L’Indonésie s’apprête à interdire l’homosexualité

Les actes homosexuels seront prochainement punis dans la République indonésienne de 260 millions d’habitants avec des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.
Cette pénalisation a été annoncée par un membre du Parti national-islamiste du développement uni mardi. Ce parti islamiste est membre d’un comité parlementaire négociant une réforme du Code pénal.
Il y a quelques semaines, plusieurs partis religieux avaient déjà annoncé qu’ils voulaient également introduire une interdiction des relations de même sexe dans la loi.
Il semble qu’il y ait une majorité législative pour une telle réforme, qui pourrait être adoptée en août, en dépit de critiques.
L’année dernière, un groupe islamiste avait saisi la Cour suprême afin de tenter d’obtenir l’interdiction des rapports homosexuels. Cette demande avait été rejetée de justesse par les juges.
La situation des personnes LGBT s’est constamment détériorée depuis des années en Indonésie.
Depuis plusieurs années, les militants des droits de l’homme déplorent une « attaque sans précédent » contre les droits des personnes LGBTI. Ils dénoncent une campagne homophobe d’État.
A l’exception notable de la région d’Aceh dirigée par des islamistes qui y applique la charia, l’homosexualité est officiellement légale en Indonésie.

Paris, élue ville la plus gay friendly au monde

La Ville de Paris a reçu le prix de la ville la plus gay friendly au monde par «misterb&b», plateforme de locations de logements de courte durée. Cette annonce vient réaffirmer la place de la capitale comme ville inclusive et renforce les dispositifs en place pour un meilleur accueil de la communauté LGBTQI+.
«misterb&b» remet ce prix en tenant compte des recherches sur le site et l’application, des avis laissés par les voyageurs, du nombre de lieux gay et gay friendly dans une ville, et du prix moyen par nuit et par ville. Pour cela, il exploite ces critères avec les données réelles de ses utilisateurs. Ces données ont été recueillies sur une période de 12 mois, parmi les dix plus grosses villes dans lesquelles «misterb&b» est présent (Barcelone, New York, Paris, Madrid, Londres, Berlin, San Francisco, Lisbonne, Rome et Los Angeles).
La Ville de Paris tient à saluer la démarche de «misterb&b» qui a désactivé l’ensemble des annonces sans numéro d’enregistrement, se conformant ainsi à la volonté de la capitale à faire respecter la loi en vigueur sur les plateformes de location de meublés touristiques, et lutter ainsi contre les annonces illégales.
A l’approche des Gay Games, cette désignation confirme l’engagement de la ville de Paris envers la communauté LGBTQI+.

Belgique : nouvelle agression homophobe

Deux personnes homosexuelles ont été victimes lundi d’une agression à caractère homophobe dans la rue de leur habitation à Schaerbeek, l’une des 19 communes bilingues de Bruxelles-Capitale . Les victimes ont porté plainte auprès de la police.
Selon Bruzz, un couple de schaerbeekois a été agressé près de chez lui à Bruxelles. Et ça ne serait pas la première fois que ces personnes sont confrontées à une agression homophobe. «C’était physique, public -devant toute la rue-, c’était embarrassant, douloureux, frustrant et surtout c’étaient mes voisins turcs. Le frère aîné, le plus jeune, le père et même la maman, qui secouait ses fils pour qu’ils nous battent plus fort. Pendant la première partie de l’altercation, j’étais seul pour me défendre. Des dizaines de témoins. J’ai appelé à l’aide, sans moi-même en venir aux mains», témoigne l’une des victimes.
Un passant s’est ensuite interposé, mais les insultes n’ont pas cessé. Lorsque l’ami de la première victime est venu l’aider, il est également devenu la cible de l’agression. «Un groupe de six personnes l’a suivi dans la rue. Heureusement, il a pu s’échapper.
Un témoin à vélo m’a dit que je n’aurais jamais dû venir habiter ici et que je ferais mieux de déménager, c’est ce que je compte faire», ajoute la victime.
L’enquete vise a déterminer s’il y a lieu de retenir la circonstance aggravante de l’homophobie, car à ce stade toujours, il n’est pas clair de savoir qui sont les suspects et qui sont les victimes, précise le substitut Denis Goeman, porte-parole, les faits étant a replacer dans le contexte d’un conflit de voisinage. L’enquête est prise au sérieux, poursuit le magistrat qui met en garde : attendons les résultats avant de monter ce type de faits en épingle.
La secrétaire d’État bruxelloise à l’Egalité des chances Bianca Debaets (CD&V) a fait part de son indignation, tout comme sa consœur du fédéral Zuhal Demir
Suite à l’agression du couple homosexuel, un rassemblement contre l’homophobie est organisé au lieu où se seraient déroulés les faits, le samedi 2 juin à Schaerbeek.

Ian McKellen trouve dommage que l’homosexualité de Dumbledore soit seulement évoquée, mais jamais montrée

Dans un interview au magazine Time Out, le comédien homosexuel et militant pour les droits des personnes LGBTQ Ian McKellen, s’exprime à propos de la polémique autour de l’homosexualité de Dumbledore.
Ian McKellen explique regretter le fait que l’on évoque l’orientation sexuelle du directeur de Poudlard, sans jamais la traiter explicitement à l’écran, dans le prochain volet des Animaux Fantastiques, qui sortira en novembre 2018.
« C’est dommage. Mais personne n’attend Hollywood pour commenter la société, n’est-ce pas ? », s’agace-t-il. « Ils n’ont découvert la présence des Noirs dans le monde que très récemment. Hollywood a maltraité les femmes de toutes les façons possibles tout au long de son histoire. Les hommes gays n’existent pas. Ni dieux ni démons (film de 1998) a été le moment où Hollywood a commencé à admettre qu’il y a avait des homos tout autour, même si la moitié d’Hollywood était gay », ajoute l’acteur.
L’acteur qui joue Gandalf dans le Seigneur des anneaux a refusé de jouer dans les films des aventures du célèbre sorcier. À la mort de Richard Curtis en 2002, il a refusé de reprendre le rôle.

La fierté LGBT arrive en Antarctique

L’association Planting Peace – qui lutte pour la reconnaissance des droits LGBTQ+ – souhaite organiser en Antarctique la première Gay Pride du Pôle Sud.
Grâce à la dizaine de scientifiques LGBTQ+  qui travaillent sur la station américaine McMurdo que la banquise va connaître sa marche des fiertés en juin 2018.
« Ma plus grande frayeur, avant de partir, c’était d’être la seule personne gay, qu’il n’y aurait personne, mais j’ai eu tort » a expliqué Evan Townsend, l’un des scientifiques présents sur place, à Komitid, site d’actualités LGBTQ+.
En effet, parmi les 133 scientifiques présents en été sur la banquise, une petite dizaine fait partie de la communauté LBGTQ+.
Evan Townsend et son compatriote Shawn Waldron ont donc eu l’envie d’y organiser de nombreuses célébrations gay : « Nous avons organisé des petits événements LGBTQ+ et les personnes sont venues… C’est une petite communauté et c’est facile de savoir qui en est ou non. »
Au programme : soirée, film et petite parade autour du bâtiment principal de la station.
Le week-end dernier, ces employés de la plus grande station de recherche et de logistique du continent de glace ont posté une photo les montrant devant la station avec un drapeau arc-en-ciel.
La photo a été prise en avril, car dans l’hiver antarctique, qui dure de mars à septembre, le soleil ne se lève pas.
La station est située à 1 500 kilomètres du pôle Sud et peut accueillir jusqu’à 1.200 employés et visiteurs.

USa: une école catholique rejette les enfants d’un couple lesbien

Le pasteur de la St. Francis Catholic School, en Caroline du Sud, a refusé que deux enfants soient scolarisés l’année prochaine dans cette école car leurs parents sont deux femmes homosexuelles mariées
Le révérend Mike Oenbrink, dans une conversation téléphonique avec l’une des mères, aurait déclaré: « Vos enfants ont été refusés parce que vous êtes homosexuelle. Si nous admettons vos enfants, cela enverra un mauvais message aux autres familles ».
Cette attitude a provoqué l’indignation de la communauté locale de Hilton Head Island, une ile Îlu sud-est de la Caroline du Sud, où est située l’école.
Les deux femmes, qui sont légalement mariées depuis 2009 avaient fait les demandes d’admission pour leurs enfants en mars dernier.
Après avoir reçu un courriel de rejet, l’une des mères a appelé pour s’enquérir plus en détail des raisons du refus. « Mes enfants sont bannis à cause de qui je suis, a-t-elle dit. C’est de la discrimination. Pourquoi punir mes enfants pour mes choix? ».
« Nous réaffirmons la dignité de tous les êtres humains, indépendamment de leurs croyances. En même temps, nos écoles catholiques existent non seulement pour promouvoir l’excellence académique, mais aussi pour construire une communauté de foi et de prière », a déclaré le révérend Mike Oenbrink dans un communiqué. « Basé sur les enseignements bibliques et traditionnels, nous croyons que Dieu veut que le mariage soit une union vouée et aimante entre un homme et une femme », a-t-il ajouté.
Certains parents d’élèves de l’école St. Francis ont exprimé leur désaccord avec la décision de l’institution. « Les propres mots du pape prônent l’inclusivité, a déclaré Chris Feltner, un ami du couple. C’est ce dont la société a le plus besoin ».
Selon le diocèse, de telles décisions relèvent entièrement des pasteurs locaux. « Le diocèse catholique de Charleston n’a actuellement pas de politique diocésaine en place lorsque les couples de même sexe souhaitent inscrire leur enfant dans nos écoles », a déclaré la directrice des relations avec les médias pour le diocèse.

La Lesbian and Gay Pride de Lyon lance un appel aux dons

La Lesbian and Gay Pride de Lyon lance un appel aux dons sur internet pour financer la manifestation qui se tiendra le 16 juin prochain dans les rues du centre-ville.
Le départ de la 23ème Marche des fiertés LGBTI de Lyon sera donné à 14h, le samedi 16 juin prochain de la place Bellecour. Cette année encore les organisateurs attendent plus de 15.000 personnes pour défiler dans les rues de Lyon, derrière les traditionnels chars décorés.
Mais l’association qui organise cet événement depuis plus de 20 ans manque de fonds. « Suite à la suppression de la subvention de la région, nous avons besoin de votre aide pour financer la Marche des Fiertés » écrivent les organisateurs. En effet, jusqu’à l’élection de Laurent Wauquiez à la présidence d’Auvergne-Rhône-Alpes, elle recevait une enveloppe de 5.000 euros du conseil régional.
Un appel aux dons a donc été lancé sur le site Hello Asso. Objectif : récolter 6.000 euros à moins de 3 semaines de l’événement.
Tous les donateurs participeront à un tirage au sort et pourront peut-être gagner un accès privilégié sur le char officiel de la Gay Pride.
source : https://www.radioscoop.com

Russie : appels à la prudence pour les supportes LGBT

Les fans de football gays ont été prévenus qu’ils seraient traqués et attaqués s’ils participaient à la Coupe du monde
Ils ont été  « fortement » mis en garde de ne pas « afficher publiquement la sexualité » lors du Mondial.
La Fédération des supporters de football (FSF) a déclaré que les fans LGBT ne devaient pas se tenir la main ou se montrer affectueux envers leur partenaire en public s’ils veulent assurer leur sécurité.
Ces conseils font suite à ceux prodigués en fin d’année dernière par le FARE, un groupe de supporters anti-raciste basé à Londres. « Allez à la Coupe du monde, mais soyez prudents », avait déjà averti le réseau anti-discrimination.
Le leader du mouvement Pride in Football, Joe White, a déclaré au Mirror. « Des gens nous ont dit qu’ils nous poignarderaient (…) des enquêtes sont toujours en cours « .
Il a indiqué à PinkNews que la FIFA « poussait au moins les autorités russes à enquêter sur ces menaces », rappelant au passage qu’elles avaient désormais, aux côtés de l’UEFA, souscrit à des obligations vis-à-vis de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre inscrites dans le cadre du processus d’appel d’offres.
Le ministre du gouvernement russe Mikhail Degtyarev a estimé qu’environ deux millions de personnes visiteront la Russie pendant la Coupe du monde.
Les crimes de haine contre les personnes LGBT ont doublé dans le pays depuis que la Russie a créé une loi interdisant la « propagande « gay en 2013.

Toulouse : un homme convoqué au tribunal pour insultes homophobes et menaces de mort sur facebook

Baptiste Beaulieu s’est fait connaître avec le blog alorsvoila.com sur lequel il raconte son quotidien d’interne en médecine puis de médecin généraliste.
Il écrit aussi des romans et publie des articles sur des sites comme l’Obs avec Rue 89 ou sur Huffpost.
Ses sujets de prédilection dans ces billets d’humeur ce sont les droits des patients ou la défense des personnes LGBT
Baptiste Beaulieu avait alors porté plainte, mais ce n’est que deux ans plus tard que son détracteur a été convoqué au tribunal.
En juin 2016, il a été insulté et menacé par un internaute homophobe.
Si Baptiste Beaulieu a porté plainte, c’est parce que les insultes et les menaces proférées à son encontre ont été particulièrement violentes.
Il raconte que l’homme avait trouvé sa photo et le lui avait envoyé en le menaçant de mort. Il avait également tenté de trouver l’adresse de Baptiste tout en lui envoyant des messages qui injuriaient sa mère et ses sœurs.
Deux ans plus tard, c’est avec surprise que Baptiste apprend que son détracteur a été sommé de comparaitre devant la justice. Comme sa plainte n’avait pas eu de suite, il avait fini par croire que la police avait laissé tomber l’enquête.
Aujourd’hui, Baptiste Beaulieu se dit content que cette plainte débouche enfin sur une convocation au tribunal même s’il ne se fait pas trop d’illusion sur une éventuelle condamnation de l’internaute agresseur.

Honfleur : Condamnée après des insultes homophobes contre un policier

Mardi 15 mai 2018, une femme de 62 ans a été condamnée à de la prison avec sursis après avoir insulté un policier à Honfleur (Calvados).
Publié le 28 Mai 18 à 11:31
Ce n’est pas la première fois que la prévenue insultait un policer du commissariat de Honfleur
On prend les mêmes, et on recommence : « C’est un copier-coller de l’audience d’il y a 15 mois », regrette maître Viaud, avocat de la victime. En septembre 2016, une femme de 62 ans a été condamnée pour des outrages contre un agent de police de Honfleur.
En août 2017, elle recroise le fonctionnaire en ville, et tente de s’arranger avec lui pour le règlement des 500 € de dommages et intérêts qu’elle lui doit : « Elle avait voulu passer l’éponge et payer sa dette », souligne son avocate.
Mais, « sa langue a fourché » : dans la discussion, elle explique au policier avoir appris, par le biais d’un autre agent du commissariat, qu’il était homosexuel. Mardi 15 mai 2018, au tribunal de Lisieux (Calvados), elle regrette :
« Il faut toujours que je m’occupe des affaires des autres »
« Elle a un cœur énorme, mais est d’une maladresse sans nom », confirme son avocate.
Le 14 septembre 2017, après avoir bu deux bières (« comme je ne bois pas souvent, ça me monte vite à la tête »), elle appelle le commissariat pour « protéger et éviter des sanctions » au policier qui lui aurait révélé la supposée homosexualité de la victime. Mais lors de ces appels, elle multiplie les insultes homophobes.
Le tribunal la condamne à deux mois de prison avec sursis, mise à l’épreuve pendant deux ans. Elle devra verser 600 € de préjudice moral et 500 € de frais d’avocats à la victime.