L’Igas saisie en Seine-Maritime

Le ministère de la Santé a saisi l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas) après les propos polémiques tenus par une responsable du service adoption de Seine-Maritime sur les couples homosexuels désirant adopter, a-t-on appris mardi auprès de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS).
Le ministère a saisi l’Igas sur demande de la préfecture de la Seine-Maritime et du conseil départemental de Seine-Maritime. La DGCS n’a pas précisé la date de cette saisine, ni l’objet de la mission d’audit confiée à l’Igas. Sollicité par courriel, le service communication de l’Igas n’a pas donné suite.
En juin, Pascale Lemare, responsable du service adoption du conseil départemental, avait estimé dans un entretien à France Bleu Normandie que les couples homosexuels étaient « un peu atypiques », qu’ils correspondaient moins aux critères requis pour l’adoption d’un bébé en bonne santé qu’un couple hétérosexuel. Elle avait suggéré que les couples homosexuels pouvaient adopter des enfants « atypiques », comme des enfants « handicapés ».
Pascale Lemare a depuis été relevée de ses fonctions à titre conservatoire. Le procureur de la République à Rouen, Pascal Prache, avait ouvert une enquête sur des faits présumés de discrimination.
Deux plaintes ont été déposées auprès du parquet de Rouen par l’association des familles homoparentales (ADFH), le centre LGBTI de Normandie et l’association « Laisse bien ta Gaieté (LBTG) ».
Des secrétaires d’État Olivier Dussopt et Marlène Schiappa au Défenseur des droit Jacques Toubon, les propos de la fonctionnaire de Seine-Maritime avaient suscité de nombreuses réactions d’indignation. Le Défenseur des droits s’était également saisi afin d’enquêter sur les pratiques du service de l’adoption du Département.
Le président du Conseil de famille des pupilles de l’État de Meurthe-et-Moselle est lui aussi visé par enquête ouverte en mai. « On n’a rien contre les couples de même sexe, mais tant qu’on aura des couples jeunes, stables, avec un père et une mère, on les privilégie », avait déclaré à l’AFP en avril Jean-Marie Muller, interrogé sur l’accès des couples homosexuels à l’adoption. L’Association des familles homoparentales (ADFH) avait déposé plainte après ces propos.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.