Grande Bretagne : une école censure un collage qui montre des filles qui s’embrassent

Megan Angus, une élève de 16 ans, accuse son école, Laurence Jackson School à Guisborough,  au Nord de l’Angleterre, d’homophobie
L’établissement s’excuse mais plaide avoir été obligé de censurer une image sexuellement explicite.
Son montrent des couples de filles qui s’embrassent, se tiennent la main en sous vêtement, sur fond de drapeau LGBT .
Le travail de Megan Angus, 16 ans, présenté pour son examen d’art en juin dernier dans son école de Guisborough, au Nord de l’Angleterre, était une façon d’exprimer que “les relations homosexuelles sont normales et ne devraient pas être exclues dans la société.” Ainsi, quand la jeune britannique récupère la pièce au mois de janvier, elle a pu y découvrir sept autocollants “censuré” collés dessus, elle s’insurge sur Facebook et accuse le comité de l’école d’“homophobie”.
Elle écrit : “On ne fait pas plus homophobe que Laurence Jackson School qui colle des stickers “censuré » sur tout mon travail sans ma permission, cette école a ruiné mon travail j’y avais passé 40 heures merci beaucoup.”
L’adolescente, qui a depuis quitté l’école pour travailler comme sauveteur, a ajouté: « Je ne vois pas pourquoi ils l’ont censuré ».
Megan Angus explique le dessin, qui l’a aidée à obtenir une note B : “Nous devions réaliser une oeuvre qui joue avec les normes, et nous avions cinq options. J’ai choisi les relations homosexuelles car elles sont mises de côté dans la société. J’ai voulu montrer qu’il n’y avait pas à froncer les sourcils sur deux femmes qui s’embrassent, et qu’elles ont droit d’être ensemble.”
Dans un communiqué, un porte-parole de l’école explique que la censure est due à la nature sexuellement explicite des images du dessin. Il continue en annonçant que cela n’a pas empêché le travail de recevoir la note B, soit un 14/20 en France, ni d’être apprécié des professeurs d’art et du corps enseignant en général au sein de l’école. Pour Pink News, l’école a réaffirmé que son intention n’était pas de censurer l’homosexualité mais de préserver les plus jeunes spectateurs des images. Une chose que la jeune fille n’excuse pas, de même que le fait qu’on ne lui ait présenté aucune excuse à titre personnel. Sur Pink News à nouveau, elle a partagé : “Dans une galerie d’art, mon dessin n’aurait pas été censuré.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.