Archives de Catégorie: Art culture litterature

Le choeur LGBT « Pelicanto » chante le droit à la diversité

Chanter la diversité, c’est ce que fait chaque année . Au départ, Pelicanto n’était qu’un petit groupe d’amis. Quinze ans après, ils sont plus d’une cinquantaine de choristes venus de tout horizon.
Dans le cadre du mois des visibilités de Strasbourg, le choeur LGBT « Pelicanto » revient avec « Plumée », leur nouveau spectacle pop rock. Le défi : lutter contre la stigmatisation des transgenres.
Pelicanto, c’est avant tout 56 choristes unis pour le plaisir de chanter ensemble…
Portant haut les couleurs de l’arc-en-ciel, cette chorale partage son enthousiasme lors de concerts et d’évènements. Cette année, ils mettent en musique la comédie lyrique « Platée » de Jean-Philippe Rameau.
En 2016 déjà, le groupe s’était amusé à casser les stéréotypes véhiculés par les contes de fée. Un répertoire musical débordant d’énergie pour faire voler en éclat les préjugés.
Si le choeur Pelicanto réunit principalement des personnes issues de la communauté LGBTI, « les hétéros sont aussi les bienvenus ». Cette chorale compte autant d’hommes que de femmes, homos ou hétéros, sopranos ou ténors, débutants ou confirmés.

USA : America, nouvelle super-héroïne lesbienne

Le 1er mars 2017, Marvel a publié son nouveau comics, America, reprenant les aventures de la super-héroïne America Chavez, à la fois latina et homosexuelle. Et derrière le personnage, une jeune auteure, Gabby Rivera, elle aussi homosexuelle et latina. Une avancée supplémentaire qui oeuvre pour la diversité de l’industrie Marvel et de la bande dessinée en général.
Depuis quelque temps, l’industrie de la bande dessinée tente de plus en plus de refléter le monde réel dans ses personnages, notamment chez Marvel. Ainsi ceux-ci prennent de la couleur, et ont diverses orientations sexuelles. Il en va de même pour les créateurs, qui ne sont plus « hétéros, blancs et masculins ».
L’exemple le plus récent est donc le comics America, dont le premier numéro est paru ce 1er mars. Il reprend les aventures de l’héroïne America Chavez, alias Miss America. Apparue pour la première fois dans les années 1940, Miss America était blonde et blanche et s’appelait Madeline Joyce Frank. Dès 2011, une nouvelle Miss America apparaît dans la série Vengeance de Joe Casy et Nick Dragotta. Baptisée America Chavez, c’est une jeune super-héroïne latina et lesbienne.
Elle apparaîtra à nouveau dans la série Young Avengers (Kieron Gillen et Jamie McKelvie) en 2013, A-Force (G. Willow Wilson, Marguerite Bennett et Jorge Molina) en 2015 et Ultimates (Al Ewing et Kenneth Rocafort) à la fin 2015. À la Comic Con de New York en 2016, Marvel avait annoncé qu’America Chavez aurait sa propre aventure solo dès 2017. C’est Gabby Rivera, latina et homosexuelle elle-même, qui écrit les aventures de la jeune fille.
La voix des écrivains de couleur est de plus en plus entendue, de même que les personnages. Ainsi c’est un auteur noir, David F. Walker, qui a écrit avec Nelson Blake une nouvelle série Luke Cage (Marvel) qui devrait paraître en mai.
Il en va de même pour les personnages. Chez Lion Forge, c’est tout un univers de super-héros qui sera disponible en mai. Leur tête d’affiche, Noble, un héros noir. L’équipe de créateurs elle-même est ethniquement diversifiée. Du côté de Black Mask Studios, on fait revenir les chasseurs de prime Kim & Kim, bisexuelle et transsexuelle, dont les aventures sont écrites par Magdalene Visaggio, transgenre.
Philiip Illidge, rédacteur chez Lion Forge Comics, estime que l’industrie américaine de la bande dessinée a longtemps « marginalisé et exclu les voix des écrivains de couleur ». Maintenant, moins d’exclusion et le fait qu’écrivains et personnages partagent un lien ou des origines rendent l’histoire plus belle, plus authentique. C’est le cas pour America Chavez et Gabby Rivera.
On peut également citer en exemple Midnighter & Apollo chez DC Comics. L’auteur bisexuel Steve Orlando a choisi de réintroduire dans l’histoire le personnage d’Extrano (Gregorio), un homosexuel suicidaire qui avait été créé en 1988. Pour Faith, chez Valiant (Bliss Comics en France), Jody Houser, Francis Portela, Marguerite Sauvage et Andrew Dalhouse ont créé une héroïne dont les mensurations sont éloignées des canons des comics de super-héros, très étriqués, notamment pour les personnages féminins.
Même si l’avancée est majeure dans la diversité, Philip Illidge précise que : « La réponse ultime ne peut pas être que les gens peuvent seulement écrire sur des caractères qui reflètent leur expérience. » Chacun devrait œuvrer pour cette diversité : « Plus vous avez des voix diverses dans la salle, plus vous obtiendrez une réelle vision du monde dans votre fiction. »
 source : NYTimes

Le Mans: les Couples de la République d’Olivie Ciappa seront projetés sur la façade du cinéma Pathé

« Après près de trois ans de travail et de détermination », l’association Homogène va enfin pouvoir présenter les 70 photos des couples de la République d’Olivier Ciappa, au Mans. Pas en exposition comme initialement prévu, mais elles seront projetées sur la façade du cinéma Pathé, vendredi 19 mai 2017, dès 20 h, place des Jacobins.
«Les Couples de la République», c’est le nom des photographies d’Olivier Ciappa mettant en scène des couples réels ou imaginaires, quels que soient leur âge, leur sexe, leur orientation sexuelle, leur couleur de peau…
Homogène, association LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) travaille depuis presque trois ans pour faire venir cette exposition de 70 photos de très grande taille au Mans. Elle était annoncée l’an passé, jusqu’à ce que la mairie du Mans l’annule, pour des questions techniques.
Pas question de renoncer à « cet événement qui porte haut les valeurs de tolérance, de fraternité et d’amour ». Finalement, pour contourner les problèmes techniques, de gardiennage et d’assurance, les membres d’Homogène ont décidé, avec l’accord de l’artiste, de projeter les 70 photos sur la façade du cinéma Pathé, place des Jacobins, vendredi 19 mai, à partir de 20 h. Avec le matériel utilisé pour les Chimères sur la cathédrale du Mans.

Les homophobes sont-ils… ?: un album de 192 pages contre l’homophobie

aurelLes homophobes sont-ils des enculés ?A quoi sert le dessin de presse, à faire sourire, à faire réfléchir, et à combattre les idées reçues. C’est le cas avec « Les homophobes sont-ils des enculés ? » un album de 192 pages à paraître aux éditions Iconovox.
De très nombreux auteurs et dessinateurs ont déjà envoyé leur texte ou leur dessin, mais ce projet fait aussi appel au financement participatif et chacun peut y souscrire sur le site Ulule : https://fr.ulule.com/livre-contre-l-homophobie/ à partir de 5 euros.
Par exemple pour une participation de 35 euros on reçoit le livre mais également l’album inédit « Tignous pour tous » (éditions iconovox), un jeu de cartes postales et des marque pages.
« Les homophobes sont-ils des enculés ? » est co-édité avec le soutien actif de SOS homophobie.
C’est James Tanay, fondateur des éditions Iconovox, qui a eu l’idée de produire ce livre, un recueil de textes, chroniques, témoignages mais surtout de dessins satiriques « clairement à charge contre les homophobes ».
Une publication disponible à partir du 17 mai à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, qui fait d’ores et déjà l’objet d’une campagne sur Ulule.
Tous les droits d’auteur des ventes sur ce livre seront reversés à SOS Homophobie. La campagne Ulule pour récolter les fonds permettant le financement de ces 192 contre l’homophobie prend quant à elle fin le 2 avril.

ulule-lgbt-17-02-23-xyxi4eumjrg1

 

BD : le premier baiser gay de Iceman

iceman_gay_kiss-750x400

Iceman, de son vrai nom Bobby Drake, a rencontré son petit ami Roméo dans le numéro 13 du comics All-New X-Men. Quatre numéros plus tard, ils ont enfin droit à leur premier baiser public !
Roméo est un mutant avec lequel Iceman a eu plusieurs rendez vous.
Tout commence lors d’une petite sortie entre les deux amoureux : Mais les deux jeunes hommes ne semblent pas oser s’embrasser…
C’est seulement à la fin du numéro que, 54 ans après la découverte du personnage, le baiser tant attendu arrive pour Iceman,
Créé par Stan Lee et Jack Kirby, Iceman alias Bobby Drake apparaît pour la première fois dans X-Men #1 de septembre 1963. Il est l’un des membres fondateurs des X-Men, et a déjà bénéficié de sa propre série (limitée) en 1984 et 2001.
Iceman  s’avoue à lui-même être gay dans le numéro du comics « Uncanny X-Men # 600″. Trois pages exclusives de la bande dessinée, qui est sorti le  4 novembre 2015 aux Etats-Unis .
Dans ce numéro, le jeune Bobby Drake alias Iceberg rencontre son personnage plus âgé, lors d’un voyage dans le futur. Il confronte son aîné sur sa véritable sexualité, et celui-ci finit par avouer qu’il est gay. En avril dernier, le jeune Iceberg était déjà présenté comme homosexuel dans la bande dessinée « All-New X-Men #40″, après avoir eu l’esprit sondé par Jean Grey. Le « Uncanny X-Men # 600″ sert donc de confirmation à cette annonce.

2ème édition du Festival des cultures LGBT de Paris

affiche-festival-des-cultures-lgbt-2017Le Centre LGBT Paris Île-de-France organise la 2e édition de du Festival des cultures LGBT du du 27 janvier au 17 février 2017.
Une quarantaine d’événements, destinés à tous et toutes, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre, programmés pendant les trois semaines du Festival, du 27 janvier au 17 février 2017.
L’ambition de ce festival est de « mettre en valeur, de « visibiliser » et de célébrer les artistes et thématiques LGBT, et de permettre aux communautés LGBT de s’exprimer, de se retrouver mais aussi de dialoguer avec la société dans son ensemble », expliquent les organisateurs.
Grâce au soutien de la Ville de Paris et de nombreux lieux participants, ce festival s’adresse à toutes et tous : lesbiennes, gays, bies et bis, personnes trans, mais aussi toutes celles et tous ceux, quelles que soient leur orientation sexuelle et leur identité de genre, qui veulent découvrir et partager ces temps forts, ensemble.
La plupart des événements seront en entrée libre et s’adressent à un large public. Les lieux qui les accueillent sont pour certains déjà des lieux d’expression des cultures LGBT, mais beaucoup d’entre eux s’ouvrent pour l’occasion à ces thématiques et au festival pour célébrer et partager la richesse de la diversité francilienne.
Concerts, expos, conférences, lectures, salon ou projections de films vont se succéder pendant les trois semaines du festival avec une affiche éclectique.
L’événement rassemble les plus important nombre de rendez-vous culturels LGBT variés jamais proposés dans un temps aussi court à Paris.
Vous pouvez retrouver l’ensemble de la programmation sur le site internet :www.festivaldescultureslgbt.org

Jonathan Gillot reçoit le Prix Découverte du roman gay 2016

desordresJonathan Gillot a reçu samedi 7 janvier le Prix Découverte de la 4ème édition du roman gay 2016 à Paris, Librairie Violette and Co. Il a été sélectionné parmi 119 participants pour son roman « Désordre » (éditions Ex Aequo). Cette histoire raconte un putsch nationaliste et parallèlement une romance gay entre Quentin et Max.
Jonathan Gillot, 29 ans, est né en Haute-Marne, à Chaumont. Il a toujours été passionné par l’astronomie et la physique, et a suivi un long cursus qui s’est terminé en 2013 avec l’obtention d’un doctorat de physique. Il a entamé la rédaction de cet ouvrage vers la fin de sa thèse. Le goût de l’écriture est venu pendant la composition de son manuscrit de doctorat et, à ce titre, il pense être l’un des très rares doctorants au monde qui ait trouvé agréable la rédaction de sa thèse ! Dorénavant, ayant terminé ses études, il a pour objectif de poursuivre ses recherches en physique tout en entamant une carrière d’écrivain.
Le jury, composé d’écrivains, critiques, blogueurs, chroniqueurs, lecteurs, libraires et éditeurs, a choisi six lauréats dans la short-list finaliste des onze romans sur les quarante préalablement sélectionnés parmi 119 participants (Prix du roman gay, Prix Découverte, Coup de cœur du jury, Mention spéciale et Récompense pour l’ensemble d’une carrière). Ces prix sont à portée internationale et francophone.
Pour concourir, il suffit d’aborder le thème de l’homosexualité. Les préférences amoureuses des auteurs n’entrent bien sûr pas en ligne de compte (le jury n’est d’ailleurs pas composé que de gays). Le prix est décerné tous les ans au mois de janvier par un jury international composé entre autre d’éditeurs, de libraires, de journalistes, etc.
Le mot de l’éditeur
Parachuté dans une ville de province pour couvrir un fait divers, Quentin Viessenthal, journaliste sans ambition, va vite regretter sa venue. La cité, peu à peu privée de ses autorités morales et politiques, va devenir la proie d’une puissante organisation qui n’a que la barbarie pour moyen et la domination pour fin. Faisant preuve de lâcheté ou de courage, de dédain ou de sacrifice, Quentin se trouvera au milieu d’un désastre comme l’Histoire sait parfois en produire : une République au bord de l’abîme, des monstres engendrés par la violence de la vie, des innocents enchaînés par centaines. En fin de compte, des lendemains qui déchantent, dans une ville qui déjante. Avec ses compagnons d’infortune, il devra rivaliser d’ingéniosité pour sauver une ville, qui pourrait un jour être la vôtre.

Abdellah Taïa: « Celui qui est digne d’être aimé »

abdellahAhmed, 40 ans, est marocain. Il vit à Paris.
Il écrit à sa mère, morte cinq ans auparavant, pour régler enfin ses comptes avec elle et lui raconter par la même occasion sa vie ratée d’homosexuel.
Il envoie une lettre de rupture violente à Emmanuel, qui a changé son existence, pour le meilleur et pour le pire, en le ramenant en France.
Par ailleurs, Ahmed reçoit des lettres de Vincent et de Lahbib.
Un roman épistolaire pour remonter le temps jusqu’aux origines du mal.
Un livre sur le colonialisme français qui perdure dans la vie amoureuse et sexuelle d’un jeune Marocain homosexuel.

Abdellah Taïa est né en 1973 à Rabat. Il a publié au Seuil cinq romans, traduits en Europe et aux USA, dont Le Jour du Roi (prix de Flore 2010), Infidèles (2012) et Un pays pour mourir (2015). Il a réalisé en 2014 un long métrage à partir de son roman L’Armée du Salut.

 Pour commander le nouveau roman d’Abdellah Taïa, « Celui qui est digne d’être aimé » (Ed. du Seuil), qui sort aujourd’hui dans les librairies, en France.

A lire : Je te savais déjà

je-te-savais-dejaRomans sentimentaux – 178 pages – 145×210
ISBN : 9782342040753
France Aimée
Julien, toujours célibataire à quarante ans, a enfin trouvé une épouse grâce à Éric, son meilleur ami, pourtant blasé par les femmes après quelques déceptions sentimentales. Une infidélité de Laurence va briser ce nouveau bonheur, et malgré la naissance de p’tit Louis, leur fils, le couple va très vite divorcer.Mais le destin veille… et va rapprocher les deux amis d’enfance, qui vont alors découvrir qu’ils n’avaient jamais cessé de s’aimer. Ils vont se consoler de leurs échecs féminins et vivre une relation d’amour passionnée dans leur village de Savoie, sous les regards moqueurs de leurs voisins et les interrogations de leurs familles.Jusqu’au terrible drame qui va les séparer physiquement mais réunir leurs coeurs meurtris pour l’éternité…Un roman inspiré d’une histoire vraie qui a été racontée à l’auteure par l’un des deux amants.

Je te savais déjà… – France Aimée

https://www.monpetitediteur.com/je-te-savais deja

Jim Lee et J.K.Rowling unie pour « Love is Love »

love-is-love

J. K. Rowling, auteure de la saga Harry Potter, a fait équipe avec DC Comics et Jim Lee pour le livre, Love is Love, qui regroupe de nombreux auteurs et artistes.
Ce projet a vu le jour suite à la fusillade de masse qui a eu lieu, il y a quelques mois, à Orlando, en Floride.
L’illustration en question a été partagée par Lee sur son compte Instagram, avec les personnages d’Harry Potter, Hermione Granger, Ron Weasley, et Albus Dumbeldore.
Le scénariste Marc Andreyko, éditeur de l’anthologie, a expliqué au New York Times que Rowling a permis à DC d’utiliser une citation de Dumbledore issue de Harry Potter et la Coupe de Feu. « Differences of habit and language are nothing at all if our aims are identitcal and our hearts are open. (Les différences de langage et de culture ne sont rien si nous partageons les mêmes objectifs et si nous restons ouverts aux autres.) » Pour rappel, en 2007, l’auteur révélait que le personnage de Dumbledore, directeur de l’école de Poudlard, était gay.
Love is Love, en collaboration avec IDW également, paraîtra le 28 décembre prochain. L’argent récolté sera reversé à l’association Equality Florida, qui a ouvert un fonds de soutien pour aider les victimes et les familles.
 A pré-commandé ici, pour un peu moins de 10 €.