court métrage gay : Amour Éternel

 Nathan et Lucas sont en couple depuis plusieurs années, et ce dernier prend peu à peu conscience qu’il ne s’agit pas de la vie qu’il souhaite. Lucas va tenter de pimenter le quotidien de son couple. Jusqu’où peut-il aller ?

Un film de Benjamin Ribeaucourt
Avec Rémi B., Marie Muffat et Guyom Éké.
Musique originale de Jascha Nakladal.
Photographie de Florian Blond.

court métrage gay : Utopies

Un court métrage gay en banlieue parisienne.
Synopsis: Thomas rencontre Julien. Ils parcourent les cités de la banlieue parisienne. L’utopie d’un amour émerge, aussi éphémère que l’avenir d’une époque révolue.
Avec Pierre Elliott, Romain Poli, écrit par Manfred Rott et Jamal Belmahi, réalisé par Manfred Rott.
Pour contacter le réalisateur : manfred.rott@gmail.com
Utopies a gagné deux prix de meilleur court métrage auprès des festivals de cinéma de cinéma suivants:
Festival CinegailesAST, Gijon, Espagne 2011
Sicilia Queer Filmfest, Palerme 2012
Sélections festivals:
Festival Cinhomo, Valladoid, Espagne 2012
LesGaiCineMad, Festival Internnational de Cine LGBT de Madrid, 2012
Festival international de cinéma de Porto (Fantasporto) – 2012
LGBT Festival, Torino, Italie – 2012
Pink Apple Festival, Zürich, Suisse – 2012
QFest, Philadelphia, USA – 2012
Queer Lisboa, Lisbon, Portugal – 2012
Portland LGBT Festival, USA – 2012
Festival Chéries-Chéries, Paris – 2012
Festival Zinegoak, Bilbao, Espagne – 2013
Outfest Peru, Lima – 2013

Saint Etienne : L’association Face à Face présente la 13e édition du festival LGBTI +

L’association Face à Face présente la 13e édition du festival LGBTI + (Lesbien Gay Bi Trans Intersexe et plus) qui se déroulera du 21 au 26 novembre à Saint-Étienne.
Le festival se déroulera du 21 au 26 novembre, soit sur deux jours de plus que l’an passé. À l’occasion de cette 13e édition, trois séances Off sont proposées pour annoncer les festivités à Saint-Galmier, Monistrol-sur-Loire et à Pélussin. Pour le reste, les films seront à découvrir au cinéma le Méliès.
Le festival débutera par une soirée autour de Seule sur terre , primé au festival de Sundance. « Ce film aborde à la fois le sujet de l’immigration et de l’acceptation de l’homosexualité dans la ruralité », explique Olivier Bachelard, le responsable de la programmation du festival.
Dans les temps forts, on retrouvera notamment, le jeudi 23 novembre, une soirée latine autour du film Une femme fantastique. Récompensé au festival de Berlin, ce long-métrage chilien présente la lutte d’un transsexuel dont l’amant décède et qui souhaite faire valoir ses droits
Le vendredi 24 novembre, le film Les garçons sauvages sera présenté en avant-première et sera suivi d’une rencontre avec notamment l’actrice Mathilde Warnier.
La soirée de clôture se fera en musique autour du documentaire sur la figure emblématique de la musique mexicaine de Chavela Vargas. «
Ce choix de film sur cette musicienne militante aimant les femmes met en avant l’esprit d’ouverture de cette édition. En plus de s’ouvrir sur le monde, l’équipe de Face à Face souhaite ouvrir le festival à un large public
Le président de l’association invite tous les publics à venir sur le festival en ironisant avec humour : « Venez sans crainte. J’ai regardé des films hétéros toute mon enfance et je ne suis pas devenu hétéro pour autant ! »
Site http://www.festivalfaceaface.fr

Call Your Father

Jordan Fistman’s Call Your Father takes a scathing look at two generations of gay men that don’t understand one another, but seek each other out, regardless.
Jordan Fistman is a queer filmmaker whose new short film Call Your Father makes for an uncomfortable watch.

The film explores a rendezvous between a self-centred and reckless millennial, Josh and a meek and mild middle-aged man, Greg.

Neither of these characters are particularly positive representations, with Fistman delving into generational qualities we might not be keen to confront in ourselves.

Greg and Josh go on a toxic night filled with awkwardness and charm, lust and loathing, pleasure and pain. These characters are both deeply flawed, yet aren’t self-aware of their short comings, despite being quick to point them out in each another.

Call Your Father from jordan firstman on Vimeo.

Nous, les Grands Vivants

Claudius Pan vient de mettre en ligne son nouveau court-métrage :
«Avec ce court métrage j’ai voulu parler de cette période que je n’ai pas vécue mais qui à tant affecté ma perception de ma sexualité, du monde et de mon rapport à celui-ci.
J’ai souhaité le montrer comme un Ailleurs, quelque chose qu’on ne discerne pas mais qui martèle les esprits. En prenant pour points de repères 1981 et 1995, j’ai tenté de faire émerger deux perceptions pour faire apparaître le coup qu’a été, et continue d’être ; l’apparition du sida.
Encore une fois tout est de l’ordre du « fantasme » personnel lié à une période antérieure à ma vie.
1981 représente pour moi le paroxysme d’une liberté, d’une joie de vivre. L’Homosexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale depuis 1973, en France, et la communauté homosexuelle sort de l’ombre pour mener ses combats à la vue de tous. Une fierté émerge, ainsi qu’un nouvel espoir, sans se douter qu’une guerre, encore plus terrible, approche, Poussant la communauté à se battre, à se défendre, sur tous les fronts, la fortifiant toujours plus fortement.
Avec la cassette décortiquée, au début, j’ai voulu traduire, de façon poétique, la violence des mots qui s’apprêtent à s’inscrire de façon indélébile sur les personnes contaminées, comme les sons sur la bande magnétique. Les mots, mais aussi les regards, car au delà de la contamination, vient aussi la violence inouïe qui accompagne une société qui ostracise des individus.
Je voulais que ce soit le personnage n’ayant pas encore conscience de ce qui est sur le point d’arriver, comme une prophétie qui se déroule avant le reste du court métrage. Il est celui qui surpasse les mots et les stigmates.
1995, tous les doutes ont été levés, le sida n’est désormais plus considéré comme « le cancer des pd », mais les pertes sont immenses. Comment construire sa sexualité à partir de tous ces gros titres racoleurs, de cette haine qui s’est déversée, de cette hécatombe ? Comment cette histoire s’inscrit sur le corps et l’esprit d’un jeune homme homosexuel ? Ce sont ces questions qui m’intéressent.
Faire un poème visuel autour de ce trou noir qui a failli aspirer l’espoir naissant. J’ai voulu parler de la force de cette communauté, de ces combattants lumineux liés aux uns et aux autres, de façon indicible, par ces coups bas, mais également par la joie de vivre qui continue d’inspirer les âmes. En parler sans propos moralisateurs mais avec toute la sensibilité, la fragilité et la naïveté possible .
Car, malheureusement, cette bataille est toujours d’actualité et j’ai ce besoin de me sentir accompagné par ceux qui m’ont précédés, ceux qui sont près de moi mais aussi ceux qui prendront le relais dans cette lutte.»

6 millions de vues en 3 jours pour In a Heartbeat

In a Heartbeat, le film d’animation LGBT, réalisé par deux étudiants de l’Université de Ringling, en Floride, totalise déjà presque six millions de vues.
Diffusé depuis le 31 juillet sur Youtube, ce court-métrage, raconte l’histoire d’un coup de foudre entre deux jeunes garçons.
Les deux auteurs, Beth Davis et Esteban Bravo, deviennent ainsi les premiers réalisateurs d’un film d’animation mettant en scène un couple homosexuel, selon le Huffington Post. « C’est très important pour nous de promouvoir un message d’acceptation auprès de toutes les personnes LGBT qui ont du mal à assumer leur sexualité », confie Beth au site Têtu.
Très inspiré, dans le style, des courts-métrages de Disney-Pixar, le film a pu être réalisé grâce à une campagne de crowdfunding sur le site Kickstarter lancée en novembre 2016. Les deux étudiants avaient récolté sans peine les 14.000 euros dont ils avaient besoin. Et le public semble conquis par le résultat.

Dessins animés gay : In a heartbeat, pour être heureux ne vivez pas caché

In a heartbeat, raconte l’histoire de Sherwin, un élève gay dans le placard amoureux de Jonathan, le garçon le plus populaire à l’ école.
Son cœur sort littéralement de son thorax pour voler vers le garçon de ses rêves et lui avouer son amour.
La bande-annonce de 25 secondes a été dévoilée le 17 mai, lors de la journée mondiale contre l’homophobie
«Être gay est un sujet qui n’a pas été vraiment exploré dans l’animation par ordinateur», expliquaient les animateurs dans leur vidéo Kickstarter . « Nous voulons émettre un message d’amour et d’acceptation de soi à tous les enfants et les jeunes qui ont du mal à s’identifier comme LGBT, tout comme Sherwin le fait ».
Depuis, le court-métrage a été présenté dans plusieurs festivals, et a cartonné.

Watch powerful short film War Within about a gay Muslim’s struggle with his sexuality

We Are One+Together is proud to premier “The War Within,” a short film by Zaher Saleh, in honor of Pride Month around the world and in support of our Mr. Gay Syria asylum efforts. “The War Within” tells a personal story of a gay Muslim man’s struggle to reconcile his sexuality with his faith, his longing for acceptance from his family and his journey to love and accept himself.
Written & Directed  Zaher Saleh
Music  Patrick Cannell

We Are One + Together est une initiative de M. Gay Syria pour garantir l’asile aux concurrents de M. Gay Syria , y compris le financement de l’aide juridique, pour obtenir un soutien politique et public.
Ces personnes courageuses ont choisi d’organiser un concours pour montrer les problèmes urgents auxquels ils sont confrontés ainsi UE les individus LGBTQ + au Moyen-Orient .

Pour annoncer l’initiative We Are One + Together présente le court métrage, War Within (04.10 min) , réalisé par le réalisateur palestinien Zaher Saleh dans le cadre de la série de films We Are One + Together .
Le film raconte L’histoire très personnelle de la lutte d’un homme musulman homosexuel pour concilier sa sexualité avec sa foi, son désir d’acceptation de sa famille et le voyage pour l’amour et l’acceptation de soi.