Archives de Catégorie: coming out

Grande Bretagne : Un néo-nazi révèle qu’il est gay et juif

Le militant neo nazi Kevin Wilshaw vient de faire son coming-out  sur la chaîne anglaise Channel 4.
Aujourd’hui, il ne se reconnaît plus dans dans le mouvement suprématiste blanc.

« A une ou deux occasions récemment, j’ai été la cible de la haine du groupe de personnes à qui je veux appartenir, a-t-il expliqué lors de son intervention publique. Si vous êtes gay, c’est acceptable dans la société, mais avec ces groupes de gens, ce n’est pas acceptable (…) Quand j’étais suspecté d’être gay, j’étais victime d’abus. C’est vraiment égoïste de dire ça mais c’est vrai : c’est lorsque c’est dirigé contre vous que vous réalisez soudainement que ce que vous faites est mal ». La majorité d’entre nous serait pourtant à même de concevoir qu’être homosexuel et militer dans une organisation ouvertement homophobe n’allaient pas vraiment de paire.

Il a été une figure éminente du National Front, une organisation fasciste bitannique, depuis les années 1980, avant de rejoindre le British National Party.
Wilshaw affirme avoir été en contact avec des homophobes extrêmes pendant son engagement à l’extrême droite, et notamment David Copeland, le terroriste qui a tué trois personnes et blessé plus de 70 autres en plaçant une bombe dans le pub gay londonien Admiral Duncan en 1999.
Il désavoue aujourd’hui son passé en faisant son coming out en tant qu’homosexuel et en reconnaissant également des origines juives.
Kevin Wilshaw est d’origine juive, par sa mère, ce qui ne l’a pas empêché de prôner pendant de longues années l’extermination de la « race impure »
En Mars, il avait d’ailleurs été interpellé à la suite d’injures raciales.
Dès l’âge de 11 ans, il a suivi l’exemple de son père, « très à droite », et s’est alors intéressé au nazisme. A sa majorité, il s’est encarté au National Front, le FN britannique. En quelques temps, il est devenu au sein de ce parti l’un des plus hauts responsables. Las, le « conformisme » des idées et discours l’ont finalement rapproché d’un autre groupe de la mouvance ultra-nationaliste, à savoir le British National Party.
Son homosexualité semble être la cause profonde de sa tardive prise de conscience.
« Je veux nuire à ces gens qui propagent ce genre de conneries. Je veux leur faire mal, leur montrer ce que c’est de vivre dans le mensonge et d’être le réceptacle d’une telle propagande. Je veux réellement leur faire mal », explique-t-il.
Wilshaw précise aussi qu’il n’était pas le seul homme gay du mouvement néo-nazi.

Olivier Minne : je suis gay

Durant plusieurs années, Olivier Minne s’est pourtant revendiqué bisexuel.
Olivier Minne, qui était interrogé sur sa sexualité par RMC,  s’était revendiqué bisexuel. « Je suis hétéro… et homo », avait-il déclaré.
Mais  BuzzFeed nous apprend que l’animateur a décidé de franchir le cap et de se revendiquer gay à 100%: « J’ai utilisé cette pirouette car je ne voulais pas renier les histoires que j’ai pu avoir avec des femmes » a-t-il expliqué pour justifier ce petit mensonge. « Je ne suis jamais passé par cette phase de dissimulation car tout s’est passé tranquillement dans une famille qui ne se posait pas de questions sur ça. Même vis-à-vis de la presse, je n’ai jamais fait de fausse paparazzade par exemple alors que je sais que certains de mes confrères ont fait ça ».
Alors qu’à l’époque, l’homme mettait un point ferme à ne pas communiquer sur sa sexualité, les polémiques entourant le mariage pour tous lui ont fait revoir sa position. « Je n’ai jamais ressenti le besoin de faire mon coming-out étant plus jeune car la parole homophobe était sans doute moins libérée », a-t-il développé. « Je ne voyais pas en quoi cela pouvait changer quoi que ce soit et c’est sans doute une erreur de ma part. Mais après le débat sur le mariage pour tous, c’était différent ».

14 personnalités qui ont fait leur coming out en 2017

 

Italie : Le réalisateur Sebastiano Riso victime d’une agression homophobe

Lundi après-midi, alors qu’il rentrait dans son appartement situé au coeur de Rome, le cinéaste italien Sebastiano Riso a été violemment agressé physiquement et verbalement par deux hommes qui s’étaient introduits dans le couloir de l’immeuble, d’après les informations du journal Repubblica. Le réalisateur a vraisemblablement été agressé parce que son film A Familia, présenté à la Mostra de Venise cette année, plaide en faveur de l’adoption par les couples homosexuels.
Le réalisateur venait tout juste de présenter à la 74e Mostra de Venise son long-métrage A Family (avec Patrick Bruel), qui dénonce le fléau du trafic de nouveau-nés en Italie. Un couple hétérosexuel y vend ses propres enfants à des couples homosexuels.
Le cinéaste est sûr du caractère homophobe de l’agression: «Hier, c’était une triple attaque contre moi: comme homosexuel, réalisateur et comme une personne» a-t-il déclaré avant de préciser sa pensée en ces termes, «En tant qu’homosexuel parce que pendant qu’ils me frappaient, ils m’ont lancé des insultes homophobes. En tant que réalisateur car leurs insultes faisaient explicitement référence aux thèmes que j’ai traités dans mon dernier film, comme la possibilité pour les couples gays de former leur propre famille, et parce que la violence a été perpétrée contre mon inclination à m’exprimer à travers mon travail. Malgré la peur et la rage que je ressens toujours… Je suis sûr que je continuerai de m’exprimer de la même manière et même avec plus de force encore.»
En septembre dernier, il parlait à Reuters de son dernier film: «Ce business existe parce que la demande est énorme. Et les gens qui achètent des bébés ne sont pas des monstres, mais le plus souvent des personnes qui veulent vivre leur droit d’être parents. En tant qu’auteur gay, j’avais envie qu’un couple gay fasse une chose aussi horrible, car c’est inconcevable en Italie, où l’homosexualité est représentée de manière si bourgeoise et édulcorée. Les homosexuels sont tout autant des personnes que les hétérosexuels. Qu’importe leur orientation sexuelle. Nous pouvons être bons, gentils, horribles, comme tout le monde».

Coming out : Gordon Thomson sort du placard

A 72 ans Gordon Thomson vient de faire son coming out.
Révélé sur les écrans à travers ses rôles dans Dynastie (Adam Carrington dans Dynastie entre 1982 et 1989) et Santa Barbara (Mason Capwel), l’acteur a choisi de briser le silence.
L’acteur a accordé une interview au site américain The Daily Beast ou il a tout simplement révélé être homosexuel, expliquant pourquoi il avait choisi de ne pas en parler à l’époque :  » La série, l’époque, le fait que j’avais un rôle principal…Non, non, non. Rock Hudson n’a fait son coming out que lorsqu’il est tombé malade. C’était une époque complètement différente. Richard Chamberlain, que je ne connais que très peu, a eu la bonne attitude selon moi. Si vous pouvez jouer les rôles principaux, pourquoi faire votre coming out ? Vous n’en avez pas besoin. La moitié du public est féminin et la plupart de ces femmes sont hétéros, vous jouez dans un feuilleton comme Dynastie, vous êtes une source de fantasme ».
« Lorsque j’étais jeune, l’homosexualité était un crime et considérée comme une maladie mentale. Ce n’est que lorsque Pierre Trudeau est devenu Premier ministre du Canada, quand j’avais 23 ou 24 ans, que cela a cessé de l’être » a-t-il expliqué avant de poursuivre : « Et j’avais 30 ans quand cela a arrêté d’être considéré comme une maladie mentale aux Etats-Unis », avouant alors que  » La honte, le manque d’estime de soi » ont été « autant de sentiments » qui ont fini par disparaître.
Le comédien est célibataire : « Je ne pense pas en avoir l’énergie et je ne veux pas me déshabiller devant quelqu’un, même pas devant un médecin sauf si je n’ai vraiment pas le choix. »

Ellen Page la femme engagée


Ellen Page  a tourné avec les plus grands : Christopher Nolan (Inception), Woody Allen (To Rome with Love), Bryan Singer (X-Men) ou encore Drew Barrymore (Bliss).
Une actrice qui  a décidé de mettre à profit sa notoriété pour s’engager en faveur des droits LGBT. Le 14 février 2014, elle prononce un discours marquant lors d’une conférence organisée par l’ONG Human Rights Campaign à Las Vegas. Un moment fort en émotion durant lequel elle fera son coming out. «Je suis ici aujourd’hui parce que je suis gay et parce que, peut-être, je peux changer les choses pour aider les autres à avoir une vie plus simple et pleine d’espoir, mais aussi parce que je sens que j’ai une obligation personnelle et une responsabilité sociale (…) Je suis fatiguée de me cacher, et de mentir par omission», explique-t-elle devant l’assemblée. Un geste d’autant plus fort que peu d’actrices homosexuelles ont eu le courage de le faire à Hollywood avant elle.

Brandon Flynn fait il son coming out?

Brandon Flynn a posté sur Instagram, hier 19 septembre 2017, un message en faveur du mariage entre personnes de même sexe alors que l’Australie s’apprête à prendre position par vote postal.
L’acteur qui incarne le personnage de Justin Foley dans la série 13 Reasons Why sur Netflix, laisse entendre qu’il est lui-même membre de la communauté LGBT
De nombreuses rumeurs couraient concernant une romance entre lui et son collègue de la série, l’acteur Miles Heizer, mais les représentants des deux jeunes hommes avaient nié .
On ne savait pas si Brandon Flynn était gay ou pas. Dans son long message Instagram, il ne le dit pas en ces termes là mais il se déclare comme LGBT… « J’ai vu le message ‘Votez Non’ dans le ciel de Sydney. Merci de dépenser votre argent et de louer un avion pour écrire votre manque de soutien dans les nuages. J’espère que votre haine et votre manque de compréhension disparaîtront comme ces mots. Trop de mes amis se sont fait jeter de chez eux, sont restés dans le placard, se sont fait battre, tuer, humilier par l’église et l’état… et vous avez peur que si nous votons OUI, vous ne serez plus en mesure d’afficher votre haine envers nous. J’emmerde cela », écrit-il.

L’ancien athlète gallois Colin Jackson révèle son homosexualité

Colin Jackson, ex-champion du 110 mètres haies et commentateur sportif en Grande-Bretagne, a révélé son homosexualité dans un documentaire suédois.
Le Gallois, médaillé d’argent aux Jeux olympiques de Séoul en 1988, a toujours nié les rumeurs qui couraient à son sujet, y compris depuis sa retraite officielle en 2003.
Dans le passage où il fait son coming-out, Colin Jackson discute avec d’autres anciens athlètes homosexuels, la championne du monde du saut en hauteur, la Suédoise Kajsa Bergqvist, ainsi que le spécialiste du saut en longueur, également suédois, Peter Häggström.
Pour justifier le fait d’avoir attendu aussi longtemps, Colin Jackson invoque le refus de verser dans le « sensationnalisme ».
Au cours du documentaire, l’ex-athlète revient également sur le moment où il a révélé son homosexualité à ses parents, en 2006, après qu’un ancien compagnon a vendu la mèche à la presse people.

Haaz Sleiman fait son coming out gay et 100% passif

Haaz Sleiman vient de publier une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle il fait son coming-out de « gay, musulman et passif » et menace les homophobes de les détruire s’ils venaient à lui chercher des noises.
L’acteur , une des stars de la série comique «Nurse Jackie», a effectué un coming-out  sur les réseaux sociaux. Dans une vidéo postée dans le cadre d’un programme national américain contre les violences homo- et transphobes, il s’est dit fier d’être «gay, arabe, musulman et américain». Le comédien de 41 ans a ajouté : «Je suis gay, musulman – et je vais même aller un peu plus loin, je suis passif. Pas seulement passif, mais « totalement passif », ce qui signifie que j’aime en prendre vous-savez-où !»…
Manifestement attaché à se faire respecter, Haaz Sleiman prévient: « S’il vous venait à l’idée de venir me tuer, juste parce que je suis gay, je vous détruirai ! Je suis peut-être gay, je peux être très gentil, mais me la faites pas à l’envers parce que je vais vous démonter ! ».
Dans une vidéo sur Facebook, il explique avoir pris sa décision après avoir découvert que davantage de personnes LGBT avaient été tuées aux États-Unis en 2017  qu’en 2016.

Paul Pogba : «Un joueur qui ferait son coming-out doit être respecté»

Dans le cadre de sa nouvelle campagne «Equal», l’UEFA veut faire changer les mentalités le sujet tabou de l’homosexualité dans le football.
Le mot d’ordre : promouvoir la diversité et rendre accessible le football à tous.
Quatre joueurs et joueuses – la Norvégienne de l’OL, Ada Hegerberg, Cristiano Ronaldo, Lionel Messi et Paul Pogba– ont accepté d’en devenir les ambassadeurs.
Interrogé à l’occasion du lancement officiel de cette campagne, Paul Pogba a évoqué pour la première fois l’homosexualité dans le football. Répondant à une question sur le possible coming-out de joueurs, il a lancé : «Je n’ai jamais vu cela, mais pourquoi pas? Chaque joueur est un être humain, et ce qu’il ressent fait partie de sa vie privée. Tout cela n’a pas de rapport avec le joueur, nous devons juste le respecter. S’il vous respecte, vous devez le respecter, c’est tout».
En janvier dernier, le patron de la Fédération anglaise de football avait lui aussi évoqué le sujet. Dans le «Times», il avait dit que l’un des meilleurs moyens pour lutter contre l’homophobie dans le football serait que les joueurs homosexuels fassent un coming-out collectif. Jusqu’à présent, Justin Fashanu, qui s’est suicidé en 1998, reste l’unique joueur en Angleterre à avoir révélé son homosexualité durant sa carrière professionnelle. En 2014, c’est la star allemande Thomas Hitzlsperger qui avait révélé son homosexualité. «Être gay est un sujet qui est ignoré dans le football et non pas un sujet sérieux. L’esprit combatif, la passion, la mentalité de vainqueur ne correspondent pas au cliché selon lequel les gays sont des poules mouillées», avait-il expliqué au journal «Die Zeit». Il avait cependant attendu d’être à la retraite avant de faire son coming-out. L’Américain Robbie Rogers est le seul joueur en activité à avoir fait part de son homosexualité.
Paul Pogba n’est pas le premier joueur français à aborder cette question dans les médias. Dans un entretien accordé au magazine «ICON» en juin dernier, Antoine Griezmann avait expliqué : «Je pense que ce n’est pas habituel parce que nous faisons les durs et les forts. Nous avons peur de ce qui pourrait se dire. Je n’ai rien contre, je respecte tout le monde». Il avait ensuite indiqué que le sujet était certainement encore tabou parce qu’en révélant leur homosexualité, les joueurs pourraient être confrontés à un flot d’insultes de la part de «mauvaises personnes». «Je crois que je le ferais (révéler son homosexualité), mais bien sûr, c’est facile de le dire quand tu ne l’es pas», avait-il encore déclaré.