Archives d’Auteur: Dominique

Le secrétaire d’Etat Gabriel Attal fait son coming-out dans Libération

Gabriel Attal, 30 ans, ex-porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale, et depuis octobre secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, a fait son coming out dans les colonnes du quotidien Libération qui lui consacrait son portrait le 13 avril.
Il avait été outé par Juan Branco dans un pamphet titré « Crépuscule », mais n’avait pas réagi publiquement à cette divulgation de son orientation sexuelle, notamment pour préserver son compagnon, explique-t-il dans Libé.
Dans le pamphlet du pro-gilets jaunes Juan Branco, Attal y est érigé en symbole des élites corrompues et de l’endogamie du pouvoir. «Le ministre soupire quand on évoque le sujet. Leur inimitié remonte au lycée, à l’Ecole alsacienne où ils étaient tous deux. Il avoue avoir hésité à porter plainte, mais refuse d’ajouter du ramdam au ramdam. Juan Branco a, notamment, outé sa relation avec un autre macroniste».
« Il y a un truc qui m’a blessé, c’est le fait que Juan Branco s’en prenne à mon père. Il est mort hyper brutalement il y a trois ans… Un cancer foudroyant. Il a eu très mal au ventre. Tout d’un coup, il est allé à l’hôpital et… Dire des saloperies sur lui, dire que j’étais soulagé de sa mort pour vivre mon homosexualité, c’est… », confie-t-il en forme de réglement de compté avec cet auteur honni.
« Sur les réseaux sociaux, on se prend des seaux de vomi sur la tronche toute la journée… Mais malgré cela, je n’ai aucun problème à me lever le matin et à me dire « j’y vais ! ». Et je suis content d’y aller », dit-il encore.
Dans l’entretien, il laisse entendre qu’il ne serait pas contre une GPA « éthique », pour avoir un enfant, si c’était légal en France.Mais il ne veut et ne peut pas s’exprimer à la place de son compagnon.
Après Mounir Mahjoubi, l’ex sécrétaire d’Etat au numérique, c’est le second coming-out au sein du gouvernement.
L’actuel ministre de la Culture, Franck Riester, ouvertement gay, avait, lui, fait son coming-out bien avant d’être nommé à son poste.
https://www.liberation.fr/france/2019/04/23/gabriel-attal-de-ses-propres-zeles_1722937 )

Poster un commentaire

Classé dans coming out

Turquie: fin de l’interdiction des manifestations LGBT à Ankara

Des événements LGBT peuvent désormais avoir lieu à Ankara, la capitale de la Turquie. Un tribunal a levé l’interdiction prise par les autorités locales contre ces manifestations.
La décision a été rendue jeudi 19 avril. Le groupe turc de défense des droits des LGBT, Kaos GL, avait fait appel de l’interdiction de toute manifestation LGBT.
L’interdiction des manifestations LGBT avait été mise en œuvre pour la première fois par le gouverneur d’Ankara en novembre 2017, en invoquant « la moralité publique » et « les sensibilités sociales ».
Fotis Filippou, directeur des campagnes pour l’Europe à Amnesty International, s’est félicité de la décision de justice : « C’est un jour mémorable pour les personnes LGBTI en Turquie et une grande victoire pour les militants des droits des LGBTI. L’amour a encore gagné. Les personnes LGBTI et leurs alliés ont été interdits de manière scandaleuse et illégale d’organiser des événements liés aux LGBTI depuis novembre 2017. La saison de la fierté approchant le mois prochain, nous célébrons cette décision de justice importante ».
Bien que l’homosexualité ne soit pas illégale en Turquie, de nombreux événements LGBT ont été interdits dans le pays ces dernières années.
En juillet 2018, alors que la Gay Pride d’Instanbul était interdite, des milliers de manifestants avaient bravé l’interdiction et brandit des drapeaux arc-en-ciel en signe de protestation près de la célèbre avenue Istiklal et de la place Taksim.
Les militants avaient été réprimés par la police qui avait utilisé des canons à eau et des balles en caoutchouc pour tenter de disperser la foule ( photos).

Poster un commentaire

Classé dans info

Canada : Un nouveau dollar pour les droits LGBT

La Monnaie royale canadienne a dévoilé une nouvelle pièce commémorative pour les droits de la communauté LGBT. Le Huard, la pièce de 1 dollar canadien, marquera les 50 ans de la décriminalisation de l’homosexualité en 1969 par le gouvernement Trudeau.
La pièce commémorative de 1$ a aussi été frappée en couleur sur une pièce d’argent de 10$. C’est l’artiste canadien Joe Average qui est derrière l’oeuvre rendant un hommage à l’esprit de communauté, à l’égalité et à l’inclusion de la communauté LGBT.
Le gouvernement de Pierre-Elliott Trudeau a amendé le Code criminel le 14 mai 1969. Avant, les actes homosexuels étaient passibles de poursuites et de condamnations criminelles pour grossière indécence.
Plusieurs groupes de défense rappellent qu’il y a encore beaucoup de travail à faire pour les droits de la communauté LGBT au Canada.

Poster un commentaire

Classé dans info

Australie : Israel Folau en commission de discipline suite à des propos homophobes

Israel Folau, arrière des Waratahs et des Wallabies va être auditionné par la commission de discipline de la fédération australienne de rugby.
Sur son site internet Rugby Australia a confirmé que « l’audition en commission disciplinaire de Israel Folau, commencerait le samedi 4 mai 2019 ».
Cette audition se tiendra à huis clos.
A la suite d’un premier message paru l’an dernier à l’encontre de la communauté gay, Israel Folau a tenu de nouveaux propos homophobes début avril 2019 dans une publication Instagram. Il a écrit: « Attention ! Alcooliques, homosexuels, adultères, menteurs, fornicateurs, voleurs, athées, idolâtres, l’enfer vous attend. Repentez-vous ! Seul Jésus sauve »
A la suite de ce message qui a rapidement fait scandale, la fédération australienne a réagi :
Le contenu en est inacceptable. Cela ne représente pas les valeurs du sport et est irrespectueux vis-à-vis de membres de la communauté rugby
La Fédération australienne de rugby a également tenu à résilier le contrat du joueur le 11 avril 2019.
Dans ce flot de réactions contre lui Israel Folau a néanmoins reçu une marque de sympathie de son coéquipier Karmichael Hunt.
Selon l’Equipe il a déclaré : « c’est une triste situation. Je suis proche d’Izzy depuis des années, donc bien sûr que je suis peiné pour lui en le voyant dans cette situation, quel que soit son comportement. »

Poster un commentaire

Classé dans info

Tyler Blackburn, de « Pretty Little Liars », fait son coming out

Découvert dans la série Pretty Little Liars, l’acteur aujourd’hui âgé de 32 ans,Tyler Blackburn s’est confié au magazine The Advocate sur son orientation sexuelle.
Dans les colonnes du magazine américain, l’interprète de Caleb dans Pretty Little Liars a fait son coming out. L’occasion pour l’acteur de revenir sur les raisons l’ayant poussé au silence toutes ces années.
« Je suis queer » a-t-il ainsi confié au magazine The Advocate, avant d’ajouter « je me considère comme bisexuel depuis l’adolescence ».
L’acteur a longtemps hésité avant de faire son coming out. En cause : la pression sociale et les idées reçues qui perdurent autour de la bisexualité. « J’ai entendu tellement de choses sur la bisexualité, que c’était du n’importe quoi, que c’était un moyen de faire son coming out gay plus facilement, tout ça m’a longtemps bloqué ».
L’acteur est également revenu sur un épisode douloureux de sa vie : ses années d’école, où il était régulièrement victime de harcèlement. « J’ai été harcelé par des garçons de mon école, j’avais l’impression de perdre peu à peu qui j’étais » confie l’acteur, à qui l’on reprochait à l’époque d’être efféminé. « J’ai fini par manger seul caché dans la classe de biologique, je n’avais personne à qui parler. Je me suis formé une coquille autour de moi, comme protection (…) J’ai arrêté de faire plein de choses que j’aimais juste pour me sentir en sécurité.
C’est à ce moment précis qu’agit l’oppression, quand tu fais taire qui tu es juste pour te protéger. C’est dévastateur ». Fatigué de se cacher, fatigué de s’inquiéter du regard des autres, Tyler Blackburn ne veut aujourd’hui plus céder à la pression sociale : « je suis tellement fatigué de m’inquiéter autant. Je veux vivre ma vérité et me sentir libre d’aimer, d’être aimé et de m’aimer moi-même ».
« Mon but aujourd’hui est de me sentir aussi heureux que je puisse l’être. Et quand je dis heureux, ce n’est pas « je ris toute la journée, tous les jours », c’est impossible. Ce que je veux dire, c’est que je veux me sentir libre ».

Poster un commentaire

Classé dans coming out

USA: La Cour suprême se penche sur les discriminations contre les gays et les personnes transgenres

La Cour suprême des États-Unis étudie ce lundi 22 avril le dossier des discriminations envers les homosexuels et les personnes transgenres.
La Cour devra déterminer si la loi fédérale qui interdit les discriminations « sur la base du sexe » s’applique aussi à l’orientation et à l’identité sexuelle.
Les Juges ont retenu trois dossiers, portant sur le licenciement d’un employé de funérarium transgenre et de deux homosexuels, qui seront examinés au plus tôt à l’automne.
La Cour suprême devra répondre à une question simple qui fait l’objet d’un vif débat politique : est-ce que la loi fédérale de 1964 qui interdit les discriminations « sur la base du sexe » s’applique à l’orientation et à l’identité sexuelle ?
L’administration démocrate de Barack Obama soutenait une interprétation large du dispositif de 1964, mais le gouvernement républicain de Donald Trump a pris le contre-pied.
En l’absence de directive claire, les tribunaux rendent des décisions contradictoires. C’est ce qui est arrivé à Aimee Stephens, au cœur du premier dossier. Après six ans dans une société de services funéraires de Detroit (nord), elle a annoncé à son employeur son intention d’entamer sa transition vers le sexe féminin.
Le patron de R.G. & G.R. Harris Funeral Homes, qui revendique ses valeurs chrétiennes, l’a alors renvoyée, en lui expliquant que « ça ne pourrait pas marcher ».
Avec l’appui de l’organisme fédéral chargé de lutter contre les discriminations dans le monde du travail (l’Equal Employment Opportunity Commission), elle a alors saisi la justice.
En première instance, un juge a estimé que son employeur avait le droit de la licencier en vertu d’une loi qui protège les libertés religieuses.
En mars 2018, une cour d’appel est revenue sur cette décision. Le tribunal a jugé que son employeur l’avait discriminée parce qu’elle est transgenre et qu’il s’agissait d’un type de discrimination protégé par la loi fédérale.
La confusion est la même dans les deux autres dossiers : Donald Zarda, un moniteur de parachutisme gay a gagné en justice après son renvoi, tandis que le travailleur social Gerald Lynn Bostock a perdu sur les mêmes arguments.

Poster un commentaire

Classé dans info

USA: La justice refuse de libérer Chelsea Manning parce qu’elle refuse de témoigner contre Julian Assange

Un tribunal américain a refusé lundi de libérer l’ex-analyste militaire Chelsea Manning, détenue depuis le 8 mars parce qu’elle refuse de témoigner contre le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, à qui elle avait transmis en 2010 une masse de documents confidentiels.
Chelsea avait fait appel contre la décision de l’incarcérer pour outrage à la justice.
Mais la cour fédérale d’appel de Virginie « n’a pas trouvé d’erreur dans la décision du tribunal de district » et « refuse de la libérer sous caution », ont jugé trois magistrats, sans en dire plus sur la durée de son maintien en détention.
Chelsea Manning avait été condamnée en 2013 à 35 ans de prison par une cour martiale pour la fuite d’environ 750.000 câbles diplomatiques et informations militaires, qui avait plongé les Etats-Unis dans l’embarras.
Sa peine avait été commuée par le président Barack Obama et elle avait été libérée en mai 2017 après sept ans de prison, durant lesquels elle avait entamé sa transition vers le sexe féminin.
Le 8 mars, elle a été renvoyée derrière les barreaux après avoir refusé de témoigner devant un grand jury chargé d’enquêter sur WikiLeaks et son fondateur.
Le 11 avril, Julian Assange a été arrêté à l’ambassade d’Equateur à Londres, où il était réfugié depuis sept ans, suite à une demande d’extradition des Etats-Unis.
Dans la foulée, le ministère américain de la Justice a révélé que l’Australien de 47 ans avait été inculpé un an plus tôt par le grand jury devant lequel Chelsea Manning refuse de témoigner.
Pour les défenseurs de Chelsea Manning, cela prouve que son incarcération est « inutile » et vise seulement à la punir une seconde fois pour la fuite de 2010.

Poster un commentaire

Classé dans info

un rassemblement devant le Plaza Athénée pour appeler au boycott des hôtels du sultan Hassanal Bolkiah

Plusieurs associations LGBT se sont rassemblées vendredi soir devant le Plaza Athénée, pour appeler au boycott des palaces parisiens du sultan de Brunei.
Une action organisée à l’initiative du collectif Shame On You Brunei, en présence de plusieurs associations LGBT comme Urgence Homophobie, pour appeler au boycott de l’hôtel.
Depuis le 3 avril dernier, la législation de Brunei – dont le nouveau code pénal se base sur la charia, la loi islamique – permet d’appliquer la peine de mort par lapidation ou des peines de coups de fouet aux personnes condamnées pour sodomie, adultère ou viol. La loi prévoit aussi l’amputation d’une main ou d’un pied pour vol.
L’idée des associations est donc de protester contre le sultan Hassanal Bolkiah, qui possède de nombreux palaces dans le monde, dont le Meurice et le Plaza Athénée, donc, à Paris.

Poster un commentaire

Classé dans info

Virginie Ledoyen présidera la 10e Queer palm, prix LGBT à Cannes

L’actrice Virginie Ledoyen présidera le jury de la 10e Queer Palm, prix indépendant qui récompense un film des sélections du Festival de Cannes évoquant les questions LGBT, ont annoncé mercredi à l?AFP les organisateurs.
Créée en 2010 par le journaliste Franck Finance-Madureira, la Queer Palm est l’équivalent cannois des « Teddy Awards « , prix LGBT décernés pendant la Berlinale.
La Queer Palm 2018 a récompensée le long métrage « Girl » du jeune réalisateur belge Lukas Dhont qui raconte l’histoire vraie d’une adolescente née garçon qui rêve de devenir ballerine.
Le jury 2019 réunira la chef opératrice Claire Duguet qui travaillait depuis 2001 aux côtés d?Agnès Varda, la comédienne française Kee-Yoon Kim et les réalisateurs brésiliens Filipe Matzembacher et Marcio Reolon dont le nouveau film « Hard Paint » (Teddy Award à Berlin en 2018) sortira en France le 15 mai.

Poster un commentaire

Classé dans info

USA: polémique après le baiser de Pete Buttigieg avec son mari en plein meeting

Plusieurs cadres républicains dont le vice-président Mike Pence se sont émus dans la presse du baiser de Pete Buttigieg avec son époux, survenu lors d’un meeting dimanche dernier.
Au cours de ce meeting, qui se tenait dans sa ville natale de South Bend, dans l’Indiana, le jeune maire ouvertement gay de cette ville moyenne des bassins industriels américains, a publiquement embrassé son compagnon, Chasten Buttigieg. Un fait inimaginable il y a encore quelques années dans cette partie du pays, empreinte d’un profond puritanisme.
En début de semaine, le vice-président du pays, Mike Pence, a également réagi dans les médias. « J’espère que Pete Buttigieg a plus a offrir aux Américains qu’une attaque contre notre foi chrétienne », a-t-il souligne lors d’une interview accordée à CNN.
Les deux hommes ont travaillé ensemble alors que Mike Pence était gouverneur de l’Indiana. « Je le considérais comme un ami, et je n’ai pas de problèmes avec lui », assure-t-il, avant d’explique qu’étant extrêmement croyant, il tirait sa « vérité de la parole de Dieu. »
De son côté, Pete Buttigieg est, plus tard dans la semaine, revenu sur la polémique. Invité dans l’émission d’Ellen DeGeneres, ce dernier a expliqué « ne pas critiquer la foi, mais les mauvaises politiques. »
« Je n’ai pas de problème avec la religion, je suis aussi religieux. J’ai un problème avec l’utilisation de la religion comme justification pour faire du mal aux gens, en particulier dans la communauté LGBTQ. »

Poster un commentaire

Classé dans info