Canada : un prisonnier gay interdit de visiter son conjoint sans accompagnateur

La Commission des libérations conditionnelles du Canada a refusé d’accorder à un prisonnier gay condamné pour meurtre le droit de rendre visite à son conjoint sans être sous surveillance. Les deux détenus sont dans des pénitenciers différents, en Saskatchewan.
Âgé de 51 ans, Jean Richer est condamné à perpétuité pour le meurtre au premier degré et l’agression d’une femme en 1990. Il purge sa peine dans des prisons fédérales en Saskatchewan.
La Commission des libérations conditionnelles du Canada pense «que sa présence non supervisée dans l’établissement de sécurité minimale où est détenu son conjoint créerait un risque injustifié».
Jean Richer a déjà perdu la bataille juridique contre le transfert de son conjoint Leslie Sinobert dans une autre unité de logement, avec qui il était en couple depuis longtemps. Il avait allégué que le choix de les séparer était basé de l’homophobie et de la discrimination.
En 2013, une juge de la Cour du Banc de la Reine avait rejeté une demande de Jean Richer et d’un autre prisonnier avec qui il avait une relation. Tous les deux souhaitaient être détenus au même endroit.
En 2014, la cour d’appel provinciale a unanimement maintenu que les droits de Jean Richer et de Leslie Sinobert n’avaient pas été bafoués quand ils ont été transférés dans des établissements différents.

Poster un commentaire

Classé dans info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.