Suisse : L’IUMSP publie une étude sur la sexualité des jeunes

La sexualité des jeunes est globalement saine. Voici la principale conclusion de l’enquête nationale sur la santé et les comportements sexuels des jeunes adultes en Suisse réalisée sous la responsabilité de l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive (IUMSP) du CHUV et avec la collaboration de l’Hôpital universitaire de Zürich. Autres constats : internet joue un rôle toujours plus important dans les activités sexuelles des jeunes en Suisse et les femmes sont plus nombreuses à faire état d’expériences sexuelles non désirées et d’abus sexuels.
L’étude est alimentée par les données fournies par  7142 jeunes âgés de 24 à 26 ans qui ont répondu en ligne aux questions d’un groupe de chercheurs et chercheuses de l’IUMSP/CHUV, du Pôle de recherche national LIVES à l’Université de Lausanne et de l’Hôpital universitaire de Zürich.
Plus de la moitié des jeunes ont déjà eu recours à un site ou une application de rencontres, soit 62% des hommes et 44% des femmes. Les hommes sont 48% à avoir eu un rendez-vous avec une personne rencontrée sur internet (43% pour les femmes) et 36% à avoir une conversation érotique en ligne (28% pour les femmes). 35% des hommes (22% des femmes) ont déjà eu une relation sexuelle avec une personne rencontrée sur internet.
Cette enquête donne un aperçu du poids statistique des lesbiennes, gay et bi dans cette tranche d’âge. Pour ce faire, les chercheurs ont mis sur pied une variable multidimensionnelle utilisant l’attirance, le sexe du/de la partenaire de vie et l’identification à une orientation sexuelle. Verdict: 14,4% des hommes et 19,7% des femmes sont «non exclusivement hétérosexuels».
Dans le détail, seuls 3,4% des jeunes hommes disent n’avoir eu que des rapports homosexuels dans leur vie; chez les femmes, elles ne sont que 1%. Pendant ce temps, presque 10% des garçons ont eu des expériences avec les deux sexes, pour 14,2% des filles. Dans cette catégorie, presque un quart des «premières fois» chez les garçons se déroule avec un autre garçon. La proportion n’est que de 10% chez les filles.
Les femmes sont presque 10% à s’estimer attirées un tant soit peu par le même sexe. Le taux est légèrement plus bas, 7,3% pour les hommes, tandis que 0,5% des répondant·e·s ne se disent attiré·e·s ni par l’un ni par l’autre des deux sexes.

Poster un commentaire

Classé dans info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.