Tunisie : « Au-delà de l’ombre » Nadia Mezni Hafaiedh récompensé

Lors de la cérémonie de clôture du festival des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), samedi soir à Tunis, le jury présidé par le réalisateur Thierry Michel a créé la surprise en récompensant un plaidoyer en faveur du droit à l’homosexualité, malgré certains cris d’intolérance entendus quelques heures plus tôt dans la rue.
Lors de sa diffusion, cette semaine dans les salles tunisiennes à l’occasion de ces JCC, le documentaire a suscité des réactions diverses.
« Cinéma transgressif », titrait à la Une, samedi matin, le site d’information HuffPost Tunisie. « A priori le public est enthousiaste et veut apprécier ce moment cinématographique sur un sujet controversé en Tunisie. Après vingt minutes environ, on assiste à la sortie de dizaines de personnes de la salle, qui invectivent le film, sommant les autres, qui attendent toujours, de renoncer à le voir », rapporte ensuite l’auteur de l’article.
Le film nous fait découvrir la face cachée d’Amina Sboui (ex-femen) et de son quotidien. Ses amis de la communauté LGBT, qui hébergent chez elle, sont rejetés par leur famille ainsi que par la société.
À travers Amina, on plonge dans leurs histoires: Sandra (travesti), Ramy (gay), Ayoub (gay), Atef (gay et travesti). Beaucoup d’événements imprévus s’enchainent et tout est pris sur le vif …
Le documentaire est un portrait intimiste de personnes homosexuelles et de travesties. Ce qui les a uni, c’est leur amitié, des histoires d’amour mais aussi la peur de la police. Le tournage de ce documentaire a eu lieu en 2016 à Sidi Bousaïd.
Pour Thierry Michel, il est important de pouvoir valoriser une telle oeuvre. « La réalisatrice a osé créer ce documentaire, le comité de sélection du festival a osé le programmer et le jury a osé le récompenser », a commenté Thierry Michel, samedi soir à l’agence Belga.
« Ce Tanit de bronze honore l’audace du propos, libre, impertinent et à l’esthétique provocatrice, du film réalisé au coeur de l’intime d’un groupe de jeunes de la communauté LGBT. Nous saluons le festival d’avoir eu le courage de sélectionner cette oeuvre résolument engagée dans la lutte pour des libertés individuelles au sein de la société musulmane », a-t-il expliqué. « Outre l’appel aux réformes législatives, j’y vois aussi une révolution des mentalités. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :