Tunisie : l’imam accusé d’homosexualité libéré

L’imam de la mosquée de Mnihla (Ariana), arrêté le 11 septembre 2017, pour homosexualité a refusé de se soumettre au test anal et la justice l’a libéré.
C’est la première fois, en Tunisie, que la justice libère un suspect dans une affaire d’homosexualité, bien qu’il ait refusé de se soumettre au test anal.
Habituellement, ce refus est considéré comme une preuve de culpabilité et le suspect est écroué sur la base de l’article 230 du code pénal, qui interdit la sodomie (La sodomie, si elle ne rentre dans aucun des cas prévus aux articles précédents, est punie de l’emprisonnement pendant trois ans).
Le jeune homme arrêté en même temps que l’imam pour les mêmes raisons et qui s’est présenté comme son petit ami a également été libéré.
Cependant, cette libération a suscité des interrogations dans le milieu LGBT, et certains craignent que la seule raison soit que le prévenu se trouve être un homme de religion.
Cette libération n’annonce pas la fin du test anal, car un enseignant au Kef et un arbitre de football arrêtés, la semaine dernière, pour les mêmes raisons, et qui ont également refusé de se soumettre au test anal, ont néanmoins été jugés coupables, parce que la justice a considéré leur refus comme une preuve de culpabilité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :