Suisse :le coming out d’un arbitre

Pascal Erlachner, actuel arbitre de Super League et en charge de matchs de Challenge League depuis 2010, a fait son coming-out dans une interview fleuve donnée au Blick de dimanche. «Je l’ai fait parce que l’homosexualité reste un énorme tabou dans le football, indique celui qui vit chez ses grands-parents à Wangen avec son ami. J’espère que cela stimulera la discussion. Si vous ne parlez pas d’un sujet, on est dans une impasse. Et la stagnation, c’est la régression.»
L’arbitre de 37 ans ne craint pas les réactions qui ne manqueront pas de se produire quand il retrouvera les stades dès le week-end prochain. «Pour moi et mes proches, mon homosexualité est juste normale. Je suis solide, comme ma relation, et ma famille est géniale, a-t-il dit. Je me sens très à l’aise au milieu des arbitres et j’ai d’excellents collègues. Ceux qui m’aiment, m’apprécient, le font pour ce que je suis. Je peux être là et dire ‘Oui, je suis gay, et alors?’»
Pascal Erlachner est aussi curieux de la réaction que sa sortie va provoquer dans le milieu. «Je ne peux pas plaire à tout le monde et je n’en ai pas envie. Il y a encore beaucoup de gens qui souffrent que l’homosexualité soit ainsi étouffée. Surtout dans le football. Si seulement un seul joueur de foot ou un arbitre pouvait être aidé par mon expérience… Mon engagement public aura alors porté ses fruits.»
«Je n’espère pas être traité différemment, a souhaité celui qui a attendu ses 30 ans pour franchir le pas auprès de sa famille. Je n’aimerais pas qu’on se dise, ‘Ah voilà Erlachner, voilà l’arbitre gay’… Je me réjouis des prochains matchs et j’essaierai d’y faire respecter les règles comme elles sont écrites.»
Les règles, justement, risquent potentiellement de changer quelque peu pour lui. Comment réagira-t-il si un joueur le prend à parti pour son orientation sexuelle? «Je ne pense pas que ‘gay’ soit un gros mot, a-t-il indiqué dans le journal zurichois. Mais si on me dit ‘Schwule Sau’ ou ‘Schwuchte’ alors ce sera carton rouge. Mais je ne crois pas que les joueurs en arriveront là. Bien sûr, certaines fois, il y a des joutes verbales… Mais le plus important, c’est de se serrer la main après le match et le respect mutuel. J’ai aussi fait des erreurs dans le passé.»
Quand le Blick lui demande s’il connait des joueurs homosexuels, il répond «Bien sûr, mais ce n’est pas à moi de rendre cela public. Chacun décide de la manière dont il veut gérer sa vie. Mais quand quelqu’un me demande conseil, je raconte volontiers mon histoire. J’ai réalisé qu’en faisant ça je pouvais potentiellement aider les autres.»

Poster un commentaire

Classé dans coming out

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.