Suède : un jeune gay risque l’expulsion et la mort s’il est renvoyé en Iran

Mehdi Shokr Khoda est un garçon iranien de 19 ans. Il est gay et chrétien . C’est pourquoi, il y a deux ans, il est parti avec un billet aller simple pour la Suède. Là, il a demandé l’asile politique sans succès et risque maintenant de devoir retourner chez lui ou il risque la peine de mort .
Mehdi a suivi sa soeur transgenre, partie en Suède il y a deux ans et qui, elle, avait obtenu le droit d’asile. Mais pour l’adolescent, tout ne s’est pas passé pas comme prévu. En décembre dernier, l’office national des migrations a rejeté sa demande au motif qu’il n’avait pas suffisamment « expliqué les différentes étapes de son coming-out » et qu’il n’avait pas su démontrer qu’il était chrétien.
Mehdi a rencontré un Suédois, Carlo Rapisarda, en mars 2018. Les deux hommes vivent ensemble depuis. Mais pour cela, le réfugié iranien doit obtenir une carte de résident, qui ne peut lui être donnée que part le gouvernement suédois.
Mehdi Shokr Khoda et Carlo Rapisarda
 » Je suis arrivé ici le 20 janvier, il y a deux ans  » explique le jeune homme »Je l’ai fait pour deux raisons. D’abord parce que je suis gay et ensuite parce que je suis chrétien: ils peuvent vous tuer s’ils comprennent que vous êtes gay ou que vous êtes chrétien . Ma vie était en danger et je devais quitter ce pays et aller dans un autre .  »
Il a choisi la Suède car ses sœurs vivent ici. L’un a épousé un homme européen, l’autre, la plus jeune, est une fille trans. Avec cette derniere, il a une très bonne relation .  » Je peux lui parler de tout: elle sait que je suis gay, j’aime les garçons et je parle de garçons « . Une relation qu’il n’a pas avec le reste de sa famille.  » Avec mon autre sœur, je n’ai pas envie de parler de ces choses, admet Mehdi. Avec elle, je n’ai pas fait mon coming out ni même avec mes parents toujours en Iran. Je ne sais même pas ce qui se passerait si je le faisais: je ne sais pas si je suis assez ouvert pour le dire. Peut-être qu’un jour je le lui dirai mais j’ai trop peur de le faire maintenant .  »
Le bureau des migrations suédois doit se prononcer d’ici à deux semaines sur son cas.
Ne pouvant pas se permettre de rentrer en Iran, il a demandé l’asile en septembre 2017, mais la route est difficile.  » Nous avons reçu deux réponses négatives « , a déclaré Mehdi. « Lors du premier entretien, j’ai dit être chrétien mais pas gay . Par peur, explique-t-il, que l’avocat qui lui a comis par le bureau de l’immigration en parle à sa sœur aînée. »
Dans le deuxième entretien avec l’immigration, Mehdi a finalement parlé ouvertement de son orientation sexuelle. Une expérience vraiment désagréable, dénonce l’Iranien, qui s’est trouvé dans l’obligation de répondre à des questions embarrassantes telles que  » Avez-vous eu des relations sexuelles avec des hommes? « ».  Pourtant, même cela ne suffisait pas et, en décembre 2018, la demande a été rejetée .
Medhi a fait appel à la fin du mois de janvier 2019 et s’est rendu avec son compagnon au tribunal. Carlo a témoigné et attesté de leur relation. « Ils veulent des preuves », a-t-il expliqué auprès de nos confrères de Gay Star News. Et de poursuivre : « Nous habitons ensemble, nous nous aimons, nous nous connaissons depuis longtemps. Ce ne sont pas des preuves suffisantes ? »
Les deux hommes ont lancé une campagne de crowdfunding pour financer leur défense devant les tribunaux. « Si nous perdons cette dernière chance, il pourrait être renvoyé en Iran, où sa vie est en danger! », écrit Carlo, son compagnon. L’administration suédoise devrait rendre sa décision d’ici à deux semaines.
Mais ce ne sera pas facile .  » Ce nouvel avocat nous a dit que dans le cas où nous perdrions le dernier appel, ce qui est très probable, nous pourrions essayer de mettre fin à l’expulsion par une procédure consistant à obtenir de nouvelles preuves ou en tout cas à démontrer que de nouvelles choses sont apparues pour que l’affaire soit reconsidérée « . Par exemple, si l’affaire devenait publique et que les médias s’intéressaient à l’affaire, les risques pour Mehdi augmenteraient mais, dans le même temps, cela pourrait pousser les autorités suédoises à réexaminer l’affaire à la lumière de ces nouveaux éléments.
Pour cette raison, Mehdi lance un appel : « Ce serait bien si les gens partageaient notre histoire partout . Cela nous aiderait à traiter ma demande d’asile ou, sinon, pourrait me donner la possibilité de ne pas être renvoyé.

1 commentaire

Classé dans info

Une réponse à “Suède : un jeune gay risque l’expulsion et la mort s’il est renvoyé en Iran

  1. Louis Olivier

    Je ne crois pas a son histoire. Trop facile de se trouver un conjoint pour obtenir des papiers. Trop facile de pretendre etre homosexuel pour obtenir l’asile! C’est frequent! Les authorites Suedes ont raison d’etre prudents!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.