Archives mensuelles : octobre 2017

Grande Bretagne : un joueur de cricket suspendu pour avoir sauvé deux hommes d’une agression homophobes

Deux hommes gays, victimes d’une agression, défendent celui qui les a aidé, Ben Stokes, une star du cricket,  qui a été arrêté en septembre suite à l’incident devant une boîte de nuit Bristol.
Kai Barry, 26 ans, et Billy O’Connell, 20 ans, ont déclaré dans une interview à The Sun que Stokes est venu à leur secours en résistant aux intimidateurs menaçants.
Stokes a été arrêté, soupçonné d’avoir causé des lésions corporelles et libéré sans inculpation, mais il est toujours sous enquête policière.
Le joueur de 26 ans, qui a également eu un doigt cassé, ne partira pas avec le reste de l’équipe pour participer aux Ashes  , après avoir été suspendu à la suite de l’incident. Son coéquipier, Alex Hales, a également été suspendu.
(The Ashes, littéralement « les Cendres », est une série de test-matchs de cricket qui opposent tous les ans, les équipes d’Angleterre et d’Australie.)
Barry et O’Connell ont affirmé avoir rencontré le joueur et son coéquipier de l’équipe d’Angleterre Alex Hales dans une boîte de nuit le soir en question et Stokes leur a payé à boire. Le couple affirme qu’ils n’avaient aucune idée qu’ils étaient des joueurs de cricket.
Stokes et Hales marchaient prés du couple, après avoir quitté la boîte de nuit, lorsque Barry et O’Connell ont été pris à parti.
O Connell a déclaré au Sun : « Nous étions très reconnaissants à Ben de nous être venu en aide, il a été un vrai héros, Kai craignait qu’il puisse être attaqué et si Ben n’était pas intervenu, ça aurait pu être bien pire pour nous. »
Barry a ajouté: «Je ne suis pas un combattant et nous ne voulions pas nous battre, nous aurions pu avoir de gros problèmes, Ben a été un vrai gentleman».
Le couple expliquent qu’ils n’avaient pas conscience des répercussions de  cet incident, les découvrant seulement quand la police est venue les interroger

Poster un commentaire

Classé dans info

Tanzanie : expulsion de trois Sud-africains accusés de « promouvoir » le mariage homosexuel

L’ONG Initiative for Strategic Litigation in Africa (ISLA)  » informe que trois de ses avocats qui avaient été arrêtés à Dar es Salaam, la plus grande ville de la Tanzanie. le 17 octobren et placés en détention illégale depuis le 20 octobre, ont été expulsés dans la soirée de vendredi.
Les trois Sud-africains, parmi lesquels la secrétaire exécutive d’ISLA, l’avocate Sibongile Ndashe, avaient été arrêtés avec un Ougandais et des Tanzaniens membres de l’ONG locale Community Health Education Services and Advocacy (CHESA), dans un hôtel de Dar es Salaam.
La police avait affirmé le lendemain que ces personnes étaient réunies pour « promouvoir l’homosexualité » qui constitue un crime, selon la loi tanzanienne.
Dans la foulée, le gouvernement tanzanien avait suspendu toutes les activités de CHESA.
Dans un communiqué conjointi, CHESA et l’organisation sud-africaine Initiative for Strategic Litigation in Africa (ISLA), co-organisatrice de l’événement, avaient affirmé au contraire que la réunion visait seulement à se coordonner en vue d’une procédure judiciaire que les deux ONG comptent engager contre le gouvernement tanzanien.
D’après les deux ONG, 13 personnes et non 12 ont été arrêtées, dont l’avocate sud-africaine Sibongile Ndashe, secrétaire exécutive d’ISLA. Ces personnes avaient d’abord été libérées sous caution, mais celle-ci avait été levée et elles ont été à nouveau arrêtées, selon la même source.
En juillet 2016, le gouvernement tanzanien avait interdit l’importation et la vente de gels lubrifiants, qui ne seraient prétendument utilisés que par les homosexuels. La ministre de la Santé, Ummy Mwalimu, avait justifié cette interdiction en affirmant que la vente et parfois la distribution gratuite de ces gels encourageaient les rapports homosexuels, interdits dans le pays.
En février, la Tanzanie avait ordonné la fermeture de certains centres de santé spécialisés dans la lutte contre le sida, les accusant de promouvoir l’homosexualité, une décision critiquée par les États-Unis. Le gouvernement tanzanien a par ailleurs promis d’expulser les étrangers défendant les droits des homosexuels.
Le gouvernement tanzanien a par ailleurs promis d’expulser les étrangers défendant les droits des homosexuels.

Poster un commentaire

Classé dans info

‘Epouse-moi mon’ pote taxé de film homophobe

La comédie de Tarek Boudali et Philippe Lacheau est accusée d’être homophobe. Et de fait, le film enchaîne les caricatures de l’homosexualité.
Résumons en quelques mots l’argument qui sert de trame au film. Yassine est marocain et pour remédier à son statut irrégulier il va se marier son meilleur ami, Fred.
A peine sorti mercredi 25 octobre au cinéma, « Epouse-moi mon pote »est est accusé de caricaturer l’homosexualité.
De nombreuses affiches du métro parisien ont été taguées « Homophobe » avant même la mise en salles. Pour Act Up-Sud Ouest aussi, cette comédie est un « Film certifié homophobe ».
Mais les critiques ont été plus argumentées dans les médias ou les réseaux sociaux.
Pour Didier Roth-Bettoni, auteur de « L’Homosexualité au cinéma », « on en revient toujours à la caricature de l’homosexuel efféminé et obsédé sexuel ». L’ancien rédacteur en chef d’Illico parle de « paresse intellectuelle et des clichés identiques à ceux d’il y a quarante ans » dans le journal 20 Minutes.
Sur BFMTV, le président de SOS Homophobie, Joël Deumier, a estimé que « les blagues qui sont faites tendent à surfer sur les stéréotypes qu’on a sur les homosexuels ». « On ramène par exemple beaucoup les situations au sexe. Il y a une réplique où on dit aux deux personnages, ‘ce soir vous allez sabrer le champagne’, et ils répondent ‘non on va plutôt sabrer des bites’. Il faut bien se rappeler qu’un des stéréotypes associés à l’homosexualité, c’est l’hyper-sexualisation. Et ça, ce n’est jamais associé à l’hétérosexualité », a-t-il expliqué.
Côte critique, relevons celle de L’Obs: « Sous ses atours progressistes et pacifiques, ‘Epouse-moi mon pote’ véhicule ainsi l’idée assez rance que l’homosexualité s’implante par la pratique (en jouant au gay, on peut le devenir !). (…- Reste une absence de marque : la position d’un gay qui s’assume depuis plus de cinq minutes, et qui permettrait au film de rire avec lui ».
Source e-llico

Poster un commentaire

Classé dans Cinema-DVD gay et lesbien

musique : BOBBY NEWBERRY , UP

 

Poster un commentaire

Classé dans musique

TPMP : Michaël Youn fait part de son malaise après une caméra cachée de drague entre hommes

Une caméra cachée diffusée jeudi soir dans « Touche pas à mon poste » sur C8, a créé un malaise sur le plateau. On y voit le youtubeur Greg Guillotin sur un escalator de centre commercial. Il piége plusieurs hommes de tous âges en leur caressant la main tandis qu’ils descendent dans le sens opposé, engendrant des réactions parfois amusées, mais souvent violentes.
« C’est dur les réactions des gens… Ça me fait un peu de peine. Je me mets à la place d’un gars qui voudrait draguer, c’est violent les réactions des mecs qui veulent lui casser la gueule juste parce qu’il leur a dit qu’il était mignon », a réagi en plateau Michaël Youn, invité de l’émission. « Y’a un contact physique peut-être aussi, c’est peut-être ça », a répondu Cyril Hanouna. « Il lui touche la main, ça va. Demande à Harvey Weinstein, y’a des femmes qui ont subi bien pire », a rétorqué Michaël Youn.
« Moi aussi j’ai trouvé ça très violent », a abondé Géraldine Maillet. « Ce qui est très étonnant, c’est que les vieilles générations on les voit rire, et puis faire un petit sourire et puis un petit clin d’oeil et puis les jeunes être tout de suite énervés », a aussi observé Valérie Benaïm.
« Ça en dit long sur notre société ! Et comme quoi on en n’a pas fini avec l’homophobie… Enfin, bref, changez de sujet s’il vous plaît », a lancé Michaël Youn.
source : Ozap

Poster un commentaire

Classé dans info

Grande Bretagne : un jeune homosexuel risque l’expulsion au Maroc

Un homosexuel marocain a récemment vu sa demande d’asile rejetée par le Royaume-Uni.
Le jeune homme de 25 ans a fait sa demande en mai dernier après avoir fait l’objet d’insultes et de menaces de mort à cause de son orientation sexuelle. Après avoir essuyé un rejet de la part du Bureau de l’Intérieur (Home Office), il a fait appel. En vain: un tribunal a confirmé la décision du Home Office au début du mois.
Le jeune homme, qui a été diagnostiqué séropositif au VIH en 2013, risque donc d’être expulsé au Maroc. Il a quitté le royaume après avoir tenté, avec d’autres activistes, de créer le collectif de défense des droits des homosexuels «Akaliyat» (Minorités). Mais les autorités se sont opposées à ce projet. Suite à quoi, de nombreux membres de ce qui allait être la première association pro-LGBT du Maroc ont suivi  son exemple.
Le jeune Marocain a d’abord cherché l’asile aux Pays-Bas, où il est arrivé en janvier dernier avec un visa Schengen valide. Mais les autorités néerlandaises l’ont envoyé au Royaume-Uni, car il avait un visa de ce pays qui avait été délivré plus récemment et avait une période de validité plus longue. Aujourd’hui, il a peur de revenir au Maroc. «Pour moi, retourner au Maroc équivaut à retourner dans l’obscurité», a-t-il confié au Guardian.
L’homosexualité est punissable par la loi marocaine d’une peine de 6 mois à trois ans de prison et d’une amende.
La décision judiciaire britannique indique que «les poursuites judiciaires contre les homosexuels [au Maroc] sont sporadiques» et que le requérant risque «au mieux» de subir le même type de harcèlement qu’il a déjà connu avant, rapporte The Guardian.

Poster un commentaire

Classé dans info

Taiwan : des milliers de personnes à la gay pride de Tapei

Des dizaines de milliers de personnes ont participé à la plus grande « gay pride » d’Asie, ce samedi Taipei, la première depuis la décision en mai de la Cour constitutionnelle en faveur du mariage homosexuel.
La Cour a donné deux ans au gouvernement pour mettre en oeuvre un arrêt stipulant qu’en affirmant qu’un contrat de mariage ne pouvait être conclu qu’entre un homme et une femme, le code civil « violait » les principes constitutionnels de liberté de mariage et d’égalité entre tous.
L’île devrait ainsi innover en Asie en légalisant le mariage gay.

Poster un commentaire

Classé dans info

ONU: l’homosexualité est considérée comme un crime dans plus de 70 pays

Le dialogue de la Troisième Commission, chargée des questions sociales, humanitaires et culturelles, avec l’Expert indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, M. Vitit Muntarbhorn, s’est tenu le 28 octobre dans le silence des nombreuses délégations qui avaient exprimé leur opposition à son mandat.
Très contesté à la création de son mandat en 2016 à Genève, l’Expert indépendant, dont c’était le premier rapport devant la Troisième Commission et qui a par ailleurs annoncé qu’il quitterait ses fonctions fin octobre, a reçu un accueil bienveillant de la part des délégations qui se sont exprimées. Mais l’Égypte avait annoncé dès le 17 octobre, à la fois au nom du Groupe des États d’Afrique et d’un groupe interrégional, que ces pays ne reconnaissaient pas le mandat de l’Expert indépendant, acquis par un « vote marginal » au Conseil des droits de l’homme – la résolution créant son mandat avait été adoptée par 23 voix contre 12 avec 6 abstentions. Aucun de ces pays n’a pris la parole aujourd’hui.
Les délégations qui sont intervenues ont donc approuvé M. Muntarbhorn quand il a affirmé que son mandat était ancré dans le droit international, et l’ont soutenu quand il a dénoncé la tendance d’un certain nombre de pays à adopter des législations sur la « décence publique » ou les « troubles à l’ordre public » qui leur permettent d’incriminer des individus du simple fait de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Il est « scandaleux qu’une personne avec une orientation sexuelle ou une identité de genre différente de la norme soit la cible de violence ou de discrimination », a affirmé l’Expert indépendant.
Lors de la discussion, l’Union européenne a ainsi dénoncé le fait que 70 pays criminalisent encore les relations homosexuelles consenties. Au nom du Groupe restreint LGBTI à New York, le Chili a plus tard expliqué que protéger les personnes LGBTI ne revenait pas à créer de nouveaux droits, mais simplement à appliquer ceux internationalement reconnus. M. Muntarbhorn n’avait d’ailleurs pas que des constats négatifs à présenter. Il a ainsi relevé qu’au cours des 20 dernières années, quelque 25 pays avaient dépénalisé les relations homosexuelles entre adultes consentants. Il n’en a pas moins demandé à tous les États d’abolir leur législation répressive, même dans les pays où elle n’est en fait plus appliquée.
Dans son rapport, publié sur le site de l’ONU, l’expert note que la criminalisation des relations homosexuelles entre adultes est  « contraire aux obligations internationales des états », qui nécessitent de protéger la vie privée et de garantir la non-discrimination. Selon lui, la détention sur la base de l’orientation sexuelle « doit être, par définition, être considérée comme arbitraire », et la peine de mort pour homosexualité « est une violation du droit à la vie », comme contraire au pacte International relatif aux droits civils et politiques, selon lequel cette sanction peut être appliquée que dans les cas de perpétration des crimes les plus graves.
Le poste de défenseur des droits des minorités sexuelles a été créé par le Conseil des droits de l’homme en juin 2016.
La Troisième Commission traite des questions sociales, liées aux affaires humanitaires ou aux droits de l’homme, qui affectent la population partout dans le monde.
La Troisième Commission s’occupe d’importantes questions relatives au développement social telles que la promotion de la femme, la protection des enfants, les populations autochtones, le traitement des réfugiés, la protection des libertés fondamentales par l’élimination de la discrimination raciale et le droit à l’autodétermination.
La Commission traite aussi des questions liées à la jeunesse, la famille, le vieillissement, les personnes handicapées, la prévention du crime, la justice pénale ou encore le contrôle international des drogues.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info

Belgique : trois combattants voulaient tuer leur frère homosexuel

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné par défaut, ce vendredi, trois combattants en Syrie, originaires de Vilvorde, à des peines de cinq ans de prison.
Magomed Saralapov (25 ans), Taieb Oubahid (27 ans) et Moustapha Oubahid (29 ans) se sont établis en 2014 en Syrie, où ils ont prêté allégeance à l’organisation terroriste État islamique. Ils ont proféré des menaces contre l’Europe et certains individus en particulier. Taieb et Moustapha Oubahid ont ainsi directement visé leur propre frère, mineur, lui reprochant d’être homosexuel.
Taieb Oubahid et Magomed Saralapov ont tous les deux déjà été condamnés en février 2015 à cinq ans de prison par le tribunal correctionnel d’Anvers dans le cadre du procès Sharia4Belgium. Les deux terroristes étaient en Syrie et ont réussi à convaincre le frère aîné de Taieb, Moustapha, de rallier les rangs de l’État islamique.
Les trois prévenus avaient envisagé d’assassiner le plus jeune frère de la fratrie Oubahid en raison de son orientation sexuelle.
Le tribunal a ordonné leur arrestation immédiate.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info, internationnal

USA : De grandes entreprises soutiennent les droits des homosexuels dans une nouvelle affaire aux États-Unis

Yelp, Apple, PayPal, Salesforce ont signé un document juridique pour influer devant la Cour suprême pour que la discrimination contre les personnes LGBT soit illégale
L’amicus curiae présenté à la Cour, (dans le langage juridique américain, un amicus curiae est une personnalité ou un organisme, non directement lié aux protagonistes d’une affaire judiciaire, qui propose au tribunal de lui présenter des informations ou des opinions pouvant l’aider à trancher l’affaire, sous la forme d’un mémoire (un amicus brief)) soutient que le fait de permettre aux organisations de discriminer les employés LGBT est préjudiciable au personnel, aux entreprises et à l’économie américaine.
Ils soutiennent l’affaire portée par un couple gay, Charlie Craig et David Mullins,  qui s’est vu refuser par un pâtissier du Colorado de créer un gâteau de mariage. Le document juridique a été signé par ces grandes entreprises qui affirment également que grâce au soutien de la Campagne des droits de l’homme, cela a permis de mettre en évidence toute l’histoire.L’affaire, Masterpiece Cakeshop, Ltd. c. Colorado Civil Rights Commission, se concentre sur la question de savoir si les entreprises peuvent refuser le service en raison du premier amendement.
Avec ces documents, les États-Unis peuvent se prononcer sur des affaires relatives aux droits sociaux et humains.
Le tribunal est tenu de lire ces documents, il peut les prendre comme un simple conseil.
Une source proche du dossier a déclaré qu’ils s’attendaient à ce que davantage de sociétés technologiques s’engagent pour signer ce document qui doit être soumis
PayPal a déclaré qu’il a signé le mémoire parce qu’il reflète la valeur de l’entreprise,
« PayPal s’engage à préserver les droits de l’homme et à promouvoir les principes d’inclusion et d’égalité qui sont au cœur de nos valeurs », a déclaré un porte-parole de PayPal dans un communiqué envoyé par courrier électronique. « Nous cherchons à nous défendre contre des actions qui violent nos valeurs, c’est pourquoi nous signons ce dossier d’amicus curiae avec d’autres entreprises partageant les mêmes idées et cherchant à protéger les protections critiques contre la discrimination. »
En mars, 53 entreprises ont signé un dossier d’amicus soutenant une affaire de la Cour suprême sur la protection des étudiants transgenres. L’industrie s’est ralliée à d’autres causes LGBT et a signé des mémoires sur l’immigration de masse.

Poster un commentaire

Classé dans homophobie, info