Allemagne : Alice Weidel, figure de l’extrême droite allemande

Apparu dans le paysage politique allemand il y a seulement quatre ans, l’AfD (Alternative für Deutschland, « Alternative pour l’Allemagne ») est devenu la troisième force politique du pays en obtenant environ 13% des voix lors des élections législatives, le mouvement, peut ainsi espérer environ 90 députés.
La campagne a été mené par deux personnes : Alexander Gauland, 76 ans. et Alice Weidel, 38 ans.
Choisie en avril dernier pour porter les couleurs de l’AfD la candidate a su s’imposer en se positionnant comme la garante d’une ligne anti-Merkel, anti-islam et anti-Europe. « Nous sommes là pour rester », a déclaré cette dernière dimanche soir, saluant « un résultat éblouissant ».
Économiste de carrière, reconnue pour son intelligence, elle a travaillé pendant des années comme cadre au sein de la banque d’affaires américaine Goldman Sachs.
La dirigeante de l’AfD est homosexuelle, installée en couple avec une réalisatrice suisse d’origine sri lankaise avec laquelle elle élève deux enfants en bas âge, adoptés par le couple.
Et malgré tou, son parti est largement opposé au mariage homosexuel, à l’adoption d’enfants par des couples de même sexe et ouvertement xénophobe…
Ainsi, quand on lui demande si elle est « raciste », elle répond que la question est « idiote ». « Nous sommes pour une immigration qualifiée », ajoute-t-elle. La semaine dernière, elle a toutefois reconnu « honnêtement » que l’AfD « n’apparaît évidemment pas au premier coup d’oeil comme la porte à laquelle frapper s’agissant des droits des homosexuels ».
Fin juin 2017, alors que le Bundestag s’apprêtait à légaliser le mariage homosexuel, elle s’était d’ailleurs déclarée contre, préférant évoquer le « risque » lié à l’islam… « Cela ne fait aucun sens de débattre au sujet du mariage homosexuel en ce moment. Des millions de musulmans pour qui l’homosexualité est un crime sont en train d’arriver illégalement en Allemagne et menacent notre liberté », rappelle Slate.
Née dans une famille aisée de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, elle a beaucoup voyagé et a notamment vécu en Chine et aux États-Unis. « Ses camarades de lycée gardent d’elle le souvenir d’une jeune femme arrogante, ambitieuse, qui misait tout sur sa carrière », rapporte encore Slate, citant une enquête du quotidien Die Tageszeitung. Autre curiosité, « bien qu’elle soit domiciliée à Bodensee, dans le Bade-Wurtemberg, elle habite en réalité dans le canton de Berne, et paie à ce titre ses impôts en Suisse », poursuit le site internet.
« L’immigration homophobe musulmane est un risque pour notre avenir », dit-elle, assurant avoir vu se développer en Allemagne « des zones de non-droit pour les femmes  où ma compagne et moi nous ne pouvons plus aller ». « Dans la charia, les hommes et les femmes ne sont pas égaux. Je n’en veux pas dans notre pays », assure-t-elle encore, qualifiant l’islam de « culture archaïque ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :