L’entreprise éditrice de Têtu et tetu.com a été placée en liquidation judiciaire

Près de trois ans après avoir cessé ses activités une première fois, le mensuel gay, qui avait fait sa renaissance en kiosque il y a un an, a été placé en liquidation judiciaire le 22 février, informe l’application gay Hornet.
Créé en juillet 1995 par des militants de la lutte contre le sida, puis repris par Pierre Bergé qui en sera le mécène, le mensuel emblématique de la communauté gay hexagonale n’a jamais réussi à trouver un modèle économique viable depuis sa naissance.
Actionnaire unique pendant dix-huit ans, Pierre Bergé a joué un rôle de financier protecteur avant de le céder à l’homme d’affaires et éditeur Jean-Jacques Augier en 2013 pour un euro symbolique.
Mais le nouveau propriétaire renoncera lui aussi au terme de deux ans de reprise.
A la fin de l’année 2015, Têtu est a relancé par la société Idyls par le biais de son site tetu.com. Et la publication du magazine imprimé reprend en mars 2017.
Mais malgré l’optimisme affiché par les repreneurs, la nouvelle version de Têtu en kiosque n’a pas trouvé un public significatif. Seuls 12.000 exemplaires du magazine – pourtant bimestriel – se sont écoulé. Têtu disparaît alors des kiosques
Quelques signes avant-coureurs de cette liquidation : à l’automne dernier, le quatrième et dernier numéro n’avait jamais été distribué physiquement

Poster un commentaire

Classé dans info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.