Archives de l’Auteur Dominique

IDF : Le Front National contre l’affichage LGBT dans les transports publics

Lire la Suite →

Lyon : Agression homophobe le soir de la Fête de la Musique

Un jeune homme originaire de Saint-Etienne, Boris et son compagnon Alfredo, ont été victimes d’une agression homophobe violente le soir de la Fête de la musique, à Lyon. Le couple se tenait la main quand il a été pris à partie par trois individus puis passé à tabac.
Une femme et deux hommes d’une vingtaine d’années passent à leur hauteur et les insultes à caractères homophobes commencent à pleuvoir : «c’est la fille uniquement qui nous a insultés», explique Boris, « on a d’abord rien dit puis on a fini par répondre et là, les deux gars ont commencé à nous taper. Ça a été très violent ».
Boris, dont le témoignage a été recueilli par France Bleu, a dû être opéré d’une double fracture tibia péroné et a écopé de 45 jours d’incapacité totale de travail (ITT).
«J’ai pensé que ça pouvait très mal se finir. Ils avaient tellement de haine qu’on aurait pu rester sur le carreau», raconte-il au micro de la radio. Selon les médecins qui l’ont accueilli à l’hôpital, d’autres homosexuels ont également été agressés ce soir là.
 A retrouver sur France Bleu

L’Eglise catholique appelle Macron à ne pas ouvrir la PMA aux couples lesbiens

L’Eglise catholique, par la voix de Mgr Pierre d’Ornellas, appelle Emmanuel Macron à ne pas « réveiller les passions » sur la procréation médicalement assistée (PMA), au lendemain de l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) favorable à son ouverture aux couples de femmes et aux femmes célibataires.
Dans une tribune à paraître dans « Le Monde » daté de jeudi, l’archevêque de Rennes, chargé des questions d’éthique au sein de l’épiscopat, estime qu' »il serait regrettable pour tout le monde que le président de la République et le gouvernement prennent rapidement des décisions qui suscitent la division en réveillant les passions ».
« Le CCNE ne donne qu’un avis qui, sans obliger, invite à une réflexion plus approfondie et davantage partagée. Donnons-nous le temps de la réflexion et du débat! », écrit Mgr d’Ornellas.

La cheffe de file de l’extrême droite française Marine Le Pen, vaincue au second tour de la présidentielle par M. Macron, s’est dite elle « opposée » à l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires, car « fabriquer des enfants sans père (est) éminemment négatif pour l’enfant en question ».

USA : une application pour les LGBT chrétiens

Crystal Cheatham, une lesbienne chrétienne, vient de lancer une application biblique pour les personnes LGBT. « Cette application concerne les personnes qui s’identifient comme des ‘chrétiens progressistes mais non religieux’, des chrétiens progressistes qui ont eu des rapports sexuels avant le mariage et qui ne s’en soucient pas, qui sont frustrés par la culture de la pureté, qui sont pro-choix, pro-femmes et qui veulent accepter et embrasser les liens interreligieux », a déclaré Crystal Cheatham à AutoStraddle.com.
Crystal, originaire de Philadelphie, se décrit comme une chrétienne lesbienne. Bien qu’elle ait pensé une fois que son attrait de même sexe était incompatible avec sa croyance en Dieu, elle a finalement décidé d’embrasser et de célébrer son lesbianisme. « Je suis noire, je suis lesbienne, et je suis fatiguée de me sentir comme si ma foi n’a pas d’importance », a-t-elle dans un communiqué de presse
« certains pensent que c’est une anomalie qu’une lesbienne noire peut être chrétienne, mais il y en a beaucoup comme moi ».explique t’elle
Après avoir fait son coming-out, Crystral s’est sentie frustrée par le manque de livres et de ressources disponibles dans les librairies pour des personnes comme celle qui s’identifient comme des chrétiens LGBT. C’est pour cela qu’elle a décidé de créer une application  appelée « Our Bible App » (« Notre application biblique » ). L’application qui devrait sortir cette semaine « mettra en vedette une bibliothèque de dévotions progressives et une collection de versions bibliques qui se réfèrent à Dieu dans des termes neutres en termes de genre », a déclaré la jeune femme
Elle espère que son application aidera les chrétiens à embrasser et à accepter l’homosexualité

La Manif pour tous à Macron :Rouvrir le dossier de la PMA serait une erreur majeure

Rouvrir le dossier de la procréation médicalement assistée (PMA) serait pour Emmanuel Macron une « erreur majeure », a averti mardi la Manif pour tous, après que le Comité d’éthique s’est dit favorable à son ouverture aux couples de femmes et aux femmes célibataires.
Emmanuel Macron « s’est engagé à de multiples reprises à rassembler les Français. Or ce sujet les diviserait sensiblement, comme sous François Hollande », a déclaré à l’AFP la présidente du collectif, Ludovine de la Rochère, en référence aux débats houleux ayant entouré la loi de 2013 sur le mariage pour tous.
La Manif pour tous, qui s’est beaucoup mobilisée contre la PMA pour toutes et la gestation pour autrui (GPA), soit le recours aux mères porteuses, ne réfléchit toutefois pas pour l’heure à organiser de nouvelles manifestations, comme contre le mariage pour tous.
« On n’en est pas là », a dit Ludovine de la Rochère, bien que l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) ait, selon elle, été rendu « sous pression politique ».
La PMA sans père est « un détournement de la médecine », qui va « au-delà de l’humain » et « piétine les droits de l’enfant », a-t-elle estimé.

USA : trois femmes exclues de la marche des lesbiennes car elles brandissaient des drapeaux arc-en-ciel juifs

Trois femmes qui brandissaient des «rainbow flags», les drapeaux arc-en-ciel de la communauté LGBTQ, ont été exclues de la Dyke March ( «marches des lesbiennes» ou «marche des gouines») de Chocago, après qu’un membre du collectif chargé d’organiser la manifestation aurait dit à ces femmes que «les gens ne se sentaient pas en sécurité» à cause des drapeaux et que la marche était «pro-Palestine» et «anti-sioniste».
Une des participantes exclues, Laurel Grauer, également membre de l’organisation LGBTQ juive A Wider Bridge, a expliqué au Windy City Times que son drapeau célébrait ses «identités queer et juive.» Elle a également publié une tribune dans Haaretz, relatant son expérience du 24 juin.
«Je participe depuis dix ans à cette marche avec le même drapeau. Là, on m’a demandé de partir car c’était une provocation à l’encontre de personnes qui le trouvaient offensant.»« Il est difficile de se faire à l’idée de l’inclusion quand vous excluez des gens comme cela. Les gens disent « tu peux être gay, mais pas de cette manière ». Nous ne nous sommes pas senties les bienvenues. Nous ne nous sommes pas senties incluses », a-t-elle dénoncé.
Une autre participante, Eleanor Shoshany-Anderson, a elle aussi été congédiée de la manifestation car elle possédait un drapeau similaire. «La Dyke March est censée inclure tout le monde, a-t-elle déploré dans le Windy City Times. Je ne sais pas pourquoi mon identité a été exclue. J’ai sentie qu’en tant que juive, je n’étais pas la bienvenue ici.»
Sur son fil Twitter, la Dyke March de Chicago a publié une réponse officielle à la polémique naissante:
«Cette décision –de demander à trois personnes arborant des drapeaux arc-en-ciel juifs de partir– a été prise après qu’elles ont exprimé plusieurs fois leur soutien au sionisme durant des conversations avec d’autres membres de la manifestation. Nous avons depuis appris que l’une des individues en question est directrice régionale de l’association A Wider bridge, une organisation qui a des connexions avec l’État d’Israël et les groupes d’extrêmes droite pro-Israéliens.»
La Dyke March de Chicago affirme que A Wider Bridge a été «condamnée par plusieurs organisations» car elle utiliserait la méthode du pinkwashing, un concept selon lequel Israël utiliserait sa tolérance pour les mouvements LGBTQ pour faire oublier le conflit israélo-palestiniens et l’occupation de la Palestine.
Dans son communiqué, la Dyke March de Chicago a ajouté qu’elle n’était «pas anti-sémite», mais «anti-sioniste» –c’est à dire qu’elle condamne la constitution d’un État juif indépendant sur les terres palestiniennes-. «Le collectif de la Dyke March de Chicago soutient la libération de la Palestine et les peuples oppressés partout dans le monde.»
source : http://www.haaretz.com/us-news/1.797845

« La ville de l’amour »prête son titre à Madrid

Madrid, où se tient la fête mondiale des « Fiertés » homosexuelles, la Worldpride, a demandé à la ville de Paris de lui prêter, le temps des célébrations LGBT, le titre de « ville de l’amour ».
Dans une vidéo diffusée lundi par la mairie sur les réseaux sociaux, des habitants de la capitale s’adressent à la ville lumière et lui lancent: « Chère Paris, c’est moi Madrid…, j’ai besoin de ton aide… ».
« Tu as toujours été la ville des amoureux … Je veux te demander de me prêter ton titre: Madrid capitale de l’amour », poursuivent-ils, à tour de rôle.
« Un amour divers, libre, fier comme nous », poursuit la vidéo, qui se termine sur des paroles de la maire, Manuela Carmena, réputée proche de son homologue parisienne Anne Hidalgo. « Peu importe qui tu aimes, Madrid t’aime, voudrais-tu nous prêter ce si beau titre qui t’appartient, capitale de l’amour? », demande-t-elle. « Merci Paris, ton amie à jamais. Madrid. »
Anne Hidalgo a répondu « oui ». « Chère @ManuelaCarmena, chers amis de Madrid, Paris vous aime et partage avec vous le titre de la ville de l’Amour ! », a-t-elle écrit à son tour sur son compte Twitter.
La capitale de l’Espagne s’est recouverte de drapeaux arc-en-ciel depuis vendredi, pour le démarrage de huit jours de festivités, conférences et expositions autour des fiertés gay.
Les fêtes s’achèveront samedi soir par une grande parade, à laquelle pourraient assister plus d’un million de personnes venues du monde entier, entourées de mesures de sécurité draconiennes.

Les associations LGBT se félicitent de l’avis favorable du Comité national d’éthique

L’Inter-LGBT s’est « félicitée »de l’avis favorable du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) à l’ouverture aux couples de femmes et aux femmes célibataires de la procréation médicale assistée (PMA), aujourd’hui réservée aux couples hétérosexuels.
Dans un communiqué, elle « invite le Parlement à légiférer rapidement en ce sens », tout en disant « attendre la publication du texte complet »: « L’Inter-LGBT se montrera vigilante vis-à-vis d’éventuelles restrictions qui pourraient être présentes dans l’avis ».
« L’ouverture de la PMA est une question d’autonomie des femmes et de choix personnels, au même titre que la contraception, la stérilisation ou l’avortement » et « une question d’égalité et de santé publique », rappelle l’Inter-LGBT.
« Pour que toutes les femmes puissent en bénéficier, l’Inter-LGBT demande au Parlement de prévoir le remboursement des frais médicaux pour toutes les femmes », poursuit le texte, en appelant également à « légiférer » sur « la possibilité (pour les femmes) de conserver leurs propres ovocytes, pour se donner toutes les chances de réussir leur projet parental si elles envisagent une grossesse après 35 ans ».

PMA: Le Comité d’éthique favorable pour les couples de femmes et les femmes célibataires

Le Comité national d’éthique s’est prononcé ce mardi en faveur de l’ouverture de la Procréation médicale assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes célibataires. Actuellement, seuls les couples hétérosexuels y ont droit.
« Le CCNE recommande dans ce texte l’ouverture de l’AMP ( assistance médicale à la procréation, ou PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules », a déclaré à la presse le rapporteur Frédéric Worms. Le Comité s’est en revanche opposé à la Gestation pour autrui (GPA) et à l’autoconservation des ovocytes. « Le Comité a décidé dans sa majorité l’ouverture à ces demandes sociétales, c’est-à-dire non médicales, de recours à l’assistance médicale à la procréation » en l’occurrence l’insémination artificielle avec donneur (IAD) de sperme, à toutes les femmes, a expliqué son président, le Pr Jean-François Delfraissy.
La PMA (appelée par les médecins AMP pour), désigne l’ensemble des techniques médicales destinées à aider les couples infertiles à avoir un enfant, telles que la fécondation in vitro ou le don de sperme.
L’élargissement de l’accès à la procréation médicalement assistée était le mot d’ordre de la quarantième Marche des fiertés parisienne (gay pride) samedi 24 juin, ce qui en fait un sujet d’autant plus brûlant. Et la question reste délicate dans un pays où la mobilisation contre le mariage pour tous a été des plus violente.
En avril, pendant la campagne présidentielle, le candidat Emmanuel Macron avait indiqué, dans un courrier aux associations LGBT (lesbiennes, gays, bis et trans),  qu’il était « favorable à une loi qui ouvrira la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires » tout en conditionnant tacitement cet élargissement à l’avis du CCNE : « Afin de ne pas réitérer les erreurs du passé, le calendrier de cette réforme sera soigneusement préparé, déclarait-il. J’attendrai que le comité national d’éthique ait rendu son avis pour pouvoir construire un consensus le plus large possible. »
Son mouvement En Marche ! s’est prononcé en mai pour l’ouverture de cette pratique à « toutes les femmes », par un tweet de son porte-parole.
Six Français sur dix (60 %) sont favorables à l’élargissement de la PMA aux couples de femmes, selon un sondage Ifop publié à l’occasion de la Marche des fiertés samedi. Ils sont cependant moins nombreux (44 %) à être favorables à la GPA pour les couples homosexuels que pour les couples hétérosexuels (59 %), selon ce sondage.

Allemagne : Angela Merkel ouverte à un vote « en conscience » des députés allemands sur le mariage gay

Dans une interview accordée au magazine féminin Brigitte, la chancelière Angela Merkel a levé lundi soir son opposition de principe au mariage gay.
La chancelière s’est dite ouverte pour la première fois à un vote « en conscience » des députés allemands sur le mariage entre personnes du même sexe. « Je souhaite orienter la discussion dans une direction qui relève de la décision de conscience, plutôt que de vouloir imposer quoi que ce soit », a-t-elle déclaré.
Angela Merkel s’y était opposé en 2013  en exprimant des craintes pour « le bien des enfants » de couples homosexuels mariés. Jusqu’ici, son parti démocrate-chrétien (CDU) s’est opposé à la légalisation du mariage gay, pour ne pas froisser la frange la plus conservatrice de son électorat et ne pas entrer en conflit avec son allié bavarois, l’Union chrétienne-sociale (CSU), très traditionaliste sur les questions de société.
En se prononçant en faveur d’un libre choix des députés de sa formation, Angela Merkel ouvre la voie à une légalisation au cours de la prochaine législature. Car, selon les médias allemands, en pareil cas de figure un vote positif est acquis: une partie des députés CDU y sont favorables et leurs voix viendraient s’ajouter à celles de tous les autres partis actuellement représentés au Bundestag, qui font campagne en faveur du mariage gay.
Selon l’agence de presse DPA, Angela Merkel a pris soin de se mettre d’accord avec le président de la CSU, Horst Seehofer, sur ce virage en faveur du libre choix des députés. La CDU et la CSU doivent présenter lundi prochain leur programme commun en vue des législatives du 24 septembre et la pression sur le sujet du mariage gay grimpe en Allemagne.
Les sociaux-démocrates du SPD et les Libéraux du FDP (centre-droit) font désormais d’une autorisation du mariage homosexuel en Allemagne une condition pour participer à une coalition avec Angela Merkel dans le gouvernement qui sera issu des législatives.
L’Allemagne fait partie des rares pays occidentaux à ne pas encore avoir légalisé le mariage gay. Depuis 2001 une union civile offre néanmoins les mêmes droits, sauf en matière fiscale.