Nimes : une ex porn star victime d’homophobie dans son nouveau travail

Un ex-acteur porno reconverti dans l’éducation dénonce le climat d’intolérance qui s’est instauré dans son lycée de Nîmes depuis que son passé a été révélé par un élève, alors qu’il a complètement changé de vie et tourné la page de cette période.
Aujourd’hui, il travaille dans un établissement scolaire de Nîmes : “Un élève est venu me voir en me demandant si je m’appelais Mathieu où Nicolas (prénom d’emprunt) . J’ai tout de suite compris qu’il se passait quelque chose. Car Mathieu X est mon nom d’acteur porno”, indique le jeune homme.
“Dans la même journée, j’ai été traité de pédé et pris à partie par des élèves. Car un élève a trouvé une vidéo d’un de mes films et elle a été vue par plusieurs d’entre eux. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre et cela a créé un chahut indescriptible dans l’établissement. J’ai même dû me réfugier dans un local pour éviter d’être exposé à des violences.” Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Nicolas indique avoir été approché par le responsable de l’établissement pour qu’il renonce à son poste et quitte l’établissement. Ce que semble contester avec force le proviseur.
Pour l’administration, cette affaire est privée et doit le rester. Mais les insultes homophobes et le climat hostile font craindre le pire à l’ancien acteur qui occupe aujourd’hui une poste de surveillant. “Je ne peux pas quitter mes fonctions de cette façon. Je n’ai rien fait de mal et je ne peux pas me permettre de perdre mon emploi et me retrouver dans la précarité. Moi, j’ai simplement voulu réagir pour lutter contre les discriminations, notamment celles qui confondent homosexuels et pédophiles”, assure t’il
À Nîmes, la révélation de son ancien métier et de sa sexualité ont provoqué des remous. rapporte le midilibre.fr
Le jeune homme veut absolument conserver son emploi. Il indique avoir été mis en arrêt de travail pendant quelques jours. “Je veux reprendre mon emploi. On m’a proposé un poste aménagé pour ne pas être exposé aux insultes. Mais j’espère que cela va se calmer.” De son côté, le syndicat CGT Educ-action a saisi en urgence le rectorat de l’académie de Montpellier afin de demander “une protection immédiate” pour l’employé victime de propos et d’attitudes à “caractère explicitement homophobe”. Selon le syndicat CGT, le lycée en question multiplie les actions destinées à lutter contre les discriminations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.