Archives de Catégorie: homophobie

Nancy : deux mineurs présentés à un juge pour une agression homophobe

Deux mineurs de 15 et 17 ans doivent être présentés, samedi 31 août, à un juge des enfants pour une agression homophobe visant deux hommes il y a huit jours dans le centre-ville de Nancy (Meurthe-et-Moselle). Ils sont soupçonnés de « violences en réunion aggravées en raison de l’orientation sexuelle des victimes ». Un troisième mineur sera présenté ultérieurement à un juge des enfants pour les mêmes faits.
Les deux victimes, qui ont déposé plainte, se sont vu délivrer des ITT  d’un jour et de deux jours.
Cinq mineurs et une majeure avaient été placés en garde à vue jeudi dans les locaux de la Sûreté départementale. Le plus jeune des agresseurs présumés, âgé de 15 ans, est déjà connu de la justice et suivi par la protection judiciaire de la jeunesse, selon le procureur. Les trois autres personnes ont été relâchées sans qu’aucune charge ne soit retenue contre elles.
Dans la nuit du 22 au 23 août, sur la place Carnot, deux hommes, accompagnés de trois amies, avaient été pris à partie par un groupe de six jeunes tenant des propos liés à leur homosexualité. L’un des deux hommes avait été visé par un bâton, puis avait reçu « plusieurs coups de poing au visage donnés par plusieurs individus du groupe adverse ».

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Nice Cyprien : « Ces chants ne visent pas la communauté gay »

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

image

Le designer Markantoine Lynch-Boisvert et son conjoint Alex James Taboureau ont été victimes d’une agression dans la nuit de vendredi à samedi à La Malbaie, une ville située dans la municipalité régionale de comté de Charlevoix-Est, dans la région administrative de la Capitale-Nationale, au Québec, alors qu’ils y célébraient le lancement de la première capsule du jeune créateur chez Simons, une entreprise québécoise de vêtements et d’articles de décoration pour la maison. Le couple a affirmé qu’il s’agit d’une attaque à caractère homophobe.
Le designer, originaire de la Mauricie, a publié une photo de son visage tuméfié sur Facebook et raconté que son «week-end à Charlevoix [a tourné] au cauchemar» quand quelqu’un a lancé: «esti de fif».
Markantoine et son fiancé auraient ensuite été battus par «trois hommes, [qui] les ont poursuivis dans la rue pour les frapper«, a indiqué M. Taboureau à Radio-Canada.
«J’entend encore un des gars qui dit “arrête tu vas le tuer” à celui qui me bottait le visage librement, Alex qui se débattait pour essayer de m’aider, la peur dans ses yeux», a-t-il témoigné sur le média social.
La mère de Markantoine, Chantal Lynch, a confirmé au Devoir que «ce dernier aurait subi une commotion cérébrale et de multiples fractures au visage». Il devait être opéré hier soir «au visage (…) dans un centre hospitalier de Québec.
«Ça a été un très gros traumatisme», a confié son compagnon Alex Tourangeau à Radio-Canada.
La Sûreté du Québec aurait ouvert une enquête après que l’une des victimes a officiellement porté plainte. Des témoins seront rencontrés, a indiqué le porte-parole Louis-Philippe Bibeau.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Grenoble : les images d’une agression transphobe diffusées sur les réseaux sociaux

Jeudi soir, des vidéos sur lesquelles on entend plusieurs agresseurs s’en prendre à une personne transgenre ont été partagées sur les réseaux sociaux. « Sur le Coran c’est un homme ! Montre ta tête sale fils de p… », entend-t-on notamment. Les agresseurs se font ensuite plus menaçants : « Viens là, je vais te n***** ta mère ».
Le tweet initial a été supprimé mais les images ont été reprises par Guillaume Mélanie, co-président de l’association Urgence Homophobie, qui a donné l’alerte, et ont suscité l’indignation de nombreux internautes.
La sûreté départementale de l’Isère a ouvert une enquête pour « diffusion de scènes violentes », rapporte le Dauphiné Libéré. Pour les besoins de cette enquête, le procureur de la République de Grenoble souhaiterait obtenir le témoignage de la victime – qui ne s’est toujours pas fait connaître – même si un dépôt de plainte n’est pas obligatoire.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Deux jeunes blessés lors d’une agression homophobe à Nancy

Des jeunes ont été blessés dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 août à Nancy (Meurthe-et-Moselle) lors d’une agression homophobe, a rapporté dimanche 25 août France Bleu Sud Lorraine, selon un communiqué de l’association LGBT Équinoxe.
« Un groupe de trois jeunes (dont une jeune femme de 22 ans) a été agressé et menacé à Nancy, Place Carnot, par des homophobes d’une vingtaine d’années », indique l’association. « Deux des trois victimes discutaient en effet à haute voix de leur homosexualité. Les auteurs de cette agression le leur ont reproché, avant de les agresser physiquement face à leur refus de se plier à leurs exigences », explique-t-elle dans un communiqué.
Les victimes ont porté plainte
Les deux hommes ont été légèrement blessés, l’un d’eux s’est vu prescrire un jour d’ITT (Incapacité totale de travail). La troisième personne, elle, n’a pas été touchée, mais elle a dû esquiver la voiture des agresseurs qui reculait alors qu’elle tentait de noter la plaque d’immatriculation. Tous trois ont déposé plainte au commissariat de Nancy, rapporte France Bleu Sud Lorraine.
Equinoxe « condamne cette agression et adresse sa totale solidarité aux victimes », précise le communiqué. L’association compte écrire au procureur de la République pour lui demander de donner suite à cette affaire.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info

L’organisation des gays républicains apporte son soutien à Trump pour sa réélection

Les gays républicains de Log Cabin n’avaient pas considéré Donald Trump comme digne de soutien en 2016, mais ils ont changé d’avis pour la campagne à venir.
L’annonce du soutien officiel à la réélection du président américain par les gays républicains a ébranlé la communauté homosexuelle.
Le directeur de l’organisation, Robert Kabel, a confirmé ce soutien au président en poste la semaine dernière dans un article paru dans le Washington Post.
Lors des dernières élections de 2016, les républicains homosexuels avaient refusé de soutenir Trump en raison de ses positions hostiles aux personnes LGBT.
Pour justifier leur revirement, les Log Cabins affirment que Trump a répondu à de nombreuses demandes de la communauté LGBT. À titre d’exemple, ils ont mentionné que Trump travaillait au niveau international pour mettre fin à la criminalisation de l’homosexualité alors que la plupart des militants LGBT avaient critiqué le fait que cette initiative était en grande partie symbolique et Trump avait toujours clairement indiqué que les avantages économiques découlant des relations bilatérales étaient plus importants pour lui que les droits humains.
Plus improbable encore, Log Cabin soutient que les réductions d’impôts ont aidé « les familles LGBTQ à se nourrir » ou que les « négociations agressives sur les accords commerciaux » ont assuré les emplois de personnes LGBT.
Dans l’article du Washington Post, les Log Cabins minimisent les critiques adressées au président par les militants LGBT. Parmi les exemples de politiques anti-LGBT figurent pourtant la réintroduction de l’interdiction des transgenres dans l’armée américaine, des restrictions en matière de santé ou la justification rampante de la discrimination des personnes LGBT au nom de la « liberté religieuse », sans parler de la nomination de juges archi-conservateurs à la Cour suprême.
Même au sein des républicains de Log Cabin, ce soutien a suscité des critiques et des réactions. Par exemple, Robert Turner, l’ancien directeur régional de l’organisation à Washington, D.C., a déclaré qu’il quittait le groupe. « J’ai coupé mes relations avec les républicains de Log Cabin », écrit-il sur Facebook.
Donald Trump est considéré comme le président le plus hostile aux LGBT depuis Ronald Reagan. L’ex-acteur est accusé de n’avoir rien fait contre la crise du sida, car celle-ci concernait principalement des hommes homosexuels.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, politique

Pologne: un magazine diffuse des autocollants anti-gays

L’hebdomadaire polonais Gazeta Polska a distribué, avec son édition de mercredi, des autocollants anti-LGBT, une initiative condamnée par l’opposition et l’ambassadrice américaine.
Sur les autocollants, une grande croix noire barre un arc-en-ciel symbole du mouvement LGBT, avec la légende: «Ceci est une zone sans LGBT». Cette légende se réfère au mouvement engagé depuis les déclarations de Jaroslaw Kaczynski par des entités locales polonaises, souvent liées au PiS, qui adoptent des résolutions pou
Les droits LGBT sont devenus l’objet d’un débat intense dans ce pays majoritairement catholique à l’approche d’élections parlementaires prévues à l’automne. Le chef du parti au pouvoir Droit et Justice (PiS) Jaroslaw Kaczynski, qui a qualifié la communauté LGBT de «menace» pour le pays lors des élections européennes de mai, a fait de cette question l’une des priorités dans la campagne de son parti, en écho à des déclarations répétées de l’Eglise catholique polonaise.
La distribution des autocollants intervient après un week-end marqué par l’attaque par des supporteurs de football aux sympathies ultranationalistes d’une Gay Pride, la première organisée à Bialystok (est). Le premier ministre Mateusz Morawiecki (PiS) a condamné les violences mais pas la campagne anti-LGBT. Dimanche, son ministre de l’Education Dariusz Piontkowski a estimé que «cela peut valoir la peine de s’interroger sur l’organisation de tels événements à l’avenir».
Des responsables politiques de gauche et Robert Biedron, le dirigeant ouvertement gay du nouveau mouvement Printemps, ont annoncé pour dimanche une manifestation «Zone libre de violence» à Bialystok. L’édition polonaise du magazine américain Newsweek a distribué des autocollants montrant un cœur souriant aux couleurs rouge et blanche du drapeau polonais.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

Israël : Indignation après le soutien d’un ministre aux thérapies de conversion

Devant les caméras, le ministre israélien de l’éducation crée la polémique.
Il se dit favorable aux « thérapies de conversion’, à l’encontre des personnes homosexuelles.
Rafi Peretz, ministre israélien de l’Education explique : « Je peux vous dire que je connais tres bien ce sujet. Je l’ai moi même pratiqué »
Rafi Peretz, fait notamment référence à un étudiant qu’il avait reçu et conseillé.
Ses propos ont été condamnés dans un tweet par le premier ministre israelien Benjamin Netanyahou, et par le ministre de la justice, premier député, ouvertement gay.
Amir Ohana, ministre israélien de la Justice est opposé à de telles pratiques : « L’orientation sexuelle ne requiert aucune thérapie, ni aucune conversion,contrairement aux idées préconçues et à l’ignorance, qui requierent, elles, des thérapies et conversions ».
Dimanche, des membres de la communauté LGBT de Tel-Aviv se sont rassemblés en signe de protestation.
Ils appellent à la démission, du ministre à la tête d’un parti d’extrême droite.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

Australie : Israël Folau publie à nouveau un message haineux

L’arrière de l’équipe d’Australie Israel Folau a de nouveau tenu des propos homophobes dans un message posté sur Instagram.
Il y a un an, l’arrière international australien, star du rugby dans son pays, avait créé une vive émotion en affirmant que les homosexuels iraient « en enfer s’ils ne repentaient pas de leurs péchés ». Ce chrétien évangélique a tenu à nouveau des propos similaires mercredi, via une publication sur son compte Instagram où il est écrit : « Attention ! Alcooliques, homosexuels, adultères, menteurs, fornicateurs, voleurs, athées, idolâtres, l’enfer vous attend. Repentez-vous ! Seul Jésus sauve ». Un message qui fait beaucoup réagir en Australie.
La Fédération australienne, qui a pris connaissance du post d’Israel Folau sur son compte Instagram, a réagi. « Le contenu en est inacceptable. Cela ne représente pas les valeurs du sport et est irrespectueux vis-à-vis de membres de la communauté rugby. L’intégrité de la Fédération australienne est engagée à ce sujet. » Et, selon le Daily Telegraph, Raelene Castle, la présidente de la Fédération australienne, cherchait ces dernières heures à joindre Folau pour une explication.
En février dernier, ce dernier avait prolongé son contrat pour quatre ans, contre une somme élevée, et Castle lui avait demandé, en amont de la signature, d’exprimer ses points de vue de manière respectueuse sur les réseaux sociaux. Le message de Folau va clairement contre cette consigne, et le Daily Telegraph affirme que son contrat pourrait être « déchiré ».
Lors de la première polémique, l’an dernier, la compagnie aérienne Qantas, principal sponsor des Wallabies, avait menacé de se retirer et la firme Land Rover avait retiré à Folau la voiture qu’elle lui prêtait.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

Une agression transphobe en marge d’une manifestation contre Bouteflika à Paris

Une video a déclenché une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. Elle date de dimanche après-midi, place de la République à Paris.
On peut y voir une femme transgenre, sortir d’une station de métro, être prise à partie sur la place parisienne en plein rassemblement contre le président algérien Abdelaziz Bouteflika. « Plusieurs hommes ont chanté en arabe un air connu en Algérie qui dit ‘Tiens la friandise, tiens le gâteau’. Des mots repris ici pour la sexualiser et la rabaisser », a expliqué Lyes Alouane, militant LGBTQI + et délégué Ile-de-France de Stop Homophobie, au Parisien. Il a partagé sur Twitter la vidéo « envoyée sur le mail de l’association par un témoin présent sur place ». Plusieurs hommes ont ensuite entouré la victime avant qu’elle ne soit frappée violemment par l’un d’entre eux.
Très vite après la diffusion de la vidéo, de nombreux élus ont réagi sur les réseaux sociaux. La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations Marlène Schiappa et Anne Hidalgo ont réagi à la diffusion de la vidéo. « Indignée par cette agression transphobe, que je condamne avec la plus grande fermeté. Je tiens à assurer la victime de tout mon soutien. Les coupables de cet acte intolérable doivent être identifiés et poursuivis », a tweeté la maire de Paris.
Les #LGBT+ phobies ne sont pas des opinions mais de la bêtise et de la haine. Elles agressent et tuent », a indiqué la Secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa.
SOS homophobie dénonce « un effet de meute inssuportable ». La maire du Xe arrondissement de Paris a déclaré avoir signalé les faits, survenus dimanche place de la République, à la police.
A l’heure actuelle, la victime ne s’est pas fait connaitre auprès de l’association SOS Homophobie. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour « violences aggravées ». Selon BFMTV, une personne a, dans un premier temps, été interpellée et placée en garde à vue. Sa garde à vue a été levée.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie