Archives de Catégorie: homophobie

USA : Un responsable du KKK veut se débarrasser des homosexuels

L’Imperial Wizard de la faction de Caroline du Nord du Ku Klux Klan (plus haut grade du réseau) Chris Barker, a donné une interview ou il s’en prend
aux homosexuels, aux juifs et aux noirs.
Le chef des Loyal White Knights du Ku Klux Klan, dans une interview avec la chaîne W Radio , a ainsi pu délivrer son message de haine contre toutes les personnes qui ne sont pas blanches et hétérosexuelles.
Pour lui, l’ homosexualité est une aberration et il « devrait y avoir des snipers qui tueraient les homosexuels quand ils marchent dans la rue »avant d’ajouter « que c’est pour ça que Dieu a créé le SIDA » .
Il ajoute que Donald Trump est un président pro-juif , que la mort de Heather Hayes , la femme tuée pendant les violences de Charlottesville était un « accident » , que le KKK est une organisation sociale , que le nom « Adam » est traduit par « le grand homme blanc »
Il y a quelques jours, Barker avait menacé le journaliste Afro -colombien Ilia Calderón de le brûler vif en le traitant de negro .
Chris Baker a soutenu Justin Moore, « Grand dragon » (dans la hiérarchie du Klan, titre octroyé à un responsable d’Etat) des Loyal White Knights du Ku Klux, qui a proclamé: « Je suis assez content que ces gens aient été blessés et je suis ravi que cette fille soit morte. Il y avait un tas de communistes là dehors pour manifester contre la liberté d’expression d’autrui, donc je ne suis pas du tout contrarié qu’ils aient été blessés. Et je pense que cela se reproduira de plus en plus aux événements des nationalistes blancs».
Heather Heyer a perdu la vie dans les violences qui ont éclaté entre nationalistes blancs et manifestants antiracistes à Charlottesville en Virginie samedi. La jeune femme faisait partie d’un groupe de contre-militants antiracistes percutés volontairement par la voiture de James Allen Fields Jr, un nationaliste de 20 ans qui contestait avec ses pairs le retrait d’une statue d’un général confédéré d’un parc de la ville.

Australie : l’église catholique licenciera tous ceux qui épouseraient des partenaires de même sexe

Les églises catholiques australiennes menacent de licencier des personnes qui épouseraient des partenaires de même sexe, si le mariage homosexuel est légalisé
Cet avertissement s’adresse aux infirmières et aux enseignants et aux autres employés de
L’archevêque de Melbourne Denis Hart a mis en garde les 180 000 employés de l’église et a rappelé les enseignements de l’église :Le mariage est l’union d’un homme et une femme.
«Je serais très insistant pour que nos écoles, nos paroisses existent pour enseigner une vision catholique du mariage. Tous les mots ou actions qui s’opposent à cela seraient très sérieusement considérés.» a t’il déclaré
«Nos enseignants, nos employés de la paroisse doivent absolument défendre la foi catholique et ce que nous croyons du mariage.» a t’il insisté
Les dirigeants de l’Église catholique australienne appuient également les commentaires de l’archevêque Hart.
L’archevêque Timothy Costelloe a déclaré: «En acceptant un rôle dans une école catholique, le personnel reconnaîtra leur responsabilité de se conduire de manière à ne pas saper l’éthique fondamentale de l’école».
Cela inclut l’adhésion à la position de l’église sur le mariage traditionnel. Il croit également que l’Église catholique devrait être en mesure de faire respecter cette situation sur ses employés.
Le bilan de Denis Hart sur les droits de l’homme
Sur les affaires de pédophilie dans l’église, l’archevêque de Melbourne Denis Hart, estime que la confession est une partie fondamentale de la liberté religieuse.
Interrogé pour savoir si des prêtres doivent aller en prison plutôt que de rompre le sceau de la confession, il a répondu: « J’ai dit que je le ferais ».
« Je pense qu’il s’agit d’une communication sacro-sainte émanant d’un ordre supérieur que les prêtres doivent respecter par nature. Jamais ils ne feraient quelque chose qui blesse des enfants, mais ils sont tenus par le secret de la confession », a-t-il dit.
L’archevêque Hart est soutenu par d’autres dirigeants de l’Eglise catholique australienne.

Slimane victime de racisme et d’homophobie sur tweeter

Le vainqueur de la saison 5 de The Voice a été victime de racisme et d’homophobie sur Twitter.
Slimane a été violemment attaqué sur Twitter.
Un utilisateur répondant au pseudo de Langemax sur le réseau social a répondu à un tweet posté par la SuperNanny Sylvie Jenaly, laquelle célébrait la performance du petit Dylan dans The Voice Kids et affichait son amour pour Slimane, le gagnant de la saison 5 de The Voice. « Comment tu peux aimer Slimane c’est un arabe et en plus PD », lui objecte-t-il odieusement.
Un tweet qui n’est pas passé inaperçu, notamment auprès du premier intéressé, Slimane.
Cinq heures après le message raciste et homophobe (un outing, pratique qui vise à révéler l’homosexualité d’une personne sans le consentement du principal concerné, doublé du qualificatif « PD »), le chanteur a répondu de la plus belle des façons.
« Arabe, ‘pd’, black, musulman, juif, français, hétéro, amoureux des fleurs ! Qui que je sois, je suis bien heureux de ne pas être vous », lui a-t-il écrit. Un message largement retweeté, qui a provoqué également une salve de tweets furieux adressés à ce raciste homophobe. Des personnalités comme Cartman ou Marie Fugain n’ont pas manqué de « signaler » l’individu à Twitter. « Dur de ne pas répondre à ce genre d’imbécile, mais je reconnais que c’est difficile. Je t’envoie des bises, de l’amitié et t’inquiète pas », lui a écrit Maurane.

Ouganda: La communauté LGBT annule la Gay Pride sous la pression policière

Après l’interdiction du gala d’ouverture, les organisateurs ont décidé, par mesure de sécurité, que la parade des fiertés n’aurait pas lieu cette année.
Kasha Jacqueline Nabagesera, la militante ougandaise des droits des LGBT a expliqué au journal Le Monde avoir subi des pressions de la part du révérend Simon Lokodo, ministre de l’éthique et de l’intégrité afin que la Gay Pride prévue le samedi 29 août prochain ne puisse se dérouler.
La communauté LGBT ougandaise s’apprêtait pourtant à fêter sa fierté dans une grande discrétion en évitant la médiatisation.
« Ils ont interdit l’événement en prétextant que nous étions en train de “recruter”, a relaté Kasha Jacqueline Nabagesera au Monde.
Des menaces physiques et d’arrestation à l’encontre des activistes LGBT ougandais ont même été brandies, selon elle.
Mais cela n’aura pas suffi et la police ougandaise a d’abord investi mercredi 16 août le lieu où devait se dérouler le gala d’ouverture de la Pride 2017 avant de s’en prendre à tous les espaces qui devaient recevoir des participants aux événements de la manifestation LGBT.
Devant de telles pressions, les organisateurs ont décidé d’annuler purement simplement la pride et a préféré jouer la sécurité.
L’organisation d’une Gay Pride dans ce pays d’Afrique s’avère très difficile puisque l’année dernière, déjà, une descente de police avait conduit à un report de la date de l’édition 2016 et à sa tenue presque confidentielle au bord du lac Victoria.
L’homosexualité y est passible de prison et plusieurs responsables politiques importants, dont la présidente du Parlement, cherchent à renforcer la pénalisation avec une nouvelle loi plus répressive.

Un prédicateur homophobe sur l’espace piétonnier de Bruxelles

Une vidéo qui circule sur Facebook suscite l’indignation de l’opinion publique. On y voit, durant 25 minutes, un individu prônant l’homophobie, la transphobie et la haine en plein centre-ville de Bruxelles, près de la place De Brouckère, sur le piétonnier. Voici un extrait des propos tenus :
« Dieu vous aime, mais pas dans votre mauvaise manière de vivre. Aujourd’hui, on vit dans une société pervertie, sans repère, sans sens à la vie. On ne sait plus distinguer un homme d’une femme. Les hommes marchent comme des femmes et les femmes se conduisent comme des hommes. On ne sait plus qui est qui. Jusqu’à aujourd’hui, aucun homme avec un autre homme n’a pu engendrer un enfant, ce n’est pas normal ! »

Nouvelle-Zélande : un pasteur souhaite que les homosexuels soient fusillés

Un pasteur de Auckland, en Nouvelle-Zélande, a demandé, lors d’un sermon , que les homosexuels soient fusillés.
Le pasteur de la Westcity Bible Baptist Church, Logan Robertson, reconnait que ses paroles sont des paroles de haine mais ne les renie pas
La vidéo postée en ligne à la fin du mois de juillet a provoqué de nombreuses réactions jusque dans les rangs de l’Eglise ou les mots du pasteur ont été condamné .
« Mon point de vue sur le mariage homosexuel est que la Bible ne le mentionne jamais, alors je ne suis pas contre ceux qui veulent se marier», commence Robertson. avant d’ajouter «Tant qu’une balle passe par leur tête au moment où ils s’embrassent »
La WestCity est une église indépendante et n’a aucun lien avec l’Eglise baptiste de Nouvelle-Zélande.
Le révérend Helen Jacobi – le vicaire de St-Matthew-in-the-City d’Auckland – a déclaré que la vidéo «incitait ç la violence, aux discours haineux et à la dérive».«Jésus a déclaré en particulier qu’il n’est pas venu vivre par ces anciennes lois mais pour apporter une nouvelle loi qui est une loi de l’amour. Il est donc difficile de voir en ces paroles quelque chose de biblique».
La paroisse St Matthew’s est connu pour avoir plaidé pour les droits des homosexuels.
Le pasteur Robertson a aussi déclaré que si d’autres églises n’étaient pas d’accord avec sa position « c’est parce qu’elles ne croient pas à la Bible».
Mais il a dit qu’il ne faisait que répéter ce que la Bible – en particulier le Lévitique 20:13- explique déjà
(lévitique 20:13 : Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux).
Robertson a déclaré qu’il ne demandait pas aux membres de l’église de tirer sur une personne et ne s’engageait pas si quelqu’un l’a fait après avoir visionné la vidéo.
Robertson a déjà par le passé envoyé à un auteur gay
, Jim Marjoram, un email ou il lui disait qu’il priait pour l’homme se suicide .
L’Union baptiste avait à l’époque condamné le courrier électronique et  déclaré qu’ils n’étaient pas associé à la WestCity Bible Baptist.
WestCity se veut une église baptiste proche de la Bible et orientée vers la famille L’église compte environ 40 membres.

Russie : rassemblement LGBT à Saint Petersbourg

Un rassemblement en faveur des droits des homosexuels s’est déroulé sans incident à Saint Petersbourg
Les autorités avaient interdit la tenue d’un défilé mais autorisé un rassemblement dans un parc du centre, auquel ont assisté une soixantaine de personnes.
Avant de se disperser, les participants ont scandé «Non à l’homophobie en Tchétchénie», république conservatrice du Caucase russe où les LGBT sont la cible de persécutions des autorités, selon des associations et des témoignages recueillis par plusieurs médias dont l’AFP après des révélations du journal Novaïa Gazeta.
L’événement s’est déroulé dans le calme, à part quelques incidents avec des passants insultant les manifestants ou tentant de leur arracher des drapeaux arc-en-ciel.
La Russie a adopté en 2013 une loi punissant d’amendes et de peines de prison tout acte de «propagande» homosexuelle auprès des mineur

Canada : les associations demandent des excuses pour les rafles dans les bars gays

Les associations LGBT aimerait que la Ville de Montréal et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) présentent leurs excuses pour les arrestations massives faites dans les bars homosexuels pendant les années 70 à 90.
En effet, de nombreuses rafles policières étaient menées régulièrement dans les bars homos de Montréal et les clients de ses établissements étaient arrêté sur-le-champ.
Alors que commencent les festivités entourant la fierté gay, Projet Montréal a formellement demandé jeudi que des excuses soient présentées à la communauté LGBT par la Ville de Montréal et le service de police pour ces rafles qui ont perduré jusque dans les années 90,
Questionnés par le 24 Heures à ce sujet, le Conseil québécois LGBT et la Fondation Émergence appuient cette demande et estiment que le geste est nécessaire pour s’assurer que ces événements ne se reproduisent plus.
Jasmin Roy, qui lutte entre autres contre l’homophobie dans les écoles à travers sa fondation du même nom, va même plus loin et estime que ces excuses devraient venir du premier ministre canadien, Justin Trudeau.
Justin Trudeau avait mentionné en mai dernier qu’il était résolu à présenter d’ici la fin de l’année des excuses officielles du Canada à tous les citoyens qui ont été victimes d’injustice à cause de leur identité sexuelle ou de genre.

USA :Le ministère de la Justice a ordonné de publier les documents sur la «purge gay» de 1950

Un juge fédéral a ordonné au ministère de la Justice de publier tous les documents liés à sa purge des employés LGBTQ dans les années 1950 .
La Mattachine Society, une association américaine fondée en 1950 , a mené une lutte juridique de cinq ans pour obtenir que les documents soient publiés. Les documents sont liés à l’ordonnance définitive 10450 du président Dwight Eisenhower, qu’il a signée en 1953.
L’ordonnance exécutive a donné aux chefs d’agence le pouvoir de licencier les travailleurs qui représentaient un risque de sécurité nationale.
C’est cette ordonnance qui a servi de justification juridique pour que le FBI de J. Edgar Hoover chasse et licencie des milliers d’employés gays et lesbiens du gouvernement fédéral.
La purge a été abandonnée en 1975 par la Commission de la fonction publique des États-Unis, qui est le bureau qui s’occupe des employés fédéraux.
La discrimination s’est poursuivie jusqu’à l’ ordonnance de Bill Clinton en 1998 qui interdit la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle chez le personnel fédéral et l’ ordonnance de Barack Obama en 2014 qui interdit la discrimination fondée sur l’identité de genre .
La procureure Lisa Linsky, qui a travaillé sur l’affaire, a déclaré: «Il est important de préserver l’histoire américaine LGBT. Mais il est également important que nos alliés et les autres concitoyens comprennent ce que le gouvernement a fait afin que nous puissions faire de notre mieux pour éviter que l’histoire ce répète »
Elle a ajouté qu’aucune date n’était prévue pour savoir si les documents seront effectivement publiés.
Les Daughters of Bilitis et la Mattachine Societyces sont à l’origine du mouvement de libération des droits homosexuels aux États-Unis, qui prend son véritable essor après 1945.
La Peur violette ou peur lavande (en anglais : Lavender scare) désigne une vague de persécution des homosexuels qui a éclaté aux États-Unis pendant les années 1950. La peur violette est liée à la peur rouge qui s’est développée à l’époque du maccarthysme.
Au début de la guerre froide, l’homosexualité est encore considérée comme une maladie psychiatrique aux États-Unis et la sodomie est passible de prison dans de nombreuses régions du pays. Gays et lesbiennes sont donc susceptibles de chantage et le gouvernement américain craint que l’URSS ne se serve d’eux pour obtenir des secrets d’État.
Afin de se débarrasser de ces cibles potentielles, le gouvernement organise donc une « chasse aux sorcières » qui vise à débusquer et renvoyer les homosexuels qui travaillent dans la fonction publique. En 1950, le sous-secrétaire d’État John Peurifoy informe ainsi le public qu’il a renvoyé 91 gays et lesbiennes du Département d’État. Le sénateur Joseph McCarthy poursuit le travail du sous-secrétaire en nommant Roy Cohn, un homosexuel dans le placard, à la tête du comité chargé de lutter contre la « menace violette ». Durant leur campagne, les deux hommes n’hésitent pas à faire chanter leurs opposants en les menaçant de les dénoncer comme homosexuels. (source wikipedia )

USA :Un homme tué en défendant son cousin homosexuel

Juan Javier Cruz, âgé de 22 ans, se tenait à l’extérieur du restaurant Las Flores à Lake Worth, en Floride , avec des amis tard samedi soir, quand il a été tué par une personne qu’il n’avait jamais rencontrée auparavant .
Des témoins disent qu’il y avait plusieurs groupes de clients à l’extérieur du restaurant, qui venait de fermer.
Nelson Hernandez Mena, 48 ans, était dans l’un de ses groupes. Il avouera plus tard aux enquêteurs qu’il avait bu de 15 à 20 bières au restaurant cette nuit-là.
Le cousin de Juan, Pedro Cruz, a dragué légèrement un ami d’Hernandez Mena et lui a demandé son numéro de téléphone, et, selon les témoins, c’est à ce moment-là que l’homme de 48 ans a commencé à regarder le groupe avec colère.
À un moment donné, Hernandez Mena a abordé le groupe de Juan et a commencé à les menacer . «Je déteste tous les gays. Je vais vous tuer tous ici », aurait-il crié, selon le rapport du shérif.
Hernandez Mena aurait également déclaré: «Si nous étions dans mon pays, je vous tuerais tous comme des rats».
Lorsque Juan a défendu Pedro, Hernandez Mena a sorti un pistolet et a tiré plusieurs coups de feu. Il a tiré sur Pedro le blessant à la cheville et a tué Juan.
Hernandez Mena a reconnu devant la police avoir tiré , mais qu’il avait été attaqué par un groupe de personnes. Il a également déclaré que «le mec qui était mort n’était pas son objectif visé», selon le rapport du shérif.
Hernandez Mena a été arrêtée et est accusé de meurtre au premier degré , de tentative de meurtre et d’agression grave avec une arme à feu.
Le bureau de l’avocat de l’État a déclaré qu’il était trop tôt pour dire s’il serait accusé d’un crime de haine .