Archives mensuelles : septembre 2018

Marcel Campion se retire du marché de Noël de Paris

Marcel Campion, après le tollé suscité par ses propos homophobes contre des élus de la Ville de Paris, a annoncé jeudi cesser ses activités foraines et son retrait du marché de Noël, qui doit se tenir aux Tuileries.
« Afin de ne pas nuire ni à ma famille ni à ma profession foraine, j’ai décidé de cesser mes activités foraines personnelles et aussi de démissionner de mes activités au sein de l’association du Monde Festif organisatrice de l’évènement ‘La magie de Noël’ aux Tuileries pour les fêtes de fin d’année », indique le communiqué de Marcel Campion, qui ajoute avoir mis en vente sa célèbre grande roue.
À l’annonce de la nouvelle, le conseiller presse et communication de la maire de Paris Anne Hidalgo, Matthieu Lamarre, n’a pas caché son contentement.
L’adjoint en charge de la Culture à la mairie de Paris, Christophe Girard, a salué le retrait de Marcel Campion: « la meilleure attitude dans la vie c’est de savoir arrêter la machine infernale, médiatique et destructrice ». « Marcel Campion a retrouvé le chemin de la sagesse et pris la mesure que les mots ont un sens », a ajouté l’élu à l’AFP.
Depuis le début de la semaine, le ministère de la Culture et le Musée du Louvre affirment étudier le maintien ou non de ce marché dans le jardin des Tuileries. Il avait été délocalisé après la décision l’an passé de la Mairie de Paris de supprimer le traditionnel marché de Noël des Champs-Elysées, car elle lui reprochait alors de ne pas vendre des produits artisanaux de la région, mais provenant de Chine, et à un prix excessif.

Poster un commentaire

Classé dans info

Grèce : mort d’un militant gay

On a apriss le décès d’un célèbre militant, qui semble avoir été frappé à mort dans la capitale grecque .
Zak Kostopoulos, âgé de 33 ans, était «un grand combattant» de la cause, comme l’ont attesté ses amis interrogés par Pink News.
Les faits se sont déroulés le 22 septembre dernier, en plein jour et au beau milieu d’Athènes. D’après les images des caméras de surveillance, Zak Kostopoulos a été retenu dans une bijouterie, dont il a tenté de s’échapper en brisant les vitres avec un extincteur. Après avoir réussi à ouvrir une brèche, il a essayé de s’extraire de la boutique en rampant, en vain.
A l’intérieur, deux hommes semblaient s’acharner sur lui, jusqu’à ce qu’il soit à terre, blessé. L’instant d’après, Zak Kostopoulos est entouré d’une foule de badauds, mais parvient à s’en extirper. Là, il est retrouvé par la police, qui semble lui passer les menottes de force avant de le placer sur une civière.
Le militant est décédé sur le chemin vers l’hôpital. Mais les causes de sa mort restent encore mystérieuses : «[Son corps] ne porte pas de blessures qui ont pu causer sa mort» a expliqué un médecin légiste au quotidien grec Kathimerini. «Nous continuons de faire des examens», a-t-il ajouté.
Les deux hommes qui ont infligé ces blessures à Zak Kostopoulos (le propriétaire de la bijouterie et celui d’une autre boutique proche) ont été arrêtés par la police et sont actuellement en détention.
Les premières informations concernant cette affaire indiquaient que le militant avait essayé de braquer la boutique, muni d’une arme blanche. Une version qui a rapidement été réfutée par les proches de Zak Kostopoulos, qui affirment qu’il cherchait refuge dans ce commerce après qu’une bagarre a éclaté dans le café où il s’était attablé.

Poster un commentaire

Classé dans info

L’Igas saisie en Seine-Maritime

Le ministère de la Santé a saisi l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas) après les propos polémiques tenus par une responsable du service adoption de Seine-Maritime sur les couples homosexuels désirant adopter, a-t-on appris mardi auprès de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS).
Le ministère a saisi l’Igas sur demande de la préfecture de la Seine-Maritime et du conseil départemental de Seine-Maritime. La DGCS n’a pas précisé la date de cette saisine, ni l’objet de la mission d’audit confiée à l’Igas. Sollicité par courriel, le service communication de l’Igas n’a pas donné suite.
En juin, Pascale Lemare, responsable du service adoption du conseil départemental, avait estimé dans un entretien à France Bleu Normandie que les couples homosexuels étaient « un peu atypiques », qu’ils correspondaient moins aux critères requis pour l’adoption d’un bébé en bonne santé qu’un couple hétérosexuel. Elle avait suggéré que les couples homosexuels pouvaient adopter des enfants « atypiques », comme des enfants « handicapés ».
Pascale Lemare a depuis été relevée de ses fonctions à titre conservatoire. Le procureur de la République à Rouen, Pascal Prache, avait ouvert une enquête sur des faits présumés de discrimination.
Deux plaintes ont été déposées auprès du parquet de Rouen par l’association des familles homoparentales (ADFH), le centre LGBTI de Normandie et l’association « Laisse bien ta Gaieté (LBTG) ».
Des secrétaires d’État Olivier Dussopt et Marlène Schiappa au Défenseur des droit Jacques Toubon, les propos de la fonctionnaire de Seine-Maritime avaient suscité de nombreuses réactions d’indignation. Le Défenseur des droits s’était également saisi afin d’enquêter sur les pratiques du service de l’adoption du Département.
Le président du Conseil de famille des pupilles de l’État de Meurthe-et-Moselle est lui aussi visé par enquête ouverte en mai. « On n’a rien contre les couples de même sexe, mais tant qu’on aura des couples jeunes, stables, avec un père et une mère, on les privilégie », avait déclaré à l’AFP en avril Jean-Marie Muller, interrogé sur l’accès des couples homosexuels à l’adoption. L’Association des familles homoparentales (ADFH) avait déposé plainte après ces propos.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité

Suisse : L’homophobie condamnée au même titre que le racisme

L’homophobie devrait être combattue en Suisse au même titre que le racisme. Le Conseil national a complété mardi en ce sens la norme pénale antiraciste. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.
L’homophobie n’est pas une opinion. L’homophobie tue, a lancé Mathias Reynard (PS/VS), dont l’initiative parlementaire est à l’origine du projet. Un homosexuel sur cinq a tenté de se suicider, la moitié avant l’âge de vingt ans.
La législation actuelle ne permet pas de s’attaquer aux propos homophobes exprimés en termes généraux, comme «tous les homos dans des camps». Le Tribunal fédéral refuse la qualité pour agir aux associations de protection des droits des personnes homosexuelles dans le domaine des infractions à l’honneur.
Un gay ou une lesbienne ne peut pas non plus se prévaloir d’une infraction à l’honneur à son encontre lorsque des propos homophobes sont proférés envers la communauté homosexuelle. Le caractère homophobe d’une attaque physique n’est pas reconnu comme tel, a poursuivi le Valaisan.
Pour pallier le problème, la norme antiraciste doit être complétée pour y ajouter l’orientation sexuelle. Cette extension ne vaudra pas pour les déclarations et les actes visant des préférences sexuelles pathologiques comme la pédophilie.
Selon les opposants au projet, l’arsenal juridique actuel permet déjà d’agir, que ce soit dans le droit civil (atteinte à l’honneur) ou pénal (diffamation, calomnie, menaces, désagréments causés par la confrontation à un acte d’ordre sexuel, lésions corporelles).
L’opposition frontale a échoué par 115 voix contre 60. Malgré le soutien du Conseil fédéral, la droite n’a pas réussi à restreindre la portée du projet. Par 98 voix contre 83, le National a accepté d’ajouter également l’identité du genre dans la norme antiraciste.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

Cuba ; les églises contre le mariage gay

Alors que Cuba envisage d’ouvrir le mariage aux homosexuels, les églises évangéliques font campagne contre le mariage gay
Il y a quelques jours, les dirigeants d’une vingtaine d’églises évangéliques de Cuba se sont réunis dans le temple du pasteur Lester Fernandez  dans le quartier du Vedadode  pour se pencher sur le projet de Constitution, qui définit désormais le mariage comme l’union « entre deux personnes » et plus seulement « entre un homme et une femme », comme le stipule le texte actuel, de 1976.
Si la réforme est adoptée, il s’agirait d’un véritable bouleversement dans une île où, dans la foulée de la révolution castriste en 1959, les minorités sexuelles étaient stigmatisées et les homosexuels harcelés, voire envoyés en camps de « rééducation ». S’appliquait alors une politique de marginalisation vouée à les exclure de tout emploi public.
Depuis plus d’une décennie, le vent a tourné à Cuba, sous l’impulsion notamment de la propre fille de l’ex-président Raul Castro, Mariela, députée qui a œuvré pour un meilleur respect des communautés LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels).
Le président lui-même, Miguel Diaz-Canel, a fait connaître il y a peu son opinion personnelle: « Je suis d’accord, moi je pense que le fait de reconnaître le mariage entre les personnes, sans limitations, répond au problème d’éliminer tout type de discrimination dans la société », a-t-il dit.
La future Constitution est encore en débat, dans des assemblées populaires organisées jusqu’au 15 novembre. Puis une version finale sera élaborée et soumise à référendum le 24 février prochain.
L’Eglise catholique a déjà clairement exprimé son refus, qualifiant le mariage gay de « colonialisme idéologique » imposé par les pays riches.
Le président de l’Association Convention baptiste de l’ouest de Cuba, Dariel Llanes Quintana, est sur la même ligne: si la Constitution ouvre la porte au mariage homosexuel, alors les fidèles évangélistes – un million selon ses estimations, dans un pays de 11 millions d’habitants – voteront non au référendum.
Le pasteur évangélique Moisés Sanchez, 24 ans, l’assure: « Ce n’est pas une guerre entre chrétiens et homosexuels, il s’agit de chrétiens et d’une grande partie des Cubains qui ne sont pas chrétiens et qui défendent le mariage comme une union entre un homme et une femme ».
« Ce n’est pas parce que nous pensons différemment que nous sommes homophobes ou intolérants (…). Nous aimons les homosexuels, les lesbiennes, ce que nous désapprouvons c’est leur manière de penser », ajoute-t-il.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal, mariage homosexuel, religion

Le Comité d’éthique se prononce pour l’ouverture de la PMA à toutes les femmes

Le Comité d’éthique se prononce pour l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, mais s’oppose à la GPA
L’impossibilité d’avoir un enfant est « une souffrance » qui « doit être prise en compte », même si les raisons ne sont pas biologiques, réaffirme mardi le Comité d’éthique dans un avis très attendu, qui ouvre la porte à l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules.
Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) s’était déjà prononcé en 2017 pour l’extension de la PMA, à laquelle est favorable le président Macron.
Il réaffirme cette position avant que s’enclenche un processus politique: l’avis publié mardi, qui porte au total sur neuf thèmes, doit nourrir les discussions parlementaires sur la prochaine révision de la loi de bioéthique.
Dans son avis, le CCNE, un organisme consultatif, renouvelle son opposition à la GPA (gestation pour autrui, c’est-à-dire le recours à une mère porteuse). Par ailleurs, il juge que la loi Claeys-Leonetti de 2016 sur la fin de vie, qui interdit l’euthanasie et le suicide assisté, ne doit pas être modifiée.
Selon lui, l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules « peut se concevoir, notamment pour pallier une souffrance induite par une infécondité résultant d’orientations personnelles ». « Cette souffrance doit être prise en compte », juge-t-il.
Avant même la publication de l’avis, cet argument avait été contesté par l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit. « La souffrance peut être la même, mais elle n’est pas tout à fait égale », avait estimé ce médecin de formation lundi sur RTL.
Le CCNE a souligné que cette prise de position a fait débat en son sein et que tous ses membres n’étaient pas d’accord. Principal point d’achoppement: « Les conséquences pour l’enfant d’une institutionnalisation de l’absence de père, donc de l’absence de l’altérité ‘masculin-féminin’ dans la diversité de sa construction psychique ».
Le CCNE souligne que l’extension de la PMA va entraîner « une nouvelle demande en matière de don de sperme ». Il juge « essentiel d’anticiper les conséquences sur la capacité des Cecos (Centres d’étude et de conservation du sperme humain) » à y répondre.
S’il est favorable à la PMA pour toutes, il justifie son opposition à la GPA par de grands principes éthiques: « respect de la personne humaine, refus de l’exploitation de la femme, refus de la réification de l’enfant, indisponibilité du corps humain et de la personne humaine ».
Le Comité d’éthique est par ailleurs favorable à « la levée de l’anonymat des futurs donneurs de sperme », sous réserve qu’ils soient d’accord.
Enfin, il « propose de ne pas modifier la loi existante sur la fin de vie (loi Claeys-Leonetti) ». Il « insiste sur l’impérieuse nécessité que cette loi soit mieux connue et mieux respectée », et « souhaite qu’un nouveau plan gouvernemental de développement des soins palliatifs soit financé ».

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité

Les locaux des magazines gay « Qweek » et « Garçon Magazine » vandalisés et tagués avec des insultes homophobes

Les locaux parisiens de Garçon Magazineont été retrouvés tagués d’insultes homophobes dimanche 23 septembre, a annoncé la rédaction sur les réseaux sociaux ce lundi.
« Nous avons découvert avec stupeur l’entrée de nos bureaux saccagée, pillée et taguée », s’est désolée l’équipe sur Twitter et Facebook en publiant de clichés sur lesquels l’inscription « sale PD » apparaît à plusieurs reprises.
« Nous avons beau être en 2018 et à Paris, l’homophobie est toujours bien présente, nous devons plus que tout être solidaire et dénoncer ces actes au quotidien », écrit le magazine gay.
Le manager du 1er média gay de France, Christophe Soret, avait indiqué sur Facebook se rendre à une soirée. Et ce n’est que lorsqu’il est rentré vers 22h00 qu’il a découvert les locaux vandalisés. Sans traces d’effractions, Christophe nous explique qu’il pense que les individus ont agi en connaissant parfaitement le lieu de la rédaction et qu’ils s’étaient probablement assurés de ne trouver personne sur place.
« Le code était connu de tous, les livreurs, les coursiers, les personnes qu’ont reçoit… », affirme-t-il. Dans la soirée du dimanche à lundi, les policiers sont venus sur les lieux et n’ont constaté qu’aucune porte n’a été forcée, d’après http://www.jeanmarcmorandini.com
Cependant, la police scientifique a relevé les empreintes sur un coffre à clefs qui a été vandalisé.
La direction des magazines a fait savoir qu’elle portera plainte pour vol, dégradation et homophobie.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Grande Bretagne: Lord Ivar Mountbatten a épousé son compagnon

 Ivar Mountbatten, l’un des cousins éloignés de la reine Elizabeth II, a épousé en seconde noce son nouveau compagnon James Coyle. Samedi 22 septembre, les deux amoureux ont échangé leurs consentements devant une soixantaine de proches, dont les trois filles d’Ivar Mountbatten. Il s’agit du premier mariage homosexuel au sein de la famille royale britannique élargie, auquel n’a toutefois assisté aucun descendant direct de la reine d’Angleterre.
Lord Ivar Mountbatten avait fait son coming out il y a deux ans, expliquant qu’il avait conscience de sa bisexualité depuis son adolescence. « Penny (son épouse, ndlr) savait avant que l’on se marie que j’étais attiré par les deux sexes. Elle a toujours été compréhensive et je lui en serai toujours très reconnaissant », avait-il alors déclaré. Il avait officialisé son homosexualité en 2014 après avoir rencontré James Coyle dans la station de ski de Verbier, en Suisse, où sa famille se rend depuis des années.

1 commentaire

Classé dans mariage homosexuel, people

SOS Homophobie va porter plainte contre Marcel Campion

SOS Homophobie a annoncé lundi qu’elle allait porter plainte contre le forain Marcel Campion dont les propos sur « les homos » qui « gouvernent » Paris ont suscité un tollé, et contre le président d’une association catholique ayant évoqué ce week-end la place des « pédés » dans le débat sur l’extension de la PMA.
« Marcel Campion a assimilé l’homosexualité à la perversité », s’est indignée l’association en réaction à des déclarations faites par le forain, captées dans une vidéo en janvier, et publiées par le Journal du dimanche.
Dans cette vidéo, l’adversaire de la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo s’en prend violemment à l’ancien premier adjoint de Paris et homosexuel déclaré, Bruno Julliard, qui a annoncé qu’il allait lui aussi porter plainte.
« Comme il était un peu de la jaquette, il a rencontré (l’ancien maire de Paris, Bertrand) Delanoë, ils ont fait leur folie ensemble et paf, il est premier adjoint. Et avec Anne Hidalgo, il est super parce qu’en même temps il lui a amené tous les homos de la terre. C’est-à-dire que toute la ville maintenant est gouvernée par des homos », a déclaré Marcel Campion lors de cette réunion qui a eu lieu, selon le JDD, le 27 janvier à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

Poster un commentaire

Classé dans homophobie

Paris :Un mineur mis en examen pour violences aggravées après une attaque homophobe

Un mineur soupçonné d’avoir participé à une agression à caractère homophobe sur un jeune acteur mardi soir dans le XXe arrondissement de Paris alors qu’il était avec son compagnon a été mis en examen pour « violences aggravées », a-t-on appris dimanche de source judiciaire.
Arnaud Gagnoud, avait témoigné de son agression sur les réseaux sociaux et porté plainte. Il racontait avoir été insulté par un groupe, devant un théâtre du XXe arrondissement avant d’être frappé à coups de casque à la tête.
Les agresseurs avaient pris la fuite, avant que deux suspects, deux frères, dont un mineur né en 2002 ne soient interpellés jeudi.
Entendus par les enquêteurs, le majeur a été mis hors de cause tandis que son frère est soupçonné d’avoir porté des coups de casque au jeune acteur. Il a été mis en examen pour « violences aggravées » en raison notamment du caractère homophobe de l’agression, et placé sous contrôle judiciaire, a indiqué la source judiciaire.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie