Pologne: Le ministre de la Défense polonais qualifie la gay pride de Poznan de Sodomite Parade

Le ministre de la Défense polonais, Mariusz Błaszczak, ne supporte pas que des militants LGBTI descendent dans les rues de son pays.
Il n’a pas hésité à déclaré dimanche sur une radio catholique que la gay pride qui se déroulait à Poznan était une « Sodomite Parade ».
En polonais, le mot « sodomie » est généralement utilisé dans le contexte des actes sexuels commis sur des animaux.
Ce membre du parti « Droit et Justice » (PiS), a critiqué le fait que l’administration municipale avait soutenu l' »idéologie » de la gay pride.
Il s’est félicité que certains chauffeurs de tram à Poznan « n’aient pas accepté de circuler avec des drapeaux homosexuels ».
Le ministre a expliqué « qu’il y a la croyance dans la nation polonaise, que tout ce qui a été fait par Dieu, est normal. Si quelqu’un essaie de nous forcer à quelque chose qui est pas normal, il rencontrera la résistance ».
Ces propos ont suscité de critiques de l’opposition qui a dénoncé « la rhétorique du gouvernement ».
Le mois dernier, le ministre de l’Intérieur Joachim Brudzinski s’en était pris à des militants LGBT qui avaient apposé l’emblème national polonais sur un drapeau aux couleurs arc-en-ciel, les menaçant des poursuites judiciaires pour « dénigrement d’un symbole de l’État ».
La Pologne est dirigée par l’ultra-doite depuis 2015. Le parti au pouvoir rejette catégoriquement les droits des personnes LGBT.

Allemagne Le gouvernement adopte un projet de loi sur un genre « neutre »

Le gouvernement allemand a adopté mercredi un texte légalisant un « troisième genre » sur les certificats de naissance, faisant du pays un précurseur en Europe dans la reconnaissance des personnes intersexes.
A côté de « féminin » ou « masculin » pourra être mentionné la mention « divers » pour les personnes concernées, selon ce texte de loi qui doit encore être approuvé par la chambre des députés.
Le gouvernement de grande coalition entre les conservateurs d’Angela Merkel et les sociaux-démocrates applique ainsi une décision de la Cour constitutionnelle de 2017.
La plus haute juridiction allemande avait donné aux députés jusqu’à « fin 2018 » pour voter la légalisation d’un « troisième sexe ».
Jusqu’à présent, il était possible en Allemagne depuis mai 2013 de ne pas renseigner le champ relatif au sexe en le laissant vide, les intéressés pouvant ensuite, au cours de leur vie, soit faire le choix d’un sexe masculin ou féminin, soit garder la mention du sexe non renseignée.
D’autres pays en Europe se sont aussi engagés sur la voie d’une reconnaissance d’un troisième genre comme les Pays-Bas ou l’Autriche.
En France, Gaëtan Schmitt, né « sans pénis ni vagin », s’est vu refuser par la Cour de cassation que la mention « sexe neutre » figure sur son état civil, dans un arrêt rendu en mai 2017.
« La dualité des énonciations relatives au sexe dans les actes de l’état civil poursuit un but légitime en ce qu’elle est nécessaire à l’organisation sociale et juridique, dont elle constitue un élément fondateur », a justifié la Cour dans sa décision
La reconnaissance par le juge d’un « sexe neutre », que « ne permet pas la loi française », aurait en outre « des répercussions profondes sur les règles du droit français », construites à partir de la binarité des sexes, et impliquerait « de nombreuses modifications législatives », avait argué la plus haute juridiction française, qui a rejeté le pourvoi.
La requête du plaignant, un psychothérapeute de 65 ans vivant dans l’est de la France, avait été acceptée en août 2015 par un juge des affaires familiales de Tours, sa ville de naissance, puis rejetée en mars 2016 par la cour d’appel d’Orléans, qui avait alors craint de « reconnaître, sous couvert d’une simple rectification d’état civil, l’existence d’une autre catégorie sexuelle ».
Gaëtan Schmitt est né avec des organes sexuels indéfinis, ne permettant pas de le déclarer avec certitude « fille » ou « garçon ». La législation française incite les parents de ces enfants à choisir l’identité sexuelle de ces derniers au maximum deux ans après leur naissance.«

USA : Une transgenre poursuit un pâtissier homophobe

Jack Phillips, le propriétaire de Masterpiece Cakeshop, patissier à Denver dans le Colorado, a porté plainte contre cet Etat mardi en affirmant que ses droits à la liberté d’expression et de culte avaient été violés.
Le pâtissier américain est devenu célèbre pour avoir refusé de faire un gâteau de mariage pour un couple homosexuel
La Cour Suprême des Etats-Unis lui avait donné raison, en juin de cette année, au motif que « cela heurtait ses convictions religieuses »
La Cour suprême des États-Unis avait statué qu’un État violait les règles de «liberté religieuse» en ordonnant à une boulangerie de cesser toute discrimination à l’encontre des couples de même sexe.
L’histoire remonte au 19 juillet 2012. Invoquant sa foi chrétienne, Jack Phillips a tout bonnement expliqué dans sa pâtisserie en banlieue de Denver, « Masterpiece Cakeshop », qu’il ne pouvait prendre une commande venant de monsieur Mullins et monsieur Craig.
Les deux époux ont alors déposé plainte sur le fondement d’une loi du Colorado interdisant toute discrimination aux magasins accueillant le public.
La nouvelle affaire concerne Autumn Scardina, une avocate qui a commandé un gâteau rose à l’intérieur, bleu à l’extérieur, en juin 2017 pour célébrer son anniversaire ainsi que les sept ans de sa transition. Elle a déposé plainte auprès de la commission des droits civiques de l’Etat après avoir appris que Jack Phillips n’honorerait pas sa commande en raison de ses croyances religieuses.
Les autorités de l’Etat avaient estimé qu’il y avait des éléments suffisants pour appuyer l’accusation de discrimination portée par Mme Scardina, et avaient appelé les deux parties à parvenir à un accord à l’amiable.
Dans sa plainte, qui risque de raviver le débat sur les libertés religieuses et les droits LGBT, Jack Phillips dit être injustement visé par l’Etat du Colorado en raison de ses croyances religieuses.
«La Constitution est un rempart contre les responsables de l’Etat qui visent des personnes –et cherchent à détruire leur vie– en raison de l’hostilité anti-religieuse du gouvernement», affirme la plainte. «Depuis plus de six ans maintenant, le Colorado est en croisade pour écraser le plaignant Jack Phillips (…) parce que les responsables méprisent ce en quoi il croit et la manière dont il pratique sa foi.»

Autriche : l’asile refusé à un Afghan parce qu’il ne fait pas assez gay

 

Les autorités autrichiennes ont rejeté la demande d’asile d’un Afghan homosexuel, car il n' »agissait » ou ne « s’habillait » pas comme une personne gay, selon l’hebdomadaire Falter.
Un fonctionnaire de Basse-Autriche (Etat du nord) a estimé que cet Afghan de 18 ans n’encourait pas de représailles dans son pays en raison de son orientation sexuelle, détaille le média autrichien.
Le responsable voyait un « potentiel d’agression » chez l’homme auquel on « ne s’attendrait pas de la part d’un homosexuel », car l’adolescent s’était battu avec d’autres personnes du centre d’hébergement où il logeait.
Le jeune Afghan avait apparemment peu d’amis et aimait passer du temps seul ou accompagné de petits groupes, ce qui a amené, selon l’hebdomadaire, le fonctionnaire à s’interroger : « les homosexuels ne sont-ils pas plus sociables ? « .
L’Afghan a raconté avoir pris conscience de sa sexualité à l’âge de 12 ans, mais le responsable a trouvé que cela était « plutôt précoce », et donc peu probable, particulièrement dans une société comme l’Afghanistan où « il n’existe pas de stimulation sexuelle publique à travers la mode et la publicité ».
L’homme, arrivé seul en Autriche lorsqu’il était mineur, a fait appel de cette décision, d’après Falter.
Le ministère de l’Intérieur a expliqué mercredi qu’il ne pouvait pas commenter ce cas spécifique, mais qu’il ne reflétait pas la plus large réalité ». Quelque 120.000 demandes d’asile ont été traitées en Autriche ces deux dernières années.
En Afghanistan, l’homosexualité est considérée comme un comportement sexuel déviant, interdit par l’islam.

USA : Christine Hallquist, première candidate transgenre à un poste de gouverneur

Christine Hallquist a remporté mardi soir la primaire démocrate au poste de gouverneur du Vermont selon des résultats partiels cités par des médias américains et deviendrait, en cas de victoire en novembre prochain, la première femme transgenre élue gouverneure aux Etats-Unis.
Mais sa victoire à l’élection de novembre n’est pas assurée: son adversaire républicain sera le gouverneur sortant Phil Scott. Il a largement remporté sa primaire selon des résultats partiels diffusés par des médias.
En 2015, « Christine a pris la décision, après des années à le garder en elle, de devenir elle-même, une femme transgenre, devenant le premier dirigeant dans le pays à entamer sa transition alors en poste », précise une courte biographie disponible sur le site internet de sa campagne. Christine Allquist était alors dirigeante d’une entreprise.
« Travailler pour s’assurer que le Vermont reste un endroit spécial, inclusif et progressiste », « est ce qui motive Christine pour avoir l’honneur et l’opportunité de servir les gens du Vermont en tant que prochaine gouverneure », conclut la biographie.
En novembre dernier, une autre femme transgenre avait remporté une victoire historique. Danica Roem était devenue la première personne ouvertement transgenre à intégrer le parlement d’un Etat américain, la Virginie.

Malaisie : Deux lesbiennes condamnées à six coups de bâton

Deux malaisiennes ont été condamnées à six coups de bâton chacune par un tribunal islamique après avoir reconnu des relations sexuelles contraires aux lois de l’islam, a annoncé un responsable local, une sentence dénoncée par les mouvements de défense des droits.
Les deux personnes, âgées de 22 et 32 ans, ont été en outre condamnées à une amende de 3.300 ringgit (800 dollars), a indiqué à le procureur pour les affaires religieuses de l’Etat de Terengganu, dans le nord du pays, Mohamad Khasmizan Abdullah.
Cette condamnation est de la « torture », a réagi dans un communiqué un mouvement de défense pour des droits, « Justice pour les soeurs », un texte qui a reçu l’appui d’autres organisations. « Pénaliser le sexe consenti entre adultes équivaut à une grossière violation des droits humains », selon le document.
Si la sentence est appliquée, ce qui est prévu pour le 28 août, il s’agirait de la première fois que des femmes subiraient des coups de bâton dans l’Etat de Terengganu pour violation des lois islamiques. Les deux femmes sont libres sous caution et ont le droit de faire appel.
L’application de ce type de sanction n’est pas publique en Malaisie. La communauté LGBT est confrontée depuis ces dernières années à une pression croissante en Malaisie, un pays dont la majorité de la population est musulmane.
Les officiels sont souvent accusés de viser leurs représentants. Le système judiciaire en Malaisie est double, les tribunaux islamiques étant habilités à traiter les questions religieuses et familiales, ainsi que des affaires telles que l’adultère.
60% des 32 millions d’habitants de la Malaisie sont musulmans. Leur pratique de l’islam est traditionnellement tolérante mais des crispations conservatrices se développent ces dernières années.
source : http://reloaded.e-llico.com/

Japon : Les propos anti-LGBT du compositeur de Dragon Quest

Koichi Sugiyama est le compositeur des bande son des différents jeux de la saga Dragon Quest
Lors d’un récent passage à la télé japonaise, Sugiyama a fait état d’un point de vue plutôt régressif sur la communauté LGBT et sur les droits des femmes. Ces extraits vidéos ont refait surface récemment et ont provoqué un réponse officielle de Square Enix.
le site GameRevolution a dévoilé un extrait de l’émission « Hi Izuru Kuni York » diffusée sur la chaîne Sakura en 2015,qui montre le compositeur donner son soutien à Mio Sugita., un politicien japonais.
Dans la vidéo, on voit les deux hommes se moquer de la notion de soutien au LGBT. Sugiyama valide aussi l’argument de Sugita que leq couples homosexuels ne pouvant pas avoir d’enfants, cela pourrait devenir un problème pour le pays.
D’après Anime News Network, le compositeur s’est même opposé à la résolution du gouvernement japonais à s’excuser publiquement de l’esclavage sexuelle des femmes japonaises pendant la Seconde Guerre Mondiale.
Après que ces paroles aient déclenchés moult réactions de la part des fans, Square Enix s’est vu forcé de répondre publiquement. L’éditeur semble prendre de la distance avec les opinions de Sugiyama :
« Les points de vue d’un individu ne reflètent pas les points de vues ou efforts de l’entreprise. Square Enix employé un staff multiculturel venant du monde entier, dont les croyances, l’orientation sexuelle et l’identité diffère de tout en chacun. Notre politique ne prône pas la discrimination ni le harcèlement de quelques sortes et nous respectons la diversité d’orientation sexuelle de tout le monde, tout autour du monde. »

Plaque commémorative vandalisée à Paris: le suspect jugé en 2019

L’auteur des dégradations sur la plaque commémorative en hommage au dernier couple homosexuel exécuté en France s’est lui-même dénoncé. Il sera jugé en janvier 2019.
Son acte de vandalisme avait soulevé l’indignation la semaine dernière. Un homme de 48 ans a été interpellé vendredi à son domicile et placé en garde à vue. Il s’est dénoncé lui-même comme étant l’auteur des dégradations sur la plaque hommage à Bruno Lenoir et Jean Diot, les deux derniers hommes condamnés à mort pour homosexualité en France.
Cette plaque, inaugurée en 2014 et située rue Montorgueil, dans le 2e arrondissement de Paris, a été maculée le 5 août de peinture bleue et recouverte d’affiches portant ce message: « Pour faire un enfant: je suis un homme et pas un gay ». Elle a été nettoyée par les services de la Ville de Paris, qui a porté plainte « pour dégradation ou détérioration de bien destiné à l’utilité ou à la décoration publique ».
Le vandale a revendiqué l’acte dans plusieurs courriers adressés à la mairie de Paris, au commissariat du 2e arrondissement, ainsi qu’à plusieurs médias et notamment à Têtu. Le magazine gay friendly rapporte ainsi que le suspect a été déféré samedi dernier au parquet. Il sera convoqué pour être jugé devant le tribunal correctionnel en janvier 2019 pour dégradation de bien d’utilité publique. Conformément aux réquisitions du parquet, l’individu a été placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention dans l’attente de son jugement.

Israël : une pizzeria condamnée pour discriminations

Une pizzeria de Jérusalem à été obligé d payer des dommages et intérêts  suite à un procès intenté contre l’un de ses employés pour discrimination à l’égard d’un homosexuel.
En entrant à la « Ben Yehuda Pizza » avec un groupe d’amis le 3 août dernier, Sammy Kanter, âgé de 31 ans, portait un T-shirt Fierté et un employé lui a demandé s’il était gay. Après avoir affirmé qu’il l’était, l’employé a rapidement demandé à Kanter et à ses amis de quitter le restaurant.
Kanter, un étudiant rabbinique originaire de Cincinnati, a déclaré qu’il avait été choqué par cette discrimination.
« Nous sommes ici en Israël parce que notre école croit, comme moi, qu’il est extrêmement important que nous ayons une relation étroite avec Israël alors que nous allons devenir de futurs rabbins. Je ne pouvais pas croire que j’étais victime de discrimination à l’endroit où j’ai toujours été amené à croire que c’était une patrie pour tous les Juifs », a t-il déclaré.
En réponse à l’incident, Kanter a contacté le Centre d’action religieuse israélien (IRAC) pour obtenir de l’aide et a intenté une action en justice en vue d’obtenir  50 000 shekels de dommages..
Orly Erez Likhovski, directeur du département juridique de l’IRAC et avocat de Kanter, a déclaré que la loi israélienne interdit la discrimination fondée sur la race, le sexe, la religion ou l’orientation sexuelle.
Un responsable du restaurant a déclaré que le salaire de l’employé avait été bloqué et qu’il n’était plus actuellement employé, le restaurant enquêtant sur l’incident.
Kanter a déclaré que le licenciement était un pas dans la bonne direction, mais qu’il voulait surtout sensibiliser les gens à la discrimination à laquelle font face les personnes LGBT en Israël.
Kanter affirme avoir reçu un soutien écrasant sur les réseaux et veut utiliser son expérience pour montrer aux Israéliens et aux Américains la réalité de ce qu’il considère comme « deux Israels différentes » –  Tel Aviv , ville ouverte et ce qu’il a vécu plus tôt ce mois-ci à Jérusalem.
« Je veux m’assurer que … cela n’arrive pas à d’autres personnes », a-t-il déclaré. « De plus, je pense qu’il est important de faire passer le message à la société israélienne et aux médias juifs américains pour leur faire savoir qu’Israël a beaucoup de problèmes avec la population LGBTQ. »