La Bulgarie boycotte le débat sur la Convention d’Istanbul

La Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, ou Convention d’Istanbul, donne un cadre juridique paneuropéen pour protéger les femmes et les jeunes filles contre toute forme de violence. Elle a également comme objectif de prévenir, réprimer et éliminer la violence contre les femmes et la violence domestique.
Plusieurs États membres, dont la Bulgarie et la Slovaquie, qualifient la Convention d’Istanbul de cheval de Troie visant en réalité à introduire un « troisième sexe » ou le mariage homosexuel.
La Convention a été ratifiée par 17 membres de l’UE : Autriche, Belgique, Chypre, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Italie, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie, Espagne et Suède. Afin d’éviter de nouveaux problèmes politiques dans son pays, le gouvernement bulgare a fait marche arrière sur sa décision de ratifier la convention.
Le boycott du débat parlementaire qui s’est tenu à l’initiative de l’eurodéputée Malin Björk (GUE/NGL), a provoqué la colère . « C’est une honte que personne de la présidence ne soit présent pour nous expliquer ce qu’ils comptent faire pour faire évoluer la situation au Conseil », a déclaré Malin Björk, qui s’inquiète des débats réactionnaires dans plusieurs pays sur le sujet.
« Le dernier échec vient de la Bulgarie, le pays qui assure la présidence tournante du Conseil. C’est une attaque cruelle, sexiste et homophobe contre les femmes et la communauté LGBT », a-t-elle tweeté.
Andrus Ansip, le vice-président de la Commission, a assuré que la Convention d’Istanbul n’avait pas de but caché, et que son unique objectif était de combattre la violence commise à l’égard des femmes. Il a déclaré que la Convention avait provoqué des débats publics mouvementés en raison de mauvaise interprétation du terme « genre ». « Ce n’est pas un instrument pour façonner les perceptions et les idéologies du genre », a-t-il insisté.
Il a répondu indirectement aux accusations des nationalistes bulgares qui affirment que la Convention pourrait obliger la Bulgarie à accepter « des travestis d’Iran » sur son territoire. « Il n’est mentionné nulle part dans la Convention que le nouveau statut de réfugié devrait être octroyé aux personnes transgenres ou intersexuées ou pour tout autre groupe », a-t-il déclaré.
plus : https://www.euractiv.fr

Poster un commentaire

Classé dans info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.