Bruxelles: Les passages pour piétons arc-en-ciel deviennent définitifs

Les six passages piétons arc-en-ciel repeints depuis mai 2017 dans le centre de Bruxelles deviennent définitif, a annoncé l’élue bruxelloise chargée des Travaux publics, Els Ampe. Ils bénéficieront cette semaine d’un rafraîchissement.
Ces passages colorés sont importants car ils symbolisent le soutien de Bruxelles à la communauté LGTB”, explique t’elle. “
La Belgian Pride est ravie de cette initiative de faire marquer les passages piétons arc-en-ciel de façon définitive. Elle démontre la réelle ambition de la Ville de Bruxelles à soutenir activement la communauté et les commerces LGBT en mettant plus de couleurs en ville”, se réjouit Elio De Bolle, coordinateur de la Belgian Pride.
Les six passages pour piétons sont apparus en mai 2017 dans le quartier Saint-Jacques, connu comme un lieu de fête pour la communauté LGBT, à l’occasion de la Gay Pride 2017. Les six passages pour piétons, conformes au code de la route, alternent une bande blanche avec une bande aux couleurs de l’arc-en-ciel. Situés au cœur du quartier Saint-Jacques. Il était prévu initialement qu’ils restent durant huit mois entre la rue du Midi et la rue des Teinturiers. Cette année, la Pride Kick-Off (l’ancienne Mini-Pride) est prévue le 4 mai, tandis que la Pride Parade a lieu 19 mai.

Dix sept

Parler de la sexualité dans un pays fortement islamisé comme le Mali est un défi de taille. C’est pourtant la tâche que s’est donnée le jeune réalisateur et défenseur des droits humains Fasséry Kamissoko. A travers le court métrage intitulé « Dix Sept », il dénonce les discriminations LGBTphobes au Mali.
Inspiré des faits réels, le film illustre bien la banalisation de l’homophobie  et aborde le phénomène mal connu de l’harcèlement des personnes homosexuelles en Afrique.

Moussa,un homosexuel guinéen, menacé dans son pays mais bientôt expulsé

Il n’y avait plus de place dans l’avion. C’est grâce à ce coup de chance que Moussa n’a pas été expulsé dans la nuit de samedi à dimanche 29 avril. Mais le calvaire du jeune homosexuel guinéen n’est pas terminé, comme le raconte « Midi Libre ».
Moussa a 28 ans. Il a fui la Guinée Conakry où son compagnon a été brûlé sous ses yeux. Il est arrivé à Nîmes en 2015, muni d’une autorisation de travail. Il y a fait sa vie, a été bénévole à l’association Aides, a été un des animateurs de la Pégoulade 2017. Mais s’il s’est produit sur de nombreuses scènes, il n’a pas de papiers.
Et dans la France de 2018, c’est synonyme d’enfermement dans un centre de rétention administrative (celui de Nîmes), avant le renvoi dans son pays d’origine. Jeudi dernier, un rassemblement a eu lieu devant la préfecture pour demander au préfet de lui accorder un titre de séjour.
Parce que Moussa est intégré, et parce qu’il risque la mort dans son pays en raison de sa notoriété et de son homosexualité. La réponse de l’État a été brutale. Moussa a failli être expulsé ce dimanche.
« Un geste d’une totale inhumanité », a déploré RESF, lors d’un nouveau rassemblement de soutien.
“Ils sont venus le chercher dans son lit à 3 heures du matin et l’ont conduit à Marseille, raconte Yves Carel, de RESF. Ils étaient huit et ils lui ont entravé les pieds pour le conduire à l’avion, mais le commandant leur a signifié qu’il n’y avait pas de place à bord. Des passagers se sont aussi manifestés. Et Moussa a été ramené à Nîmes.”
“D’ici samedi et la fin de sa rétention, il peut être expulsé à tout moment ! On va demander à rencontrer le préfet”, souligne Yves Carel. Elodie Attia, de l’association Aides (où Moussa était bénévole) a parlé avec le Guinéen ce dimanche. “Il était choqué et dans un état psychologique préoccupant. Ils ont encore menacé de l’emmener de force ce dimanche. Ce qu’il vit est inhumain”.

Payet dédie la victoire de l’OM à Denis Balbir, suspendu pour des propos homophobes

Après la victoire de l’OM contre Salzbourg (2-0), ce jeudi en demi-finale aller de la Ligue Europa, Dimitri Payet a apporté son soutien à Denis Balbir, suspendu d’antenne par W9 pour cette rencontre.
« J’aimerais avoir une pensée et dédier cette victoire à M. Denis Balbir, c’est un homme que j’apprécie et un commentateur que j’aime beaucoup », a lâché le capitaine marseillais en zone mixte.
Habituel commentateur de W9, Denis Balbir a été suspendu d’antenne pour ce match après des propos à caractère homophobe tenus hors antenne et diffusé sur les réseaux sociaux, juste après le quart de finale retour entre Marseille et Leipzig (5-2).

Grande-Bretagne ; Un homme accusé d’avoir drogué et violé des partenaires rencontrés sur Grindr

Un Britannique accusé de droguer et de violer des hommes rencontrés via l’application de rencontre gay Grindr comparaît devant un tribunal depuis lundi.
Sam Ashley est accusé d’avoir drogué et violé quatre hommes sur une période de huit mois, en utilisant Grindr pour rencontrer ses présumées victimes.
Les faits se seraient produits entre juin et décembre 2016, trois des quatre victimes ayant été retrouvées via Grindr.
Le tribunal a entendu lundi dernier le témoignage d’un homme, étudiant de l’Université de Portsmouth, qui s’était réveillé alors que l’accusé était en train d’abuser de lui.
L’étudiant de 20 ans a déclaré au jury qu’il s’était évanoui après avoir bu « quelques gorgées » d’une boisson que lui avait poposé son agresseur.
Le procureur a déclaré au tribunal que des doses de substances toxicologiques avaient été trouvés dans la chambre d’Ashley par la police.
Le jury a également entendu une autre victime présumée qui a déclaré avoir été drogué et violé chez lui après avoir rencontré son agresseur dans un bar.
Sam Ashley nie les quatre accusations de viol, d’administration d’une substance toxicologique et le deux tentatives de viol dont il est l’objet

La loi « Asile Immigration » expose les personnes LGBT

migrants africainsDimanche 22 avril, vers 23 heures, au terme d’une longue semaine marathon de débats, l’Assemblée nationale a adopté la loi « Asile Immigration » en première lecture par 228 voix contre 139 et 24 abstentions.
Directrice du plaidoyer à AIDES, Adeline Toullier a rappelé lors d’une interview sur Cnews (18 avril) que la « loi asile et immigration met en danger de mort les migrants LGBT et séropositifs ». « Ce projet de loi, sous prétexte d’efficacité, de rapidité dans le traitement des demandes notamment, procède à une série d’atteintes aux droits fondamentaux des personnes étrangères, a-t-elle expliqué. Concernant les personnes LGBT, la réduction envisagée des délais de demande d’asile et de recours ne va pas leur permettre de formuler leur demande dans de bonnes conditions. Elles n’auront, par exemple, pas le temps d’apporter les preuves de leur engagement militant ou d’apporter toute autre pièce qui prouverait qu’elles sont menacées dans leur pays d’origine. Je rappelle qu’aujourd’hui encore, il y a 72 Etats dans le monde qui pénalisent l’homosexualité. Dans ces pays, les personnes LGBT encourent des peines pouvant aller de l’amende à la peine de mort. Ensuite, pour ce qui concerne les personnes porteuses du VIH, qu’elles soient d’ailleurs homosexuelles ou non, alors qu’aujourd’hui elles peuvent bénéficier du droit au séjour pour raison médicale, si la loi passe, les personnes qui feront une demande d’asile — si elles sont déboutées de ce droit — ne pourront plus, par la suite, faire une demande de séjour pour raison médicale ».

première marche des fiertés à Alençon

Créée il y a 13 ans, l’association Orn’en Ciel milite en faveur de la cause des LGBT. Elle se fait plus active depuis la loi sur le mariage pour tous de 2013 et plus visible depuis cinq ans, notamment lors de la journée de la lutte mondiale contre l’homophobie le 17 mai.
Présidée par une nouvelle membre depuis ce début d’année, l’association franchit une étape supplémentaire dans sa visibilité : en organisant la première Gay-Pride d’Alençon, samedi 19 mai.
Aussi, à la tête de l’association LGBT ornaise, Malou  Estenne a décidé « de se lancer » dans l’organisation d’une marche « militante » visant à « rendre visible notre association » mais aussi à défendre la cause et les droits des homosexuels dont le premier reste évidemment « d’exister aux yeux du monde car, en province, dans certaines zones rurales, on souffre encore trop d’avoir honte d’être LGBT ».
Soutenue dans sa démarche par la Ville d’Alençon, elle vient d’obtenir l’autorisation d’organiser cette marche au départ du haut de la Grande-Rue à 18 h et à destination du Parc des promenades où des discours auront lieu à 19 h avant deux spectacles à 19 h 30.
Un forum associatif s’y tiendra aussi de 17 h à 22 h. Une buvette et une marchande de crêpes compléteront le dispositif convivial.
Le défilé « pour dire Stop à l’homophobie » sera emmené par la Batufada de la Luciole depuis la place La Magdeleine jusqu’au parc des Promenades via la rue aux Sieurs. « La ville d’Alençon fait vraiment tout pour que, dans ce contexte de travaux qui paralyse les déambulations, les rues piétonnes soient accessibles pour notre défilé », se réjouit Malou.
L’association Ciné-Cité, également mobilisée, organise la projection de « Coby » de Christian Sonderegger, un film sur les trans-genres, au Planet’Ciné d’Alençon jeudi 17 mai à 20 h 30.
Le vernissage de la fresque réalisée par des élèves du collège Saint-Exupéry, encadrés par l’artiste Alexandre Marnat, et traitant de la lutte contre l’homophobie, aura lieu vendredi 18 mai à 14 h 30 au parc des Promenades avant un débat, à 19 h, à la médiathèque Aveline animé par des membres de l’association Contact de Caen, sur le thème « Quand l’homosexualité bouscule la famille ».
Et samedi 19 mai à partir de 18 h, Alençon fera la fête autour de sa première marche des fiertés, « ouverte à tous », appelle Malou Estenne.

Plus de 8.000 participants sont déjà inscrits pour les gay games 2018

Les prochains Gay Games de Paris annoncent déjà 8.400 athlètes inscrits. Un très bon chiffres puisque les 3 précédentes éditions ont réuni une moyenne de 8.100 athlètes. L’objectif des organisateurs est toujours d’atteindre 10 à 12.000 athlètes au final, soit le score réalisé par Cologne en 2010. 851 des inscrits proviennent de Paris sur 1.200 en provenance d’Ile-de-France) et 1.692 viennent de toute la France.Mais ces sont les Etats-Unis qui devraient fournir le plus grand nombre de participants (2.746), juste devant l’Europe (hors France) avec 2.416 inscrits. A noter aussi 532 Australiens, 268 Canadiens, et 64 Chinois.
Les Gay Games parisiens rassembleront des sportifs venant de 84 pays de tous les continents du 4 au 12 août.
Côté disciplines, 9 catégories sportives concentrent 60% des inscrits. Principalement l’athlétisme (courses, sauts, lancers…), le roller, les sports aquatiques (natation, water-polo et voile), les sports collectifs (foot, volley, basket, rugby, hand…), les sports de raquette (tennis, badminton, tennis de table/ping-pong, squash…), les sports d’adresse (bowling, golf…), les sports de combat (arts martiaux, lutte et boxe), les sports artistiques (danse, patinage…), et les sports cyclistes (vélo, VTT…).
Cette grande manifestation proposera aussi des évènements culturels (musique, chorales, soirées dansantes…) et des conférences à l’Hôtel de Ville, sans compter une cérémonie d’ouverture qu’on nous promet grandiose.
Les différents évènements et compétitions se dérouleront sur 60 sites en tout dans Paris et en Ile-de-France, pour l’essentiel dans Paris intra muros.
http://www.paris2018.com

Janelle Monae fait son coming out et affirme être pansexuelle

Dans une interview accordée au magazine Rolling Stone, la chanteuse américaine Janelle Monae affirme être pansexuelle. La jeune femme explique qu’elle se sentait au départ bisexuelle, car elle avait des relations à la fois avec des hommes et des femmes. Puis elle a compris que le terme pansexuel définissait mieux son orientation et son choix de vie. «Mais plus tard, j’ai lu sur la pansexualité et je me suis dit Oh, ce sont des choses auxquelles je m’identifie aussi. Je suis ouverte à en savoir plus sur qui je suis», confie-t-elle.
Une personne pansexuelle se caractérise par un désir sexuel ou une attirance sans considération de sexe ou genre.
En 2015, Miley Cyrus avait déjà déclaré s’identifier comme pansexuelle, mettant en avant sa sexualité libérée et affichant son féminisme. Janelle Monae, 32 ans, a été connue grâce à son rôle dans « Moonlight », oscar du meilleur film en 2017, ainsi que dans «Les figures de l’ombre» (2016), l’histoire vraie de femmes scientifiques afro-américaines de la Nasa pendant la conquête spatiale.
La chanteuse sort son premier album en cinq ans, «Dirty Computer», qui avait été produit par Prince, l’icône de la pop, décédé en avril 2016.

Kenya : un film présenté à Cannées interdit pour « promotion du lesbianisme »

Le film Rafiki a été interdit en raison « de son thème homosexuel et de son but évident de promouvoir le lesbianisme au Kenya, ce qui est illégal et heurte la culture et les valeurs morales du peuple kenyan », justifie dans un communiqué la commission kenyane de censure.
Le patron de la commission, Ezekiel Mutua, qui se présente comme « un fervent croisé de la morale » a déjà interdit d’autres films, publicités et même dessins animés, souvent au prétexte qu’ils promeuvent l’homosexualité.
Rafiki,  ami en kiswahili, langue nationale au Kenya, adapté d’un roman de l’Ougandaise Monica Arac Nyeko, raconte l’histoire d’un coup de foudre entre deux jeunes femmes appartenant à des camps politiques opposés.
« Je suis vraiment désolée d’annoncer que notre film Rafiki a été interdit au Kenya », a déclaré la cinéaste kenyane, Wanuri Kahiu.
Nous pensons que les adultes kenyans sont assez matures et clairvoyants […] mais leurs droits ont été niés.
Rafiki est programmé dans la sélection Un certain regard au festival de Cannes en mai 2018.
Toujours sous le coup des lois datant du colonialisme britannique, l’homosexualité reste illégale au Kenya.
Dans un entretien télévisé la semaine dernière, le président Uhuru Kenyatta avait déclaré que l’homosexualité allait à l’encontre de la culture et de la société kenyanes, estimant que les droits des gays « n’ont pas grande importance pour le peuple et la république du Kenya ».