Archives mensuelles : décembre 2017

Couple ou pas couple ? : malaise après une série de clichés gays

Lancé en début de semaine, un nouveau jeu baptisé Couple ou pas couple ? provoque déjà les polémiques .
Jean-Luc Lemoine propose, depuis quelques jours, à des volontaires de trouver les 7 couples et les célibataires dans un panel de 20 personnes.
Deux candidats, présents mercredi, ont provoqué un certain malaise en tentant de décrypter avec qui est en couple Damien. Un homme dont ils ont rapidement évoqué l’homosexualité. « Je vais essayer de dire des choses pas désagréables ou désobligeantes. Nous connaissons l’orientation sexuelle de Damien. Il est gay (…) Il est stylé, il a de jolis tatouages, une boucle d’oreille à une seule oreille, ça ne se fait plus trop chez les hétéros ».
Gêné, Jean-Luc Lemoine réplique : « Si je suis votre raisonnement, si on est stylé on est forcément gay ? C’est un coup dur pour tous les hétéros alors ».
Le duo de candidats continue sur sa lancée en apprenant que le jeune homme est « coiffeur ». « Donc, il est gay », répliquent-ils alors en riant devant un candidat visiblement mal à l’aise. « Je ne peux pas vous laisser partir dans des stéréotypes pareils. Je connais plein de coiffeurs qui ne sont pas gays », répond rapidement Jean-Luc Lemoine face aux propos très stéréotypés de Rémy et Anthony, deux cousins.
Cette émission, diffusée mercredi soir, a été suivie par 405 000 téléspectateurs soit 2,5% de part d’audience.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, TELE

Don du sang par les homosexuels. Le Conseil d’État maintient la condition d’abstinence

Le Conseil d’Etat a rejeté ce jeudi la demande d’associations qui souhaitaient que les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, (ou HSH) puissent donner leur sang sans la condition d’un an d’abstinence actuellement imposée.
«Les autorités sanitaires doivent privilégier les mesures les mieux à même de protéger la sécurité des receveurs lorsque les données scientifiques et épidémiologiques disponibles ne permettent pas d’écarter l’existence d’un risque», a indiqué le Conseil d’Etat en rendant sa décision.
En imposant cette abstinence d’un an comme condition au don du sang par les homosexuels, le ministère de la Santé «s’est fondé non sur l’orientation sexuelle mais sur le comportement sexuel et n’a pas adopté une mesure discriminatoire illégale», a jugé le Conseil d’Etat.
Il a donc rejeté les requêtes déposées par les associations Mousse, Stop Homophobie, Comité Idaho France et Élus locaux contre le Sida, ainsi que par un particulier.

Poster un commentaire

Classé dans info

Canada :La CBC a décidé de ne pas diffuser le documentaire BBC Transgender Kids: Who Knows Best? après les critiques des militants trans et LGBT

Quelques heures seulement avant qu’il ne soit diffusé, la CBC a annulé la diffusion prévue d’un documentaire de la BBC après que des activistes transgenres ont accusé le film d’être «transphobe» et «dangereux».
Selon le site Inmagazine, le film a été retiré de la programmation du 12 décembre, suite à la critique en ligne de l’inclusion de médecins qui considèrent la dysphorie de genre comme une maladie mentale dans le film.
Réalisé par John Conroy, le film de la BBC 2017 examine et questionne l’approche affirmative d’un enfant qui questionne son genre avec des intervenants canadiens, dont le Dr Kenneth Zucker, connu pour traiter la dysphorie de genre chez les enfants.
Joshua Ferguson, un activiste et cinéaste «non binaire», a lancé un appel contre la diffusion, appelant la CBC à ne pas accorder de temps d’antenne à des experts discrédités.
Ce n’est pas la première fois que le documentaire est publiquement décrié par les défenseurs des droits de la personne. Avant sa première à la BBC en janvier, plusieurs ont contesté la façon dont il présentait l’affirmation ou la négation de l’identité d’un jeune qui se questionnait sur le genre comme un débat équilibré. “Présenter ceci comme étant tout aussi commun avec des gens qui n’ont aucun regret à propos d’une transition est extrêmement trompeur”, a déclaré Shon Faye, activiste trans, à Dazed Digital. “Le fait d’avoir un médecin controversé en tant qu’experts quand ils sont en désaccord avec la grande majorité de la profession médicale n’est pas équilibré et c’est un sujet chaud comme l’enfer. ”
Dans une lettre à la BBC, Trans Media Watch a noté que le film présentait les perspectives ou les doutes sur les approches affirmatives sur le genre a reçu deux fois plus de temps d’antenne que d’expériences positives. Une pétition en ligne qui a atteint plus de 11 700 signatures a demandé à la chaîne de télévision britannique de retirer Transgender Kids: Who Knows Best? de son calendrier. Il ont été incapable d’arrêter la première de la BBC.
Cependant, la vague de désapprobation contre la diffusion à CBC a été entendue haut et fort. Sur Twitter, CBC Docs a annoncé qu’elle retirerait le documentaire de la diffusion en raison de la réaction du public
Tourné en grande partie au Canada, Transgender Kids: Who Knows Best? suit l’expérience de parents qui ont élevé un enfant montrant des signes de dysphorie de genre – le sentiment d’être né dans un corps avec le mauvais sexe. Une grande partie du film se concentre sur les parents qui décident de poursuivre une approche de «genre affirmative» dans laquelle ils soutiennent pleinement le souhait de leur enfant de changer les identités de genre. “De plus en plus, les parents sont encouragés à adopter une approche de” genre affirmative “… mais cette approche est-elle correcte?”, Lit-on dans le synopsis officiel. Avant même que le documentaire ne soit diffusé, une pétition sur Change.org signée par 11 000 personnes a averti “que cela pourrait déclencher une série de préjugés; en rabaissant les enfants transgenres, les conduisant à ne pas être socialement acceptés par la société.”

Poster un commentaire

Classé dans info

Tunisie : Le syndicat des Imams contre la radio Shams pour les gays

Lancée le 15 décembre 2017, la nouvelle Web radio dédiée à la communauté LGBT, Shams, a suscité de nombreuses réactions.
Le sujet a été repris, ce mercredi 27 décembre 2017, par le syndicat national des imams et des cadres des mosquées, relevant de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT).
« L’association Shams est financée par l’ambassade des Pays-Bas. Le lancement de la radio constitue un danger pour notre identité religieuse et sociale », a déclaré Chihebeddine Telich, secrétaire général du syndicat lors d’une conférence de presse tenue à Tunis.
La reconnaissance de l’association Shams et de sa radio, poursuit-il, est une forme de défense de l’homosexualité et de la violation de la morale. L’État, souligne le syndicaliste, doit prendre les dispositions adéquates afin d’enquêter sur la provenance des fonds de l’association et de sa radio. Il a appelé, dans ce contexte, à la fermeture de la radio qui est diffusée sur Internet .
Pour lui, l’association Shams va à l’encontre des principes constitutionnels qui stipulent que la Tunisie est un pays musulman et moderne. Il a rappelé, dans ce contexte, l’article 230 du code pénal, prévoyant une peine d’emprisonnement de 3 ans pour les homosexuels. « L’association Shams ne respecte pas les principes et les valeurs de l’État », a-t-il encore ajouté.

Poster un commentaire

Classé dans internationnal, politique, religion

USA : La drag queen Sasha Velour dessine le Doodle de Marlene Dietrich


Ce mercredi 27 décembre, Google dédie l’une de ses animations virtuelles à la célèbre actrice et chanteuse allemande,  Marlène Dietrich, née ce même jour en 1901 à Berlin et décédée le 6 mai 1992 à Paris.
Connue pour ses rôles de femmes fatales, Marie Magdalene Dietrich -de son vrai nom- a notamment joué dans « L’Ange bleu », de Josef von Sternberg (1930), qui lança sa carrière, puis « Morocco », « Shanghaï Express » (1932), « L’Impératrice rouge » (1934) ou encore « L’Ange des maudits » (1952).
L’actrice est également connue pour son engagement contre le nazisme lors de la Seconde Guerre mondiale. Elle a d’ailleurs été décorée de la Medal of Freedom en 1947, plus haute distinction militaire américaine que peut recevoir un civil.
Naturalisée américaine, elle a fini sa vie en France, à Paris, dans son appartement du 12, avenue Montaigne. Elle s’est éteinte à 90 ans.
C’est la drag queen, Sasha Velour, championne en titre de Drag Race de Rupaul mais aussi une artiste très talentueuse qui a dessiné le Doodle de Google avec Marlene Deitrich

Poster un commentaire

Classé dans Art culture litterature

Le catcheur Mike Parrow fait son coming out

Interviewé par Gay Star News, le catcheur indépendant Mike Parrow a fait son coming out. Ce dernier a parlé de sa sexualité pour la première fois en publique.
Basé à Orlando, en Floride, cet homme de 34 ans dit qu’il a avoué son homosexualité pour la première fois à sa famille et ses amis il y a quatre ans, au moment où il a rencontré son futur fiancé, Morgan.
Quand il a déménagé en Floride plus tard, il croyait que c’était le moment idéal pour enfin explorer sa sexualité. Au lieu de cela, ce fut «absolument la pire expérience de ma vie».
«Les hommes gays peuvent être les personnes les plus méchantes et les plus cruelles que vous n’ayez jamais rencontré dans votre vie», raconte til. «J’étais« gros », j’étais« laid », je suis une « armoire », et à l’époque, je cherchais simplement à comprendre ce qui se passait.
«J’ai appris que vous pouvez avoir beaucoup de honte dans la communauté gay ces derniers temps, ce qui est vraiment bizarre, mais ça arrive», a t-il ajouté.
Cette situation l’a placé plus loin dans le placard et l’a fait envisager de se suicider. Parrow dit qu’à un moment il s’est même inscrit à une thérapie de conversion, quelque chose qu’il décrit maintenant comme une «blague absolue».
C’est quand il a rencontré Morgan, cependant, qu’il a finalement réalisé que cela valait la peine d’être lui-même et il a finalement gagné le courage de faire son coming out à sa famille.
<< J’ai toujours su que j’étais gay. Ça n’a jamais été une question dans ma tête. Mais en grandissant, je suis allé dans une école catholique toute ma vie. Ma mère est prof de catéchisme. Je viens d’une petite ville du nord de l’État de New York. Il n’y avait pas de communauté gay florissante. La seule exposition que j’ai vue de toute culture gay était extrêmement efféminée et c’était ce qui était à la télé. Je ne suis pas comme Jack de Will & Grace (série télévisée américaine), donc je ne suis pas gay.
J’ai prié Dieu et j’ai dit : « Montre-moi ce que je dois faire. Montre-moi juste un signe. » Montre-moi quelque chose : suis-je gay ? Suis-je hétéro ? Parce que j’ai essayé de payer pour la thérapie de réorientation sexuelle. C’était une blague absolue. Un peu hilarant.
On entend beaucoup de choses différentes dans les vestiaires que l’on ne dirait jamais dans la vie réelle. Les gens disent des injures à gauche et à droite, alors je m’adresse à eux juste quand j’ai l’impression que c’est allé trop loin, peut-être que ces insultes ne sont pas envers moi, mais si ça va trop loin, je vais leur répondre. Je trouve, surtout avec beaucoup de catcheurs, qu’ils ont besoin de poser des questions, beaucoup de questions. Je suis ouvert et honnête quand les gens me posent des questions, donc je n’ai pas forcément de la haine dans moi, plus de la curiosité. >> a t’il déclaré .

Poster un commentaire

Classé dans coming out

Singapour: un gay empêché d’adopter son fils biologique

Un homme, qui s’était vu refuser le  d’adopter un enfant à Singapour en raison de son homosexualité, et qui avait payé 200.000 dollars à une mère porteuse après une fécondation in vitro aux Etats-Unis, a vu sa demande d’adoption de son fils biologique refusée par un tribunal de Singapour
Le tribunal singapourien a rejeté sa demande en considérant que les démarches lui ayant permis d’avoir un enfant aux Etats-Unis n’auraient pas été possibles dans l’île-Etat qui n’autorise pas les couples non mariés à recourir à une mère porteuse. « Il ne peut pas ensuite venir devant les tribunaux de cette même juridiction pour que ces démarches soient approuvées » a dit le tribunal.
« La requête est en réalité une tentative pour obtenir le résultat désiré en passant par la fenêtre alors que la porte était résolument fermée », ont ajouté les juges. L’enfant, âgé de près de quatre ans et citoyen américain, restera sous la garde de son père.
Ce dernier, médecin, dont l’identité n’a pas été révélée, va étudier ses éventuelles voies de recours, ont dit ses avocats.

Poster un commentaire

Classé dans homoparentalité, homophobie, info, internationnal, mariage homosexuel

USA :Le Pentagone va recruter des militaires transgenres dès le 1er janvier

Le président américain Donald Trump connaît un nouveau revers judiciaire sur la question de l’interdiction des militaires transgenres dans l’armée. Leur recrutement va débuter le 1er janvier prochain.
Une Cour d’appel a rejeté le 11 décembre dernier un recours de l’administration Trump visant à maintenir sa décision sur l’interdiction de servir dans l’armée américaine des personnes ouvertement transgenres.
La juge fédéral Colleen Kollar-Kotelly a refusé de repousser la date prévue.
Les soldats transgenres pourront donc rejoindre les rangs de l’armée américaine à partir du 1er janvier 2018.
Cette décision constitue un camouflet pour Donald Trump qui souhaitait revenir sur la mesure mis en place par son prédécesseur Barack Obama ouvrant les rangs de l’armée aux personnes transgenres et qui devait initialement prendre effet au 1er juillet 2017.
Selon le ministère américain de la Défense, il y aurait de 2.500 à 7.000 personnes transgenres sur les 1,3 million de militaires en activité. L’organisation de défense des droits Human Rights Campaign estime que le chiffre est plus proche des 15.000.

Poster un commentaire

Classé dans info

Le PCF félicite l’association Shams pour la création d’une webradio LGBT+ en Tunisie.

Paris, le 26 décembre 2017.
C’est avec joie que nous apprenons que l’association Shams lance la première webradio LGBT+ du monde arabe; il nous semble essentiel que les thématiques LGBT+ puissent être abordées partout dans le monde. Nous saluons le choix courageux qui a été fait ici par l’association Shams, dans un pays dont le code pénal condamne encore l’homosexualité ainsi que la non-binarité. Il existe des personnes LGBT+ dans tous les pays, dans toutes les régions. Il est essentiel de développer des outils de prévention et de sensibilisation à leur destination pour répondre à leurs questionnements et leur permettre de s’émanciper pleinement. Nous soutenons entièrement Shams Rad dans cette démarche et dénonçons les menaces et insultes dont ils font l’objet depuis. Le PCF, extrêmement vigilant quant à celles-ci, se placera toujours aux côtés des organisations LGBT+ progressistes du Maghreb et du Moyen Orient et agira pour que la France s’engage pour le respect des droits humains dans cette région du monde et au-delà.
Nous saluons aussi le choix de la ligne éditoriale qui est plus large que la question LGBT+.
En effet, la radio se fixe pour objectifs de parler de discriminations et de droits humains, en mettant l’accent sur les thématiques LGBT+. Cela nous semble nécessaire pour faire avancer nos revendications LGBT+ de mener le combat sur l’ensemble des discriminations et de travailler concrètement à ce que les luttes contre les discriminations fassent cause commune. Nous rappelons que les discriminations sont au fond toutes les mêmes, à savoir l’expression d’une domination d’une partie des individus sur les autres, et un outil dont ils se servent pour maintenir leur domination.
Pour le Parti Communiste Français,
Gabriel Laumosne, responsable du PCF sur les droits des personnes LGBT.

Poster un commentaire

Classé dans politique

Suisse : La définition du viol ne doit plus se limiter au sexe de la victime

Dans une motion récemment déposée au Parlement, la conseillère nationale Laurence Fehlmann Rielle demande que la définition du viol en Suisse soit élargie et ne se limite plus au sexe de la victime.
Actuellement, le code pénal suisse définit le viol de manière beaucoup plus restrictive et ne tient pas compte des victimes LGBT.
Est considéré comme auteur d’un viol « celui qui aura contraint une personne de sexe féminin à subir l’acte sexuel ». En clair, selon le code pénal, le viol est le seul fait d’un homme contre une femme. Tandis que l’on retient la charge de contrainte sexuelle si les victimes sont homosexuelles, avec des peines moins sévères.
La conseillère nationale socialiste genevoise Laurence Fehlmann Rielle a ainsi déposé une motion pour que la définition du viol ne fasse plus référence au sexe de la victime.
Entre le viol et les contraintes sexuelles, les peines sont différentes. En général pour les contraintes sexuelles les peines sont plus basses que pour le viol. Il faut mettre sur un pied d’égalité les personnes hétérosexuelles, homosexuelles ou quelle que soit leur orientation sexuelle.
S’il y a bien eu quelques tentatives pour modifier le code pénal, toutes ont échoué pour le moment. Mais au printemps dernier, le Parlement a ratifié la convention d’Istanbul – un traité international contre les violences domestiques. Un texte qui définit le viol de manière plus progressive.
En attendant cette évolution du code pénal et des peines plus lourdes contre les auteurs de viol homosexuel, les associations de défense des LGBT invitent les victimes à toujours signaler tout acte de violence.

Poster un commentaire

Classé dans info