine », a indiqué le Chicago Police Department.
L’agression de cet acteur noir et ouvertement gay a provoqué une vive émotion et déclenché un torrent de condamnations. La sénatrice démocrate de Californie, candidate déclarée à l’élection présidentielle de 2020, Kamala Harris, a qualifié l’évènement d' »une tentative moderne de lynchage. »
« Personne ne devrait avoir peur pour sa vie au regard de son orientation sexuelle ou de la couleur de sa peau. Nous devons combattre cette haine », a-t-elle écrit sur Twitter.
Les membres de l’équipe d' »Empire » ont également fait part de leur solidarité, comme Lee Daniels, le co-créateur. « Tu n’as pas mérité, personne ne mérite d’avoir une corde mise autour de son cou », a-t-il dit à l’acteur dans une vidéo postée sur Instagram. Plusieurs groupes de défense des droits civils et des droits des LGBT ont aussi apporté leur soutien à l’acteur.
« Les personnes LGBT de couleur vivent à de multiples intersections d’oppression, font face trop souvent à la violence aggravée par le racisme et l’homophobie », a déclaré l’American Civil Liberties Union. « Ce n’est pas l’Amérique dans laquelle nous voulons vivre. »

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, people

Bilal Hassani porte plainte pour menaces homophobes

Victime d’une campagne de haine homophobe en ligne, le chanteur et nouveau porte-drapeau de la France à l’Eurovision Bilal Hassani a porté plainte mardi devant la justice, a annoncé son avocat.
L’artiste de 19 ans porte plainte contre X pour « injures, provocation à la haine et à la violence et menaces homophobes », a expliqué Me Étienne Deshoulières.
Cette démarche, soutenue par les associations Stop Homophobie, Mousse et Urgence Homophobie, répond au déluge d’insultes et de menaces reçu sur Twitter par le chanteur queer, qui n’hésite pas à emprunter au vestiaire féminin tout en s’affirmant comme un homme.
Son look assumé, associant perruques, maquillage et rouge à lèvres, lui a valu « des milliers de tweets depuis qu’il est pressenti pour représenter la France à l’Eurovision », a dénoncé son avocat. Une campagne de haine qui s’est transformée en « avalanche depuis sa sélection » dimanche, grâce à sa chanson « Roi ».
« On dois tué tous les pd du monde fdp et toi le premier », « Les pd et lestransexuel on les tue en islam honte à toi d’avoir bilal comme prenom », « Bilal Hassani nous fait honte en nous représentant ce pd, il mérite de mourir, on va le retrouver cette tafiole » (sic): la plainte comprend une liste non exhaustive des messages haineux adressés au jeune chanteur sur Twitter.
Des propos « inadmissibles », pour lesquels leurs auteurs « encourent jusqu’à 6 ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende », rappelle Me Deshoulières.
La plainte du chanteur s’inscrit dans un sursaut initié depuis plusieurs mois par la communauté LGBT contre les agressions et les menaces dont elle est victime. Mi-janvier, 213 plaintes ont été déposées dans douze tribunaux pour des messages à caractère homophobe recensés principalement sur Twitter.
Malgré ces menaces, le jeune homme « reste fort », a assuré Me Deshoulières. « Il est tellement heureux d’être à l’Eurovision qu’il ne se laisse pas démonter par des propos haineux sur Internet ».

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Tunisie : 24 députés Européens, appartenant à l’Intergroupe LGBTI au Parlement européen,adressent une lettre ouverte aux autorités

24 députés Européens, appartenant à l’Intergroupe LGBTI au Parlement européen, viennent d’adresser une lettre ouverte aux autorités tunisiennes, l’exhortant de mettre fin “aux arrestations et à la torture des gays” en Tunisie.
Les députés dénoncent la pratique du test anal et de la théorie de conversion en Tunisie.
Dans ce cadre, ils soulignent que la pénalisation de l’homosexualité a été condamnée par plusieurs institutions internationales tel que le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.
Ils rappellent que les tests anaux et la thérapie de conversion, ont été eux aussi, dénoncés à maintes reprises par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme ou encore le Comité contre la torture.
Les députés Européens rappellent que la pratique des tests anaux a été particulièrement signalée dans Examen Périodique Universel de 2017 concernant la Tunisie.
Suivant de près la situation des homosexuels en Tunisie, les députés déplorent les arrestations de citoyens à cause de leur orientation sexuelle.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal