Archives mensuelles : octobre 2019

Arabie saoudite : Un youtubeur arrêté par la police après avoir posté sur les réseaux sociaux une photo de lui portant un short de bain

Suhail al-Jameel, auteur de tutos de beauté et de mode, a lancé un appel à l’aide. Il craint d’être dans le collimateur des autorités d’Arabie saoudite en raison de son homosexualité.
Suhail al-Jameel, 23 ans, a publié dimanche un appel à l’aide sur Snapchat, affirmant que les autorités l’avaient inculpé de partage de nudité en ligne, après l’avoir initialement arrêté pour avoir porté un short à la plage le 6 octobre dernier.
« En 2019, les LGBTQ ne sont pas les bienvenus en Arabie saoudite. Vous devez vivre dans le secret et ne pas vivre en paix. Vous voulez du tourisme, mais vous ne nous laissez pas de libertés », a écrit al-Jameel, qui compte 170.000 abonnés sur Twitter.
« Je prends une photo de moi portant un short à la plage et je vais en prison pour porter un short. La police a ensuite changé d’inculpation pour crime électronique pour avoir partagé des photos de nudité. Comment suis-je nu si je porte un short sur mon balcon ? ».
Ouvertement gay, Suhail al-Jameel a exprimé ses craintes d’avoir été pris pour cible précisément en raison de son homosexualité.
Le jeune auteur de tutos de beauté et de mode, qui risque jusqu’à 3 ans de prison, met en garde les gays désireux de visiter le pays: « Ce n’est pas un endroit pour vous ici. Il est illégal d’être soi, et c’est triste ».

Poster un commentaire

Classé dans info

Ouganda: Le gouvernement annonce le retour de la peine de mort pour les homosexuels

Le gouvernement Ougandais a annoncé ce jeudi 10 octobre qu’il allait ressusciter d’ici quelques semaines un projet de loi communément appelé « Kill the Gays » (Tuer les gays), qui avait été annulé il y a cinq ans pour des raisons tech­niques, relate The Inde­pendent.
« l’homosexualité est contre-nature pour les Ougan­dais, mais il y a eu un recrutement massif par les gays dans les écoles et parti­cu­liè­re­ment chez les plus jeunes. Les recru­teurs promeuvent le mensonge, ils disent que les gens sont nés comme ça », s’est indi­gné le ministre de l’Éthique et de l’in­té­grité du pays, Simon Lokodo.
Et de conti­nuer, toujours plus effrayant : « Actuellement, notre droit pénal est limité. On se contente de criminaliser l’acte. Nous voulons qu’il soit précisé que quiconque sera impliqué dans la promo­tion de homosexualité et le recrutement de gay doit être puni. Les auteurs d’actes les plus graves seront condam­nés à mort ».
Cette loi, connue sous le nom expli­cite de « Kill The gays », a déjà existé en Ouganda. Elle avait été révoquée en 2014 parce qu’elle impliquait la peine de mort. À l’époque, lorsque le projet de loi avait été adopté, le pays avait fait l’objet d’une condam­na­tion inter­na­tio­nale géné­ra­li­sée.
Monsieur Lokodo l’avoue, la réac­tion inter­na­tio­nale « est une préoc­cu­pa­tion ». Mais il se dit prêt à affron­ter tout avis néga­tif : « Nous n’ai­mons pas le chan­tage. Bien que nous sachions que cela va irri­ter nos parte­naires finan­ciers et poli­tiques, nous n’al­lons pas cour­ber l’échine et nous incli­ner devant ceux qui veulent nous impo­ser une culture qui nous est étran­gère ».
Le ministre a précisé que le projet de loi – qui a le soutien du président du pays Yoweri Muse­veni, sera présenté de nouveau au Parle­ment dans les semaines à venir. Le vote devrait avoir lieu avant la fin de l’an­née.
Source : The Independent

Réagissant à l’annonce faite par le ministre d’État pour l’éthique et l’intégrité, Simon Lokodo, de l’intention du gouvernement d’imposer la peine de mort pour les relations sexuelles librement consenties entre gays, Joan Nyanyuki, directrice pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands Lacs à Amnesty International, a déclaré :
« Il est affligeant de constater qu’au lieu de prendre de toute urgence les mesures nécessaires pour dépénaliser les relations sexuelles entre gays, le gouvernement veut faire exécuter ces personnes. Cela va encore attiser le sentiment de haine dans un environnement déjà homophobe.
« Cette déclaration est un exemple illustrant le fait que les représentants politiques ougandais attisent dangereusement l’intolérance et les préjugés à l’égard des personnes LGBTI. Les députés ougandais doivent catégoriquement rejeter tout projet de légalisation du sectarisme et de chasse aux sorcières visant des personnes considérées comme différentes. »
Le 5 octobre, Brian Wassa, assistant juridique gay, est mort des suites d’une hémorragie cérébrale due aux coups que lui avaient assénés à la tête, la veille, des personnes non identifiées, à son domicile, à Kampala.
Selon l’organisation LGBTI Sexual Minorities Uganda (SMUG), il est la quatrième personne LGBTI ayant été tuée au cours des trois derniers mois, à la suite d’une exacerbation de la haine à l’égard des personnes LGBTI provoquée par des responsables politiques. Parmi les autres victimes figurent une femme trans tuée dans le district de Gomba, un gay tué dans le district de Kayunga et un autre encore à Jinja.
Le gouvernement ougandais mène depuis longtemps une campagne de lutte contre les personnes LGBTI.
source : https://www.amnesty.fr/

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Le champion américain d’athlétisme Kerron Clement fait son coming out

Image

Le champion américain d’athlétisme Kerron Clement, 33 ans, a révélé publiquement son homosexualité à l’occasion de la Journée mondiale du coming out.
« J’étais fatigué d’aimer dans l’ombre et d’être moi-même dans le noir », a déclaré le quadruple champions du monde au magazine gay « Out » vendredi à l’occasion de la journée mondiale du coming out.
« J’ai lutté avec ma sexualité pendant 17 ans, poursuit le détenteur du recordman mondial an salle du 400 mètres et natif de Trinidad-et-Tobago. Avec le temps, et en vieillissant, on commence à moins s’en préoccuper. Désormais, il est temps d’être moi-même et d’être libre. C’est ce que je suis devenu libre ».
Ces confidences ont été faites lors d’un événement organisé par son sponsor Nike à Los Angeles sur l’inclusion dans le sport qui célébrait une nouvelle piste de course inspirée par les couleurs du drapeau LGBT.
C’est une première pour un athlète de haut niveau encore en activité.
Kerron Clement a reçu le soutien de l’équipe américaine olympique.

Poster un commentaire

Classé dans coming out

Le pape canonise le cardinal Newman et le sépare de la tombe de son ami

Le cardinal John Henry Newman a été déclaré saint par l’Église catholique dimanche 13 octobre lors d’une cérémonie au Vatican dirigée par le pape et auquel assistait le prince Charles.
Converti catholique décédé à Birmingham en 1890, le cardinal Newman – qui a été enterré, à sa demande, dans la même tombe que son « ami » Ambrose St John, avec qui il a vécu pendant 30 ans – était gay selon certains historiens.
« Le Vatican est coupable de révisionnisme historique. Cela a effacé du registre officiel toute reconnaissance de l’amour du cardinal Newman pour Ambrose St John et de son désir de rester enterré à ses côtés », a protesté le militant des droits LGBT Peter Tatchell dans un communiqué.
En 2008, le Vatican avait décidé de déterrer les restes de Newman et de les déplacer de la tombe qu’il partageait avec son « ami prêtre » en vue de sa canonisation.
« La profanation homophobe de la tombe de Newman et la négation de son homosexualité vont tout à fait dans le sens de la dissimulation de longue date par le Vatican de ses nombreux prêtres, évêques, cardinaux et papes gays, anciens et actuels », a-t-il ajouté.
Né le 21 février 1801 à Londres, mort le 11 août 1890 à Birmingham, ordonné prêtre anglican, John Henry Newman s’est converti au catholicisme en 1845 – Le 9 octobre 1845, Newman est reçu dans l’Église catholique romaine par le frère Dominique Barberi, théologien italien et membre de la congrégation des Passionistes. Il a été créé cardinal en 1879.

Poster un commentaire

Classé dans info

Du sursis pour l’homme qui avait accusé Pierre Palmade de viol

Le jeune homme de 20 ans, qui avait accusé Pierre Palmade de viol, a été condamné ce mardi à Paris à trois mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende pour avoir dégradé, sous l’emprise de cocaïne, l’appartement de l’humoriste.
Sans emploi et il vivait dans un squat en Seine-Saint-Denis. Il a été jugé par le tribunal correctionnel de Paris pour « dégradations de biens appartenant à autrui » et usage « illicite de stupéfiant », les faits de « dénonciations calomnieuses » n’ayant pas été retenus contre lui par le parquet.
« Le plus important est que cette affaire soit close et que mon client soit reconnu comme victime, même s’il aurait voulu des excuses de la part du prévenu », a déclaré à l’issue de l’audience Sabine Kuster, l’avocate du comédien, lui aussi absent mardi. « Le plus dur pour lui a été la médiatisation de sa garde à vue pour des faits de nature criminelle », a-t-elle ajouté.
L’humoriste avait été placé en garde à vue le 11 avril avec un autre homme, dans le cadre d’une enquête notamment pour « viol » et « violences sous l’emprise de stupéfiants ». Dans la matinée, il avait appelé la police « car son appartement avait été mis sens dessus dessous par la deuxième personne ».
A l’arrivée des policiers, qui avaient trouvé l’appartement « en vrac », Abdel H. avait justifié ces dégradations en disant qu’il avait été violé par Pierre Palmade, avant de revenir rapidement sur ses déclarations. Dans des vidéos prises le soir des faits par le prévenu lui-même, les images le montrent « virulent », « perdant le contrôle de lui-même » et « menaçant » Pierre Palmade, resté « très calme », a expliqué le président.
Devant les policiers, le jeune homme, qui avait reconnu être « venu ce soir-là pour une relation sexuelle », étant « escort quelques soirs par mois », avait raconté avoir « renversé la table » et « piétiné le téléviseur », a rappelé le tribunal. Le jeune homme avait aussi précisé aux policiers être devenu « parano » après la prise de cocaïne, et « avoir dit n’importe quoi ». « J’ai honte de moi », « je me suis auto-persuadé », leur avait-t-il indiqué.
Pierre Palmade avait été condamné en juin à une amende de 1500 euros pour usage et acquisition de stupéfiants.

Poster un commentaire

Classé dans people

Un homosexuel nigérian de 41 ans libéré lundi du centre de rétention de Bordeaux

Jerry, cet homosexuel nigérian de 41 ans arrivé en France il y trois ans pour demander l’asile a vu le Tribunal de Bordeaux a accédé à la requête de son avocate qui a mis en avant que la détention est incompatible avec l’état de santé de Jerry.
Il se dit persécuté en raison de son orientation sexuelle, l’homosexualité est punie d’une peine de 14 ans de prison au Nigéria. La communauté LGBT de Bayonne, Pau et Bordeaux a pris fait et cause pour lui, mais après plusieurs mois de procédure, le tribunal administratif de Pau a rejeté son recours contre son OQTF, son obligation de quitter le Territoire français. La semaine dernière il était transféré au centre de rétention de Bordeaux.
La libération de Jerry est une bonne nouvelle pour Beñat Gachen, le porte-parole des « Bascos »l’association LGBT de Bayonne, « on est soulagés parce qu’il est plus dans le centre de rétention, mais dans le fond son dossier n’est pas réglé: il est toujours expulsable. C’est une première étape positive, mais le Préfet des Pyrénées-Atmlantiques doit revoir sa position. »

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

USA: Les droits des employés gays et trangenres devant la Cour suprême

La Cour suprême des Etats-Unis étudie mardi une question qui, dans un contexte très politisé, divise profondément la société américaine et les tribunaux: Un employeur a-t-il le droit de licencier un salarié parce qu’il est homosexuel ou transgenre?
Le gouvernement de Donald Trump a en effet apporté son soutien aux employeurs. L’administration républicaine, arrivée au pouvoir avec le soutien de la droite évangélique, plaide pour une lecture étroite de la loi fédérale de 1964 qui interdit, entre autres, les discriminations « sur la base du sexe ».
« Le sexe ici fait référence au fait d’être né homme ou femme, pas à l’orientation sexuelle, ni l’identité de genre », a récemment estimé Noel Francisco, qui défend la position du gouvernement devant la Cour suprême. Pour lui, il revient au Congrès de faire évoluer la loi, pas à la justice.
Pourtant, selon leurs défenseurs, les droits des minorités sexuelles ont surtout avancé ces dernières années grâce aux tribunaux, dont la Cour suprême qui, en 2015, a légalisé le mariage homosexuel aux Etats-Unis.
« Cette fois, les enjeux sont plus importants parce que nous parlons de la possibilité de gagner sa vie », estime Ria Tabacco Mar de la puissante association de défense des droits civiques ACLU.
Seuls 22 Etats interdisent de discriminer les minorités sexuelles dans la sphère professionnelle. Ailleurs, il revient à la Cour suprême de sortir « les LGBT de leur statut de second rang », poursuit l’avocate militante.
Mardi matin, une centaine de personnes étaient rassemblées devant la Cour suprême pour une manifestation de soutien aux plaignants, à laquelle devait participer l’actrice transgenre Laverne Cox.
La haute cour doit d’abord entendre les dossiers de Donald Zarda et de Gerald Lynn Bostock.
Le premier, un moniteur de parachutisme de New York, a été licencié après avoir plaisanté sur son homosexualité pour rassurer une cliente sanglée à lui. Il est décédé depuis, mais ses proches poursuivent son combat judiciaire.
Le second, un travailleur social de Georgie, a été remercié peu après avoir rejoint une équipe sportive gay.
Le premier licenciement a été annulé en justice, le second validé, et cette différence d’interprétation justifie l’intervention de la Cour suprême.
Puis les neuf magistrats doivent se pencher, pour la première fois en débat public, sur le dossier d’une personne transgenre.
Née de sexe masculin, Aimee Stephens a travaillé pendant six ans dans un funérarium de Detroit (nord) avant d’annoncer à son employeur vouloir vivre son identité de femme. Deux semaines plus tard, son patron lui annonçait que « ça ne pourrait pas marcher ».
Celui-ci, Thomas Rost, affirme défendre ses valeurs chrétiennes et la nécessité de ne pas perturber ses clients dans leur deuil.
Les employeurs ont d’ailleurs reçu de nombreux appuis, notamment des milieux religieux qui soutiennent des « croyants ordinaires dont les opinions sur le mariage et la sexualité ne sont pas en phase avec la culture actuelle ».
Les salariés peuvent eux compter sur le soutien de nombreuses associations, d’élus démocrates ainsi qu’environ 200 grandes entreprises dont Apple, General Motors et Walt Disney.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, mariage homosexuel, politique

Des journalistes de Quotidien agressés pendant la manif anti-PMA

Une équipe de l’émission « Quotidien » couvrait la mobilisation des opposants à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes qui ont défilé dimanche à Paris contre cette mesure portée par le gouvernement et actuellement débattue au Parlement.
Mais les journalistes, qui tentaient de recueillir des réactions, ont été attaqués par des partisans d’extrême-droite. « Un groupuscule d’extrême droite qui défilait contre la PMA a agressé notre équipe », a expliqué la journaliste Salhia Brakhlia sur le plateau de Quotidien lundi soir.
Sur les images diffusées pendant l’émission, on peut voir un homme portant un gilet jaune empêcher l’équipe de travailler. Ensuite, la personne très agressive, accompagnée d’autres individus, commence à secouer la caméra et finit par la faire tomber. D’autres personnes détruisent l’appareil en sautant dessus à à pieds joints. Tout cela sans qu’aucun manifestant n’intervienne.
Yann Barthès a annoncé qu’une plainte avait été déposée suite à cette attaque.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, homophobie, info, internationnal

Instagram supprime une fonctionnalité qui permettait d’espionner ses amis

Instagram retire une fonction qui permettait aux utilisateurs d’espionner les activités de leurs amis. Certains l’utilisaient régulièrement pour suivre toutes activités de leurs contacts sur le réseau social : likes, commentaires, nouveaux abonnements, etc. Instagram vient d’annoncer que la fonction va disparaître dans une prochaine mise à jour.
La plupart des utilisateurs ignoraient son existence. Ceux qui en avaient connaissance y avaient régulièrement recours pour espionner les activités des personnes qu’ils suivent. En cliquant sur l’icône cœur dans le menu situé en bas de l’application, celle-ci propose deux onglets : « Abonné (e) » et « Vous ». En basculent sur le premier onglet, on pouvait accéder à une liste affichant toutes les activités des personnes que l’on suit : commentaires, likes, nouvelles amitiés ou nouveaux abonnements, etc.
Vishal Shah, le responsable produit d’Instagram a annoncé au site BuzzFeed que cette fonctionnalité sera supprimée dans une prochaine mise à jour. Elle existe depuis 2011 et a souvent été pointée du doigt pour avoir créé des situations embarrassantes. Par exemple, une épouse qui a découvert par ce biais que son mari likait régulièrement des photos de mannequins en bikini ou encore un prête catholique dont les followers ont remarqué qu’il likait des photos de stars du porno gay.

Poster un commentaire

Classé dans info

Jean-Pier Delaume Myard, porte-parole de la Manif pour tous et homosexuel, dénonce l’accaparement par une minorité « gay » des questions sociétales

Jean-Pier Delaume Myard, porte-parole de la Manif pour tous et homosexuel, dénonce l’accaparement par une minorité « gay » des questions sociétales, et qui ne représenterait en rien les homosexuels dans leur globalité.

Poster un commentaire

Classé dans info