Bilal Hassani personne LGBT 2019

Bilal Hassani incarne la jeunesse actuelle, fatiguée des normes d’apparence, de la distinction féminin-masculin, des carcans sociaux. Il se maquille, porte des perruques, des fringues androgynes… Et alors ? « Je n’ai pas une définition précise pour dire comment je m’identifie. Et je pense que c’est ça être “queer”. Ne pas se caler dans des cases », explique-t-il sans se départir de son sourire radieux. Du reste, il n’utilise jamais le terme de « queer », « parce que justement je n’arrive pas spécialement à me caser quelque part ». S’il interroge clairement les normes de genre dans ses chansons, sur les réseaux sociaux et dans les médias, le jeune homme ne prétend pas être porte-étendard d’une cause. Pourtant, la cérémonie des Out d’or 2019 l’a bien sûr élu personnalité LGBTI de l’année. « Je ne sais pas si moi seul, j’ai bouleversé les identités de genre. J’aimerais bien croire que j’ai changé le monde, juste en étant moi-même, s’amuse-t-il. En tout cas, ce que je remarque c’est que des gens, des jeunes et des moins jeunes, trouvent leur liberté en me regardant et en m’écoutant. Et ça, c’est quelque chose d’extrêmement gratifiant et j’en suis très reconnaissant. »
Le grand public a découvert Bilal Hassani en 2015, lors de sa participation à l’émission The Voice Kids, au cours de laquelle il interprète Rise Like a Phoenix de Conchita Wurst, gagnante de l’Eurovision 2014. Mais c’est surtout sur YouTube qu’il se constitue sa « communauté », qui compte aujourd’hui plus d’1 million de fans. Il y distille à la fois des reprises bien senties, parmi lesquelles Djadja d’Aya Nakamura et Made for now de Janet Jackson, des vlogs et des storytimes. En tant qu’influenceur (plus de 600 000 abonnés sur Instagram), il semble ne choisir de collaborer qu’avec des marques qui portent un message et des valeurs qui lui sont chers. À l’instar de la vidéo « Comment faire de sa différence une force », en partenariat avec Disney pour la promotion du dessin animé Dumbo. Ou de la campagne « I speak my truth in #MyCalvins » à l’occasion de la Gay Pride avec la marque de luxe Calvin Klein. Son premier disque, Kingdom, a vu le jour au mois d’avril, dans la foulée de sa participation au tremplin Destination Eurovision, qu’il a remporté. Porté par un emballement aussi bien médiatique que populaire, l’album se classe 24e du top albums fusionné dès la première semaine. Il entre 16e du classement des ventes (physiques et digitales) avec environ 2 600 ventes, en seulement deux jours, selon Pure Charts.
Bilal fascine, les ados en raffolent… mais il subit aussi le cyber-harcèlement… Le chanteur, d’origine marocaine, essuie chaque jour des insultes et des menaces à la fois racistes et homophobes. Il s’engage d’ailleurs publiquement pour lutter contre ce fléau, en rencontrant Marlène Schiappa par exemple, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, mais aussi de la lutte contre les discriminations. Il a également porté plainte contre X pour « injures, provocation à la haine et à la violence et menaces homophobes » fin janvier, soutenu par les associations Stop Homophobie et Urgence Homophobie. « Cela a été très compliqué pour moi pendant un moment, mais j’ai la chance d’avoir un soutien familial, amical et professionnel… Ce n’est pas tous les jours facile, mais on essaye d’avancer avec, parce que si j’abandonne, ce serait laisser gagner la haine. »

Poster un commentaire

Classé dans info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.