Dieppe : violentes agressions homophobes

Lu sur http://www.gayviking.com
De violentes agressions homophobes ont été commises à Dieppe le weekend dernier. Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 février 2018, Nicolas Bellenchombre et son compagnon Alexis ont été pris à partie dans le centre-ville de Dieppe par deux hommes d’environ 24 ans. Nicolas Bellenchombre est le président de l’association Ciné-Deep, organisateur du Festival du Film Canadien dans la ville portuaire. Il a souhaité alerter l’opinion publique.
Dans la presse locale, Paris-Normandie et Les Informations Dieppoises, il relate son agression. Interpellé par les deux agresseurs : « Pourquoi vous nous regardez ? C’est quoi ce parapluie de pédé ? », Nicolas raconte aux journalistes sa mésaventure « Alexis a pris un coup de poing et a réussi à se sauver en courant. Et ils ont dit : On se met sur la grosse tarlouze. Alors, je leur ai proposé de prendre mon argent, mon téléphone, mon sac. Ils ont répondu : C’est pas ça qu’on veut, c’est ta gueule. Ils m’ont frappé au visage, je suis tombé, ils ont continué à me frapper aux jambes et à la tête. Mes oreilles bourdonnaient et un voile blanc est passé devant mes yeux, mais j’ai réussi à me relever. Quand ils ont vu qu’Alexis, un peu plus loin, appelait à l’aide et téléphonait aux secours, ils sont partis en courant.
Le choc de l’agression a été terrible. Nicolas Bellenchombre est en sang, conduit aux urgences. Avec Alexis, ils portent plaintes. La Police n’a pas encore retrouvé les agresseurs.
Nicolas a été traumatisé par cette agression : « ce qui nous est arrivé est inattendu, totalement gratuit et extrêmement violent. Ils auraient pu me tuer. » précise-t’il à Paris-Normandie.
Néanmoins, Nicolas Bellenchombre a souhaité clarifier la situation sur sa ville, Dieppe, qu’il affectionne tout particulièrement et qui « n’a jamais été et n’est pas une ville homophobe. Il s’agit, surtout, de ne pas faire d’amalgame : ça peut arriver n’importe où, Dieppe n’est pas une ville où ça craint. Mais de la misère humaine et de la connerie, on en trouve partout. »
Selon Nicolas Bellenchombre, le même soir, au même endroit, un couple de garçons a vécu la même histoire dont l’un s’est fait agressé, roués de coups et insulté de « pédé ». Il raconte sur sa page Facebook qu’ils étaient également au bureau de police pour porter plainte.

Poster un commentaire

Classé dans info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.