Archives de Catégorie: homophobie

Corée du Sud : Un militaire sud-coréen condamné pour une relation homosexuelle

Un capitaine sud-coréen a été condamné par un tribunal militaire à 18 mois de prison, dont 12 avec sursis. pour avoir eu des une relation sexuelle avec un militaire du même sexe que lui, a annoncé l’armée.
Le capitaine a été condamné pour avoir enfreint une clause de l’armée sud-coréenne qui interdit les relations homosexuelles dans ses rangs, a précisé l’armée, promettant de continuer à « traiter les conduites désordonnées conformément à la loi ».
L’organisation Amnesty International a fustigé une condamnation « injuste » qui devrait être « immédiatement annulée ».
Des organisations de défense des droits de l’homme affirment qu’au moins 32 militaires risquent des poursuites similaires pour des relations homosexuelles.
L’homosexualité chez les civils n’est pas un crime en Corée du Sud. Mais la société sud-coréenne n’en demeure pas moins très conservatrice.
Le nouveau président sud-coréen, l’ancien avocat spécialisé dans la défense des droits de l’homme Moon Jae-In, élu au début du mois, avait suscité un tollé avant son élection pour avoir dit que l’homosexualité ne lui plaisait pas.
« Le capitaine a été condamné pour des relations sexuelles consenties avec son partenaire dans un cadre privé », a dénoncé Kim Hyung-Nam, du Centre pour les droits de l’homme dans l’armée.
Cette ONG avait accusé le mois dernier l’armée de créer de faux comptes sur des applications de rencontres pour débusquer les militaires gays, et de soumettre ceux-ci à des interrogatoires homophobes.

USA : Le Texas vote une loi anti-transgenre

La Chambre des représentants de l’État du Texas a voté en faveur d’une loi imposant aux élèves transgenres d’utiliser les toilettes correspondant à leur sexe de naissance.
Si cette mesure adoptée lundi est confirmée par un vote du Sénat local à majorité républicaine, il y a toutes les chances qu’elle soit ensuite promulguée par le gouverneur républicain Greg Abbott, qui a fait savoir qu’il soutenait une telle restriction.
Le Texas sera le seul État d’Amérique à interdire légalement aux élèves des écoles publiques d’utiliser les vestiaires et toilettes selon l’identité sexuelle à laquelle ils s’identifient.
Les associations de défense des transgenres, les militants LGBT et les associations de protection des libertés comme l’ACLU ont promis de lutter également contre la loi texane, y compris devant les tribunaux.

Indonésie : les deux jeunes hommes accusés d’homosexualité ont reçu des coups de canne sous les huées de la foule

Les deux jeunes hommes ont été interpellés dans la pension où ils résidaient à Banda Aceh le 28 mars dernier, dénoncés par leurs voisins qui, en s’introduisant dans leur chambre, les auraient surpris en plein ébat. L’arrestation a été filmée, diffusée, alors que les deux hommes de 20 et 23 ans sont séquestrés nus et maltraités.
Reconnus coupables de sodomie et d’avoir ainsi transgressé la stricte loi islamique en vigueur dans cette province conservatrice d’Aceh, ils ont finalement été condamnés ce 17 mai à recevoir 85 coups de canne chacun.
Les deux jeunes avaient choisi de se représenter seuls et ont annoncé qu’ils ne feraient pas appel du verdict.
Ils ont subi mardi des coups de canne sous les huées de la foule pour avoir eu des relations homosexuelles.
Ils ont reçu chacun 83 coups de canne, devant une mosquée de Banda Aceh, la capitale de cette province conservatrice.
Les deux hommes avaient la tête baissée au moment d’être battus par des hommes en vêtements sombres, au visage masqué.
Abdul Gani Isa, un membre du conseil religieux local, a déclaré que le châtiment était « une leçon pour le public.
Les leçons infligées au nom de la charia le sont de manière très réfléchie, sont éducatives et ne violent aucun droit de l’Homme », a-t-il dit.
C’est la première fois qu’un tel châtiment est administré pour ce motif à Aceh depuis l’interdiction des relations homosexuelles entrée en vigueur voici deux ans dans la province.
Les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont légales partout ailleurs et Amnesty International avait demandé la semaine dernière aux autorités de revenir sur cette sentence.

Indonésie: Arrestations 141 personnes lors d’une fête gay à Jarkarta

La police indonésienne a mené une descente dimanche soir dans un immeuble de la capitale abritant une salle de gym et un sauna et a arrêté 141 hommes soupçonnés de participer à une fête gay .
Sur les réseaux sociaux, des photographies montraient des hommes assis torse nu, après le raid, dans une salle dotée d’équipements sportifs.
L’homosexualité est légale partout en Indonésie, sauf dans la province conservatrice d’Aceh, qui applique la loi islamique.
Le commissaire Nasriadi a cependant déclaré que dix hommes interpellés pourraient être poursuivis aux termes de la loi antipornographie.
Parmi eux, les organisateurs présumés de la fête, des hommes soupçonnés de se prostituer et des stripteasers. Ils sont passibles de 10 ans de prison.
Les autres personnes arrêtées étaient toujours entendues par les policiers en qualité de témoin.
En début de mois, huit hommes avaient été arrêtés à Surabaya, pour avoir organisé une fête gay, et pourraient être punis au nom de la loi sur la pornographie.
La semaine dernière, deux hommes avaient été condamnés à recevoir des coups de canne en public, à Aceh, pour avoir entretenu des relations sexuelles.

Tchétchénie: des pays commencent à accorder des visas aux homosexuels persécutés

Neuf Tchétchènes ont obtenu des visas à l’étranger après avoir fui leur pays à la suite des persécutions contre les personnes LGBT, rapporte la BBC. Deux d’entre eux ont été dirigés vers la Lituanie, qui a confirmé mercredi au Baltic News Service la délivrance de deux visas à « deux Tchétchènes qui ont subi des persécutions à cause de leur orientation sexuelle ».
Le ministre des Affaires étrangères lituanien Linas Linkevicius a enjoint les autres pays de l’Union Européenne à faire de même. « Il est très important d’agir, car ils souffrent », a-t-il plaidé à la BBC.
Les militants de l’association Russian LGBT Network sont en discussions avec cinq pays pour obtenir des visas aux personnes persécutées, et indiquent qu’une quarantaine de survivants aux camps se cachent encore dans différents endroits de la Russie.
Aux USA les réfugiés gays tchétchènes n’obtiennent pas de visa …
L’organisation LGBT Network, qui a aidé une quarantaine de personnes à fuir la persécution des homosexuels en Tchétchénie, cherche des pays pour les accueillir. Les États-Unis viennent de refuser de leur délivrer des visas, en raison d’un problème de classification.
L’organisation LGBT Network a rapporté que les négociations avec les potentiels pays d’accueil étaient difficiles, et que le ministère américain des Affaires étrangères avait refusé de délivrer des visas aux Tchétchènes. D’après Slate, ce même ministère a pourtant condamné publiquement les persécutions du gouvernement tchétchène
Le porte-parole du ministère a mis en avant un problème de classification des visas. Comme le rapporte BuzzFeed, il n’y aurait pas de visa prévu « spécifiquement pour les aides humanitaires », qui permettrait aux gens de venir directement de leur pays aux États-Unis. Les Tchétchènes ne pourraient donc obtenir un visa en se trouvant encore en Russie fédérale, puisqu’ils ne peuvent être considérés comme des réfugiés qu’en ayant quitté leur pays d’origine. Les diplomates américains leur auraient recommandé de demander des visas une fois partis de Russie, ce que LGBT Network juge trop risqué. Le porte-parole de l’organisation a expliqué que les Tchétchènes avaient avant tout « besoin d’un refuge », et qu’aucune « solution spécifique » n’avait été proposée par les responsables concernés.

Bangladesh : 27 jeunes hommes arrêtés pour homosexualité

La police bangladaise a arrêté ce vendredi à l’aube 27 jeunes hommes au nom de la loi criminalisant les relations homosexuelles.
Les jeunes gens, étudiants, sont âgés de 20 à 30 ans et ont été arrêtés par le Bataillon d’action rapide (RAB), une force d’élite au sein de la police dans un centre communautaire de Keraniganj, près de la capitale nationale où ces jeunes gens se rassemblent tous les deux mois.
La police y aurait découvert des préservatifs et des drogues et des poursuites judiciaires seraient lancées, sans préciser sur quel fondement juridique.
Ces hommes risquent d’être inculpés pour des infractions liées à la drogue et non l’homosexualité parce qu’ils n’avaient pas eu de relations sexuelles
Les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont un crime au Bangladesh, en vertu d’une loi héritée de l’Empire britannique qui est rarement appliquée.
En avril 2016, Xulhaz Mannan,  fondateur et rédacteur en chef du seul magazine LGBT, Roopbaan, et Mahbub Tonoy, un autre militant, avaient été tués à coups de machette à Dacca par un commando de tueurs se revendiquant de la branche bangladaise d’Al-Qaïda.

TPMP : Yohann Roszéwitch dénonce l’homophobie d’un sketch de Cyril Hanouna

Un nouveau dérapage de Cyril Hanouna, Jeudi soir, a choqué de nombreux internautes qui interpellent le CSA sur les réseaux sociaux.
L’animateur de Touche pas à mon poste est accusé d’homophobie après un sketch où on le voit prendre une voix efféminée pour piéger un homosexuel au téléphone sur un site de rencontre.
Yohann Roszéwitch, conseiller à la lutte contre la haine anti-LGBT au sein de la DILCRA (délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT), dénonce un comportement « déplorable » : « Cette séquence, je peux la qualifier: c’est un canular d’une homophobie crasse. C’est quelque chose d’absolument inadmissible qui est malheureusement une récidive de la part de Cyril Hanouna et de cette émission TPMP. C’est une émission regardée par un public jeune, qui peut être influencée par l’animateur, par les chroniqueurs, qui cautionnent également. C’est condamnable et j’espère que le CSA s’en saisira… On est en pleine semaine de lutte contre l’homophobie. Le 17 mai, c’était la journée mondiale, il y a eu un magnifique téléfilm diffusé sur France 2 sur l’homophobie chez les jeunes. Voir cette séquence deux jours après, c’est absolument déplorable. Il y avait eu une enquête de l’association des journalistes LGBT qui avaient regardé pendant un mois cette émission et avaient relevé énormément de dérapages homophobes et transphobes. Il est temps que le CSA réagisse et que la chaîne demande des explications à son animateur et arrête de cautionner ce genre de sketch. Je rappelle que l’homophobie tue.
C’est peut-être de l’humour, mais comme il y a de l’humour raciste, ou de l’humour antisémite, il y a également un humour homophobe. Et en l’occurrence, ça fait peut-être rire les homophobes, mais ça ne fait pas rire les homosexuels. Ça ne fait pas rire les jeunes qui se découvrent homosexuels: il y a un taux de suicide très important chez les jeunes LGBT. L’humour homophobe peut avoir des conséquences ravageuses chez ces personnes.
« Il se ‘rachète’ en appelant à soutenir des associations, mais on ne peut pas tolérer qu’il récidive »
Il fait ce sketch en arborant le ruban bleu du Refuge. Donc il y a un moment où il doit s’expliquer, où il doit s’excuser. Mais il doit surtout cesser de diffuser ce type de cliché. Parce que ce sketch est fait de manière efféminée, avec une représentation de l’homosexuel qui rabaisse. »
Ça fait plus d’un an qu’on dénonce cette situation. Il est toujours à l’antenne, il continue ses canulars homophobes. Il se ‘rachète’ en appelant à soutenir des associations. Mais on ne peut pas tolérer qu’il récidive et que personne ne réagisse au niveau des instances qui pourraient faire cesser cette émission, ou au moins les propos qui y sont tenus. Il faut que ses patrons lui demandent des explications. Que les autorités audiovisuelles sanctionnent. Il y a déjà eu des dérapages racistes, sexistes. Il n’y a pas que de l’homophobie et de la transphobie dans son émission. Ce n’est pas étonnant parce que ça va souvent ensemble ».

 

//platform.twitter.com/widgets.js

Tunisie : Les ambassadeurs de France et de Suède soutiennent le combat des LGBT tunisiens

La société civile tunisienne a célébré , ce mercredi 17 mai 2017, la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie.
Plus de 300 militants défendant les droits des LGBT se sont donnés rendez vous, mercredi soir, au Select, à Gammarth (banlieue nord de Tunis), pour une soirée organisée par les associations Shams, Mnemty et l’ATSM.
Les ambassadeurs de France et de Suède ont pris part à cette soirée et ont même pris la parole pour réitérer leur soutien à Shams et la cause LGBT en Tunisie
Des représentant des ambassades de Etats unis, d’Italie, de Suisse, de la Hollande et du Royaume-Uni se sont aussi joints aux activistes pour les encourager à poursuivre leur lutte pour faire valoir les droits de la communauté LGBT.
Même si le sujet reste encore tabou en Tunisie, force est de constater que le pays, qui est en transition démocratique, a fait un grand pas en fêtant publiquement, comme dans le reste du monde, cette journée internationale

Ukraine : des manifestants LGBT violemment attaqués lors de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie

//www.rferl.org/embed/player/0/28495485.html?type=video

Lors de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, mercredi 17 mai, dans les rues de Kharkov, dans l’est de l’Ukraine, une trentaine de jeunes portant des cagoules et des masques médicaux ont violemment attaqué des manifestants pro LGBT
Dans une vidéo filmée par Radio Free Europe/Radio Liberty, on voit bien les hooligans en train de brûler un drapeau arc-en-ciel et attaquer manifestants et policiers devant un bâtiment administratif. Deux policiers ukrainiens ont été blessés et hospitalisés après avoir tenté de disperser la trentaine de jeunes. Quatre des assaillants ont été interpellés, selon la police de Kharkov. Ils risquent jusqu’à cinq ans de détention si les faits d’attaque contre des représentants des forces de l’ordre sont prouvés.
Les organisateurs de la manifestation de Kharkov dénoncent des passages à tabac d’homosexuels par des militants ultranationalistes.

Brésil : Les meurtres homophobes ne cessent d’augmenter

La communauté LGBT brésilienne déplore un meurtre toutes les 25 heures en 2016, et est touchée de plein fouet par la violence et les préjugés, dénoncés mercredi à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie.
L’ONG Grupo Gay da Bahia (GGB), qui recense les homicides de LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) au Brésil, dénombre 117 crimes de ce type de janvier à avril 2017, 20% de plus que sur la même période de l’année dernière.
En 2016, 343 meurtres ont été recensés par l’ONG, un triste record pour des statistiques établies depuis 37 ans, à partir d’estimations basées sur des mentions dans la presse et sur les réseaux sociaux.
Pour Genilson Coutinho, membre du GBB et éditeur du site spécialisé Dois Terços, cette recrudescence est due à « l’impunité ».
« Il n’existe pas de loi qui criminalise l’homophobie au Brésil. L’impunité renforce la violence quotidienne et institutionnalise la banalisation de ce genre de crime », déplore-t-il dans des propos recueillis par l’agence publique Agencia Brasil.
Selon l’ONG Transgender Europe, le Brésil est le pays où ont été recensés le plus grand nombre de meurtres de trans au monde, avec 900 morts de 2008 à 2016, loin devant le Mexique (271), près de la moitié du total de 2.264 homicides dans le monde entier.
En mars, une vidéo insoutenable montrant la travesti Dandara dos Santos tuée par balle et à coups de pierre à Fortaleza, dans le Ceara (nord-est), a révélé l’ampleur de cette violence, notamment dans cet État où trois trans ont été tués depuis le début de l’année.
La Gay pride de Rio, qui a attiré 600.000 personnes en décembre dernier selon les organisateurs, est elle aussi menacée.
Selon le journal O Globo, l’équipe du nouveau maire Marcelo Crivella, pasteur évangélique arrivé au pouvoir en janvier et connu pour ses dérapages homophobes, prévoit de remplacer la subvention municipale par un simple « soutien logistique ».
À l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie, une audience spéciale était prévue mercredi au sein de la Commission d’affaires sociales du Sénat, à Brasilia, en présence de nombreux activistes LGBT.